précédentsommairesuivant

5. Administration du serveur

Ce chapitre couvre les problèmes d'administration de MySQL, comme la configuration des comptes et les sauvegardes.

5-1. Scripts serveur MySQL et utilitaires

Le serveur MySQL, mysqld, est le programme principal qui effectue l'essentiel du travail. Le serveur est accompagné par différents scripts connexes qui effectuent des opérations de configuration lors de l'installation, ou fournissent de l'aide pour administrer le serveur.

Cette section fournit une introduction au serveur et ses utilitaires, et des informations sur les scripts de démarrage. Les informations sur la configuration du serveur lui-même sont données dans la section Section 5.2, « Configuration de MySQL »5.2. Configuration de MySQL.

5-1-1. Présentation des scripts serveur et des utilitaires

Tous les programmes MySQL prennent des options différentes. Toutefois, tous les programmes MySQL disposent de l'option --help qui vous aidera à connaître la liste complète des différentes options. Par exemple, essayez mysql --help.

Vous pouvez modifier toutes les valeurs par défaut des programmes en les plaçant dans le fichier de configuration. Section 4.3.2, « Fichier d'options my.cnf »4.3.2. Fichier d'options my.cnf.

Voici la liste des programmes côté serveur de MySQL.

Il y a plusieurs autres utilitaires qui fonctionnent du côté du serveur.

5-1-2. mysqld-max, la version étendue du serveur mysqld

Le serveur MySQL-Max est une version du serveur mysqld qui a été compilée avec des fonctionnalités supplémentaires.

La distribution à utiliser dépend de votre plate-forme.

  • Sous Windows, les distributions binaires MySQL incluent le serveur standard (mysqld.exe) et le serveur MySQL-Max (mysqld-max.exe), alors il n'y a pas de téléchargement spécial à faire. Utilisez simplement la distribution Windows habituelle, disponible sur http://dev.mysql.com/downloads/mysql-4.0.html. Voir Section 2.2.1, « Installer MySQL sous Windows »2.2.1. Installer MySQL sous Windows.

  • Sous Linux, si vous installez une distribution RPM, utilisez le RPM MySQL-server standard pour installer le serveur mysqld. Puis, utilisez le RPM MySQL-Max pour installer le serveur mysqld-max. Le RPM MySQL-Max suppose que vous avez déjà installé le serveur régulier RPM. Voyez Section 2.2.12, « Installer MySQL sous Linux »2.2.12. Installer MySQL sous Linux pour plus d'informations sur les paquets Linux RPM.

  • Toutes les autres distributions de MySQL-Max contiennent un serveur unique, appelé mysqld, mais qui inclut les fonctionnalités supplémentaires.

Vous pouvez trouver les distributions binaires sur le site web de MySQL AB, sur http://dev.mysql.com/downloads/mysql-4.0.html.

MySQL AB compile le serveur MySQL-Max avec les options de configure suivantes.

  • --with-server-suffix=-max

    Cette option ajoute le suffixe -max à la chaîne de version de mysqld.

  • --with-innodb

    Cette option active le support du moteur InnoDB. MySQL-Max inclut toujours le support d'InnoDB, mais cette option est nécessaire pour MySQL 3.23. Depuis MySQL 4, InnoDB est inclus par défaut dans les distributions binaires, alors il n'est pas nécessaire d'utiliser MySQL-Max pour ça.

  • --with-bdb

    Cette option active le support du moteur de table Berkeley DB (BDB).

  • CFLAGS=-DUSE_SYMDIR

    Cette option active le support des liens symboliques sous Windows.

Les distributions binaires de MySQL-Max sont disponibles pour ceux qui souhaitent installer une version précompilée. Si vous voulez compiler MySQL-Max depuis les sources, vous pouvez le faire et choisir les fonctionnalités que vous souhaitez au moment de la compilation.

Le serveur MySQL-Max inclut le moteur de stockage BerkeleyDB (BDB) lorsque c'est possible, mais toutes les plates-formes ne supportent pas BDB. La table suivante montre quelles plates-formes permettent à MySQL-Max d'inclure BDB :

Système BDB Support
AIX 4.3 N
HP-UX 11.0 N
Linux-Alpha N
Linux-IA-64 N
Linux-Intel Y
Mac OS X N
NetWare N
SCO OSR5 Y
Solaris-Intel N
Solaris-SPARC Y
UnixWare Y
Windows/NT Y

Pour connaître les moteurs de stockage que votre serveur supporte, utilisez la commande suivante :

 
Sélectionnez
mysql> SHOW ENGINES;

Avant MySQL 4.1.2, SHOW ENGINES est indisponible. Utilisez la commande suivante et vérifiez la valeur de la variable pour le moteur de tables qui vous intéresse :

 
Sélectionnez
mysql> SHOW VARIABLES LIKE 'have_%';
+------------------+----------+
| Variable_name    | Value    |
+------------------+----------+
| have_bdb         | NO       |
| have_crypt       | YES      |
| have_innodb      | YES      |
| have_isam        | NO       |
| have_raid        | NO       |
| have_symlink     | DISABLED |
| have_openssl     | NO       |
| have_query_cache | YES      |
+------------------+----------+

La signification des valeurs est :

Valeur Signification
YES L'option est activée et utilisable.
NO L'option n'est pas supportée.
DISABLED L'option est supportée mais désactivée.

La valeur NO signifie que le serveur a été compilé sans le support, et que la fonctionnalité ne peut pas être activée durant l'exécution.

La valeur de DISABLED apparait soit parce que le serveur a été lancé sans l'option qui active cette fonctionnalité, soit si toutes les options nécessaires ne sont pas disponibles. Dans ce dernier cas, le fichier d'erreurs host_name.err devrait contenir la raison indiquant pourquoi l'option a été désactivée.

Une situation dans laquelle vous pouvez voir DISABLED survient en version MySQL 3.23, lorsque le moteur InnoDB est compilé. En MySQL 3.23, vous devez fournir au moins l'option innodb_data_file_path à l'exécution pour configurer l'espace de tables InnoDB. Sans cette option, InnoDB se désactive. Voir Section 15.3, « InnoDB avec MySQL version 3.23 »15.3. InnoDB avec MySQL version 3.23. Vous pouvez spécifier les options de configuration pour les tables BDB, mais BDB ne se désactivera pas de lui-même si vous les oubliez. Voir Section 14.4.3, « Options de démarrage BDB »14.4.3. Options de démarrage BDB.

Vous pouvez aussi rencontrer la valeur de DISABLED pour InnoDB, BDB, ou ISAM si le serveur a été compilé pour les supporter, mais également les options de démarrage --skip-innodb, --skip-bdb ou --skip-isam à l'exécution.

Depuis la version 3.23, tous les serveurs MySQL supportent les tables MyISAM, car le moteur MyISAM est le moteur par défaut.

5-1-3. safe_mysqld, le script père de mysqld

safe_mysqld est la méthode recommandée pour démarrer un démon mysqld sous Unix. safe_mysqld ajoute des fonctionnalités de sécurité telles que le redémarrage automatique lorsqu'une erreur survient et l'enregistrement d'informations d'exécution dans un fichier de logs.

Note : avant MySQL 4.0, mysqld_safe s'appelait safe_mysqld. Pour préserver la compatibilité ascendante, la distribution binaire MySQL propose un lien symbolique de safe_mysqld vers mysqld_safe.

Par défaut, mysqld_safe essaie de lancer l'exécutable appelé mysqld-max s'il existe, ou mysqld sinon. Cela a des implications.

  • Sous Linux, le RPM MySQL-Max dépend de mysqld_safe. Le RPM installe un exécutable appelé mysqld-max, qui fait que mysqld_safe va automatiquement utiliser l'exécutable installé.

  • Si vous installez la distribution MySQL-Max qui inclut un serveur appelé mysqld-max, puis que vous le mettez à jour avec une version non max, mysqld_safe va essayer d'utiliser l'ancien serveur mysqld-max. Si vous faites une telle mise à jour, supprimez manuellement l'ancien serveur mysqld-max pour vous assurer que mysqld_safe utilise le nouveau mysqld.

Pour remplacer le comportement par défaut et spécifier explicitement le serveur que vous voulez utiliser, spécifiez l'option --mysqld ou --mysqld-version avec mysqld_safe.

De nombreuses options de mysqld_safe sont identiques aux options de mysqld. Voir Section 5.2.1, « Options de ligne de commande de mysqld »5.2.1. Options de ligne de commande de mysqld.

Toutes les options spécifiées avec mysqld_safe en ligne de commande sont passées à mysqld. Si vous voulez utiliser des options qui sont spécifiques à mysqld_safe et que mysqld ne les supporte pas, ne les spécifiez pas en ligne de commande. Au lieu de cela, listez-les dans le groupe [mysqld_safe] du fichier d'options. Voir Section 4.3.2, « Fichier d'options my.cnf »4.3.2. Fichier d'options my.cnf.

mysqld_safe lit toutes les options des groupes [mysqld], [server] et [mysqld_safe] dans le fichier d'options. Pour assurer la compatibilité ascendante, il lit aussi le groupe [safe_mysqld]. Vous devriez renommer ces sections [mysqld_safe] lorsque vous passez à MySQL 4.0 ou plus récent.

safe_mysqld supporte les options suivantes.

  • --basedir=path

    Le chemin jusqu'à l'installation de MySQL.

  • --core-file-size=#

    Taille du fichier core que mysqld doit être capable de créer. Il est passé à ulimit -c.

  • --datadir=path

    Le chemin jusqu'au dossier de données.

  • --defaults-extra-file=path

    Le nom du fichier d'options à lire en plus des fichiers habituels.

  • --defaults-file=path

    Le nom d'un fichier d'options qui doit être lu à la place du fichier d'options habituel.

  • --err-log=path

    L'ancienne option --log-error, à utiliser avant MySQL 4.0.

  • --ledir=path

    Le chemin jusqu'au dossier contenant le dossier mysqld. Utilisez cette option pour indiquer explicitement le lieu du serveur.

  • --log-error=path

    Écrit le fichier d'erreurs dans le fichier ci-dessus. Voir Section 5.9.1, « Le log d'erreurs »5.9.1. Le log d'erreurs.

  • --mysqld=prog_name

    Le nom du programme serveur (dans le dossier ledir) que vous voulez lancer. Cette option est nécessaire si vous utilisez une distribution binaire MySQL, mais que les données sont hors du dossier d'installation.

  • --mysqld-version=suffix

    Cette option est similaire à l'option --mysqld, mais vous spécifiez uniquement le suffixe du nom du programme. Le nom de base sera alors mysqld. Par exemple, si vous utilisez --mysqld-version=max, mysqld_safe va lancer le programme mysqld-max dans le dossier ledir. Si l'argument de --mysqld-version est vide, mysqld_safe utilise mysqld dans le dossier ledir.

  • --nice=priority

    Utilise le programme nice pour donner la priorité du serveur. Cette option a été ajoutée en MySQL 4.0.14.

  • --no-defaults

    Ne lit aucun fichier d'options.

  • --open-files-limit=count

    Le nombre de fichiers que mysqld ouvre au maximum. La valeur de l'option est passée à ulimit -n. Notez que vous devez lancer mysqld_safe en tant que root pour que cela fonctionne correctement.

  • --pid-file=path

    Le chemin jusqu'au fichier d'identifiant de processus.

  • --port=port_num

    Le numéro de port à utiliser pour attendre les connexions TCP/IP.

  • --socket=path

    Le fichier de socket Unix pour les connexions locales.

  • --timezone=zone

    Configure la variable d'environnement TZ. Consultez votre documentation système pour connaître le format légal des fuseaux horaires.

  • --user={user_name | user_id}

    Lance le serveur mysqld sous le nom d'utilisateur user_name ou avec l'utilisateur d'identifiant numérique ID user_id. (« Utilisateur » dans ce contexte représente le compte système, et non pas les utilisateurs des tables de droits MySQL).

Le script safe_mysqld a été écrit pour qu'il soit capable de démarrer le serveur qui a été installé à partir des sources ou de la version binaire, même si l'installation de MySQL est légèrement exotique. Voir Section 2.1.5, « Dispositions d'installation »2.1.5. Dispositions d'installation. safe_mysqld suppose que les conditions suivantes sont remplies :

  • le serveur et les bases de données sont placés dans un dossier relativement au dossier d'où safe_mysqld est appelé. safe_mysqld cherche dans les sous-dossiers bin et data (pour les distributions binaires) et, libexec et var (pour les distributions source). Cette condition doit être remplie si vous exécutez safe_mysqld depuis votre dossier d'installation MySQL (par exemple, /usr/local/mysql pour une distribution binaire) ;

  • si le serveur et les bases de données ne peuvent être trouvés dans le dossier de travail, safe_mysqld essaie de les trouver en utilisant leur chemin absolu. Les chemins typiquement étudiés sont /usr/local/libexec et /usr/local/var. Les chemins réels sont déterminés lorsque la distribution est compilée, et safe_mysqld a alors aussi été généré. Ils doivent être corrects si MySQL a été installé dans un dossier standard.

Comme safe_mysqld essaie de trouver le serveur et les bases dans un dossier situé dans le dossier de travail, vous pouvez installer la version binaire de MySQL n'importe où, du moment que vous démarrez le script safe_mysqld dans le dossier d'installation de MySQL :

 
Sélectionnez
shell> cd mysql_installation_directory
shell> bin/safe_mysqld &

Si safe_mysqld échoue, même s'il est appelé depuis le dossier d'installation, vous pouvez le modifier pour qu'il reconnaisse le chemin que vous utilisez jusqu'à mysqld. Notez que si vous faites évoluer votre installation de MySQL, votre version de safe_mysqld sera écrasée, et vous devrez la rééditer.

Normalement, vous ne devez pas éditer le script mysqld_safe. Au lieu de cela, configurez mysqld_safe en utilisant les options de ligne de commande, ou les options de la section [mysqld_safe] du fichier d'options my.cnf. Dans de rares cas, il sera peut-être nécessaire d'éditer mysqld_safe pour faire fonctionner correctement le serveur. Cependant, si vous faites cela, mysqld_safe risque d'être écrasé lors de la prochaine mise à jour de MySQL : faites-en une sauvegarde avant d'installer.

Sous NetWare, mysqld_safe est un NetWare Loadable Module (NLM) qui est un port du script Unix original. Il fait ceci :

  1. Effectue des vérifications système et des options ;

  2. Lance la vérification des tables MyISAM et ISAM ;

  3. Affiche un écran de présence de MySQL ;

  4. Lance mysqld, le surveille et le relance s'il s'arrête sur une erreur ;

  5. Envoie les messages de mysqld dans le fichier host_name.err dans le dossier de données ;

  6. Envoie les affichages de mysqld_safe dans le fichier host_name.safe dans le dossier de données.

5-1-4. Le script de démarrage mysql.server

Les distributions MySQL sous Unix incluent un script appelé mysql.server. Il peut être utilisé pour lancer et arrêter les services. Il est aussi utilisé par le script de démarrage de Max OS X.

mysql.server est placé dans le dossier support-files sous le dossier d'installation de MYSQL, ou dans le dossier de source.

Si vous utilisez le paquet RPM pour Linux (MySQL-server-VERSION.rpm), le script mysql.server sera déjà installé dans le dossier /etc/init.d sous le nom de mysql. Vous n'avez pas besoin de l'installer manuellement. Voyez Section 2.2.12, « Installer MySQL sous Linux »2.2.12. Installer MySQL sous Linux pour plus d'informations sur les paquets MySQL RPM Linux.

Certains éditeurs fournissent des paquets RPM qui installent un script de démarrage sous le nom de mysqld.

Si vous installez MySQL depuis une distribution source, ou en utilisant une distribution binaire qui n'installe pas automatiquement le fichier mysql.server, vous pouvez l'installer manuellement. Les instructions sont fournies dans la section Section 2.5.2.2, « Lancer et arrêter MySQL automatiquement »2.5.2.2. Lancer et arrêter MySQL automatiquement.

mysql.server lit les options dans les sections [mysql.server] et [mysqld] du fichier de configuration. Pour la compatibilité ascendante, il lit aussi la section [mysql_server], même si vous devrez la renommer en [mysql.server] lorsque vous commencerez à utiliser MySQL 4.0.

5-1-5. mysqld_multi, un programme pour gérer plusieurs serveurs MySQL

mysqld_multi sert à gérer plusieurs serveurs mysqld qui utilisent différentes sockets Unix et ports TCP/IP.

Le programme va rechercher les groupes nommés [mysqld#] dans le fichier my.cnf (ou le fichier appelé --config-file=...), où # peut être n'importe quel nombre positif, supérieur ou égal à 1. Ce nombre est appelé le numéro de groupe d'options. Les numéros de groupe permettent de distinguer un groupe d'options d'un autre, et sont utilisés comme argument du script mysqld_multi pour spécifier quel serveur vous voulez démarrer, arrêter ou examiner. Les options listées dans ces groupes doivent être les mêmes que celles que vous utiliseriez dans une section dédiée au démon [mysqld]. Voyez, par exemple, Section 2.5.2.2, « Lancer et arrêter MySQL automatiquement »2.5.2.2. Lancer et arrêter MySQL automatiquement. Cependant, pour mysqld_multi, vous devez vous assurer que chaque groupe contient des valeurs pour les options telles que port, socket, etc., qui seront utilisées par chaque processus mysqld. Pour plus d'informations sur les options de chaque serveur dans un environnement à serveurs multiples, voyez la section Section 5.10, « Faire fonctionner plusieurs serveurs MySQL sur la même machine »5.10. Faire fonctionner plusieurs serveurs MySQL sur la même machine.

mysqld_multi est utilisé avec la syntaxe suivante :

 
Sélectionnez
shell> mysqld_multi [options] {start|stop|report} [GNR[,GNR]...]

start, stop et report indiquent le type d'opération que vous voulez faire. Vous pouvez faire une opération sur un serveur unique ou plusieurs serveurs, en fonction de la liste GNR qui suit le nom de l'opération. S'il n'y a pas de liste, mysqld_multi effectue l'opération sur tous les serveurs du fichier d'options.

Chaque GNR représente un numéro de groupe d'options. Vous pouvez démarrer, arrêter ou examiner n'importe quel numéro de groupe d'options, ou même plusieurs d'entre eux en même temps. Par exemple, le groupe GNR pour le groupe appelé [mysqld17] est 17. Pour spécifier un intervalle de nombres, séparez le premier et le dernier numéro par un tiret. La valeur GNR 10-13 représente les groupes de [mysqld10] à [mysqld13]. Les groupes multiples ou les intervalles de groupes peuvent être spécifiés en ligne de commande, séparés par des virgules. Il ne doit pas y avoir d'espace blanc entre deux éléments de la liste : tout ce qui sera après un espace sera ignoré.

Cette commande lance un serveur unique, avec le groupe d'options [mysqld17] :

 
Sélectionnez
shell> mysqld_multi start 17

Cette commande arrête plusieurs serveurs, en utilisant les groupes d'options [mysql8] et [mysqld10] à [mysqld13] :

 
Sélectionnez
shell> mysqld_multi start 8,10-13

Pour afficher un exemple de configurations, utilisez cette commande :

 
Sélectionnez
shell> mysqld_multi --example

Les valeurs de numéro de groupe d'options peuvent être une liste de valeurs séparées par une virgule ou un tiret. Dans ce dernier cas, tous les numéros de groupe d'options situés entre les deux numéros seront alors affectés. Sans numéro de groupe d'options spécifié, tous les numéros de groupes du fichier d'options sont affectés. Notez que vous ne devez pas avoir d'espace dans la liste des numéros de groupe d'options. Tout ce qui est placé au-delà de l'espace sera ignoré.

mysqld_multi supporte les options suivantes.

  • --config-file=name

    Un fichier de configuration alternatif. Note : cela ne va pas modifier les options de ce programme ([mysqld_multi]), mais uniquement les groupes [mysqld#]. Sans cette option, tout sera lu dans le fichier d'options traditionnel my.cnf. Cette option n'affecte pas la façon avec laquelle mysqld_multi lit ses options, qui sont toujours prises dans le groupe [mysqld_multi] du fichier my.cnf habituel.

  • --example

    Affiche un exemple de fichier de configuration.

  • --help

    Affiche l'aide et quitte.

  • --log=name

    Fichier de log. Le chemin complet et le nom du fichier sont nécessaires.

  • --mysqladmin=prog_name

    L'exécutable mysqladmin à utiliser lors de l'arrêt du serveur.

  • --mysqld=prog_name

    L'exécutable mysqld à utiliser. Notez que vous pouvez donner cette option à safe_mysqld. Ces options sont passées à mysqld. Assurez-vous que vous avez bien mysqld dans votre variable d'environnement PATH ou corrigez safe_mysqld.

  • --no-log

    Affiche les données d'historique à l'écran plutôt que dans le fichier de logs. Par défaut, le fichier de logs est activé.

  • --password=password

    Le mot de passe de l'utilisateur mysqladmin.

  • --tcp-ip

    Connexion au serveur MySQL via le port TCP/IP au lieu du socket Unix. Cela affecte l'arrêt et le rapport. Si le fichier de socket manque, le serveur peut continuer de tourner, mais il n'est plus accessible que par port TCP/IP. Par défaut, les connexions sont faites avec les sockets Unix.

  • --user=user_name

    L'utilisateur MySQL pour mysqladmin.

  • --version

    Affiche le numéro de version et quitte.

Quelques notes pour mysqld_multi.

  • Assurez-vous que l'utilisateur MySQL, qui stoppe les services mysqld (e.g en utilisant la commande mysqladmin), a les mêmes nom d'utilisateur et mot de passe pour tous les dossiers de données utilisés. Et assurez-vous que cet utilisateur a bien les droits de SHUTDOWN ! Si vous avez de nombreux dossiers de données et de nombreuses bases mysql avec différents mots de passe pour le serveur root MySQL, vous souhaiterez peut-être créer un utilisateur commun multi_admin à chaque base, avec le même mot de passe (voir ci-dessous). Voici comment faire :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql -u root -S /tmp/mysql.sock -proot_password -e
    "GRANT SHUTDOWN ON *.* TO multi_admin@localhost IDENTIFIED BY 'multipass'"

    Voir Section 5.5.2, « Comment fonctionne le système de droits »5.5.2. Comment fonctionne le système de droits. Vous devrez utiliser la même commande pour chaque serveur mysqld qui fonctionne : changez simplement la socket, -S=...).

  • pid-file est très important, si vous utilisez safe_mysqld pour démarrer mysqld (e.g., --mysqld=safe_mysqld). Chaque mysqld doit avoir son propre fichier pid-file. L'avantage d'utiliser safe_mysqld au lieu de mysqld est que safe_mysqld « surveille » tous les processus mysqld et les redémarrera si un processus mysqld s'arrête suite à la réception d'un signal kill -9, ou pour toute autre raison comme une erreur de segmentation (que MySQL ne devrait jamais faire, bien sûr !). Notez bien que le script safe_mysqld vous imposera peut-être d'être démarré depuis un dossier spécial. Cela signifie que vous devrez probablement utiliser la commande shell cd jusqu'à un certain dossier avant de pouvoir exécuter mysqld_multi. Si vous avez des problèmes pour démarrer, voyez le script safe_mysqld. Vérifiez notamment ces lignes :

     
    Sélectionnez
    ----------------------------------------------------------------
    MY_PWD=`pwd`
    # Check if we are starting this relative (for the binary release)
    if test -d $MY_PWD/data/mysql -a -f ./share/mysql/english/errmsg.sys -a \
     -x ./bin/mysqld
    ----------------------------------------------------------------

    Voir Section 5.1.3, « safe_mysqld, le script père de mysqld »5.1.3. safe_mysqld, le script père de mysqld. Le test ci-dessus devrait fonctionner, ou bien vous rencontrerez probablement des problèmes.

  • Le fichier de socket et le port TCP/IP doivent être différents pour chaque mysqld.

  • Vous pouvez utiliser l'option --user de mysqld, mais afin de faire cela, vous devez exécuter le script mysqld_multi en tant que root Unix. Placer cette option dans le fichier de configuration ne changera rien : vous obtiendrez une alerte, si vous n'êtes pas le superutilisateur, et les démons mysqld seront démarrés avec vos droits Unix.

  • Important : assurez-vous bien que le fichier de données et le fichier de pid-file sont accessibles en lecture et écriture (et exécution pour le dernier) à l'utilisateur Unix qui lance les processus mysqld. N'utilisez pas le compte root Unix pour cela, à moins que vous ne sachiez ce que vous faites.

  • Très important : assurez-vous de bien comprendre la signification des options que vous passez à mysqlds et pourquoi vous avez besoin de plusieurs processus mysqld. Méfiez-vous des pièges des serveurs multiples mysqld dans le même dossier de données. Utilisez des dossiers de données à moins que vous ne sachiez ce que vous faites. Démarrer plusieurs serveurs mysqlds dans le même dossier ne vous donnera aucun gain de performance dans un système threadé. Voir Section 5.10, « Faire fonctionner plusieurs serveurs MySQL sur la même machine »5.10. Faire fonctionner plusieurs serveurs MySQL sur la même machine.

Voici un exemple de fichier de configuration fourni par mysqld_multi.

 
Sélectionnez
# This file should probably be in your home dir (~/.my.cnf) or /etc/my.cnf
# Version 2.1 by Jani Tolonen

[mysqld_multi]
mysqld     = /usr/local/bin/safe_mysqld
mysqladmin = /usr/local/bin/mysqladmin
user       = multi_admin
password   = multipass

[mysqld2]
socket     = /tmp/mysql.sock2
port       = 3307
pid-file   = /usr/local/mysql/var2/hostname.pid2
datadir    = /usr/local/mysql/var2
language   = /usr/local/share/mysql/english
user       = john

[mysqld3]
socket     = /tmp/mysql.sock3
port       = 3308
pid-file   = /usr/local/mysql/var3/hostname.pid3
datadir    = /usr/local/mysql/var3
language   = /usr/local/share/mysql/swedish
user       = monty

[mysqld4]
socket     = /tmp/mysql.sock4
port       = 3309
pid-file   = /usr/local/mysql/var4/hostname.pid4
datadir    = /usr/local/mysql/var4
language   = /usr/local/share/mysql/estonia
user       = tonu

[mysqld6]
socket     = /tmp/mysql.sock6
port       = 3311
pid-file   = /usr/local/mysql/var6/hostname.pid6
datadir    = /usr/local/mysql/var6
language   = /usr/local/share/mysql/japanese
user       = jani

Voir Section 4.3.2, « Fichier d'options my.cnf »4.3.2. Fichier d'options my.cnf.

5-2. Configuration de MySQL

Cette section présente la configuration du serveur MySQL :

  • options de démarrage que le serveur supporte ;

  • comment utiliser le mode SQL du serveur ;

  • les variables serveur ;

  • les variables de statut du serveur.

5-2-1. Options de ligne de commande de mysqld

Lorsque vous démarrez le serveur mysqld, vous pouvez spécifier les options de programme en utilisant les méthodes décrites dans la section Section 4.3, « Spécifier des options aux programmes »4.3. Spécifier des options aux programmes. Les méthodes les plus courantes sont celles du fichier d'options et celles de la ligne de commande. Cependant, dans la plupart des cas, vous devrez vous assurer que le serveur utilise toujours les mêmes options à chaque redémarrage : il est recommandé de les mettre dans le fichier d'options. Voir Section 4.3.2, « Fichier d'options my.cnf »4.3.2. Fichier d'options my.cnf.

mysqld et mysqld.server lisent les options des groupes mysqld et server. mysqld_safe lit les options des groupes mysqld, server, mysqld_safe et safe_mysqld. Un serveur MySQL intégré lit généralement les options dans les groupes server, embedded et xxxxx_SERVER, où xxxxx est le nom de l'application.

mysqld accepte de nombreuses options de ligne de commande. Pour une liste complète, utilisez la commande mysqld --help. Avant MySQL 4.1.1, --help affiche un message d'aide complet. Depuis 4.1.1, il affiche un bref message. Pour voir la liste complète, utilisez mysqld --verbose --help.

La liste suivante montre les options de serveur les plus courantes. Les options supplémentaires sont détaillées ailleurs.

Vous pouvez aussi modifier les valeurs des variables système en utilisant le nom de l'option comme variable système, tel que décrit ultérieurement.

  • --help, -?

    Affiche l'aide courte et termine le programme. Avant MySQL 4.1.1, --help affiche un message d'aide complet. Depuis 4.1.1, il affiche un bref message. Pour voir la liste complète, utilisez mysqld --verbose --help.

  • --allow-suspicious-udfs

    Cette option contrôle le fait que les fonctions utilisateur qui disposent d'un seul symbole xxx puissent être chargées. Par défaut, cette option est désactivée, et seules les UDF qui ont au moins un symbole auxiliaire peuvent être chargées. Cela évite de charger des fonctions issues d'un objet partagé qui ne serait pas une fonction utilisateur légitime. Cette option a été ajoutée en MySQL 4.0.24, 4.1.10a et 5.0.3. Voir Section 27.2.3.6, « Précautions à prendre avec les fonctions utilisateur »27.2.3.6. Précautions à prendre avec les fonctions utilisateur.

  • --ansi

    Utilise la syntaxe ANSI SQL au lieu de la syntaxe MySQL. Voir Section 1.5.3, « Exécuter MySQL en mode ANSI »1.5.3. Exécuter MySQL en mode ANSI. Pour un contrôle plus précis sur le mode SQL serveur, utilisez l'option --sql-mode.

  • --basedir=path, -b path

    Chemin jusqu'au dossier d'installation. Tous les chemins sont généralement relatifs à celui-ci.

  • --big-tables

    Autorise la sauvegarde de grands résultats dans des fichiers temporaires. Cela résout le problème des erreurs « table full », mais ralentit les requêtes alors que des tables en mémoire suffiraient. Depuis la version 3.23.2, MySQL est capable de résoudre automatiquement ce problème en utilisant de la mémoire pour toutes les tables temporaires de petite taille, et en passant sur le disque au besoin.

  • --bind-address=IP

    L'adresse IP à utiliser.

  • --console

    Écrit les messages d'erreur du log d'erreur sur la sortie standard, même si --log-error est spécifiée. Sous Windows, mysqld ne ferme pas l'écran de console si cette option est utilisée.

  • --character-sets-dir=path

    Dossier contenant les jeux de caractères. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --chroot=path

    Met le démon mysqld en environnement chroot au démarrage. Recommandé pour la sécurité depuis MySQL 4.0. (MySQL 3.23 n'est pas capable de fournir un encadrement chroot() qui soit 100 % étanche). Cela limite les commandes LOAD DATA INFILE et SELECT ... INTO OUTFILE.

  • --core-file

    Écrire le fichier core lorsque mysqld s'arrête inopinément. Pour certains fichiers, vous devez aussi spécifier --core-file-size à safe_mysqld. Voir Section 5.1.3, « safe_mysqld, le script père de mysqld »5.1.3. safe_mysqld, le script père de mysqld. Notez que sur certains systèmes, comme Solaris, vous n'aurez pas de fichier de core si vous avez aussi utilisé l'option --user.

  • --datadir=path, -h path

    Chemin jusqu'au dossier de données.

  • --debug[=debug_options], -# [debug_options]

    Si MySQL est configuré avec --with-debug, vous pouvez utiliser cette option pour obtenir un fichier de trace de ce que mysqld fait. Voir Section D.1.2, « Créer un fichier de traçage »D.1.2. Créer un fichier de traçage.

  • --default-character-set=charset

    Spécifie le jeu de caractères par défaut. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --default-collation=collation

    Spécifie la collation par défaut. Cette option est disponible depuis MySQL 4.1.1. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --default-storage-engine=type

    Cette option est un synonyme de --default-table-type. Cette option est disponible depuis MySQL 4.1.2.

  • --default-table-type=type

    Spécifie le type de table par défaut. Voir Chapitre 14, Moteurs de tables MySQL et types de tableChapitre 14. Moteurs de tables MySQL et types de table.

  • --delay-key-write[= OFF | ON | ALL]

    Comment l'option DELAYED KEYS doit être utilisée. Les écritures différées font que les buffers de clés ne sont pas écrits entre deux écritures pour les tables MyISAM. OFF désactive les écritures différées. ON active les écritures différées pour les tables qui ont été créées avec l'option DELAYED KEYS. ALL active les écritures différées pour les tables MyISAM. Cette option est disponible depuis MySQL 4.0.3. Voir Section 7.5.2, « Réglage des paramètres du serveur »7.5.2. Réglage des paramètres du serveur. Voir Section 14.1.1, « Options de démarrage MyISAM »14.1.1. Options de démarrage MyISAM.

    Note : si vous avez donné la valeur de ALL à cette option, vous ne devez pas utiliser les tables MyISAM depuis un autre programme (comme myisamchk) lorsque la table est utilisée. En faisant cela, vous obtiendrez une corruption d'index.

  • --delay-key-write-for-all-tables

    Ancienne forme de --delay-key-write=ALL à utiliser sur les versions antérieures à la version 4.0.3. Depuis la version 4.0.3, utilisez --delay-key-write.

  • --des-key-file=file_name

    Lit les clés par défaut utilisées par DES_ENCRYPT() et DES_DECRYPT() dans ce fichier.

  • --enable-named-pipe

    Active le support des pipes nommés (seulement sur NT/Win2000/XP). Cette option ne s'applique qu'aux systèmes Windows NT, 2000 et XP, et peut être utilisée avec les serveurs mysqld-nt et mysqld-max-nt qui supportent les pipes nommés.

  • --exit-info, -T

    Cette option est la combinaison d'options que vous pouvez utiliser pour le débogage du serveur mysqld. Si vous ne savez pas ce que ça fait exactement, ne l'utilisez pas !

  • --external-locking

    Active le verrouillage système. Notez que si vous utilisez cette option sur un système pour lequel lockd ne fonctionne pas (comme Linux), vous allez bloquer rapidement mysqld avec les verrous. Anciennement appelée --enable-locking.

    Note : si vous utilisez cette option pour activer des modifications de tables MyISAM depuis plusieurs processus MySQL, vous devez vous assurer de trois conditions :

    • vous n'utilisez pas de cache de requêtes pour les requêtes qui utilisent les tables sont modifiées par un autre processus ;

    • vous ne devez pas utiliser --delay-key-write=ALL ou DELAY_KEY_WRITE=1 sur des tables partagées.

    Le plus simple pour s'assurer de cela est de toujours utiliser l'option --external-locking avec --delay-key-write=OFF --query-cache-size=0.

    (Ceci n'est pas fait par défaut, car dans de nombreuses configurations, il est pratique de faire un mélange des options ci-dessus).

  • --flush

    Écrit toutes les données sur le disque après chaque requête SQL. Normalement, MySQL fait des écritures sur le disque après chaque requête, et laisse le système d'exploitation assurer la synchronisation avec le disque. Voir Section A.4.2, « Que faire si MySQL plante constamment ? »A.4.2. Que faire si MySQL plante constamment ?.

  • --init-file=file

    Lit les commandes SQL dans ce fichier au démarrage. Chaque commande doit être sur une ligne, et ne pas utiliser de commentaires.

  • --language=lang_name, -L lang_name

    Spécifie la langue utilisée pour les messages d'erreur du client. Le chemin complet doit être utilisé. Voir Section 5.8.2, « Langue des messages d'erreurs »5.8.2. Langue des messages d'erreurs.

  • --log[=file], -l [file]

    Enregistre les connexions et les requêtes dans ce fichier. Voir Section 5.9.2, « Le log général de requêtes »5.9.2. Le log général de requêtes. Si vous ne le faites pas, MySQL va utiliser host_name.log comme nom de fichier.

  • --log-bin=[file]

    Enregistre toutes les requêtes qui modifient des données dans un log. Voir Section 5.9.4, « Le log binaire »5.9.4. Le log binaire. Ce log est utilisé pour la sauvegarde et la réplication. Si vous ne le faites pas, MySQL va utiliser host_name-bin comme nom de fichier.

  • --log-bin-index[=file]

    Fichier d'index pour les noms de fichiers de log binaire. Voir Section 5.9.4, « Le log binaire »5.9.4. Le log binaire. Si vous ne le faites pas, MySQL va utiliser host_name-bin.index comme nom de fichier.

  • --log-error[=file]

    Enregistre les messages d'erreur et les messages de démarrage dans ce fichier. Voir Section 5.9.1, « Le log d'erreurs »5.9.1. Le log d'erreurs. Si vous ne le faites pas, MySQL va utiliser host_name.err comme nom de fichier.

  • --log-isam[=file]

    Enregistre toutes les modifications des tables ISAM/MyISAM dans ce fichier (uniquement nécessaire pour déboguer ISAM/MyISAM).

  • --log-long-format

    Enregistre des informations supplémentaires dans les fichiers de log (log de modifications, log binaire de modifications, log de requêtes lentes, n'importe quel log en fait). Par exemple, le nom d'utilisateur et un timestamp sont enregistrés avec la requête. Si vous utilisez --log-slow-queries et --log-long-format, alors les requêtes qui n'utilisent pas d'index seront aussi enregistrées. Notez que --log-long-format est obsolète depuis la version 4.1, où --log-short-format a été introduite (le format de log long est la configuration par défaut en version 4.1). Notez aussi que depuis la version MySQL 4.1 l'option --log-queries-not-using-indexes est disponible pour enregistrer spécifiquement les requêtes qui n'utilisent pas d'index, dans le log de requêtes lentes.

  • --log-queries-not-using-indexes

    Si vous utilisez cette option avec --log-slow-queries, alors les requêtes qui n'utilisent pas d'index seront aussi enregistrées dans le log de requêtes lentes. Cette option est disponible depuis MySQL 4.1. Voir Section 5.9.5, « Le log des requêtes lentes »5.9.5. Le log des requêtes lentes.

  • --log-short-format

    Enregistre moins d'information dans les fichiers de log (log de modifications, log binaire de modifications, log de requêtes lentes, n'importe quel log en fait). Par exemple, les noms d'utilisateur et un timestamp ne seront pas enregistrés avec les requêtes. Cette option a été ajoutée en MySQL 4.1.

  • --log-slow-queries[=file]

    Enregistre toutes les requêtes qui prennent plus de long_query_time secondes à s'exécuter. Notez que la quantité d'informations enregistrées par défaut a changé en MySQL 4.1. Voyez les options --log-long-format et --log-long-format pour plus de détails. Voir Section 5.9.5, « Le log des requêtes lentes »5.9.5. Le log des requêtes lentes.

  • --log-update[=file]

    Enregistre les modifications de données dans le fichier file.## est un nombre unique, s'il n'est pas fourni. Voir Section 5.9.3, « Le log de modification »5.9.3. Le log de modification. Le log de modification est obsolète et supprimé en MySQL 5.0.0; vous devriez utiliser le log binaire à la place. (--log-bin). Voir Section 5.9.4, « Le log binaire »5.9.4. Le log binaire. Depuis la version 5.0.0, utiliser --log-update va simplement activer le log binaire. (Voir Section C.1.7, « Changements de la version 5.0.0 (22 décembre 2003 : Alpha) »C.1.7. Changements de la version 5.0.0 (22 décembre 2003 : Alpha)).

  • --log-warnings, -W

    Affiche les alertes comme Aborted connection... dans le fichier d'erreur .err. Activer cette option est recommandé, par exemple, si vous utilisez la réplication : vous obtiendrez plus d'informations sur ce qui se passe, comme les erreurs de connexion réseau, ou les reconnexions. Cette option est activée par défaut depuis MySQL 4.1.2; pour la désactiver, utilisez --skip-log-warnings. Voir Section A.2.10, « Erreurs de communication / Connexion annulée »A.2.10. Erreurs de communication / Connexion annulée.

    Cette option s'appelait --warnings avant MySQL 4.0.

  • --low-priority-updates

    Les opérations de modification de table (INSERT/DELETE/UPDATE) auront une priorité inférieure aux sélections. Cela peut être aussi fait via l'attribut {INSERT | REPLACE | UPDATE | DELETE} LOW_PRIORITY ... pour baisser la priorité d'une requête, ou avec SET LOW_PRIORITY_UPDATES=1 pour changer la priorité dans plus d'un thread. Voir Section 7.3.2, « Problème de verrouillage de tables »7.3.2. Problème de verrouillage de tables.

  • --memlock

    Verrouille le processus mysqld en mémoire. Cela fonctionne si votre système supporte la fonction mlockall() (comme Solaris). Ceci peut être utile si vous avez des problèmes avec le système d'exploitation qui force mysqld à utiliser le swap sur le disque.

  • --myisam-recover [=option[,option...]]]

    Cette option est la combinaison de DEFAULT, BACKUP, FORCE et QUICK. Vous pouvez aussi lui donner la valeur explicite de "" si vous voulez désactiver cette option. Si cette option est utilisée, mysqld va vérifier si la table est marquée comme corrompue à l'ouverture de chaque table (cette dernière option ne fonctionne que si vous utilisez l'option --skip-external-locking). Si c'est le cas, mysqld va essayer de vérifier la table. Si la table était corrompue, mysqld essaie alors de la réparer.

    L'option suivante va affecter la manière avec laquelle la réparation s'effectue.

    Option Description
    DEFAULT Identique à ne pas donner d'option à --myisam-recover.
    BACKUP Si la table a été modifiée durant la réparation, sauver une copie du fichier table_name.MYD, sous le nom de table_name-datetime.BAK.
    FORCE Exécute une réparation même si nous allons perdre une ou plusieurs lignes dans le fichier .MYD.
    QUICK Ne vérifie pas les lignes dans la table s'il n'y a pas eu d'effacement.

    Avant que la table ne soit automatiquement réparée, MySQL va ajouter une note dans le fichier de logs d'erreurs. Si vous voulez être capable de restaurer la plupart des erreurs sans intervention de l'utilisateur, il vaut utiliser les options BACKUP,FORCE. Cela va forcer la réparation de la table, même si quelques lignes sont effacées, et conserve le vieux fichier de données comme sauvegarde, pour examen ultérieur.

    Cette option est disponible depuis MySQL 3.23.25.

  • --new

    Depuis la version 4.0.12, l'option --new sert à dire au serveur d'adopter le comportement de la version 4.1 pour certains aspects, afin de simplifier la migration de 4.0 en 4.1.

    Cette option peut vous aider à voir comment vos applications vont se comporter en MySQL 4.1, sans réellement changer de version.

  • --pid-file=path

    Le chemin jusqu'au fichier de PID utilisé par safe_mysqld.

  • --port=port_num, -P port_num

    Numéro de port utilisé pour attendre les connexions TCP/IP.

  • --old-protocol, -o

    Utilise le protocole 3.20, pour la compatibilité avec de très vieux clients. Voir Section 2.6.6, « Passer de la version 3.20 à la version 3.21 »2.6.6. Passer de la version 3.20 à la version 3.21.

  • --one-thread

    Utilise uniquement un thread (pour débogage sous Linux). Cette option est disponible uniquement si le serveur est compilé avec les options de débogage. Voir Section D.1, « Déboguer un serveur MySQL »D.1. Déboguer un serveur MySQL.

  • --open-files-limit=count

    Pour changer le nombre de pointeurs de fichiers disponibles pour mysqld. Si cette option n'est pas configurée, ou qu'elle vaut 0, alors mysqld va utiliser cette valeur pour réserver ce nombre de pointeurs de fichiers, à utiliser avec setrlimit(). Si la valeur est 0 alors mysqld va réserver max_connections*5 ou max_connections + table_cache*2 (le plus grand des deux) pointeurs de fichiers. Il est recommandé d'augmenter cette valeur si mysqld émet des erreurs de type 'Too many open files'.

  • --safe-mode

    Ignore certaines étapes d'optimisation.

  • --safe-show-database

    Avec cette option, la commande SHOW DATABASES retourne uniquement les bases pour lesquelles l'utilisateur a des droits. Depuis la version 4.0.2, cette option est abandonnée, et ne fait plus rien (l'option est activée par défaut) car nous avons désormais le droit de SHOW DATABASES. Voir Section 13.5.1.3, « Syntaxe de GRANT et REVOKE »13.5.1.3. Syntaxe de GRANT et REVOKE.

  • --safe-user-create

    Si cette option est activée, un utilisateur ne peut pas créer de nouveaux utilisateurs avec la commande GRANT si l'utilisateur n'a pas les droits de INSERT dans la table mysql.user ou dans aucune colonne de cette table.

  • --secure-auth

    Interdit l'identification des comptes qui ont des mots de passe anciens (avant la version 4.1). Cette option est disponible depuis MySQL 4.1.1.

  • --skip-bdb

    Désactive l'utilisation des tables BDB. Cela va économiser de la mémoire et accélérer le serveur un peu. N'utilisez pas cette option si vous avez besoin des tables BDB.

  • --skip-concurrent-insert

    Désactive la possibilité de sélectionner et insérer en même temps dans les tables MyISAM (cela n'est utile que si vous pensez que vous avez trouvé un bogue dans cette fonctionnalité).

  • --skip-delay-key-write

    Ignore l'option DELAY_KEY_WRITE de toutes les tables. Depuis MySQL 4.0.3, vous devez utiliser --delay-key-write=OFF à la place. Voir Section 7.5.2, « Réglage des paramètres du serveur »7.5.2. Réglage des paramètres du serveur.

  • --skip-external-locking

    Ne pas utiliser le verrouillage du système. Pour utiliser les utilitaires isamchk ou myisamchk vous devez alors éteindre le système. Voir Section 1.2.3, « Jusqu'à quel point MySQL est il stable ? »1.2.3. Jusqu'à quel point MySQL est il stable ?. Notez qu'en MySQL version 3.23 vous pouvez utiliser la commande REPAIR et CHECK pour réparer ou vérifier des tables MyISAM. Cette option s'appelait auparavant --skip-locking.

  • --skip-grant-tables

    Cette option force le serveur à ne pas utiliser le système de privilège du tout. Cela donne à tous l'accès complet à toutes les bases de données ! Vous pouvez demander à un serveur en exécution d'utiliser à nouveau les tables de droits en exécutant la commande mysqladmin flush-privileges ou mysqladmin reload).

  • --skip-host-cache

    Ne pas utiliser le cache de noms de domaine pour une résolution des IP plus rapide, mais interroger le serveur DNS à chaque connexion. Voir Section 7.5.6, « Comment MySQL utilise le DNS »7.5.6. Comment MySQL utilise le DNS.

  • --skip-innodb

    Désactive l'utilisation des tables InnoDB. Cela va économiser de la mémoire et accélérer le serveur un peu. N'utilisez pas cette option si vous avez besoin des tables InnoDB.

  • --skip-isam

    Désactive l'utilisation des tables ISAM. Cela va économiser de la mémoire et accélérer le serveur un peu. Depuis MySQL 4.1, ISAM est désactivé par défaut, ce qui fait que cette option n'apparaît que si le serveur a été configuré avec le support N'utilisez pas cette option si vous avez besoin des tables ISAM.

  • --skip-name-resolve

    Les noms d'hôtes ne sont pas résolus. Toutes les colonnes Host dans vos tables de droits doivent être des IP numériques ou le mot localhost. Voir Section 7.5.6, « Comment MySQL utilise le DNS »7.5.6. Comment MySQL utilise le DNS.

  • --skip-networking

    Ne pas attendre les connexions TCP/IP du tout. Toutes les interactions du serveur mysqld seront faites avec les sockets Unix. Cette option est particulièrement recommandée pour les systèmes qui utilisent des requêtes locales. Voir Section 7.5.6, « Comment MySQL utilise le DNS »7.5.6. Comment MySQL utilise le DNS.

  • --skip-new

    Ne pas utiliser les nouvelles routines qui sont possiblement erronées.

  • --skip-symlink

    C'est l'ancienne forme de --skip-symbolic-links, à utiliser avant MySQL 4.0.13.

  • --symbolic-links, --skip-symbolic-links

    Active ou désactive le support des liens symboliques. Cette option a différents effets sur Windows et sur Unix.

    Cette option est disponible depuis MySQL 4.0.13.

  • --skip-show-database

    Si MySQL est configuré avec --with-debug=full, tous les programmes vérifieront la mémoire pour rechercher les écrasements de zone lors des allocations et libérations de mémoire. Comme ce test est lent, vous pouvez l'éviter, si vous n'avez pas besoin de tester la mémoire, en utilisant cette option.

  • --skip-show-database

    Ne pas autoriser la commande SHOW DATABASES, à moins que l'utilisateur n'ait les droits de SHOW DATABASES. Depuis la version 4.0.2, vous n'avez plus besoin de cette option, car les droits pour ce faire sont distribués avec le droit de SHOW DATABASES.

  • --skip-stack-trace

    Ne pas écrire les piles de traces. Cette option est pratique lorsque vous utilisez mysqld avec un débogueur. Sur certains systèmes, vous devez aussi utiliser cette option pour obtenir un fichier de core. Voir Section D.1, « Déboguer un serveur MySQL »D.1. Déboguer un serveur MySQL.

  • --skip-thread-priority

    Désactive les priorités des threads pour améliorer la vitesse de réponse.

  • --socket=path

    Sous Unix, le fichier de socket pour les connexions locales. (par défaut, /tmp/mysql.sock). Sous Windows, le nom du pipe à utiliser pour les connexions locales qui utilisent un pipe nommé (par défaut, MySQL).

  • --sql-mode=value[,value[,value...]]

    Spécifie le mode SQL. Voir Section 5.2.2, « Le mode SQL du serveur »5.2.2. Le mode SQL du serveur. Cette option est disponible depuis 3.23.41.

  • --temp-pool

    En utilisant cette option, vous allez réduire le jeu de noms qui sont utilisés lors de la création de fichiers temporaires, plutôt qu'un nom unique à chaque fois. Ceci est un palliatif au noyau Linux qui crée plusieurs fichiers nouveaux avec des noms différents. Avec l'ancien comportement, Linux semble « perdre de la mémoire », car ils sont alloués au cache d'entrées du dossier au lieu de celui du disque.

  • --transaction-isolation=level

    Configure le niveau d'isolation des transactions. Le niveau peut être READ-UNCOMMITTED, READ-COMMITTED, REPEATABLE-READ ou SERIALIZABLE. Voir Section 13.4.6, « Syntaxe de SET TRANSACTION  »13.4.6. Syntaxe de SET TRANSACTION .

  • --tmpdir=path, -t path

    Chemin vers les fichiers temporaires. Il peut s'avérer pratique si votre dossier par défaut /tmp réside dans une partition qui est trop petite pour absorber les tables temporaires. Depuis MySQL MySQL 4.1, cette option accepte différents chemins, qui sont utilisés en alternance. Les chemins doivent être séparés par des deux-points (':') sous Unix et des points-virgules (';') sous Windows. Il est possible de dire à tmpdir de pointer sur un système de fichiers en mémoire, hormis si le serveur MySQL est un esclave. Si c'est un esclave, il faut un système de fichiers permanents (pour la réplication des tables temporaires et des commandes LOAD DATA INFILE) survive a un redémarrage de la machine : un système de fichiers en mémoire tmpdir, qui est effacé au lancement de la machine n'est pas acceptable. Un disque est nécessaire pour tmpdir, dans ce contexte.

  • --user={user_name | user_id}, -u {user_name | user_id}

    Exécute le démon mysqld avec l'utilisateur user_name ou userid (numérique). (« utilisateur » dans ce contexte fait référence à l'utilisateur du système d'exploitation, mais pas l'utilisateur MySQL, listé dans les tables de droits.)

    Cette option est obligatoire lorsque vous démarrez mysqld en tant que root. Le serveur va changer d'ID durant le lancement du serveur, pour utiliser un autre utilisateur que root. Voir Section 5.4, « Sécurité générale du serveur »5.4. Sécurité générale du serveur.

    Depuis MySQL 3.23.56 et 4.0.12: Pour éviter des trous de sécurité si un utilisateur ajoute --user=root dans un fichier my.cnf (et donc, faisant que le serveur fonctionne en tant qu'utilisateur système root), mysqld utilise uniquement la première option --user spécifiée, et produit une alerte s'il rencontre d'autres options --user. Les options des fichiers /etc/my.cnf et datadir/my.cnf sont traités avant les options de ligne de commande, et il est recommandé que vous ajoutiez l'option --user dans le fichier /etc/my.cnf puis spécifiez une valeur autre que root. L'option de /etc/my.cnf peut être placée avant toute autre option --user, ce qui assure que le serveur fonctionnera avec l'utilisateur autre que root, et qu'une alerte apparaîtra si une autre option --user est découverte.

  • --version, -V

    Affiche les informations de version.

Vous pouvez assigner une valeur à une variable système en utilisant une option de la forme --nom_de_variable=valeur. Par exemple, --key_buffer_size=32M donne à la variable key_buffer_size la valeur de 32 Mo.

Notez que lorsque vous donnez une valeur à une variable, MySQL peut corriger automatiquement la valeur pour qu'elle reste dans un intervalle donné, ou peut ajuster la valeur à la valeur possible la plus proche.

Il est aussi possible de donner des valeurs aux variables avec la syntaxe --set-variable=var_name=value ou -O var_name=value. Notez que cette syntaxe est abandonnée depuis MySQL 4.0.

Vous pouvez trouver une description complète de toutes les variables dans la section Section 5.2.3, « Variables serveur système »5.2.3. Variables serveur système. La section sur le paramétrage du serveur inclut des détails sur l'optimisation. Voir Section 7.5.2, « Réglage des paramètres du serveur »7.5.2. Réglage des paramètres du serveur.

Vous pouvez changer la valeur de la plupart des variables système sur un serveur en fonctionnement avec la commande SET. Voir Section 13.5.2.8, « Syntaxe de SET »13.5.2.8. Syntaxe de SET.

Si vous voulez limiter la valeur maximale qu'une option recevra avec la commande SET, vous pouvez la définir en utilisant l'option --maximum-nom_de_variable en ligne de commande.

5-2-2. Le mode SQL du serveur

Le serveur MySQL peut fonctionner avec différents modes SQL, et, depuis MySQL 4.1, il peut appliquer ces modes au niveau de la connexion du client. Cela permet aux applications d'adapter le comportement du serveur en fonction de leurs attentes.

Le mode définit quelle syntaxe SQL MySQL doit supporter, et quels types de vérification il doit faire. Cela rend plus facile l'utilisation de MySQL dans différents environnements, et la connexion avec les autres serveurs de bases de données.

Vous pouvez donner un mode SQL par défaut au démarrage de mysqld avec l'option --sql-mode="modes". La valeur peut aussi être vide (--sql-mode="") si vous voulez la remettre à 0.

Depuis MySQL 4.1, vous pouvez aussi changer le mode après le démarrage en modifiant la variable sql_mode avec la commande SET [SESSION|GLOBAL] sql_mode='modes'. Modifier la variable GLOBAL affecte les opérations de tous les clients qui se connecteront. En modifiant la variable SESSION, cela n'affectera que le client courant.

modes est une liste de modes différents, séparés par des virgules (','). Vous pouvez lire le mode courant avec la commande SELECT @@sql_mode. La valeur par défaut est vide (pas de mode configuré).

  • ANSI

    Change la syntaxe et le comportement pour être plus compatible avec le standard SQL. (Nouveau en MySQL 4.1.1.)

  • STRICT_TRANS_TABLES

    Si une valeur n'a pas pu être insérée dans une table transactionnelle sans modification, la commande est annulée. Pour une table non transactionnelle, la commande est annulée si cela survient dans une ligne unique ou dans la première ligne d'une insertion multiple. Plus de détails seront donnés ultérieurement dans cette section. (Nouveau en MySQL 5.0.2.)

  • TRADITIONAL

    MySQL se comporte comme un système SQL « traditionnel ». Une description simple est que ce mode « émet une erreur et non pas une alerte » lors de l'insertion d'une valeur incorrecte dans une colonne. Note : si vous utilisez un moteur de table non transactionnel, les commandes INSERT/UPDATE s'arrêteront dès que l'erreur est repérée, ce qui n'est pas forcément ce que vous voudrez. (Nouveau en MySQL 5.0.2.)

Lorsque cette documentation fait référence au mode strict, cela signifie qu'au moins un des modes STRICT_TRANS_TABLES ou STRICT_ALL_TABLES est activé.

La liste suivante présente les différents modes supportés :

  • ALLOW_INVALID_DATES

    N'autorise pas la vérification totale des dates. Vérifie simplement que le mois est dans l'intervalle de 1 à 12, et que le jour est dans l'intervalle de de 1 à 31. C'est très pratique pour les applications Web où la date est obtenue de 3 champs différents, et que vous voulez stocker exactement la date saisie sans validation. Ce mode s'applique aux colonnes de type DATE et DATETIME. Il ne s'applique pas aux colonnes TIMESTAMP, qui demandent toujours une date valide.

    Ce mode est nouveau en MySQL 5.0.2. Avant 5.0.2, c'était le mode par défaut de gestion des dates. Depuis 5.0.2, activer le mode strict impose au serveur de vérifier la validité des dates, et non pas seulement les intervalles. Par exemple, '2004-04-31' est valide sans le mode strict, mais ne l'est plus avec le mode strict. Pour permettre ces valeurs malgré le mode strict, utilisez le mode ALLOW_INVALID_DATES.

  • ANSI_QUOTES

    Traite '"' comme un délimiteur d'identifiant (comme le caractère MySQL '`') et non comme un délimiteur de chaînes. Vous pouvez toujours utiliser '`' pour délimiter les identifiants en mode ANSI. Avec ANSI_QUOTES activée, vous ne pouvez pas utiliser les guillemets doubles pour délimiter une chaîne de caractères, car ce sera uniquement interprété comme un identifiant. (Nouveau en MySQL 4.0.0.)

  • ERROR_FOR_DIVISION_BY_ZERO

    Produit une erreur en mode strict et sinon une alerte, lorsque MySQL doit tenter une division par 0 ou un MOD(X,0)) durant une commande INSERT/ UPDATE. Si ce mode n'est pas activé, MySQL retourne simplement NULL pour les divisions par zéro. Si utilisé avec l'attribut IGNORE, MySQL génère une alerte pour les divisions par zéro, mais le résultat de l'opération sera NULL. (Nouveau en MySQL 5.0.2.)

  • IGNORE_SPACE

    Permet les espaces entre le nom de la fonction et le caractère '('. Cela force les noms de fonctions à être traités comme des mots réservés. En conséquence, si vous voulez accéder aux bases, tables et colonnes dont le nom est un mot réservé, vous devez le mettre entre délimiteurs. Par exemple, comme la fonction USER() existe, le nom de la table user de la base mysql et la colonne User de cette table doivent être protégés :

     
    Sélectionnez
    SELECT "User" FROM mysql."user";

    (Nouveau en MySQL 4.0.0.)

  • NO_AUTO_VALUE_ON_ZERO

    NO_AUTO_VALUE_ON_ZERO affecte la gestion des colonnes de type AUTO_INCREMENT. Normalement, vous générez le prochain numéro de séquence dans la colonne en insérant soit NULL soit 0 dedans. NO_AUTO_VALUE_ON_ZERO supprime ce comportement pour 0 pour que seule la valeur NULL génère le prochain numéro de séquence. Ce mode est utile si vous avez stocké la valeur 0 dans la colonne AUTO_INCREMENT de la table. Ce n'est pas recommandé. Par exemple, si vous voulez exporter une table avec mysqldump et que vous la rechargez, normalement MySQL va générer de nouveaux identifiants pour les lignes avec la valeur 0, ce qui entraînera une différence avec la table originale. En activant NO_AUTO_VALUE_ON_ZERO avant de recharger le fichier exporté, vous évitez de problème. Depuis MySQL 4.1.1, mysqldump va automatiquement inclure les commandes nécessaires dans l'export, pour activer NO_AUTO_VALUE_ON_ZERO. (Nouveau en MySQL 4.1.1.)

  • NO_DIR_IN_CREATE

    Lors de la création d'une table, ignore les directives INDEX DIRECTORY et DATA DIRECTORY. Cette option est pratique sur un esclave de réplication. (Nouveau en MySQL 4.0.15.)

  • NO_FIELD_OPTIONS

    N'affiche pas les options spécifiques à MySQL dans le résultat de SHOW CREATE TABLE. Ce mode est utilisé par mysqldump dans un souci de portabilité. (Nouveau en MySQL 4.1.1.)

  • NO_KEY_OPTIONS

    N'affiche pas les options spécifiques à MySQL dans le résultat de SHOW CREATE TABLE. Ce mode est utilisé par mysqldump dans un souci de portabilité. (Nouveau en MySQL 4.1.1.)

  • NO_TABLE_OPTIONS

    N'affiche pas les options de tables spécifiques à MySQL (comme ENGINE) dans le résultat de SHOW CREATE TABLE. Ce mode est utilisé par mysqldump dans un souci de portabilité. (Nouveau en MySQL 4.1.1.)

  • NO_ZERO_DATE

    Ne permet pas l'utilisation de '0000-00-00' comme date valide. Vous pouvez toujours insérer des dates nulles avec l'option IGNORE. (Nouveau en MySQL 5.0.2.)

  • NO_ZERO_IN_DATE

    N'accepte pas les dates où le mois ou le jour vaut 0. Si utilisé avec l'option IGNORE, la date '0000-00-00' sera insérée pour chaque date invalide. (Nouveau en MySQL 5.0.2.)

  • NO_UNSIGNED_SUBTRACTION

    Dans les opérations de soustraction, ne marque pas le résultat UNSIGNED si un des opérandes est non signé. Notez que cela fait que UNSIGNED BIGINT n'est plus totalement utilisable dans tous les contextes. Voir Section 12.7, « Fonctions de transtypage »12.7. Fonctions de transtypage. (Nouveau en MySQL 4.0.2.)

  • ONLY_FULL_GROUP_BY

    N'autorise pas les requêtes dont la clause GROUP BY fait référence à une colonne qui n'est pas sélectionnée. (Nouveau en MySQL 4.0.0.)

  • PIPES_AS_CONCAT

    Traite || comme un opérateur de concaténation (identique à CONCAT()) au lieu d'être un synonyme de OR. (Nouveau en MySQL 4.0.0.)

  • REAL_AS_FLOAT

    Traite le type REAL comme un synonyme FLOAT plutôt que comme un synonyme de DOUBLE. (Nouveau en MySQL 4.0.0.)

  • STRICT_ALL_TABLES

    Active le mode strict pour tous les moteurs de stockage. Les valeurs invalides sont rejetées. Plus de détails suivent. (Nouveau en MySQL 5.0.2.)

  • STRICT_TRANS_TABLES

    Active le mode strict pour tous les moteurs de stockage transactionnels. Les valeurs invalides sont rejetées. Plus de détails suivent. (Nouveau en MySQL 5.0.2.)

Lorsque le mode strict est activé, MySQL retourne une erreur si une valeur est invalide ou manquante (aucune valeur fournie pour la colonne, et la colonne n'a pas de valeur DEFAULT explicite dans sa définition). Pour les tables transactionnelles, cela arrive lorsque les modes STRICT_ALL_TABLES et STRICT_TRANS_TABLES sont activés. La commande est alors annulée. Pour les tables non transactionnelles, MySQL gère les valeurs invalides comme ceci :

si la commande insère ou modifie une seule ligne, l'erreur survient si la valeur est invalide ou manquante. La commande est annulée et la table reste intacte. Si la commande insère ou modifie plusieurs lignes, l'effet dépend de l'option stricte activée :

  • pour le mode STRICT_ALL_TABLES, si une valeur est invalide ou manquante dans la première ligne, MySQL retourne une erreur et aucune ligne n'est modifiée. Si une valeur est invalide ou manquante à partir de la seconde ligne, MySQL retourne une erreur et ignore le reste des lignes. Cependant, dans ce cas, les premières lignes restent modifiées ou insérées. Cela signifie que vous risquez d'obtenir une opération partielle, ce qui n'est pas forcément souhaitable. Pour éviter cela, il est alors recommandé d'utiliser des commandes unilignes ;

  • pour le mode STRICT_TRANS_TABLES, si une valeur est invalide ou manquante pour la première ligne, MySQL retourne une erreur et aucune ligne n'est modifiée. Pour les lignes suivantes, si une valeur est invalide, MySQL insère la valeur valide la plus proche. Si une valeur manque, MySQL insère explicitement la valeur par défaut pour ce type de données. Dans ce cas, MySQL génère une alerte, et continue le traitement.

Le mode strict interdit l'utilisation de dates invalides comme '2004-04-31'. Il n'interdit pas les dates avec des 0 comme 2004-04-00' ou encore les dates « zéro ». Pour les interdire, il faut activer les modes NO_ZERO_IN_DATE et NO_ZERO_DATE.

Si vous n'utilisez pas de mode strict, c'est-à-dire ni STRICT_TRANS_TABLES ni STRICT_ALL_TABLES, MySQL génère une alerte pour toutes les valeurs qui sont adaptées pour être insérées. Voir Section 13.5.3.19, « SHOW WARNINGS | ERRORS »13.5.3.19. SHOW WARNINGS | ERRORS.

Les modes suivants sont fournis comme raccourcis pour différentes combinaisons des valeurs précédentes. Tous les raccourcis sont disponibles depuis MySQL 4.1.1, hormisTRADITIONAL (5.0.2).

  • ANSI

    équivaut à REAL_AS_FLOAT, PIPES_AS_CONCAT, ANSI_QUOTES, IGNORE_SPACE, ONLY_FULL_GROUP_BY. Voir Section 1.5.3, « Exécuter MySQL en mode ANSI »1.5.3. Exécuter MySQL en mode ANSI.

  • DB2

    équivaut à PIPES_AS_CONCAT, ANSI_QUOTES, IGNORE_SPACE, NO_KEY_OPTIONS, NO_TABLE_OPTIONS, NO_FIELD_OPTIONS.

  • MAXDB

    équivaut à PIPES_AS_CONCAT, ANSI_QUOTES, IGNORE_SPACE, NO_KEY_OPTIONS, NO_TABLE_OPTIONS, NO_FIELD_OPTIONS.

  • MSSQL

    équivaut à PIPES_AS_CONCAT, ANSI_QUOTES, IGNORE_SPACE, NO_KEY_OPTIONS, NO_TABLE_OPTIONS, NO_FIELD_OPTIONS.

  • MYSQL323

    équivaut à NO_FIELD_OPTIONS.

  • MYSQL40

    équivaut à NO_FIELD_OPTIONS.

  • ORACLE

    équivaut à PIPES_AS_CONCAT, ANSI_QUOTES, IGNORE_SPACE, NO_KEY_OPTIONS, NO_TABLE_OPTIONS, NO_FIELD_OPTIONS.

  • POSTGRESQL

    équivaut à PIPES_AS_CONCAT, ANSI_QUOTES, IGNORE_SPACE, NO_KEY_OPTIONS, NO_TABLE_OPTIONS, NO_FIELD_OPTIONS.

  • TRADITIONAL

    équivaut à STRICT_TRANS_TABLES, STRICT_ALL_TABLES, NO_ZERO_IN_DATE, NO_ZERO_DATE, ERROR_FOR_DIVISION_BY_ZERO.

5-2-3. Variables serveur système

Le serveur entretient de nombreuses variables système qui indiquent comment il est configuré. Toutes les variables ont des valeurs par défaut. Elles peuvent être configurées au lancement du serveur, avec les options de ligne de commande, ou bien durant l'exécution, avec la commande SET.

Depuis MySQL version 4.0.3, le serveur mysqld entretient deux types de variables. Les variables globales, qui affectent les opérations générales du serveur. Et les variables de session qui affectent les comportements individuels des connexions.

Lorsque mysqld démarre, toutes les variables globales sont initialisées à partir des arguments passés en ligne de commande et des fichiers de configuration. Vous pouvez changer ces valeurs avec la commande SET GLOBAL. Lorsqu'un nouveau thread est créé, les variables spécifiques aux threads sont initialisées à partir des variables globales et ne changeront pas même si vous utilisez la commande SET GLOBAL var_name. Pour changer une variable globale, vous devez avoir les droits de SUPER.

Le serveur entretient aussi un jeu de variables de session pour chaque client qui se connecte. Les variables de session du serveur sont initialisées au moment de la connexion, en utilisant les valeurs correspondantes des variables globales. Pour les variables de session qui sont dynamiques, le client peut les changer avec la commande SET SESSION var_name. Modifier une variable de session ne requiert aucun droit spécifique, mais le client ne modifiera le comportement du serveur que pour sa connexion, et non pour les connexions des autres.

Une modification de variable globale est visible par tous les clients qui accèdent aux variables globales. Cependant, elle n'affectera les connexions des clients que pour les nouvelles connexions. Les variables de sessions déjà en cours continueront à fonctionner avec la même configuration, jusqu'à leur déconnexion. Même le client qui a émis la commande SET GLOBAL ne verra aucun changement.

Lorsque vous modifiez une variable avec une option de démarrage, les valeurs de variables peuvent être spécifiées avec le suffixe K, M ou G, pour indiquer des kilooctets, des mégaoctets ou des gigaoctets. Par exemple, pour lancer le serveur avec une taille de buffer de clé de 16 Mo, vous pouvez utiliser :

 
Sélectionnez
mysqld --key_buffer_size=16M

Avant MySQL 4.0, vous deviez utiliser la syntaxe suivante :

 
Sélectionnez
mysqld --set-variable=key_buffer_size=16M

La lettre de suffixe peut être en majuscule ou en minuscule : 16M et 16m sont équivalents.

Durant l'exécution, utilisez la commande SET pour donner de nouvelles valeurs aux variables système. Dans ce contexte, les lettres de suffixes ne pourront pas être utilisées. Leur valeur peut être calculée avec l'expression suivante :

 
Sélectionnez
mysql> SET sort_buffer_size = 10 * 1024 * 1024;

Pour spécifier explicitement si vous voulez modifier une variable globale ou une variable de session, utilisez les options GLOBAL et SESSION :

 
Sélectionnez
mysql> SET GLOBAL sort_buffer_size = 10 * 1024 * 1024;
mysql> SET SESSION sort_buffer_size = 10 * 1024 * 1024;

Si cette option est omise, la variable de session sera modifiée.

Les variables qui peuvent être modifiées durant l'exécution sont listées dans la section Section 5.2.3.1, « Variables système dynamiques »5.2.3.1. Variables système dynamiques.

Si vous voulez restreindre le maximum possible d'une variable système, modifiée avec SET, vous pouvez spécifier ce maximum avec les options de la forme --maximum-var_name au lancement du serveur. Par exemple, pour éviter que la valeur de query_cache_size dépasse 32 Mo, utilisez l'option --maximum-query_cache_size=32M. Cette fonctionnalité est disponible depuis MySQL 4.0.2.

Vous pouvez découvrir les variables système et leur valeur avec la commande SHOW VARIABLES. Voyez Section 9.4, « Variables système »9.4. Variables système pour plus d'informations.

 
Sélectionnez
mysql> SHOW VARIABLES;
+---------------------------------+------------------------------+
| Variable_name                   | Value                        |
+---------------------------------+------------------------------|
| back_log                        | 50                           |
| basedir                         | /usr/local/mysql             |
| bdb_cache_size                  | 8388572                      |
| bdb_home                        | /usr/local/mysql             |
| bdb_log_buffer_size             | 32768                        |
| bdb_logdir                      |                              |
| bdb_max_lock                    | 10000                        |
| bdb_shared_data                 | OFF                          |
| bdb_tmpdir                      | /tmp/                        |
| bdb_version                     | Sleepycat Software: ...      |
| binlog_cache_size               | 32768                        |
| bulk_insert_buffer_size         | 8388608                      |
| character_set                   | latin1                       |
| character_sets                  | latin1 big5 czech euc_kr     |
| concurrent_insert               | ON                           |
| connect_timeout                 | 5                            |
| convert_character_set           |                              |
| datadir                         | /usr/local/mysql/data/       |
| default_week_format             | 0                            |
| delay_key_write                 | ON                           |
| delayed_insert_limit            | 100                          |
| delayed_insert_timeout          | 300                          |
| delayed_queue_size              | 1000                         |
| flush                           | OFF                          |
| flush_time                      | 0                            |
| ft_boolean_syntax               | + -><()~*:""&|               |
| ft_max_word_len                 | 84                           |
| ft_min_word_len                 | 4                            |
| ft_query_expansion_limit        | 20                           |
| ft_stopword_file                | (built-in)                   |
| have_bdb                        | YES                          |
| have_innodb                     | YES                          |
| have_isam                       | YES                          |
| have_openssl                    | YES                          |
| have_query_cache                | YES                          |
| have_raid                       | NO                           |
| have_symlink                    | DISABLED                     |
| init_file                       |                              |
| innodb_additional_mem_pool_size | 1048576                      |
| innodb_buffer_pool_size         | 8388608                      |
| innodb_data_file_path           | ibdata1:10M:autoextend       |
| innodb_data_home_dir            |                              |
| innodb_fast_shutdown            | ON                           |
| innodb_file_io_threads          | 4                            |
| innodb_flush_log_at_trx_commit  | 1                            |
| innodb_flush_method             |                              |
| innodb_force_recovery           | 0                            |
| innodb_lock_wait_timeout        | 50                           |
| innodb_log_arch_dir             |                              |
| innodb_log_archive              | OFF                          |
| innodb_log_buffer_size          | 1048576                      |
| innodb_log_file_size            | 5242880                      |
| innodb_log_files_in_group       | 2                            |
| innodb_log_group_home_dir       | ./                           |
| innodb_mirrored_log_groups      | 1                            |
| innodb_thread_concurrency       | 8                            |
| interactive_timeout             | 28800                        |
| join_buffer_size                | 131072                       |
| key_buffer_size                 | 16773120                     |
| key_cache_age_threshold         | 300                          |
| key_cache_block_size            | 1024                         |
| key_cache_division_limit        | 100                          |
| language                        | /usr/local/mysql/share/...   |
| large_files_support             | ON                           |
| local_infile                    | ON                           |
| locked_in_memory                | OFF                          |
| log                             | OFF                          |
| log_bin                         | OFF                          |
| log_slave_updates               | OFF                          |
| log_slow_queries                | OFF                          |
| log_update                      | OFF                          |
| log_warnings                    | OFF                          |
| long_query_time                 | 10                           |
| low_priority_updates            | OFF                          |
| lower_case_table_names          | 0                            |
| max_allowed_packet              | 1047552                      |
| max_binlog_cache_size           | 4294967295                   |
| max_binlog_size                 | 1073741824                   |
| max_connect_errors              | 10                           |
| max_connections                 | 100                          |
| max_delayed_threads             | 20                           |
| max_error_count                 | 64                           |
| max_heap_table_size             | 16777216                     |
| max_join_size                   | 4294967295                   |
| max_relay_log_size              | 0                            |
| max_sort_length                 | 1024                         |
| max_tmp_tables                  | 32                           |
| max_user_connections            | 0                            |
| max_write_lock_count            | 4294967295                   |
| myisam_max_extra_sort_file_size | 268435456                    |
| myisam_max_sort_file_size       | 2147483647                   |
| myisam_recover_options          | force                        |
| myisam_repair_threads           | 1                            |
| myisam_sort_buffer_size         | 8388608                      |
| net_buffer_length               | 16384                        |
| net_read_timeout                | 30                           |
| net_retry_count                 | 10                           |
| net_write_timeout               | 60                           |
| open_files_limit                | 1024                         |
| pid_file                        | /usr/local/mysql/name.pid    |
| port                            | 3306                         |
| protocol_version                | 10                           |
| query_cache_limit               | 1048576                      |
| query_cache_size                | 0                            |
| query_cache_type                | ON                           |
| read_buffer_size                | 131072                       |
| read_rnd_buffer_size            | 262144                       |
| rpl_recovery_rank               | 0                            |
| server_id                       | 0                            |
| skip_external_locking           | ON                           |
| skip_networking                 | OFF                          |
| skip_show_database              | OFF                          |
| slave_net_timeout               | 3600                         |
| slow_launch_time                | 2                            |
| socket                          | /tmp/mysql.sock              |
| sort_buffer_size                | 2097116                      |
| sql_mode                        |                              |
| table_cache                     | 64                           |
| table_type                      | MYISAM                       |
| thread_cache_size               | 3                            |
| thread_stack                    | 131072                       |
| timezone                        | EEST                         |
| tmp_table_size                  | 33554432                     |
| tmpdir                          | /tmp/:/mnt/hd2/tmp/          |
| tx_isolation                    | READ-COMMITTED               |
| version                         | 4.0.4-beta                   |
| wait_timeout                    | 28800                        |
+---------------------------------+------------------------------+

La plupart des variables système sont présentées ici. Les variables sans version sont présentes depuis MySQL 3.22. Les variables système InnoDB sont listées dans Section 15.5, « Options de démarrage InnoDB »15.5. Options de démarrage InnoDB.

Les valeurs pour les tailles de buffer, longueur et taille de pile sont données en octets, à moins que cela ne soit spécifié autrement.

Les informations sur le choix des valeurs de ces paramètres sont disponibles dans Section 7.5.2, « Réglage des paramètres du serveur »7.5.2. Réglage des paramètres du serveur.

  • ansi_mode

    Vaut ON si mysqld a été démarré en mode --ansi. Voir Section 1.5.3, « Exécuter MySQL en mode ANSI »1.5.3. Exécuter MySQL en mode ANSI. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.6 et supprimée en 3.23.41. Voyez la description de sql_mode.

  • back_log

    Le nombre de connexions sortantes que MySQL peut supporter. Cette valeur entre en jeu lorsque le thread principal MySQL reçoit de très nombreuses requêtes de connexion en très peu de temps. MySQL prend un peu de temps (même si c'est très peu de temps), pour vérifier la connexion et démarrer un nouveau thread. La valeur de back_log indique combien de requêtes seront mises en attente durant ce temps. Vous devrez augmenter ce nombre si vous voulez mettre en attente plus de requêtes durant une courte période de temps.

    En d'autres termes, cette valeur est la taille de la queue d'attente pour les connexions TCP/IP entrantes. Votre système d'exploitation a ses propres limites pour ce type de queue. La page du manuel Unix listen(2) doit contenir plus de détails. Vérifiez la documentation de votre OS pour connaître la valeur maximale de votre système. Si vous donnez une valeur à back_log qui est plus grande que celle que votre système supporte, cela restera sans effet.

  • basedir

    Le dossier d'installation de MySQL. La valeur de l'option --basedir.

  • bdb_cache_size

    Le buffer qui est alloué pour mettre en cache des lignes et des index pour les tables BDB. Si vous n'utilisez pas les tables BDB, vous devriez démarrer mysqld avec l'option --skip-bdb pour ne pas gaspiller de mémoire. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.14.

  • bdb_home

    Le dossier de base des tables BDB. Cette valeur doit être la même que celle de la variable datadir. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.14.

  • bdb_log_buffer_size

    Le buffer qui est alloué pour mettre en cache des lignes et des index pour les tables BDB. Si vous n'utilisez pas les tables BDB, vous devriez démarrer mysqld avec l'option --skip-bdb pour ne pas gaspiller de mémoire. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.31.

  • bdb_logdir

    Le dossier où le moteur BDB écrit les fichiers de log. C'est la valeur de l'option --bdb-logdir. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.14.

  • bdb_max_lock

    Le nombre maximum de verrous (par défaut 10 000) que vous pouvez activer simultanément dans une table BDB. Vous devriez augmenter cette valeur si vous obtenez des erreurs du type bdb: Lock table is out of available locks ou Got error 12 from ... lorsque vous avez de longues transactions ou que mysqld doit examiner de nombreuses lignes pour calculer la requête.

     
    Sélectionnez
    bdb: Lock table is out of available locks
    Got error 12 from ...

    Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.29.

  • bdb_shared_data

    Vaut ON si vous utilisez l'option --bdb-shared-data. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.29.

  • bdb_tmpdir

    La valeur de l'option --bdb-tmpdir. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.14.

  • bdb_version

    La version du moteur BDB. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.31.

  • binlog_cache_size

    La taille du cache qui contient les requêtes SQL destinées au log binaire, durant une transaction. Un cache binaire est alloué à chaque client si le serveur supporte les moteurs transactionnels, et depuis MySQL 4.1.2, si le serveur a un log binaire activé (option --log-bin). Si vous utilisez souvent de grandes transactions multirequêtes, vous devez augmenter cette valeur pour améliorer les performances. Les variables Binlog_cache_use et Binlog_cache_disk_use sont aussi utiles pour optimiser la taille de cette variable. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.29. Voir Section 5.9.4, « Le log binaire »5.9.4. Le log binaire.

  • bulk_insert_buffer_size

    MyISAM utilise un cache hiérarchisé pour les insertions de masse (c'est-à-dire INSERT ... SELECT, INSERT ... VALUES (...), (...), ..., et LOAD DATA INFILE). Cette variable limite la taille du cache en octets, par threads. Utiliser la valeur de 0 va désactiver cette optimisation. Note : ce cache est uniquement utilisé lorsque vous ajoutez des données dans une table non vide. Par défaut, cette option vaut 8 Mo. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.3. Cette variable s'appelait myisam_bulk_insert_tree_size.

  • character_set

    Le jeu de caractères par défaut. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.3, puis retirée en MySQL 4.1.1 et remplacée par différentes variables character_set_xxx.

  • character_set_client

    Le jeu de caractères pour les commandes du client. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

  • character_set_connection

    Le jeu de caractères utilisé pour les littéraux qui n'ont pas d'indication de jeu de caractères, pour certaines fonctions et pour les conversions de nombres vers une chaîne. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

  • character_set_database

    Le jeu de caractères par défaut pour les bases de données. Le serveur modifie cette variable à chaque fois que la base de données par défaut change. S'il n'y a pas de base de données par défaut, cette variable prend la valeur de character_set_server. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

  • character_set_results

    Le jeu de caractères utilisé pour retourner des résultats au client. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

  • character_set_server

    Le jeu de caractères par défaut pour le serveur. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

  • character_set_system

    Le jeu de caractères utilisé par le serveur pour stocker des identifiants. Cette valeur est toujours utf8. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

  • character_sets

    Les jeux de caractères supportés. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.15.

  • collation_connection

    Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

  • collation_database

    La collation utilisée par la base de données par défaut. Le serveur modifie cette variable à chaque fois que la base de données par défaut change. S'il n'y a pas de base de données par défaut, cette variable prend la valeur de collation_server. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

  • collation_server

    La collation par défaut du serveur. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

  • concurrent_insert

    Si cette option vaut ON, MySQL va vous permettre de réaliser des commandes INSERT sur les tables MyISAM en même temps que d'autres commandes SELECT seront exécutées. Vous pouvez désactiver cette option en démarrant mysqld avec l'option --safe or --skip-new. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.7.

  • connect_timeout

    Le nombre de secondes d'attente d'un paquet de connexion avant de conclure avec une erreur Bad handshake.

  • datadir

    Le dossier de données de MySQL. C'est la valeur de l'option --datadir.

  • default_week_format

    Le mode par défaut pour la fonction WEEK(). Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.14.

  • delay_key_write

    Les options pour les tables MyISAM. Elles peuvent prendre l'une des valeurs suivantes :

    Option Description
    OFF DELAYED_KEY_WRITE est ignoré.
    ON (Par défaut) MySQL va honorer l'option DELAY_KEY_WRITE de CREATE TABLE.
    ALL Toutes les nouvelles tables ouvertes sont traitées comme si elles étaient créées avec l'option DELAY_KEY_WRITE.

    Si DELAY_KEY_WRITE est activé, cela signifie que le buffer de clés des tables ayant cette option ne sera pas écrit sur le disque dès la fin de la modification de la table, mais attendra que la table soit écrite. Cela accélère notablement les écritures des modifications, mais il faut penser à ajouter une vérification automatique des tables au démarrage avec --myisam-recover=BACKUP,FORCE. Voir aussi Section 5.2.1, « Options de ligne de commande de mysqld »5.2.1. Options de ligne de commande de mysqld et Section 14.1.1, « Options de démarrage MyISAM »14.1.1. Options de démarrage MyISAM.

    Notez que --external-locking n'offre aucune protection contre les corruptions d'index pour les tables qui utilisent les écritures retardées de clés.

    Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.8.

  • delayed_insert_limit

    Après avoir inséré delayed_insert_limit lignes, le gestionnaire de INSERT DELAYED va vérifiez s'il n'y a pas de commande SELECT en attente. Si c'est le cas, il va autoriser ces commandes avant de continuer.

  • delayed_insert_timeout

    Combien de temps le thread INSERT DELAYED doit attendre les commandes INSERT avant de s'achever.

  • delayed_queue_size

    Quelle taille de file (en lignes) doit être allouée pour gérer les commandes INSERT DELAYED. Si la file se remplit, tous les clients qui émettent des commandes INSERT DELAYED devront attendre un peu de place avant de pouvoir continuer.

  • flush

    Cette option vaut ON si vous avez démarré MySQL avec l'option --flush. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.22.9.

  • flush_time

    Si cette option a une valeur non nulle, toutes les flush_time secondes, toutes les tables seront fermées (pour libérez des ressources et synchroniser les index sur le disque). Nous ne recommandons cette option que sur les systèmes Windows 9x/Me, ou les systèmes qui ont très peu de ressources. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.22.18.

  • ft_boolean_syntax

    Liste des opérateurs supportés par IN BOOLEAN MODE. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.1. Voir Section 12.6.1, « Booléens de recherches en texte intégral »12.6.1. Booléens de recherches en texte intégral.

    La valeur par défaut de cette variable est '+ -><()~*:""&|'. Les règles pour modifier cette valeur sont les suivantes :

    • la fonction de l'opérateur est déterminée par sa position dans la chaîne ;

    • la chaîne de remplacement doit faire 14 caractères ;

    • chaque caractère doit être ASCII, non alphanumérique ;

    • le premier ou le deuxième caractère doit être un espace ;

    • aucun doublon n'est autorisé, hormis les opérateurs guillemets aux positions 11 et 12. Ce deux caractères ne sont pas obligatoirement les mêmes, mais ce sont les deux seuls qui peuvent l'être ;

    • les positions 10, 13 et 14 (qui sont par défaut ':', '&' et '|') sont réservées pour une utilisation ultérieure.

  • ft_max_word_len

    La taille maximale d'un mot à inclure dans un index FULLTEXT. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.0.

    Note : les index FULLTEXT doivent être reconstruits après chaque modification de cette variable. Utilisez REPAIR TABLE tbl_name QUICK.

  • ft_min_word_len

    La taille minimale d'un mot à inclure dans un index FULLTEXT. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.0.

    Note  : les index FULLTEXT doivent être reconstruits après chaque modification de cette variable. Utilisez REPAIR TABLE tbl_name QUICK.

  • ft_query_expansion_limit

    Le nombre de solutions générales à utiliser pour les extensions de recherche avec WITH QUERY EXPANSION. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

  • ft_stopword_file

    Un fichier dans lequel lire une liste de mots interdits pour les recherches en texte plein. Tous les mots du fichier seront utilisés : les commentaires ne sont pas respectés. Par défaut, des listes de mots interdits internes sont utilisées, telles que définies dans myisam/ft_static.c). En donnant à cette option la valeur d'une chaîne vide "", vous désactivez le filtre de mots interdits.

    Note  : les index FULLTEXT doivent être reconstruits après chaque modification de cette variable. Utilisez la commande REPAIR TABLE tbl_name QUICK. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.0.

  • group_concat_max_len

    La taille maximale de la chaîne résultat de GROUP_CONCAT(). Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.0.

  • have_bdb

    YES si mysqld supporte les tables BDB. DISABLED si --skip-bdb a été utilisé. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.30.

  • have_innodb

    YES si mysqld supporte les tables InnoDB. DISABLED si --skip-innodb a été utilisé. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.37.

  • have_isam

    YES si mysqld supporte les tables ISAM. DISABLED si --skip-isam a été utilisé. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.30.

  • have_raid

    YES si mysqld supporte les tables RAID. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.30.

  • have_openssl

    YES si mysqld supporte le chiffrement SSL avec le protocole de communication client/serveur. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.43.

  • init_connect

    Une chaîne à exécuter sur le serveur lors de chaque connexion. La chaîne est constituée d'une ou plusieurs commandes SQL. Pour spécifier une commande multiple, séparez les requêtes individuelles par des points-virgules. Cette variable a été ajoutée en MySQL version 4.1.2.

    Par exemple, chaque client commence par défaut avec le mode d'autovalidation activé. Il n'y a pas de variable globale à spécifier pour désactiver l'autovalidation, et init_connect peut servir à ça :

     
    Sélectionnez
    SET GLOBAL init_connect='SET AUTOCOMMIT=0';

    Cette variable peut aussi être configurée en ligne de commande ou dans un fichier d'options. Pour assigner la variable comme montré dans le fichier d'options, ajoutez ces lignes-ci :

     
    Sélectionnez
    [mysqld]
    init_connect='SET AUTOCOMMIT=0'

    Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.2.

  • init_file

    Le nom du fichier spécifié avec l'option --init-file lorsque vous démarrez le serveur. C'est un fichier qui contient les requêtes SQL que vous voulez voir exécutées dès le démarrage. Chaque commande doit être sur une seule ligne, et ne doit pas inclure de commentaires. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.2.

  • init_slave

    Cette variable est similaire à init_connect, mais la chaîne doit être exécutée par l'esclave, à chaque démarrage du thread SQL. Le format de la chaîne est le même que pour la variable init_connect. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.2.

  • innodb_xxx

    Les variables système de InnoDB sont listées dans Section 15.5, « Options de démarrage InnoDB »15.5. Options de démarrage InnoDB.

  • interactive_timeout

    Le nombre de secondes durant lequel le serveur attend une activité de la part de la connexion avant de la fermer. Un client interactif est un client qui utilise l'option CLIENT_INTERACTIVE avec mysql_real_connect(). Voir aussi wait_timeout.

  • join_buffer_size

    La taille du buffer qui est utilisée pour les jointures complètes (les jointures qui n'utilisent pas d'index). Ce buffer est alloué une fois pour chaque jointure entre deux tables. Augmentez cette valeur si vous voulez obtenir des jointures plus rapides, lorsque l'ajout d'index n'est pas possible. Normalement, le mieux est d'ajouter de bons index.

  • key_buffer_size

    Les blocs d'index des tables MyISAM et ISAM sont mis en buffer et partagés par tous les threads. key_buffer_size est la taille du buffer utilisé. Le buffer de clés est aussi appelé le cache de clés.

    Augmentez cette valeur pour obtenir une meilleure gestion des index (pour les lectures et écritures multiples), autant que vous le pouvez : 64 Mo sur une machine de 256 Mo est une valeur répandue. Toutefois, si vous utilisez une valeur trop grande (par exemple, plus de 50 % de votre mémoire totale), votre système risque de commencer à utiliser sa mémoire swap, et devenir très lent. N'oubliez pas que MySQL ne met pas en cache les données lues, et il faut laisser le système d'exploitation respirer.

    Pour obtenir encore plus de vitesse lors de l'écriture de plusieurs lignes en même temps, utilisez LOCK TABLES. Voir Section 13.4.5, « Syntaxe de LOCK TABLES/UNLOCK TABLES »13.4.5. Syntaxe de LOCK TABLES/UNLOCK TABLES.

    Vous pouvez vérifier les performances du buffer de clés avec la commande SHOW STATUS et en examinant les variables Key_read_requests, Key_reads, Key_write_requests et Key_writes. Voir Section 13.5.3, « Syntaxe de SHOW »13.5.3. Syntaxe de SHOW.

    Le ratio Key_reads/Key_read_requests doit normalement être inférieur à 0.01. Le ratio Key_writes/Key_write_requests est généralement près de 1 si vous utilisez essentiellement des modifications et des effacements, mais il peut être plus petit si vous avez des modifications qui changent plusieurs lignes en même temps, ou si vous utilisez l'option DELAY_KEY_WRITE.

    La fraction du buffer de clés utilisée est déterminée avec la variable key_buffer_size en conjonction avec la variable Key_blocks_used et la taille de bloc de buffer. Depuis MySQL 4.1.1, la taille de bloc de buffer est disponible dans la variable serveur key_cache_block_size. La fraction utilisée du buffer est :

     
    Sélectionnez
    (Key_blocks_used * key_cache_block_size) / key_buffer_size

    Avant MySQL 4.1.1, les blocs du cache de clés étaient de 1024 octets, ce qui fait que la fraction utilisée était :

     
    Sélectionnez
    (Key_blocks_used * 1024) / key_buffer_size

    Voir Section 7.4.6, « Le cache de clés des tables MyISAM »7.4.6. Le cache de clé des tables MyISAM.

  • key_cache_age_threshold

    Cette valeur contrôle le transit des buffers d'une sous-chaîne de cache de clés vers une autre, moins prioritaire. Les valeurs les plus basses accroissent la vitesse de transit. La valeur minimale est de 100. La valeur par défaut est 300. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1. Voir Section 7.4.6, « Le cache de clés des tables MyISAM »7.4.6. Le cache de clés des tables MyISAM.

  • key_cache_block_size

    La taille du bloc de cache de clés, en octets. La valeur par défaut est 1024. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1. Voir Section 7.4.6, « Le cache de clés des tables MyISAM »7.4.6. Le cache de clés des tables MyISAM.

  • key_cache_division_limit

    Le point de division entre la sous-chaîne prioritaire et la seconde sous-chaîne. Cette valeur est le pourcentage du buffer à utiliser pour la sous-chaîne secondaire. Les valeurs possibles vont de 1 à 100. La valeur par défaut est 100. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1. Voir Section 7.4.6, « Le cache de clés des tables MyISAM »7.4.6. Le cache de clés des tables MyISAM.

  • language

    La langue utilisée pour les messages d'erreurs.

  • large_file_support

    Si mysqld a été compilé avec le support des grands fichiers. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.28.

  • local_infile

    Si mysqld a été configuré avec le support de LOCAL pour les commandes LOAD DATA INFILE. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.3.

  • locked_in_memory

    Si mysqld a été verrouillé en mémoire avec --memlock Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.25.

  • log

    Si le log de toutes les requêtes est activé. Voir Section 5.9.2, « Le log général de requêtes »5.9.2. Le log général de requêtes.

  • log_bin

    Si le log binaire est activé. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.14. Voir Section 5.9.4, « Le log binaire »5.9.4. Le log binaire.

  • log_slave_updates

    Si les modifications des esclaves doivent être enregistrées. Le log binaire doit être activé pour que cette option fonctionne. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.17. Voir Section 6.8, « Options de démarrage de la réplication »6.8. Options de démarrage de la réplication.

  • log_slow_queries

    Indique si les requêtes lentes doivent être enregistrées. « Lente » est déterminé par la valeur de long_query_time. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.2. Voir Section 5.9.5, « Le log des requêtes lentes »5.9.5. Le log des requêtes lentes.

  • log_update

    Si le log de modifications est activé. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.22.18. Notez que le log binaire est préférable au log de modifications, qui n'est plus disponible en MySQL 5.0. Voir Section 5.9.3, « Le log de modification »5.9.3. Le log de modification.

  • long_query_time

    Si une requête prend plus de long_query_time secondes, le compteur de requêtes lentes Slow_queries sera incrémenté. Si vous utilisez l'option --log-slow-queries, ces requêtes seront enregistrées dans un historique de requêtes lentes. Cette durée est mesurée en temps réel, et non pas en temps processus, ce qui fait que les requêtes qui seraient juste sous la limite avec un système légèrement chargé, pourraient être au-dessus avec le même système, mais chargé. Voir Section 5.9.5, « Le log des requêtes lentes »5.9.5. Le log des requêtes lentes.

  • low_priority_updates

    Si cette option vaut 1, toutes les requêtes INSERT, UPDATE, DELETE et LOCK TABLE WRITE attendent qu'il n'y ait plus de SELECT ou de LOCK TABLE READ en attente pour cette table. Cette variable s'appelait avant sql_low_priority_updates. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.22.5.

  • lower_case_table_names

    Si cette option vaut 1, les noms de tables sont stockés en minuscules sur le disque, et les comparaisons de nom de tables seront insensibles à la casse. Depuis la version 4.0.2, cette option s'applique aussi aux noms de bases. Depuis la version 4.1.1 cette option s'applique aussi aux alias de table. Voir Section 9.2.2, « Sensibilité à la casse pour les noms »9.2.2. Sensibilité à la casse pour les noms.

    Vous ne devez pas mettre cette variable à 0 si vous utilisez MySQL sur un serveur qui n'a pas de sensibilité à la casse au niveau du système de fichiers (comme Windows ou Mac OS X). Nouveau en 4.0.18 : si cette variable vaut 0 est que le système de fichiers n'est pas sensible à la casse, MySQL va automatiquement donner la valeur de 2 à lower_case_table_names.

  • max_allowed_packet

    La taille maximale d'un paquet.

    Le buffer de messages est initialisé avec net_buffer_length octets, mais peut grandir jusqu'à max_allowed_packet octets lorsque nécessaire. Cette valeur est par défaut petite, pour intercepter les gros paquets, probablement erronés.

    Vous devez augmenter cette valeur si vous utilisez de grandes colonnes BLOB. Cette valeur doit être aussi grande que le plus grand BLOB que vous utiliserez. Le protocole limite actuellement max_allowed_packet à 16 Mo en MySQL 3.23 et 1 Go en MySQL 4.0.

  • max_binlog_cache_size

    Si une transaction multirequête requiert plus que cette quantité de mémoire, vous obtiendrez une erreur "Multi-statement transaction required more than 'max_binlog_cache_size' bytes of storage". Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.29.

  • max_binlog_size

    Disponible depuis la version 3.23.33. Si vous écrivez dans le log binaire (de réplication) et que cela dépasse la taille de max_binlog_size, une erreur sera indiquée. Vous ne pouvez pas donner à max_binlog_size une valeur inférieure à 1024 octets, ou plus grande que 1 Go. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.33.

    Notez bien si vous utilisez les transactions : une transaction est écrite en une seule fois dans le log binaire, et elle ne peut pas être répartie en plusieurs fichiers. Par conséquent, si vous avez de grandes transactions, vous verrez peut-être des fichiers de log plus grands que max_binlog_size.

    Si max_relay_log_size vaut 0, la valeur de max_binlog_size s'applique aussi aux logs de relais. max_relay_log_size a été ajoutée en MySQL 4.0.14.

  • max_connect_errors

    S'il y a plus que max_connect_errors connexions interrompues depuis un même hôte, cet hôte sera bloqué dans ses prochaines tentatives de connexions. Vous pouvez débloquer un hôte avec la commande FLUSH HOSTS.

  • max_connections

    Le nombre maximal de clients simultanés accepté. En augmentant cette valeur, vous augmentez le nombre de pointeurs de fichier que requiert mysqld. Voyez la section Section 7.4.8, « Quand MySQL ouvre et ferme les tables »7.4.8. Quand MySQL ouvre et ferme les tables pour des commentaires sur les pointeurs de fichiers. Voyez aussi la section Section A.2.6, « Erreur Too many connections  »A.2.6. Erreur Too many connections .

  • max_delayed_threads

    Ne pas lancer plus que max_delayed_threads threads pour gérer les insertions INSERT DELAYED. Si vous essayez d'insérer des données dans une nouvelle table alors que tous les gestionnaires INSERT DELAYED sont utilisés, la ligne sera insérée comme si l'option DELAYED n'avait pas été spécifiée. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.0.

  • max_error_count

    Le nombre maximum d'erreurs, alertes et messages de note à stocker pour afficher avec SHOW ERRORS ou SHOW WARNINGS. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.0.

  • max_heap_table_size

    Ne pas autoriser la création de tables de type MEMORY (HEAP) plus grande que max_heap_table_size. La valeur de la variable est utilisée pour calculer la valeur maximale de MAX_ROWS pour la table MEMORY. Modifier cette variable n'a pas d'effet sur les tables existantes, à moins que la table ne soit recréée, avec une commande comme CREATE TABLE ou TRUNCATE TABLE, ou encore modifiée avec ALTER TABLE. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.0.

  • max_insert_delayed_threads

    Cette variable est un synonyme de max_delayed_threads. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.19.

  • max_join_size

    Les jointures qui liront probablement plus de max_join_size lignes, retourneront une erreur. Utilisez cette valeur si vos utilisateurs font des jointures avec de mauvaises clauses WHERE, qui prennent trop de temps, et retournent des millions de lignes.

    En donnant une valeur à cette variable qui est autre que DEFAULT remet la valeur de SQL_BIG_SELECTS à 0. Si vous modifiez à nouveau la valeur de SQL_BIG_SELECTS, la variable max_join_size sera ignorée.

    Si un résultat de requête est déjà dans le cache de requêtes, aucune limite de taille n'est vérifiée, car le résultat a déjà été compilé, et cela ne posera aucun problème au serveur pour l'envoyer à nouveau.

    Cette variable s'appelait précédemment sql_max_join_size.

  • max_relay_log_size

    Disponible depuis la version 4.0.14. Si vous écrivez des données dans un log de relais et que leur taille dépasse la valeur donnée, le log de relais passe au fichier suivant. Cette variable vous permet de placer différentes contraintes de taille sur les logs binaires et de relais. Cependant, en donnant la valeur de 0 à cette valeur, MySQL utilisera max_binlog_size pour les deux logs, binaire et de relais. Vous devez donner à max_relay_log_size la valeur de 0 ou plus de 4096, et moins que 1 Go. Par défaut, c'est 0. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.14. Voir Section 6.3, « Détails d'implémentation de la réplication »6.3. Détails d'implémentation de la réplication.

  • max_seeks_for_key

    La limite de recherches lors de recherches de lignes basées sur un index. L'optimiseur MySQL va supposer que lorsque vous recherchez des lignes dans une table en analysant les index, vous n'aller pas générer plus de ce nombre de recherches, indépendamment de la cardinalité de la clé. En donnant une valeur faible à cette variable (100 ?) vous pouvez forcer MySQL à préférer les scans d'index plutôt que les scans de tables. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.14.

  • max_sort_length

    Le nombre d'octets à utiliser lors du tri des colonnes de type BLOB et TEXT. Seuls les max_sort_length octets de chaque valeur seront utilisés pour le tri. Le reste est ignoré.

  • max_tmp_tables

    Cette option ne fait encore rien. Le nombre maximal de tables temporaires qu'un client peut garder ouvertes en même temps.

  • max_user_connections

    Le nombre maximum de connexions actives pour un utilisateur particulier (0 = pas de limite). Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.34.

  • max_write_lock_count

    Après max_write_lock_count poses de verrou en écriture, autorise quelques verrous en lecture. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.7.

  • myisam_data_pointer_size

    La taille par défaut du pointeur à utiliser avec CREATE TABLE pour les tables MyISAM lorsque qu'aucune option MAX_ROWS n'est spécifiée. Cette variable ne peut pas être inférieure à 2 ni supérieure à 8. La valeur par défaut est de 4. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.2. Voir Section A.2.11, « Erreur The table is full »A.2.11. Erreur The table is full.

  • myisam_max_extra_sort_file_size

    Si un fichier temporaire est utilisé pour créer rapidement un fichier d'index pour une table MyISAM est plus grand que la valeur de cette variable, alors préfère la méthode du cache de clés. C'est surtout utilisé pour forcer les grands index à utiliser la méthode plus lente du cache de clés pour créer l'index. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.37. Note : la valeur donnée est en mégaoctets avant 4.0.3 et en octets après.

  • myisam_max_sort_file_size

    La taille maximale du fichier temporaire que MySQL est autorisé à utiliser durant la recréation des fichiers d'index (avec REPAIR, ALTER TABLE ou LOAD DATA INFILE). Si la taille du fichier dépasse myisam_max_sort_file_size, l'index sera créé avec un cache de clés (plus lent). Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.37. Note : ce paramètre est spécifié en mégaoctets avant la version 4.0.3 et en octets depuis.

  • myisam_recover_options

    La valeur de l'option --myisam-recover. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.36.

  • myisam_repair_threads

    Si cette valeur est plus grande que 1, les index des tables MyISAM durant un processus de Repair by sorting seront créés en parallèle : chaque index avec son propre thread. Note : les réparations multithreadées sont encore en développement, et en qualité alpha. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.13.

  • myisam_sort_buffer_size

    Le buffer qui est alloué lors du tri d'index avec la commande REPAIR ou lors de la création d'index avec CREATE INDEX ou ALTER TABLE. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.16.

  • named_pipe

    Sous Windows, indique si le serveur supporte les connexions via les pipes nommés. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.50.

  • net_buffer_length

    Le buffer de communications est remis à zéro entre deux requêtes. Cela ne devrait pas être modifié, mais si vous avez très peu de mémoire, vous pouvez le remettre à la taille présumée de la requête (c'est-à-dire, la taille de la requête envoyée par le client. Si la requête dépasse cette taille, le buffer est automatiquement agrandi jusqu'à max_allowed_packet octets).

  • net_read_timeout

    Nombre de secondes d'attente des dernières données, avant d'annuler la lecture. Notez que lorsque nous n'attendons pas de données d'une connexion, le délai d'expiration est donné par write_timeout. Voir aussi slave_net_timeout. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.20.

  • net_retry_count

    Si une lecture sur un port de communication est interrompue, net_retry_count tentatives sont faites avant d'abandonner. Cette valeur doit être particulièrement grande pour FreeBSD, car les interruptions internes sont envoyées à tous les threads. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.7.

  • net_write_timeout

    Nombre de secondes d'attente pour qu'un bloc soit envoyé à une connexion, avant d'annuler l'écriture. Voir aussi net_read_timeout. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.20.

  • open_files_limit

    Si open_files_limit ne vaut pas 0, alors mysqld va utiliser cette valeur pour réserver des pointeurs de fichiers à utiliser avec setrlimit(). Si cette valeur est 0, alors mysqld va réserver max_connections*5 ou max_connections + table_cache*2 (le plus grand des deux) pointeurs de fichiers. Vous devriez augmenter cette valeur si mysqld vous donne des erreurs du type 'Too many open files'.

  • pid_file

    Le chemin vers le fichier de processus (PID). La valeur de l'option --pid-file. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.23.

  • port

    Le port de connexion sur lequel le serveur attend les connexions TCP/IP. Cette variable peut être spécifiée avec --port.

  • protocol_version

    La version du protocole utilisé par le serveur MySQL. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.18.

  • query_alloc_block_size

    Taille des blocs de mémoire alloués pour les objets durant l'analyse et la préparation des requêtes. Si vous avez un problème avec la fragmentation de la mémoire, cela peut être utile d'augmenter cette valeur. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.16.

  • query_cache_limit

    Ne met pas en cache les résultats qui sont plus grands que query_cache_limit. Par défaut, 1 Mo. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.1.

  • query_cache_min_res_unit

    La taille minimale pour les blocs alloués par le cache de requêtes. La valeur par défaut est de 4 ko. Des informations sur l'optimisation de cette variable sont données dans la section Section 5.11.3, « Configuration du cache de requêtes »5.11.3. Configuration du cache de requêtes. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.

  • query_cache_size

    La mémoire allouée pour stocker les résultats des vieilles requêtes. Si query_cache_size vaut 0, le cache de requêtes est désactivé (par défaut). Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.1.

  • query_cache_type

    Choisit le type de cache de requêtes. Modifier la variable GLOBAL modifie le cache pour tous les clients. Les clients peuvent modifier la variable de SESSION pour l'adapter à leur utilisation.

    query_cache_type peut prendre les valeurs numériques suivantes :

    Option Description
    0 or OFF Ne met pas en cache les résultats. Notez que cela ne va pas libérer le buffer de requête. Pour cela, il faut donner à query_cache_size la valeur de 0.
    1 or ON Met en cache tous les résultats exceptés les requêtes SELECT SQL_NO_CACHE ....
    2 or DEMAND Met en cache uniquement les requêtes SELECT SQL_CACHE ....

    Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.3.

  • query_cache_wlock_invalidate

    Normalement, lorsqu'un client pose un verrou WRITE sur une table MyISAM, les autres clients ne sont pas empêchés d'émettre des requêtes sur la table, si le résultat est déjà en cache. En donnant la valeur de 1 à cette variable, le verrou WRITE empêchera toutes les requêtes qui feront référence à cette table. Cela force les autres clients à attendre que le verrou se libère. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.19.

  • query_prealloc_size

    La taille du buffer persistant utilisé pour l'analyse des requêtes et leur exécution. Ce buffer n'est pas libéré entre deux requêtes. Si vous manipulez des requêtes complexes, une valeur plus grande pour query_prealloc_size sera plus utile pour améliorer les performances, car elle peut réduire les allocations complémentaires de mémoire durant l'exécution des requêtes.

    Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.16.

  • range_alloc_block_size

    La taille de bloc qui est alloué lors de l'optimisation d'intervalle. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.16.

  • read_buffer_size

    Chaque thread qui fait une recherche séquentielle alloue un buffer de cette taille pour son scan. Si vous faites de nombreux scans séquentiels, vous pourriez avoir besoin d'augmenter cette valeur. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.3. Auparavant, cette variable s'appelait record_buffer.

  • read_only

    Lorsque cette variable vaut ON pour un serveur de réplication esclave, cela fait que le serveur ne permet aucune modification, hormis celles de la réplication, ou des utilisateurs ayant le droit de SUPER. Cela peut être pratique pour s'assurer qu'un esclave n'accepte aucune modification des clients. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.14.

  • read_rnd_buffer_size

    Lors de la lecture des lignes triées, les lignes sont lues dans un buffer, pour éviter les accès disques. En donnant à cette variable une grande valeur, vous améliorerez les performances des clauses ORDER BY. Cependant, ce buffer est alloué pour chaque client : il est recommandé de ne pas donner une valeur globale trop importante. Au lieu de cela, modifiez cette valeur si votre client a besoin de faire de gros tris. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.3. Auparavant, cette variable s'appelait record_rnd_buffer.

  • safe_show_database

    Ne montre pas les bases pour lesquelles un utilisateur n'a pas des droits de bases ou de tables. Cela peut améliorer considérablement la sécurité si vous craignez de voir les utilisateurs découvrir ce que les autres ont mis en place. Voir aussi skip_show_database.

    Cette variable a été supprimée en MySQL 4.0.5. À la place, utilisez le droit SHOW DATABASES pour contrôler les accès aux noms des bases de données.

  • secure_auth

    Si le serveur MySQL a été lancé avec l'option --secure-auth, il va empêcher les connexions des comptes qui ont un compte au format préversion 4.1. Dans ce cas, la valeur de cette variable vaut ON, sinon, c'est OFF.

    Vous devriez activer cette option si vous voulez empêcher l'utilisation des mots de passe à l'ancien format (et donc, améliorer la sécurité de votre serveur). Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.1.

    Le démarrage du serveur échouera avec une erreur si cette option est activée, mais que la table de droits est toujours au format préversion 4.1.

    Lorsqu'elle est utilisée comme une option du client, le client va refuser de se connecter au serveur si le serveur requiert un mot de passe à l'ancien format.

  • server_id

    La valeur de l'option --server-id. Elle sert à la réplication. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.26.

  • skip_external_locking

    skip_locking vaut OFF si mysqld utilise le verrouillage externe. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.3. Auparavant, cette variable s'appelait skip_locking.

  • skip_networking

    skip_networking vaut ON si seules les connexions locales (via socket) sont autorisées. Sous Unix, les connexions locales utilisent un fichier de socket Unix. Sous Windows, les connexions locales utilisent les pipes nommés. Sous NetWare, seules les connexions TCP/IP sont supportées, alors ne donnez pas la valeur de ON à cette variable. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.22.23.

  • skip_show_database

    skip_show_database empêche les utilisateurs d'exécuter des commandes SHOW DATABASES s'ils n'ont pas les droits de PROCESS. Cela peut améliorer la sécurité si vous craignez de voir les utilisateurs découvrir ce que les autres ont mis en place. Voir aussi safe_show_database. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.4. Depuis MySQL 4.0.2, son effet dépend aussi du droit SHOW DATABASES : si la variable vaut ON, la commande SHOW DATABASES n'est autorisée qu'aux comptes ayant le droit de SHOW DATABASES, et la commande affiche tous les noms de bases. Si la valeur est OFF, SHOW DATABASES est autorisé à tous les utilisateurs, mais il n'affichera que les noms de bases de données pour lesquelles l'utilisateur a le droit de SHOW DATABASES ou un droit quelconque dans la base.

  • slave_net_timeout

    Nombre de secondes d'attente de données en lecture ou écriture sur une connexion maître/esclave avant d'annuler. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.40.

  • slow_launch_time

    Si la création du thread prend plus de slow_launch_time secondes, le compteur de threads lents Slow_launch_threads sera incrémenté. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.15.

  • socket

    La socket Unix utilisé par le serveur. Sous Unix, c'est le fichier de socket Unix, pour les connexions locales. Sous Windows, c'est le nom du pipe nommé, pour les connexions locales.

  • sort_buffer_size

    Chaque thread qui doit faire un tri alloue un buffer de cette taille. Augmentez cette taille pour accélérer les clauses ORDER BY ou GROUP BY. Voir Section A.4.4, « Où MySQL stocke les fichiers temporaires ? »A.4.4. Où MySQL stocke les fichiers temporaires ?.

  • sql_mode

    Le mode SQL courant. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.41. Voir Section 5.2.2, « Le mode SQL du serveur »5.2.2. Le mode SQL du serveur.

  • storage_engine

    Cette variable est un synonyme de table_type. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.2.

  • table_cache

    Le nombre de tables ouvertes pour tous les threads réunis. En augmentant cette valeur, vous augmentez le nombre de pointeurs de fichiers que mysqld utilise. Vous pouvez vérifier si vous avez besoin de plus de cache de tables en étudiant la valeur de la variable Opened_tables. Voir Section 5.2.4, « Variables de statut du serveur  »5.2.4. Variables de statut du serveur . Si cette variable est grande, c'est que vous ne faites pas souvent de commandes FLUSH TABLES (qui forcent les tables à se recharger), vous devrez alors augmenter cette valeur.

    Pour plus d'informations sur le cache de tables, voyez Section 7.4.8, « Quand MySQL ouvre et ferme les tables »7.4.8. Quand MySQL ouvre et ferme les tables.

  • table_type

    Le type de table par défaut. Pour configurer le type de table par défaut au démarrage, utilisez --default-table-type. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.0. Voir Section 5.2.1, « Options de ligne de commande de mysqld »5.2.1. Options de ligne de commande de mysqld.

  • thread_cache_size

    Combien de threads nous allons conserver en cache pour réutilisation. Lorsqu'un client se déconnecte, les threads du client sont mis en cache s'il n'y en a pas déjà thread_cache_size de conservé. Tous les nouveaux threads sont d'abord prélevés dans le cache, et uniquement lorsque le cache est vide, un nouveau thread est créé. Cette variable peut vous permettre d'améliorer les performances si vous avez de nombreuses connexions. Normalement, thread_cache_size ne donne pas d'amélioration notable si vous avez une bonne implémentation des threads. En examinant la différence entre les variables de statut Connections et Threads_created vous pouvez voir comment votre système de cache de threads est efficace. (Voir Section 5.2.4, « Variables de statut du serveur  »5.2.4. Variables de statut du serveur pour plus de détails) Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.16.

  • thread_concurrency

    Sous Solaris, mysqld va appeler thr_setconcurrency() avec cette valeur. thr_setconcurrency() permet à l'application de donner au système de threads une indication sur le nombre de threads qui seront exécutés en même temps. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.7.

  • thread_stack

    La taille de la pile pour chaque thread. De nombreuses limites détectées par crash-me sont dépendantes de cette valeur. La valeur par défaut est suffisamment grande pour des opérations normales. Voir Section 7.1.4, « La suite de tests MySQL »7.1.4. La suite de tests MySQL.

  • timezone

    Le fuseau horaire du serveur. Cette option prend la valeur de la variable d'environnement TZ lorsque mysqld est démarré. Elle peut aussi être modifiée avec l'argument --timezone de mysqld_safe. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.15. Voir Section A.4.6, « Problèmes de fuseaux horaires »A.4.6. Problèmes de fuseaux horaires.

  • tmp_table_size

    Si une table temporaire en mémoire excède cette taille, MySQL va automatiquement la convertir en une table MyISAM sur le disque. Augmentez la valeur de tmp_table_size si vous faites un usage intensif de la clause GROUP BY et que vous avez beaucoup de mémoire.

  • tmpdir

    Le dossier utilisé pour les fichiers temporaires et les tables temporaires. Depuis MySQL 4.1, cette variable peut prendre une liste de différents chemins, qui sont utilisés circulairement. Les chemins doivent être séparés par des deux-points (':') sous Unix et des points-virgules (';') sous Windows, NetWare et OS/2.

    Cette fonctionnalité permet de répartir la charge en plusieurs disques. Si le serveur MySQL sert d'esclave de réplication, vous ne devez pas faire pointer tmpdir sur un dossier en mémoire, car il sera vidé si le serveur redémarre. Un esclave de réplication doit pouvoir reprendre ses fichiers temporaires pour que la réplication puisse redémarrer, en incluant les tables temporaires et les opérations de LOAD DATA INFILE. Si les fichiers du dossier temporaire sont perdus au redémarrage, la réplication s'arrêtera.

    Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.22.4.

  • transaction_alloc_block_size

    La taille de bloc d'allocation de mémoire pour le stockage des requêtes qui font partie d'une transaction, qui sera stockée dans le log binaire durant une validation. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.16.

  • transaction_prealloc_size

    Le buffer persistant pour transaction_alloc_blocks, qui n'est pas libéré entre deux requêtes. En rendant ce buffer « assez grand » pour accommoder toutes les requêtes dans une transaction classique, vous pouvez éviter de nombreux appels malloc(). Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.16.

  • tx_isolation

    Le niveau par défaut d'isolation de transactions. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.3.

  • version

    Le numéro de version du serveur.

  • wait_timeout

    Le nombre de secondes d'attente du serveur sur une connexion non interactive avant de la refermer.

    Lors du démarrage du thread, SESSION.WAIT_TIMEOUT est initialisé avec GLOBAL.WAIT_TIMEOUT ou GLOBAL.INTERACTIVE_TIMEOUT, suivant le type de client (tel que défini par l'option de connexion CLIENT_INTERACTIVE). Voir aussi interactive_timeout.

5-2-3-1. Variables système dynamiques

Depuis MySQL version 4.0.3, de nombreuses variables système sont dynamiques, et peuvent être modifiées durant l'exécution avec les commandes SET GLOBAL ou SET SESSION. Vous pouvez aussi sélectionner leur valeur avec SELECT. Voir Section 9.4, « Variables système »9.4. Variables système.

La table suivante montre la liste complète de toutes les variables dynamiques. La dernière colonne indique si les options GLOBAL ou SESSION, ou les deux, s'appliquent.

Nom de la variable Type de valeur Application
autocommit boolean SESSION
big_tables boolean SESSION
binlog_cache_size numeric GLOBAL
bulk_insert_buffer_size numeric GLOBAL | SESSION
character_set_client string GLOBAL | SESSION
character_set_connection string GLOBAL | SESSION
character_set_results string GLOBAL | SESSION
character_set_server string GLOBAL | SESSION
collation_connection string GLOBAL | SESSION
collation_server string GLOBAL | SESSION
concurrent_insert boolean GLOBAL
connect_timeout numeric GLOBAL
convert_character_set string GLOBAL | SESSION
default_week_format numeric GLOBAL | SESSION
delay_key_write OFF | ON | ALL GLOBAL
delayed_insert_limit numeric GLOBAL
delayed_insert_timeout numeric GLOBAL
delayed_queue_size numeric GLOBAL
error_count numeric SESSION
flush boolean GLOBAL
flush_time numeric GLOBAL
foreign_key_checks boolean SESSION
ft_boolean_syntax numeric GLOBAL
group_concat_max_len numeric GLOBAL | SESSION
identity numeric SESSION
insert_id boolean SESSION
interactive_timeout numeric GLOBAL | SESSION
join_buffer_size numeric GLOBAL | SESSION
key_buffer_size numeric GLOBAL
last_insert_id numeric SESSION
local_infile boolean GLOBAL
log_warnings boolean GLOBAL
long_query_time numeric GLOBAL | SESSION
low_priority_updates boolean GLOBAL | SESSION
max_allowed_packet numeric GLOBAL | SESSION
max_binlog_cache_size numeric GLOBAL
max_binlog_size numeric GLOBAL
max_connect_errors numeric GLOBAL
max_connections numeric GLOBAL
max_delayed_threads numeric GLOBAL
max_error_count numeric GLOBAL | SESSION
max_heap_table_size numeric GLOBAL | SESSION
max_insert_delayed_threads numeric GLOBAL
max_join_size numeric GLOBAL | SESSION
max_relay_log_size numeric GLOBAL
max_seeks_for_key numeric GLOBAL | SESSION
max_sort_length numeric GLOBAL | SESSION
max_tmp_tables numeric GLOBAL
max_user_connections numeric GLOBAL
max_write_lock_count numeric GLOBAL
myisam_max_extra_sort_file_size numeric GLOBAL | SESSION
myisam_max_sort_file_size numeric GLOBAL | SESSION
myisam_repair_threads numeric GLOBAL | SESSION
myisam_sort_buffer_size numeric GLOBAL | SESSION
net_buffer_length numeric GLOBAL | SESSION
net_read_timeout numeric GLOBAL | SESSION
net_retry_count numeric GLOBAL | SESSION
net_write_timeout numeric GLOBAL | SESSION
query_alloc_block_size numeric GLOBAL | SESSION
query_cache_limit numeric GLOBAL
query_cache_size numeric GLOBAL
query_cache_type enumeration GLOBAL | SESSION
query_cache_wlock_invalidate boolean GLOBAL | SESSION
query_prealloc_size numeric GLOBAL | SESSION
range_alloc_block_size numeric GLOBAL | SESSION
read_buffer_size numeric GLOBAL | SESSION
read_only numeric GLOBAL
read_rnd_buffer_size numeric GLOBAL | SESSION
rpl_recovery_rank numeric GLOBAL
safe_show_database boolean GLOBAL
server_id numeric GLOBAL
slave_compressed_protocol boolean GLOBAL
slave_net_timeout numeric GLOBAL
slow_launch_time numeric GLOBAL
sort_buffer_size numeric GLOBAL | SESSION
sql_auto_is_null boolean SESSION
sql_big_selects boolean SESSION
sql_big_tables boolean SESSION
sql_buffer_result boolean SESSION
sql_log_bin boolean SESSION
sql_log_off boolean SESSION
sql_log_update boolean SESSION
sql_low_priority_updates boolean GLOBAL | SESSION
sql_max_join_size numeric GLOBAL | SESSION
sql_quote_show_create boolean SESSION
sql_safe_updates boolean SESSION
sql_select_limit numeric SESSION
sql_slave_skip_counter numeric GLOBAL
sql_warnings boolean SESSION
storage_engine enumeration GLOBAL | SESSION
table_cache numeric GLOBAL
table_type enumeration GLOBAL | SESSION
thread_cache_size numeric GLOBAL
timestamp boolean SESSION
tmp_table_size enumeration GLOBAL | SESSION
transaction_alloc_block_size numeric GLOBAL | SESSION
transaction_prealloc_size numeric GLOBAL | SESSION
tx_isolation enumeration GLOBAL | SESSION
unique_checks boolean SESSION
wait_timeout numeric GLOBAL | SESSION
warning_count numeric SESSION

Les variables qui sont marquées comme « string » prennent une valeur de chaîne de caractères. Les variables qui sont marquées comme « numeric » prennent un nombre. Les variables qui sont marquées comme « boolean » peuvent prendre 0 ou 1, ON ou OFF. Les variables qui sont marquées comme « enumeration » doivent normalement prendre l'une des valeurs possibles de cette variable, mais elles peuvent aussi prendre le numéro de l'élément dans l'énumération. Pour les systèmes à énumération, la première énumération est 0. Cela est différent des colonnes de type ENUM, pour qui la première valeur est la 1.

5-2-4. Variables de statut du serveur

SHOW STATUS affiche des informations sur le statut du serveur (par exemple, mysqladmin extended-status). L'affichage ressemble à ce qui est affiché ci-dessous, mais les valeurs différeront sûrement de votre propre serveur.

 
Sélectionnez
mysql> SHOW STATUS;
+--------------------------+------------+
| Variable_name            | Value      |
+--------------------------+------------+
| Aborted_clients          | 0          |
| Aborted_connects         | 0          |
| Bytes_received           | 155372598  |
| Bytes_sent               | 1176560426 |
| Connections              | 30023      |
| Created_tmp_disk_tables  | 0          |
| Created_tmp_files        | 60         |
| Created_tmp_tables       | 8340       |
| Delayed_errors           | 0          |
| Delayed_insert_threads   | 0          |
| Delayed_writes           | 0          |
| Flush_commands           | 1          |
| Handler_delete           | 462604     |
| Handler_read_first       | 105881     |
| Handler_read_key         | 27820558   |
| Handler_read_next        | 390681754  |
| Handler_read_prev        | 6022500    |
| Handler_read_rnd         | 30546748   |
| Handler_read_rnd_next    | 246216530  |
| Handler_update           | 16945404   |
| Handler_write            | 60356676   |
| Key_blocks_used          | 14955      |
| Key_read_requests        | 96854827   |
| Key_reads                | 162040     |
| Key_write_requests       | 7589728    |
| Key_writes               | 3813196    |
| Max_used_connections     | 0          |
| Not_flushed_delayed_rows | 0          |
| Not_flushed_key_blocks   | 0          |
| Open_files               | 2          |
| Open_streams             | 0          |
| Open_tables              | 1          |
| Opened_tables            | 44600      |
| Qcache_free_blocks       | 36         |
| Qcache_free_memory       | 138488     |
| Qcache_hits              | 79570      |
| Qcache_inserts           | 27087      |
| Qcache_lowmem_prunes     | 3114       |
| Qcache_not_cached        | 22989      |
| Qcache_queries_in_cache  | 415        |
| Qcache_total_blocks      | 912        |
| Questions                | 2026873    |
| Select_full_join         | 0          |
| Select_full_range_join   | 0          |
| Select_range             | 99646      |
| Select_range_check       | 0          |
| Select_scan              | 30802      |
| Slave_open_temp_tables   | 0          |
| Slave_running            | OFF        |
| Slow_launch_threads      | 0          |
| Slow_queries             | 0          |
| Sort_merge_passes        | 30         |
| Sort_range               | 500        |
| Sort_rows                | 30296250   |
| Sort_scan                | 4650       |
| Table_locks_immediate    | 1920382    |
| Table_locks_waited       | 0          |
| Threads_cached           | 0          |
| Threads_connected        | 1          |
| Threads_created          | 30022      |
| Threads_running          | 1          |
| Uptime                   | 80380      |
+--------------------------+------------+

De nombreuses variables de statut sont remises à 0 par la commande FLUSH STATUS.

Les variables de statut ont les significations suivantes. Les variables compteur de commande Com_xxx ont été ajoutées en MySQL 3.23.47. Les variables de cache de requêtes Qcache_xxx ont été ajoutées en MySQL 4.0.1. Sinon, les variables sans versions sont présentes depuis MySQL 3.22.

  • Aborted_clients

    Nombre de connexions annulées parce que le client est mort sans se déconnecter correctement. Voir Section A.2.10, « Erreurs de communication / Connexion annulée »A.2.10. Erreurs de communication / Connexion annulée.

  • Aborted_connects

    Nombre de tentatives de connexions au serveur MySQL qui ont échoué. Voir Section A.2.10, « Erreurs de communication / Connexion annulée »A.2.10. Erreurs de communication / Connexion annulée.

  • Binlog_cache_disk_use

    Le nombre de transactions qui ont utilisé le cache de logs binaires, mais qui ont dépassé la taille de binlog_cache_size et ont finalement utilisé un fichier temporaire pour stocker les commandes de la transaction. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.2.

  • Binlog_cache_use

    Le nombre de transactions qui ont utilisé le cache de logs binaires temporaires. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.1.2.

  • Bytes_received

    Nombre d'octets reçu de tous les clients. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.7.

  • Bytes_sent

    Nombre d'octets envoyés à tous les clients. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.7.

  • Com_xxx

    Nombre d'exécutions de chaque commande xxx. Il y a une variable par type de commande. Par exemple, Com_delete et Com_insert comptent respectivement les commandes DELETE et INSERT.

  • Connections

    Nombre de tentatives de connexion au serveur MySQL, réussies ou pas.

  • Created_tmp_disk_tables

    Nombre de tables temporaires implicites créées sur le disque lors d'exécutions de commandes. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.24.

  • Created_tmp_files

    Combien de fichiers temporaires mysqld a créés. Si Created_tmp_disk_tables est grand, augmentez la taille de tmp_table_size pour que les tables temporaires restent plus souvent en mémoire.

  • Created_tmp_tables

    Nombre de tables temporaires implicites créées en mémoire lors d'exécutions de commandes. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.28.

  • Delayed_errors

    Nombre de lignes écrites avec INSERT DELAYED pour lesquelles des erreurs sont survenues (probablement une erreur de doublons (duplicate key)).

  • Delayed_insert_threads

    Nombre de gestionnaires d'insertions retardées sont en cours d'utilisation.

  • Delayed_writes

    Nombre de lignes écrites avec INSERT DELAYED.

  • Flush_commands

    Nombre de commandes FLUSH.

  • Handler_commit

    Nombre de commandes internes COMMIT. Cette variable a été ajoutée en MySQL 4.0.2.

  • Handler_delete

    Nombre de fois qu'une ligne a été effacée dans une table.

  • Handler_read_first

    Nombre de fois que la première ligne a été lue dans un index. Si ce chiffre est haut, c'est que le serveur fait de nombreuses recherches par analyse complète de la table, par exemple SELECT col1 FROM foo, en supposant que col1 est indexé.

  • Handler_read_key

    Nombre de requêtes de lecture de lignes basées sur une clé. Si ce chiffre est grand, c'est une bonne indication de l'indexation correcte de vos tables.

  • Handler_read_next

    Nombre de requêtes de lecture de la ligne suivante en ordre. Cela sera augmenté si vous listez une colonne avec une contrainte d'intervalle. Cette valeur sera aussi incrémentée si vous effectuez un scan d'index.

  • Handler_read_prev

    Nombre de requêtes de lecture de la clé précédente, dans l'ordre. C'est souvent utilisé pour optimiser les clauses ORDER BY ... DESC. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.6.

  • Handler_read_rnd_next

    Nombre de requêtes de lecture de la prochaine ligne dans le fichier de données. Ce chiffre sera grand si vous faites de nombreux scans de tables. Généralement, cela indique que vos requêtes ne sont pas écrites pour profiter des index que vous avez mis en place.

  • Handler_read_rnd

    Nombre de lectures d'une ligne basée sur une position fixe. Ce chiffre sera grand si vous effectuez de nombreuses requêtes qui réclament le tri du résultat.

  • Handler_rollback

    Nombre de commandes internes ROLLBACK.

  • Handler_update

    Nombre de requêtes de modification d'une ligne dans une table.

  • Handler_write

    Nombre de requêtes pour insérer une ligne dans une table.

  • Key_blocks_used

    Nombre de blocs utilisés dans un cache de clés. Vous pouvez utiliser cette valeur pour déterminer l'occupation du cache de clés : voyez la discussion de key_buffer_size dans Section 5.2.3, « Variables serveur système »5.2.3. Variables serveur système.

  • Key_read_requests

    Nombre de requêtes de lecture d'un bloc de clés dans le cache.

  • Key_reads

    Nombre de lecture physique d'un bloc de clés sur le disque. Si Key_reads est grand, alors votre valeur pour key_buffer_size est probablement trop petite. Le ratio peut être calculé avec Key_reads/Key_read_requests.

  • Key_write_requests

    Nombre de requêtes d'écriture d'un bloc de clés dans le cache.

  • Key_writes

    Nombre d'écritures physiques de blocs de clés sur le disque.

  • Max_used_connections

    Nombre maximum de connexions utilisées simultanément.

  • Not_flushed_delayed_rows

    Nombre de lignes en attente d'écriture dans les listes INSERT DELAY.

  • Not_flushed_key_blocks

    Nombre de blocs de clés dans le cache de clés, qui ont été modifiées, mais pas encore écrites sur le disque.

  • Open_files

    Nombre de fichiers ouverts.

  • Open_streams

    Nombre de flux ouverts (utilisés généralement pour les logs).

  • Open_tables

    Nombre de tables ouvertes.

  • Opened_tables

    Nombre de tables qui ont été ouvertes. Si Opened_tables est grand, votre valeur pour table_cache est probablement trop petite.

  • Qcache_free_blocks

    Le nombre de blocs de mémoire libre dans le cache de requêtes.

  • Qcache_free_memory

    La quantité de mémoire libre dans le cache de requêtes.

  • Qcache_hits

    Le nombre de sollicitations du cache.

  • Qcache_inserts

    Le nombre de requêtes ajoutées dans le cache.

  • Qcache_lowmem_prunes

    Le nombre de requêtes qui ont été effacées du cache, pour libérer de la place.

  • Qcache_not_cached

    Le nombre de requêtes non cachées (elles ne peuvent pas être mises en cache, ou à cause de query_cache_type).

  • Qcache_queries_in_cache

    Le nombre de requêtes enregistrées dans le cache.

  • Qcache_total_blocks

    Le nombre total de blocs dans le cache de requêtes.

  • Questions

    Nombre de requêtes envoyées au serveur.

  • Rpl_status

    Statut de la réplication sans erreur (réservé pour utilisation ultérieure).

  • Select_full_join

    Nombre de jointures sans clé (si cette variable vaut 0, vous devriez vérifier soigneusement les index de vos tables). Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.25.

  • Select_full_range_join

    Nombre de jointures où une recherche d'intervalle a été utilisée. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.25.

  • Select_range_check

    Nombre de jointures sans clé, où l'utilisation de clé a été vérifiée après chaque ligne (si cette variable vaut 0, vous devriez vérifier soigneusement les index de vos tables). Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.25.

  • Select_range

    Nombre de jointures où une recherche d'intervalle a été utilisée sur la première table. (Ce n'est généralement pas important, même si cette valeur est importante.) Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.25.

  • Select_scan

    Nombre de jointures où la première table a été totalement analysée. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.25.

  • Slave_open_temp_tables

    Nombre de tables temporaires actuellement utilisées par le thread esclave. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.29.

  • Slave_running

    Cette variable vaut ON si ce serveur est un esclave connecté au maître. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.16.

  • Slow_launch_threads

    Nombre de threads qui ont pris plus de slow_launch_time secondes pour être créés. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.15.

  • Slow_queries

    Nombre de requêtes qui ont pris plus de long_query_time pour s'exécuter. Voir Section 5.9.5, « Le log des requêtes lentes »5.9.5. Le log des requêtes lentes.

  • Sort_merge_passes

    Nombre de passes que l'algorithme de tri a dû faire. Si cette valeur est grande, vous devriez vérifier la taille de sort_buffer.

  • Sort_range

    Nombre de tris qui ont été faits sur des intervalles.

  • Sort_rows

    Nombre de lignes triées.

  • Sort_scan

    Nombre de tris qui ont été faits en analysant la table.

  • ssl_xxx

    Variables utilisées par SSL. Réservée pour utilisation ultérieure. Ces variables ont été ajoutées en MySQL 4.0.0.

  • Table_locks_immediate

    Nombre de fois que la table a reçu immédiatement un verrou. Disponible depuis 3.23.33. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.33.

  • Table_locks_waited

    Nombre de fois qu'une table n'a pu recevoir de verrou immédiatement, et qu'il a fallu attendre. Si ce chiffre est haut, vous avez des problèmes de performance, et vous devriez optimiser vos requêtes, couper vos tables en deux, ou utiliser la réplication. Disponible depuis la version 3.23.33. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.33.

  • Threads_cached

    Nombre de threads dans le cache de threads. Cette variable a été ajoutée en MySQL 3.23.17.

  • Threads_connected

    Nombre de connexions actuellement ouvertes.

  • Threads_created

    Nombre de threads créés pour gérer les connexions. Si Threads_created est grand, vous pouvez augmenter la valeur de

  • Threads_running

    Nombre de threads qui ne dorment pas.

  • Uptime

    Durée de vie du serveur, en secondes depuis le redémarrage.

5-3. Le processus d'extinction de MySQL

Le processus d'extinction du serveur peut se résumer comme ceci :

  1. Le processus est activé ;

  2. Le serveur crée un thread d'extinction, si nécessaire ;

  3. Le serveur cesse d'accepter les nouvelles connexions ;

  4. Le serveur conclut les activités en cours ;

  5. Les moteurs de stockages se ferment ;

  6. Le serveur se termine.

Voici une version plus détaillée de ce synopsis.

  1. Le processus est activé

    L'extinction du serveur peut être initiée par plusieurs méthodes. Par exemple, un utilisateur avec le droit de SHUTDOWN peut exécuter la commande mysqladmin shutdown. mysqladmin peut être utilisée sur n'importe quelle plate-forme supportée par MySQL. Les autres méthodes d'extinction spécifiques aux systèmes d'exploitation existent aussi : le serveur s'éteint lorsqu'il reçoit un signal SIGTERM sous Unix. Un serveur installé comme service Windows s'éteint sur ordre du gestionnaire.

  2. Le serveur crée un thread d'extinction, si nécessaire

    En fonction de l'origine de l'extinction, le serveur peut lancer un thread qui gèrera l'extinction. Si l'extinction a été demandée par un client, un thread d'extinction est créé. Si l'extinction est le résultat d'un signal SIGTERM, le thread signal pourra gérer l'extinction lui-même, ou alors lancer un autre thread. SI le serveur essaie de créer un thread et ne peut pas le faire (par exemple, plus de mémoire), il va émettre un message qui apparaitra comme ceci dans les logs :

     
    Sélectionnez
    Error: Can't create thread to kill server
  3. Le serveur cesse d'accepter les nouvelles connexions

    Pour éviter de voir de nouvelles opérations se lancer, le serveur commence par arrêter d'accepter les nouvelles connexions. Il fait cela en fermant les connexions au réseau qui attendent les connexions : le port TCP/IP, le socket Unix ou le Pipe Windows.

  4. Le serveur conclut les activités en cours

    Pour chaque thread associé à une connexion réseau, la connexion est interrompue, et le thread est marqué comme mort. Le thread s'arrête lorsqu'il remarque qu'il a été tué. Les threads qui sont inactifs meurent rapidement. Les threads qui traitent des requêtes vérifient périodiquement leur état, et prennent plus de temps pour s'arrêter. Pour plus d'informations sur la fin des threads, voyez Section 13.5.4.3, « Syntaxe de KILL »13.5.4.3. Syntaxe de KILL, en particulier à propos des commandes REPAIR TABLE ou OPTIMIZE TABLE sur les tables MyISAM.

    Pour les threads qui ont une transaction ouverte, la transaction est annulée. Notez que si un thread modifie une table non transactionnelle, une opération comme un UPDATE multiligne ou un INSERT peuvent laisser la table partiellement modifiée, car l'opération peut se terminer avant sa fin logique.

    Si le serveur est un serveur de réplication, les threads associés avec les esclaves sont traités comme n'importe quel autre client. C'est-à-dire, ils sont marqués comme terminés, et se terminent à leur prochaine vérification d'état.

    Si le serveur est un esclave de réplication, le thread d'entrée/sortie et le thread SQL sont arrêtés avant que le thread client ne soit tué. Le thread SQL est autorisé à terminer sa commande en cours (pour éviter des problèmes de réplication), puis cesse. Si le thread SQL était au milieu d'une transaction, elle sera annulée.

  5. Les moteurs de stockages se ferment

    À ce stade, les caches de tables sont envoyés sur le disque, et toutes les tables ouvertes sont fermées.

    Chaque moteur de stockage effectue les opérations nécessaires pour fermer les tables qu'il gère. Par exemple, MyISAM envoie les dernières écritures pour la table. InnoDB vide ses buffers sur le disque, écrit le LSN courant dans l'espace de table, et termine ses propres threads.

  6. Le serveur se termine

5-4. Sécurité générale du serveur

Cette section décrit certaines règles générales de sécurité a bien connaître pour rendre votre installation MySQL plus sécuritaire contre des attaques ou des erreurs de manipulations. Pour des informations sur le contrôle d'accès à MySQL, voyez Section 5.5, « Règles de sécurité et droits d'accès au serveur MySQL »5.5. Règles de sécurité et droits d'accès au serveur MySQL.

5-4-1. Guide de sécurité

Tous ceux qui utilisent MySQL avec un serveur connecté à Internet doivent lire cette section, pour éviter les erreurs les plus communes.

En parlant de sécurité, nous devons insister sur la nécessité de protéger tout le serveur, et non pas juste MySQL, contre tous les types d'attaques : surveillance des communications, usurpation, réexécution et dénis de service. Nous ne pouvons pas couvrir tous les aspects de tolérance aux fautes et de disponibilité ici.

MySQL dispose d'un système de sécurité basé sur des listes de contrôle d'accès (Access Control Lists, or ACL) pour toutes les connexions, requêtes et opérations que l'utilisateur peut faire. Il y a aussi le support des connexions SSL entre le client et le serveur MySQL. De nombreux concepts présentés ici ne sont pas spécifiques à MySQL : le même concept s'applique à de nombreuses applications.

Lorsque vous utilisez MySQL, suivez ces règles aussi souvent que possible.

  • Ne donnez jamais à personne (sauf aux comptes MySQL root) accès à la table user de la base mysql ! C'est primordial. Le mot de passe chiffré est le vrai mot de passe de MySQL. Toute personne qui connaît le mot de passe de la table user et qui a accès à l'hôte associé peut facilement se connecter sous le nom de cet utilisateur.

  • Apprenez à fond le système de droits MySQL. Les commandes GRANT et REVOKE sont utilisées pour contrôler les accès à MySQL. Ne donnez pas plus de droits que nécessaire. Ne donnez jamais de droits à tous les serveurs hôtes.

    Liste de vérification :

    • essayez la commande en ligne mysql -u root. Si vous pouvez vous connecter, sans donner de mot de passe, vous avez un problème. Toute personne peut se connecter au serveur comme utilisateur root avec le maximum de droits ! Passez en revue les instructions d'installation de MySQL, en insistant sur les passages où le mot de passe root est configuré. Voir Section 2.5.3, « Création des premiers droits MySQL »2.5.3. Création des premiers droits MySQL ;

    • utilisez la commande SHOW GRANTS et vérifiez qui a accès à quoi. Puis, utilisez la commande REVOKE pour retirer les droits inutiles ;

  • ne stockez jamais de mot de passe en clair dans votre base de données. Si votre serveur est compromis, le pirate aura alors la liste complète des mots de passe, et pourra les utiliser. À la place, utilisez MD5(), SHA1() ou une autre fonction de signature injective ;

  • ne choisissez pas vos mots de passe dans un dictionnaire. Il y a des programmes spéciaux pour les rechercher. Même des mots de passe tels que « xfish98 » est très faible. Par contre, « duag98 » est bien mieux : il contient aussi le mot « fish », mais décalé d'une touche sur un clavier QWERTY. Une autre méthode de génération consiste à prendre la première lettre de chaque mot d'une phrase : « Maupa » est issu de « Marie a un petit agneau ». C'est facile à retenir, mais difficile à deviner pour un attaquant ;

  • investissez dans un pare-feu. Cela protège de 50 % de tous les types d'attaque et vulnérabilité. Placez MySQL derrière le coupe-feu, ou dans une zone démilitarisée (DMZ).

    Liste de vérification :

    • essayez de scanner vos portes depuis l'Internet, avec des outils comme nmap. MySQL utilise le port 3306 par défaut. Ce port ne doit pas être accessible à tous les serveurs. Une autre méthode simple pour vérifier si le port MySQL est ouvert ou non, est d'essayer la commande suivante depuis une machine distante, où server_host est le serveur qui héberge MySQL :

       
      Sélectionnez
      shell> telnet server_host 3306

      Si vous obtenez une connexion et des caractères binaires, le port est ouvert, et il devrait être fermé par votre routeur ou votre coupe-feu, à moins d'avoir une bonne raison pour le garder ouvert. Si telnet attend, ou que la connexion est refusée, tout va bien : le port est bloqué ;

  • ne faites confiance à aucune donnée entrée par les utilisateurs de votre application. Ils peuvent déjouer vos filtres en entrant des séquences spéciales via les formulaires Web, les URL ou tout autre point d'entrée de l'application. Assurez-vous que votre application reste sûre si un utilisateur entre une chaîne telle que « ; DROP DATABASE mysql; ». C'est un exemple extrêmement simple, mais il dévoilera un trou de sécurité important. Il engendrera aussi des pertes de données si un pirate, utilisant cette technique, vous attaque.

    Une erreur courante est de ne protéger que les chaînes de caractères. N'oubliez pas de protéger aussi les valeurs numériques. Si une application génère une requête telle que SELECT * FROM table WHERE ID=234 où l'utilisateur fournit le 234, alors ce dernier peut proposer la valeur 234 OR 1=1 pour conduire à la requête SELECT * FROM table WHERE ID=234 OR 1=1. Par conséquent, le serveur va lire toutes les lignes de la table. Cela va diffuser toutes les lignes de votre application, et générer un trafic excessif. Pour vous prémunir contre ce type d'attaque, ajoutez toujours des guillemets autour des constantes numériques : SELECT * FROM table WHERE ID='234'. Si un utilisateur entre des informations supplémentaires, elles seront intégrées dans la chaîne. Dans un contexte numérique, MySQL supprimera automatiquement les caractères incompréhensibles.

    Parfois, les gens pensent que si une base de données contient des informations publiques, elle n'a pas besoin d'être défendue. C'est faux. Même si vous pouvez accéder à toutes les lignes de la table, il faut toujours se prémunir contre les dénis de service (par exemple, en utilisant la technique ci-dessus pour générer un trafic excessif). Sinon, votre serveur sera inutilisable.

    Liste de vérification :

    • essayez d'entrer des caractères ''' et '"' dans tous vos formulaires Web. Si vous obtenez une erreur MySQL, étudiez immédiatement le problème ;

    • essayez de modifier une URL dynamique en ajoutant les séquences %22 ('"'), %23 ('#') et %27 (''') ;

    • essayez de modifier les types de données des URL dynamiques de numériques en textuels, avec les caractères cités ci-dessus. Votre application doit être sécurisée contre ce type d'attaque ;

    • essayez d'entrer des caractères, des espaces et d'autres symboles spéciaux, autres que des nombres, dans un champ numérique. Votre application devrait supprimer tous ces caractères avant de les passer à MySQL, ou générer une erreur. Passer à MySQL des valeurs non vérifiées est très dangereux ;

    • vérifiez la taille des chaînes avant de les passer à MySQL ;

    • essayez de faire connecter votre application en utilisant un autre nom que celui qui est utilisé pour les tâches d'administration. Ne donnez pas à votre application des droits dont elle n'a pas besoin ;

  • de nombreuses interfaces de programmation disposent de moyens pour protéger les valeurs. Correctement utilisés, ils évitent aux utilisateurs de l'application de faire passer des caractères qui auront un effet différent de celui attendu.

    • MySQL C API : Utilisez la fonction mysql_real_escape_string().

    • MySQL++ : Utilisez les options escape et quote dans le flux de requête.

    • PHP : Utilisez la fonction mysql_escape_string(), qui est basée sur la fonction C du même nom. Avant PHP 4.0.3, utilisez addslashes().

    • Perl DBI : Utilisez la méthode quote() ou utilisez les variables de requête.

    • Java JDBC : Utilisez un objet PreparedStatement ou utilisez les variables de requête.

    Les autres interfaces ont des fonctionnalités similaires.

  • Ne transmettez pas de données déchiffrées sur Internet. Cette information est accessible à tous ceux qui ont le temps et la capacité d'intercepter et d'utiliser ces mots de passe. Utilisez plutôt un protocole sécurisé comme SSL ou SSH. MySQL supporte les connexions SSL depuis la version 4.0.0. SSH peut être utilisé pour créer un tunnel chiffré et compressé de communication.

  • Apprenez à utiliser les programmes tcpdump et strings. Dans la plupart des cas, vous pouvez vérifier si un flux MySQL est chiffré avec la commande suivante :

     
    Sélectionnez
    shell> tcpdump -l -i eth0 -w - src or dst port 3306 | strings

    (Cette commande fonctionne sous Linux, et devrait être adaptée facilement dans les autres systèmes.) Attention : si vous ne voyez pas de données en clair, cela ne signifie pas toujours que les informations sont chiffrées. Si vous avez besoin de haute sécurité, consultez un expert.

5-4-2. Protéger MySQL contre les attaques

Lorsque vous vous connectez à MySQL, vous devriez avoir besoin d'un mot de passe. Ce mot de passe n'est pas transmis en texte clair sur le réseau. La gestion des mots de passe durant l'identification des utilisateurs a été améliorée en MySQL 4.1.1 pour être très sécurisée. Si vous utilisez une vieille version de MySQL, ou si vous utilisez toujours les mots de passe de type pré-4.1.1, l'algorithme de chiffrement n'est pas très fort, quelques efforts permettront à un pirate d'obtenir votre mot de passe s'il est capable de surveiller le trafic entre le client et le serveur. (Voyez Section 5.5.9, « Hashage de mots de passe en MySQL 4.1 »5.5.9. Hashage de mots de passe en MySQL 4.1 pour une discussion des différentes méthodes de gestions des mots de passe). Si la connexion entre le client et le serveur utilise des réseaux non fiables, il est alors recommandé d'utiliser un tunnel SSH.

Toutes les autres informations sont transférées comme du texte clair, et quiconque qui surveille la connexion pourra les lire. Si vous souhaitez relever ce niveau de sécurité, il est recommandé d'utiliser le protocole compressé (avec les versions de MySQL 3.22 et plus récentes), pour compliquer considérablement le problème. Pour rendre la communication encore plus sûre, vous pouvez aussi utiliser ssh. Vous trouverez une version Open Source du client ssh sur le site http://www.openssh.org/, et une version commerciale du client ssh sur le site de http://www.ssh.com/. Avec eux, vous pouvez mettre en place une connexion TCP/IP chiffrée entre le serveur et le client MySQL.

Si vous utilisez MySQL 4.0, vous pouvez aussi utiliser le support OpenSSL interne. Voir Section 5.6.7, « Utilisation des connexions sécurisées »5.6.7. Utilisation des connexions sécurisées.

Pour rendre le système MySQL encore plus sûr, nous vous recommandons de suivre les suggestions suivantes.

  • Utilisez des mots de passe pour tous les utilisateurs MySQL. N'oubliez pas que tout le monde peut se connecter avec un nom d'utilisateur quelconque, simplement avec l'option mysql -u autre_utilisateur nom_de_base, si autre_utilisateur n'a pas de mot de passe. C'est un comportement classique pour les applications client/serveur que le client spécifie son nom d'utilisateur. Il sera plus difficile à un attaquant de pénétrer dans votre serveur si tous les comptes ont un mot de passe.

    Vous pouvez modifier les mots de passe de tous les utilisateurs en modifiant le script mysql_install_db avant de l'exécuter, ou vous pouvez modifier seulement le mot de passe du root MySQL comme ceci :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql -u root
    mysql> UPDATE mysql.user SET Password=PASSWORD('nouveau_mot_de_passe')
        -> WHERE User='root';
    mysql> FLUSH PRIVILEGES;
  • N'exécutez jamais le démon MySQL avec l'utilisateur Unix root. C'est très dangereux, car toute personne ayant le droit de FILE pour créer des fichiers au nom du root (par exemple, ~root/.bashrc). Pour éviter cela, mysqld refusera de s'exécuter au nom de root à moins que soit précisé l'option --user=root.

    mysqld peut être exécuté avec un utilisateur ordinaire sans droits particuliers. Vous pouvez aussi créer un utilisateur Unix mysql pour rendre cela encore plus sûr. Si vous exécutez mysqld sous un autre utilisateur Unix, vous n'avez pas à changer le mot de passe root dans la table user, car les noms d'utilisateurs MySQL n'ont rien à voir avec les noms d'utilisateurs Unix. Pour démarrer mysqld sous un autre nom d'utilisateur Unix, ajoutez la ligne user, qui spécifie le nom de l'utilisateur, dans le fichier d'options de [mysqld] /etc/my.cnf ou dans le fichier my.cnf présent dans le dossier de données du serveur. Par exemple :

     
    Sélectionnez
    [mysqld]
    user=mysql

    Cette ligne va forcer le serveur à démarrer en tant qu'utilisateur mysql, même si vous démarrez le serveur manuellement ou avec les scripts safe_mysqld, ou mysql.server. Pour plus de détails, voyez Section A.3.2, « Comment exécuter MySQL comme un utilisateur normal »A.3.2. Comment exécuter MySQL comme un utilisateur normal.

    Exécuter mysql sous un autre compte Unix que root ne signifie pas que vous devez changer le nom de root dans la table user. Les comptes d'utilisateurs de MySQL n'ont rien à voir avec ceux du compte Unix.

  • N'autorisez pas l'utilisation de liens symboliques pour les tables. Cette fonctionnalité peut être désactivée avec l'option --skip-symbolic-links. C'est particulièrement important si vous utilisez mysqld comme root, car tout utilisateur a alors le droit d'écrire des données sur le disque, n'importe où sur le système !! Voir Section 7.6.1.2, « Utiliser les liens symboliques avec les tables sous Unix »7.6.1.2. Utiliser les liens symboliques avec les tables sous Unix.

  • Vérifiez que l'utilisateur Unix qui exécute mysqld est le seul utilisateur avec les droits de lecture et écriture dans le dossier de base de données.

  • Ne donnez pas le droit de PROCESS à tous les utilisateurs. La liste fournie par mysqladmin processlist affiche le texte des requêtes actuellement exécutées, ce qui permet à toute personne pouvant exécuter cette commande de lire des valeurs qui seraient en clair, comme : UPDATE user SET password=PASSWORD('not_secure').

    mysqld réserve une connexion supplémentaire pour les utilisateurs qui ont le droit de PROCESS, afin que le root MySQL puisse toujours se connecter et vérifier que tout fonctionne bien, même s'il ne reste plus de connexion libre pour les autres utilisateurs.

    Le droit SUPER peut être utilisé pour fermer des connexions clients, changer les variables système et contrôler la réplication.

  • Ne donnez pas le droit de FILE à tous les utilisateurs. Tout utilisateur qui possède ce droit peut écrire un fichier n'importe où sur le serveur, avec les droits hérités du démon mysqld ! Pour rendre cela plus sécuritaire, tous les fichiers générés par SELECT ... INTO OUTFILE sont lisibles par tous, mais personne ne peut les modifier.

    Le droit de FILE peut aussi être utilisé pour lire n'importe quel fichier accessible en lecture au démon qui fait tourner MySQL. Il devient donc possible, suivant les configurations, d'utiliser la commande LOAD DATA sur le fichier /etc/passwd pour tout mettre en table, et ensuite le relire avec la commande SELECT.

  • Si vous ne faites pas confiance à votre DNS, vos pouvez simplement utiliser des adresses IP au lieu des noms d'hôtes. Dans ce cas, soyez très prudents lors de la création de droits qui utilisent des caractères joker.

  • Si vous voulez restreindre le nombre de connexions d'un utilisateur, vous pouvez le faire en utilisant la variable max_user_connections de mysqld. La commande GRANT dispose aussi d'options de contrôle des ressources, pour limiter l'utilisation du serveur par un compte utilisateur.

5-4-3. Options de démarrage qui concernent la sécurité

Les options suivantes de mysqld affectent la sécurité.

  • --local-infile[=(0|1)]

    Si vous utilisez --local-infile=0 alors vous ne pourrez pas utiliser LOAD DATA LOCAL INFILE. Voir Section 5.4.4, « Problèmes de sécurité avec LOAD DATA LOCAL »5.4.4. Problèmes de sécurité avec LOAD DATA LOCAL.

  • --safe-show-database

    Avec cette option, la commande SHOW DATABASES ne retourne que les bases pour lesquelles l'utilisateur courant a des droits. Depuis la version 4.0.2, cette option est abandonnée, et ne sert plus à rien (elle est activée par défaut), car désormais, il y a le droit de SHOW DATABASES. Voir Section 13.5.1.3, « Syntaxe de GRANT et REVOKE »13.5.1.3. Syntaxe de GRANT et REVOKE.

  • --safe-user-create

    Si cette option est activée, tout utilisateur ne peut créer d'autres utilisateurs avec les droits de GRANT, s'il ne dispose pas des droits d'insertion dans la table mysql.user. Si vous voulez donner un accès à un utilisateur pour qu'il puisse créer des utilisateurs avec les droits dont il dispose, vous pouvez lui donner les droits suivants :

     
    Sélectionnez
    mysql> GRANT INSERT(user) ON mysql.user TO 'user'@'hostname';

    Cela va s'assurer que l'utilisateur ne peut pas modifier une colonne directement, mais qu'il peut exécuter la commande GRANT sur d'autres utilisateurs.

  • --secure-auth

    Interdit l'identification pour les comptes qui ont d'anciens mots de passe (avant la version 4.1). Cette option est valable depuis MySQL 4.1.1.

  • --skip-grant-tables

    Cette option force le serveur à ne pas utiliser les tables de droits. Cette option donne donc tous les droits à tout le monde sur le serveur ! Vous pouvez forcer un serveur en fonctionnement à reprendre les tables de droits en exécutant la commande mysqladmin flush-privileges ou mysqladmin reload.)

  • --skip-name-resolve

    Les noms d'hôtes ne sont pas résolus. Toutes les valeurs de la colonne Host dans les tables de droits doivent être des adresses IP, ou bien localhost.

  • --skip-networking

    Ne pas accepter les connexions TCP/IP venant du réseau. Toutes les connexions au serveur mysqld doivent être faites avec les sockets Unix. Cette option n'existe pas pour les versions antérieures à la 3.23.27, avec les MIT-pthread, car les sockets Unix n'étaient pas supportés par les MIT-pthreads à cette époque.

  • --skip-show-database

    Ne pas autoriser la commande SHOW DATABASES, à moins que l'utilisateur n'ait les droits de SHOW DATABASES. Depuis la version 4.0.2, vous n'avez plus besoin de cette option, car les accès sont désormais donnés spécifiquement avec le droit SHOW DATABASES.

5-4-4. Problèmes de sécurité avec LOAD DATA LOCAL

La commande LOAD DATA peut lire des données sur le serveur hôte, ou bien charger un fichier sur le client, avec l'option LOCAL.

Il existe deux problèmes particuliers pour le support de cette commande :

  • comme la lecture du fichier est réalisée depuis le serveur, il est possible théoriquement de créer un serveur MySQL modifié qui pourrait lire n'importe quel fichier de la machine cliente, qui serait accessible à l'utilisateur ;

  • dans un environnement web, où les clients se connectent depuis un serveur web, un utilisateur peut se servir de la commande LOAD DATA LOCAL pour lire les fichiers qui sont sur le serveur web, et auxquels ce dernier a accès (en supposant qu'un utilisateur peut exécuter n'importe quelle commande sur le serveur).

Pour traiter ces problèmes, nous avons changé la gestion des commandes LOAD DATA LOCAL depuis MySQL version 3.23.49 et MySQL version 4.0.2 (4.0.13 pour Windows) :

  • par défaut, tous les clients MySQL et les bibliothèques des distributions binaires sont compilées avec l'option --enable-local-infile, pour être compatibles avec MySQL 3.23.48 et plus ancien ;

  • si vous ne configurez pas MySQL avec l'option --enable-local-infile, alors LOAD DATA LOCAL sera désactivé pour tous les clients, à moins que l'option mysql_options(... MYSQL_OPT_LOCAL_INFILE, 0) soit activée dans le client. Voir Section 24.2.3.43, « mysql_options() »24.2.3.43. mysql_options() ;

  • pour le client en ligne de commande mysql, LOAD DATA LOCAL peut être activé en spécifiant l'option --local-infile[=1], ou désactivé avec --local-infile=0 ;

  • vous pouvez désactiver toutes les commandes LOAD DATA LOCAL du serveur MySQL en démarrant mysqld avec --local-infile=0. Similairement, pour mysqlimport, les options --local et -L active le chargement distant de fichiers. Dans ce cas, il faut que le serveur accepte aussi cette configuration pour que l'opération fonctionne ;

  • au cas où LOAD DATA LOCAL INFILE est désactivé sur le serveur ou le client, vous obtiendrez le message d'erreur (1148) :

     
    Sélectionnez
    The used command is not allowed with this MySQL version

5-5. Règles de sécurité et droits d'accès au serveur MySQL

MySQL est pourvu d'un système avancé, mais non standard de droits. Cette section décrit son fonctionnement.

5-5-1. Rôle du système de privilèges

La fonction première du système de privilèges de MySQL est d'authentifier les utilisateurs se connectant à partir d'un hôte donné, et de leur associer des privilèges sur une base de données comme SELECT, INSERT, UPDATE et DELETE.

Les fonctionnalités additionnelles permettent d'avoir un utilisateur anonyme et de contrôler les privilèges pour les fonctions spécifiques à MySQL comme LOAD DATA INFILE et les opérations administratives.

5-5-2. Comment fonctionne le système de droits

Le système de droits de MySQL s'assure que les utilisateurs font exactement ce qu'ils sont supposés pouvoir faire dans la base. Lorsque vous vous connectez au serveur, votre identité est déterminée par l'hôte d'où vous vous connectez et le nom d'utilisateur que vous spécifiez. Le système donne les droits en fonction de votre identité et de ce que vous voulez faire.

MySQL considère votre nom d'hôte et d'utilisateur pour vous identifier, car il n'y pas que peu de raisons de supposer que le même nom d'utilisateur appartient à la même personne, quel que soit son point de connexion sur Internet. Par exemple, l'utilisateur joe qui se connecte depuis office.com n'est pas forcément la même personne que joe qui se connecte depuis elsewhere.com. MySQL gère cela en vous aidant à distinguer les différents utilisateurs et hôtes qui ont le même nom : vous pourriez donner des droits à joe lorsqu'il utilise sa connexion depuis office.com, et un autre jeu de droits lorsqu'il se connecte depuis elsewhere.com.

Le contrôle d'accès de MySQL se fait en deux étapes :

  • Étape 1 : le serveur vérifie que vous êtes autorisé à vous connecter ;

  • Étape 2 : en supposant que vous pouvez vous connecter, le serveur vérifie chaque requête que vous soumettez, pour vérifier si vous avez les droits suffisants pour l'exécuter. Par exemple, si vous sélectionnez des droits dans une table, ou effacez une table, le serveur s'assure que vous avez les droits de SELECT pour cette table, ou les droits de DROP, respectivement.

Si vos droits ont changé (par vous-même ou bien par un administrateur), durant votre connexion, ces changements ne prendront peut-être effet qu'à la prochaine requête. Voyez la section Section 5.5.7, « Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ? »5.5.7. Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ? pour plus détails.

Le serveur stocker les droits dans des tables de droits, situées dans la base mysql. Le serveur lit le contenu de ces tables en mémoire lorsqu'il démarre, et les relit dans différentes circonstances, détaillées dans Section 5.5.7, « Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ? »5.5.7. Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ?. Le contrôle d'accès se fait par rapport aux tables en mémoire.

Normalement, vous manipulez le contenu des tables indirectement, via les commandes GRANT et REVOKE pour configurer des comptes et des droits. Voir Section 13.5.1.3, « Syntaxe de GRANT et REVOKE »13.5.1.3. Syntaxe de GRANT et REVOKE. La discussion de cette section décrit la structure des tables de droits, et comment elle interagit avec les clients.

Le serveur utilise les tables user, db et host dans la base mysql durant les deux étapes. Les champs de cette table sont les suivants :

Table name utilisateur base hôte
Scope fields Host Host Host
User Db Db
Password User  
Privilege fields Select_priv Select_priv Select_priv
Insert_priv Insert_priv Insert_priv
Update_priv Update_priv Update_priv
Delete_priv Delete_priv Delete_priv
Index_priv Index_priv Index_priv
Alter_priv Alter_priv Alter_priv
Create_priv Create_priv Create_priv
Drop_priv Drop_priv Drop_priv
Grant_priv Grant_priv Grant_priv
References_priv References_priv References_priv
Reload_priv    
Shutdown_priv    
Process_priv    
File_priv    
Show_db_priv    
Super_priv    
Create_tmp_table_priv Create_tmp_table_priv Create_tmp_table_priv
Lock_tables_priv Lock_tables_priv Lock_tables_priv
Execute_priv    
Repl_slave_priv    
Repl_client_priv    
ssl_type    
ssl_cypher    
x509_issuer    
x509_cubject    
max_questions    
max_updates    
max_connections    

Lors de la seconde étape du contrôle d'accès (vérification de la requête), le serveur peut, suivant la requête, consulter aussi les tables tables_priv et columns_priv. Les champs de ces tables sont :

Nom de la table tables_priv columns_priv
Champ Host Host
Db Db
User User
Table_name Table_name
  Column_name
Droit Table_priv Column_priv
Column_priv  
Autre champ Timestamp Timestamp
Grantor  

Chaque table de droit contient des champs d'identification et des champs de droits.

  • Les champs d'identification déterminent quels utilisateurs correspondent à cette ligne dans la table. Par exemple, une ligne dans la table user avec les valeurs dans les colonnes Host et User de 'thomas.loc.gov' et 'bob' servira à identifier les connexions qui sont faites par l'utilisateur bob depuis l'hôte thomas.loc.gov. De même, une ligne dans la table db avec les valeurs des colonnes Host, User et Db de 'thomas.loc.gov', 'bob' et 'reports' sera utilisée lorsque l'utilisateur bob se connecte depuis l'hôte thomas.loc.gov pour accéder à la base reports. Les tables tables_priv et columns_priv contiennent en plus des champs indiquant les tables et combinaisons tables et colonnes auxquelles les lignes s'appliquent.

  • Les champs de droits indiquent si le droit est donné, c'est-à-dire si l'opération indiquée peut être exécutée. Le serveur combine les informations dans différentes tables pour former une description complète de l'utilisateur. Les règles utilisées sont décrites dans Section 5.5.6, « Contrôle d'accès, étape 2 : Vérification de la requête »5.5.6. Contrôle d'accès, étape 2 : Vérification de la requête.

Les champs d'identification sont des chaînes, déclarées comme suit. La valeur par défaut de chacun des champs est la chaîne vide.

Nom de la colonne Type
Host CHAR(60)
User CHAR(16)
Password CHAR(16)
Db CHAR(64)
Table_name CHAR(60)
Column_name CHAR(60)

Avant MySQL 3.23, la colonne Db valait CHAR(32) dans certaines tables, et CHAR(60) dans d'autres.

Pour vérifier les accès, la comparaison sur les valeurs de la colonne Host sont sensibles à la casse. User, Password, Db et Table_name sont insensibles. Les valeurs de Column_name sont insensibles depuis MySQL 3.22.12.

Dans les tables user, db et host, tous les champs de droits sont déclarés avec le type ENUM('N','Y') : ils peuvent prendre tous les valeurs de 'N' (non) ou 'Y' (oui, YES), et la valeur par défaut est 'N'.

Dans les tables tables_priv et columns_priv, les champs de droits sont déclarés comme des champs de type SET :

Nom de la table Nom du champ Valeurs possibles
tables_priv Table_priv 'Select', 'Insert', 'Update', 'Delete', 'Create', 'Drop', 'Grant', 'References', 'Index', 'Alter'
tables_priv Column_priv 'Select', 'Insert', 'Update', 'References'
columns_priv Column_priv 'Select', 'Insert', 'Update', 'References'

En bref, le serveur utilise les tables de droits comme ceci :

  • la table user détermine si le serveur accepte ou rejette la connexion. Pour les connexions acceptées, tous les privilèges donnés dans la table user indiquent des privilèges globaux. Ces droits s'appliquent à toutes les bases du serveur ;

  • les champs d'identification de la table db déterminent quels utilisateurs peuvent accéder à quelles bases, depuis quel hôte. Les champs de droits indiquent alors les opérations permises. Les droits s'appliquent alors à toutes les bases sur le serveur ;

  • la table host est utilisée comme extension de la table db lorsque vous voulez qu'une ligne de la table db s'applique à plusieurs hôtes. Par exemple, si vous voulez qu'un utilisateur soit capable d'utiliser une base depuis plusieurs hôtes dans votre réseau, laissez la colonne Host vide dans la table db, Ce mécanisme est décrit en détail dans Section 5.5.6, « Contrôle d'accès, étape 2 : Vérification de la requête »5.5.6. Contrôle d'accès, étape 2 : Vérification de la requête ;

  • les tables tables_priv et columns_priv sont similaires à la table db, mais sont plus atomiques : elles s'appliquent au niveau des tables et des colonnes, plutôt qu'au niveau des bases.

Notez que les droits d'administration tels que (RELOAD, SHUTDOWN, etc.) ne sont spécifiés que dans la table user. En effet, ces opérations sont des opérations au niveau serveur, et ne sont pas liées à une base de données, ce qui fait qu'il n'y a pas de raison de les lier avec les autres tables. En fait user doit être consulté pour déterminer les autorisations d'administration.

Le droit de FILE est spécifié par la table user. Ce n'est pas un droit d'administration, mais votre capacité à lire ou écrire des fichiers sur le serveur hôte et dépendant de la base à laquelle vous accédez.

Le serveur mysqld lit le contenu des tables de droits une fois, au démarrage. Lorsqu'il y a des modifications dans les tables, elles prennent effet tel qu'indiqué dans Section 5.5.7, « Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ? »5.5.7. Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ?.

Lorsque vous modifiez le contenu des tables de droits, c'est une bonne idée que de s'assurer que vous avez bien configuré les droits qui vous intéressent. Un moyen de vérifier les droits pour un compte est d'utiliser la commande SHOW GRANTS. Par exemple, pour déterminer les droits qui sont donnés à un compte avec les valeurs Host et User de pc84.example.com et bob, utilisez cette commande :

 
Sélectionnez
mysql> SHOW GRANTS FOR 'bob'@'pc84.example.com';

Un outil de diagnostic pratique est le script mysqlaccess, que Yves Carlier a fourni à la distribution MySQL. Appelez mysqlaccess avec l'option the --help pour comprendre comment il fonctionne. Notez que mysqlaccess ne vérifie les accès que pour les tables user, db et host. Il n'utilise pas les tables de droits de niveau table ou colonne.

Pour plus d'aide au diagnostic pour les problèmes de droits, voyez la section Section 5.5.8, « Causes des erreurs Access denied »5.5.8. Causes des erreurs Access denied. Pour des conseils généraux sur la sécurité, voyez la section Section 5.4, « Sécurité générale du serveur »5.4. Sécurité générale du serveur.

5-5-3. Droits fournis par MySQL

Les droits des utilisateurs sont stockés dans les tables user, db, host, tables_priv et columns_priv de la base mysql (c'est-à-dire, la base nommée mysql). Le serveur MySQL lit ces tables au démarrage, et dans les circonstances indiquées dans la section Section 5.5.7, « Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ? »5.5.7. Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ?.

Les noms utilisés dans ce manuel font référence aux droits fournis par MySQL version 4.0.2, tels que présentés dans la table ci-dessous, avec le nom de la colonne associée au droit, dans la table de droits, et dans le contexte d'application. Plus d'informations sur la signification de chaque droit sont disponibles à Section 13.5.1.3, « Syntaxe de GRANT et REVOKE »13.5.1.3. Syntaxe de GRANT et REVOKE.

Droit Colonne Contexte
ALTER Alter_priv tables
DELETE Delete_priv tables
INDEX Index_priv tables
INSERT Insert_priv tables
SELECT Select_priv tables
UPDATE Update_priv tables
CREATE Create_priv bases de données, tables ou index
DROP Drop_priv bases de données ou tables
GRANT Grant_priv bases de données ou tables
REFERENCES References_priv bases de données ou tables
CREATE TEMPORARY TABLES Create_tmp_table_priv administration du serveur
EXECUTE Execute_priv administration du serveur
FILE File_priv accès aux fichiers du serveur
LOCK TABLES Lock_tables_priv administration du serveur
PROCESS Process_priv administration du serveur
RELOAD Reload_priv administration du serveur
REPLICATION CLIENT Repl_client_priv administration du serveur
REPLICATION SLAVE Repl_slave_priv administration du serveur
SHOW DATABASES Show_db_priv administration du serveur
SHUTDOWN Shutdown_priv administration du serveur
SUPER Super_priv administration du serveur

Les droits de SELECT, INSERT, UPDATE et DELETE vous permettent de faire des opérations sur les lignes qui existent, dans une table existante d'une base.

La commande SELECT requiert le droit de SELECT uniquement si des lignes sont lues dans une table. Vous pouvez exécuter une commande SELECT même sans aucun droit d'accès à une base de données dans le serveur. Par exemple, vous pourriez utiliser le client mysql comme une simple calculatrice :

 
Sélectionnez
mysql> SELECT 1+1;
mysql> SELECT PI()*2;

Le droit de INDEX vous donne le droit de créer et détruire des index de table.

Le droit de ALTER vous donne le droit de modifier une table avec la commande ALTER TABLE.

Les droits de CREATE et DROP vous permettent de créer de nouvelles tables et bases de données, et de les supprimer.

Notez que si vous donnez le droit de DROP pour la base de données mysql à un utilisateur, cet utilisateur pourra détruire la base qui contient les droits d'accès du serveur !

Le droit de GRANT vous permet de donner les droits que vous possédez à d'autres utilisateurs.

Le droit de FILE vous donne la possibilité de lire et écrire des fichiers sur le serveur avec les commandes LOAD DATA INFILE et SELECT ... INTO OUTFILE. Tout utilisateur qui possède ce droit peut donc lire ou écrire dans n'importe quel fichier à l'intérieur duquel le serveur MySQL peut lire ou écrire.

Les autres droits sont utilisés pour les opérations administratives qui sont exécutées par l'utilitaire mysqladmin. La table ci-dessous montre quelle commande est associée à mysqladmin avec un de ces droits :

Droit Commande autorisée
RELOAD reload, refresh, flush-privileges, flush-hosts, flush-logs et flush-tables
SHUTDOWN shutdown
PROCESS processlist
SUPER kill

La commande reload indique au serveur de relire les tables de droits. La commande refresh vide les tables de la mémoire, écrit les données et ferme le fichier de logs. flush-privileges est un synonyme de reload. Les autres commandes flush-* effectuent des fonctions similaires à la commande refresh mais sont plus limitées dans leur application, et sont préférables dans certains contextes. Par exemple, si vous souhaitez simplement vider les tampons dans le fichier de logs, utilisez flush-logs, qui est un meilleur choix que refresh.

La commande shutdown éteint le serveur.

La commande processlist affiche les informations sur les threads qui s'exécutent sur le serveur. La commande kill termine un des threads du serveur. Vous pouvez toujours afficher et terminer vos propres threads, mais vous aurez besoin des droits de PROCESS pour afficher les threads, et le droit de SUPER pour terminer ceux qui ont été démarrés par d'autres utilisateurs. Voir Section 13.5.4.3, « Syntaxe de KILL »13.5.4.3. Syntaxe de KILL.

C'est une bonne idée en général, de ne donner les droits de Grant qu'aux utilisateurs qui en ont besoin, et vous devriez être particulièrement vigilant pour donner certains droits.

  • Le droit de GRANT permet aux utilisateurs de donner leurs droits à d'autres utilisateurs. Deux utilisateurs avec des droits différents et celui de GRANT pourront combiner leurs droits respectifs pour gagner un autre niveau d'utilisation du serveur.

  • Le droit de ALTER peut être utilisé pour tromper le système en renommant les tables.

  • Le droit de FILE peut servir à lire des fichiers accessibles à tous sur le serveur, et les placer dans une base de données. Le contenu pourra alors être lu et manipulé avec SELECT. Cela inclut le contenu de toutes les bases actuellement hébergées sur le serveur !

  • Le droit de SHUTDOWN peut conduire au déni de service, en arrêtant le serveur.

  • Le droit de PROCESS permet de voir en texte clair les commandes qui s'exécutent actuellement, et notamment les changements de mot de passe.

  • Le droit de SUPER peut être utilisé pour terminer les connexions ou modifier le mode opératoire du serveur.

  • Les droits sur la base de données mysql peuvent être utilisés pour changer des mots de passe ou des droits dans la table des droits. (Les mots de passe sont stockés chiffrés, ce qui évite que les intrus ne les lisent). S'ils accèdent à un mot de passe dans la table mysql.user, ils pourront l'utiliser pour se connecter au serveur avec cet utilisateur (avec des droits suffisants, le même utilisateur pourra alors remplacer un mot de passe par un autre).

Il y a des choses qui ne sont pas possibles avec le système de droits de MySQL :

  • vous ne pouvez pas explicitement interdire l'accès à un utilisateur spécifique. C'est-à-dire, vous ne pouvez pas explicitement décrire un utilisateur et lui refuser la connexion ;

  • vous ne pouvez pas spécifier qu'un utilisateur a les droits de créer et de supprimer des tables dans une base, mais qu'il n'a pas les droits pour créer et supprimer cette base.

5-5-4. Se connecter au serveur MySQL

Les clients MySQL requièrent généralement que vous spécifiiez les paramètres de connexion pour vous connecter au serveur MySQL :

  • l'hôte que vous voulez utiliser ;

  • votre nom d'utilisateur ;

  • votre mot de passe.

Par exemple, le client mysql peut être démarré comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysql [-h nom_d_hote] [-u nom_d_utilisateur] [-pvotre_mot_de_passe]

Les formes alternatives des options -h, -u et -p sont --host=host_name, --user=user_name et --password=your_pass. Notez qu'il n'y a aucun espace entre l'option -p ou --password= et le mot de passe qui le suit.

Si vous utilisez les options -p et --password mais que vous ne spécifiez pas de mot de passe, le client vous le demandera interactivement. Le mot de passe ne sera alors pas affiché. C'est la méthode la plus sécuritaire. Sinon, n'importe quel utilisateur du système pourra voir le mot de passe de la ligne de commande en exécutant une commande telle que ps auxww. Voir Section 5.6.6, « Garder vos mots de passe en lieu sûr »5.6.6. Garder vos mots de passe en lieu sûr.

mysql utilise des valeurs par défaut pour chacun des paramètres qui manquent en ligne de commande :

  • le nom d'hôte par défaut est localhost ;

  • le nom d'utilisateur par défaut est votre nom d'utilisateur de système Unix ;

  • aucun mot de passe n'est transmis si -p manque.

Par exemple, pour un utilisateur Unix joe, les commandes suivantes sont équivalentes :

 
Sélectionnez
shell> mysql -h localhost -u joe
shell> mysql -h localhost
shell> mysql -u joe
shell> mysql

Les autres clients MySQL se comportent de manière similaire.

Sous Unix, vous pouvez spécifier différentes valeurs par défaut qui seront utilisées lorsque vous établirez la connexion, de manière à ce que vous n'ayez pas à entrer ces informations en ligne de commande lorsque vous invoquez un programme client. Cela peut se faire de plusieurs façons.

5-5-5. Contrôle d'accès, étape 1 : vérification de la connexion

Lorsque vous tentez de vous connecter au serveur MySQL, le serveur accepte ou rejette la connexion en fonction de votre identité et du mot de passe que vous fournissez. Si le mot de passe ne correspond pas à celui qui est en base, le serveur vous interdit complètement l'accès. Sinon, le serveur accepte votre connexion et passe à l'étape 2, et la gestion de commandes.

Votre identité est basée sur trois informations :

  • l'hôte depuis lequel vous vous connectez ;

  • votre nom d'utilisateur MySQL.

La vérification d'identité est réalisée avec les trois colonnes de la table user (Host, User et Password). Le serveur accepte la connexion uniquement si une entrée dans la table user correspond à votre hôte, et que vous fournissez le mot de passe qui correspond.

Les valeurs de la table user peuvent être paramétrées comme ceci :

  • une valeur de la colonne Host peut être un nom d'hôte, une adresse IP numérique, ou encore 'localhost', qui représente l'hôte local ;

  • vous pouvez utiliser les caractères joker '%' et '_' dans le champ Host. Ces caractères ont la même valeur que pour les opérations de recherches avec l'opérateur LIKE. Par exemple, une valeur Host de '%' remplace n'importe quel nom d'hôte, alors que la valeur '%.mysql.com' représente tous les hôtes du domaine mysql.com ;

  • depuis MySQL version 3.23, les valeurs de Host spécifiées sous la forme d'IP numériques peuvent être complétées avec le masque de réseau qui indique combien de bits d'adresse sont utilisés. Par exemple :

     
    Sélectionnez
    mysql> GRANT ALL PRIVILEGES ON db.*
        -> TO david@'192.58.197.0/255.255.255.0';

    Cela permet à toute personne se connectant depuis une adresse IP qui satisfait la contrainte suivante :

     
    Sélectionnez
    user_ip & netmask = host_ip

    C'est-à-dire, pour la commande GRANT ci-dessus :

     
    Sélectionnez
    client_ip & 255.255.255.0 = 192.58.197.0

    Les adresses IP qui satisfont cette condition et qui peuvent se connecter au serveur MySQL sont dans l'intervalle 192.58.197.0 à 192.58.197.255 ;

  • une valeur vide pour la colonne Host indique que les droits doivent être gérés avec les entrées de la table host qui correspond à l'hôte se connectant. Vous trouverez plus d'informations à ce sujet dans le chapitre Section 5.5.6, « Contrôle d'accès, étape 2 : Vérification de la requête »5.5.6. Contrôle d'accès, étape 2 : Vérification de la requête.

    Une valeur vide dans la colonne Host des autres tables de droits revient à '%'.

Comme vous pouvez utiliser des jokers dans les valeurs IP de Host (par exemple, '144.155.166.%' pour tous les hôtes d'un sous-réseau), il est possible d'exploiter cette particularité en appelant un hôte 144.155.166.ailleurs.com. Pour contrer ce type d'attaque, MySQL bloque les noms de domaines qui commencent par des chiffres et des points. Par conséquent, si vous avez un hôte nommé 1.2.foo.com, il ne sera jamais accepté par la colonne Host des tables de droits. Un caractère joker d'adresse IP peut remplacer uniquement des nombres d'IP, et pas un nom d'hôte.

Dans la colonne User, les caractères joker ne sont pas autorisés, mais vous pouvez laisser cette valeur vide, qui acceptera tous les noms. Si la table user contient une connexion avec un nom d'utilisateur vide, l'utilisateur est considéré comme anonyme. Cela signifie que le nom d'utilisateur vide est utilisé pour les prochaines vérifications d'accès pour la durée de la connexion.

Le champ Password peut être vide. Cela ne signifie pas que n'importe quel mot de passe est valable, mais que l'utilisateur peut se connecter sans fournir de mot de passe.

Les valeurs non vides du champ Password représentent des valeurs du mot de passe chiffrées. MySQL ne stocke pas les mots de passe en clair, à la vue de tous. Au contraire, le mot de passe fourni par l'utilisateur qui tente de se connecter est chiffré (avec la fonction PASSWORD()). Le mot de passe ainsi chiffré est alors utilisé entre le client et le serveur pour vérifier s'il est valable. Cela évite que des mots de passe en clair circulent entre le client et le serveur, sur la connexion. Notez que du point de vue de MySQL, le mot de passe chiffré est le vrai mot de passe, ce qui fait que vous ne devez en aucun cas le donner à un tiers. En particulier, ne donnez pas accès en lecture aux utilisateurs normaux aux tables d'administration dans la base mysql ! À partir de sa version 4.1, MySQL utilise un mécanisme différent pour les logins, mots de passe qui est sécurisé même si les paquets TCP/IP sont sniffés et/ou que la base de données mysql est capturée.

Depuis la version 4.1, MySQL emploie une identification forte qui protège mieux les mots de passe durant le processus de connexion. Cette méthode est sécuritaire, même si les paquets TCP/IP sont surveillés pour que la base de données mysql soit capturée. Le chiffrement est présenté dans la section Section 5.5.9, « Hashage de mots de passe en MySQL 4.1 »5.5.9. Hashage de mots de passe en MySQL 4.1.

Les exemples ci-dessous illustrent comment différentes variantes de Host et User dans la table user s'appliquent aux connexions entrantes :

Host value User value Connexions autorisées
'thomas.loc.gov' 'fred' fred, se connectant depuis thomas.loc.gov
'thomas.loc.gov' '' N'importe quel utilisateur, se connectant depuis thomas.loc.gov
'%' 'fred' fred, se connectant depuis n'importe quel hôte
'%' '' N'importe quel utilisateur, se connectant depuis n'importe quel hôte
'%.loc.gov' 'fred' fred, se connectant depuis n'importe quel hôte dans le domaine loc.gov
'x.y.%' 'fred' fred, se connectant depuis x.y.net, x.y.com,x.y.edu, etc. (Ceci n'est probablement pas très utilisé)
'144.155.166.177' 'fred' fred, se connectant depuis l'hôte d'IP 144.155.166.177
'144.155.166.%' 'fred' fred, se connectant depuis un hôte d'IP dans la classe C 144.155.166
'144.155.166.0/255.255.255.0' 'fred' Identique à l'exemple précédent

Comme vous pouvez utiliser des caractères joker dans les adresses IP de la colonne Host (par exemple, '144.155.166.%' pour identifier tout un sous-réseau), il est possible d'exploiter cette fonctionnalité en nommant un hôte 144.155.166.kekpart.com. Pour contrer de telles tentatives, MySQL interdit les caractères joker avec les noms d'hôtes qui commencent par des chiffres ou des points. Par exemple, si vous avez un nom d'hôte tel que 1.2.foo.com, il ne sera jamais trouvé dans la colonne Host des tables de droits. Seule une adresse IP numérique peut être comparée avec un masque à caractère joker.

Une connexion entrante peut être identifiée par plusieurs entrées dans la table user. MySQL résout ce problème comme ceci :

  • lorsque le serveur lit la table user en mémoire, il trie les lignes ;

  • lorsqu'un client tente de se connecter, le serveur lit les lignes dans l'ordre ;

  • le serveur utilise la première ligne qui correspond au nom du client et à son nom d'utilisateur.

Supposons que votre table user ressemble à ceci :

 
Sélectionnez
+-----------+----------+-
| Host      | User     | ...
+-----------+----------+-
| %         | root     | ...
| %         | jeffrey  | ...
| localhost | root     | ...
| localhost |          | ...
+-----------+----------+-

Lorsque le serveur lit cette table, il ordonne les lignes depuis les valeurs les plus spécialisées de la colonne Host jusqu'aux plus générales ('%' dans la colonne Host signifie « tous les hôtes » et elle est la moins spécifique). Les entrées identiques dans la colonne Host sont ordonnées en fonction de la spécificité des valeurs de la colonne User (une entrée vide dans la colonne User signifie « n'importe quel utilisateur » et est spécifique). Le résultat de ce tri donne quelque chose comme ceci :

 
Sélectionnez
+-----------+----------+-
| Host      | User     | ...
+-----------+----------+-
| localhost | root     | ...
| localhost |          | ...
| %         | jeffrey  | ...
| %         | root     | ...
+-----------+----------+-

Lorsqu'une connexion est en cours de mise en place, le serveur regarde dans cette liste, et utilisera la première entrée trouvée. Pour une connexion depuis l'hôte localhost avec le nom d'utilisateur jeffrey, les entrées 'localhost' dans la colonne Host sont trouvées en premier. Parmi celles-là, la ligne avec un utilisateur vide satisfait les deux contraintes sur le nom et l'hôte. '%'/'jeffrey' pourrait avoir fonctionné, mais comme ce n'est pas le premier rencontré, il n'est pas utilisé.

Voici un autre exemple. Supposons que la table user ressemble à ceci :

 
Sélectionnez
+----------------+----------+-
| Host           | User     | ...
+----------------+----------+-
| %              | jeffrey  | ...
| thomas.loc.gov |          | ...
+----------------+----------+-

La table triée ressemble à ceci :

 
Sélectionnez
+----------------+----------+-
| Host           | User     | ...
+----------------+----------+-
| thomas.loc.gov |          | ...
| %              | jeffrey  | ...
+----------------+----------+-

Une connexion depuis l'hôte thomas.loc.gov avec jeffrey satisfait les conditions de la première ligne, tandis qu'une connexion depuis whitehouse.gov avec jeffrey satisfait la seconde ligne.

Une erreur commune est de penser que pour un utilisateur donné, toutes les entrées qui utilisent explicitement ce nom seront utilisées en premier lorsque la connexion est en cours d'établissement. Ceci est tout simplement faux. L'exemple précédent illustre cette situation, car la connexion depuis l'hôte thomas.loc.gov avec jeffrey est la première ligne qui est trouvée, alors que la ligne contenant 'jeffrey' dans la colonne User est ignorée, car il n'y a pas de nom d'utilisateur.

Si vous arrivez à vous connecter au serveur, mais que les droits ne sont pas ce que vous attendez, vous vous êtes probablement identifié avec un autre compte. Pour savoir quel compte le serveur utilise lors de votre identification, utilisez la fonction CURRENT_USER(). Elle retourne la valeur au format user_name@host_name qui indique les valeurs des colonnes User et Host de la table user qui vous est affectée. Supposons que jeffrey se connecte et utilise la requête suivante :

 
Sélectionnez
mysql> SELECT CURRENT_USER();
+----------------+
| CURRENT_USER() |
+----------------+
| @localhost     |
+----------------+

Le résultat affiché ci-dessus indique que la ligne de la table user est l'utilisateur User vide. En d'autres termes, le serveur traite jeffrey comme un utilisateur anonyme.

La fonction CURRENT_USER() est disponible depuis MySQL 4.0.6. Voir Section 12.8.3, « Fonctions d'informations »12.8.3. Fonctions d'informations. Une autre piste à explorer : imprimez le contenu de la table user et triez-la manuellement pour voir quelle est la première ligne qui est utilisée.

5-5-6. Contrôle d'accès, étape 2 : vérification de la requête

Une fois que vous avez établi la connexion, le serveur passe à l'étape 2. Pour chaque requête qui est fournie avec la connexion, le serveur vérifie si vous avez les droits suffisants pour exécuter une commande, en fonction du type de commande. C'est à ce moment que les colonnes de droits des tables d'administration entrent en scène. Ces droits peuvent provenir de la table user, db, host, tables_priv ou columns_priv. Les tables d'administration sont manipulées avec les commandes GRANT et REVOKE. (Vous pouvez aussi vous reporter à la section Section 5.5.2, « Comment fonctionne le système de droits »5.5.2. Comment fonctionne le système de droits qui liste les champs présents dans chaque table d'administration).

La table d'administration user donne les droits aux utilisateurs au niveau global, c'est-à-dire que ces droits s'appliquent quelle que soit la base de données courante. Par exemple, si la table user vous donne le droit d'effacement, DELETE, vous pouvez effacer des données dans n'importe quelle base de ce serveur. En d'autres termes, les droits stockés dans la table user sont des droits de super-utilisateur. Il est recommandé de ne donner des droits via la table user uniquement aux super-utilisateurs, ou aux administrateurs de bases. Pour les autres utilisateurs, il vaut mieux laisser les droits dans la table user à 'N' et donner des droits au niveau des bases uniquement, avec les tables db et host.

Les tables db et host donnent des droits au niveau des bases. Les droits peuvent être spécifiés dans ces tables comme ceci :

  • les caractères '%' et '_' peuvent être utilisés dans la colonne Host et Db des deux tables. Si vous souhaitez utiliser le caractère '_' comme nom de base, utiliser la séquence '\_' dans la commande GRANT ;

  • la valeur '%' dans la colonne Host de la table db signifie « tous les hôtes ». Une valeur vide dans la colonne Host de la table db signifie « consulte la table host pour plus de détails » ;

  • la valeur '%' ou vide dans la colonne Host de la table host signifie « tous les hôtes » ;

  • la valeur '%' ou vide dans la colonne Db des deux tables signifie « toutes les bases de données » ;

  • un utilisateur vide dans la colonne User de l'une des deux tables identifie l'utilisateur anonyme.

Les tables db et host sont lues et triées par le serveur au démarrage (en même temps que la table user. La table db est triée suivant les valeurs des colonnes Host, Db et User, et la table host est triée en fonction des valeurs des colonnes Host et Db. Comme pour la table user, le tri place les entrées les plus spécifiques au début, et les plus générales à la fin. Lorsque le serveur recherche une ligne, il utilise la première qu'il trouve.

Les tables tables_priv et columns_priv spécifient les droits au niveau des tables et des colonnes. Les valeurs des droits dans ces tables peuvent être spécifiées avec les caractères spéciaux suivants :

  • les caractères '%' et '_' peuvent être utilisés dans la colonne Host des deux tables ;

  • la valeur '%' dans la colonne Host des deux tables signifie « tous les hôtes » ;

  • les colonnes Db, Table_name et Column_name ne peuvent pas contenir de valeur vide ou de caractères joker, dans les deux tables.

Les tables tables_priv et columns_priv sont triées en fonction des colonnes Host, Db et User. Ce tri est similaire à celui du tri de la table db, même si le tri est bien plus simple, car seul le champ Host peut contenir des caractères joker.

Le processus de vérification est décrit ci-dessous. Si vous êtes familier avec le code source de contrôle d'accès, vous noterez que la description diffère légèrement de l'algorithme utilisé. La description est équivalente à ce que fait en réalité le code. La différence permet une meilleure approche pédagogique.

Pour les requêtes d'administration comme SHUTDOWN, RELOAD, etc., le serveur vérifie uniquement l'entrée dans la table user, car c'est la seule table qui spécifie des droits d'administration. Le droit est donné si la ligne utilisée dans la connexion courante dans la table user donne le droit, et sinon, ce droit est interdit. Par exemple, si vous souhaitez exécuter la commande mysqladmin shutdown, mais que votre ligne dans la table user ne vous en donne pas le droit (SHUTDOWN), vous n'aurez pas le droit sans même vérifier les tables db ou host : ces tables ne contiennent pas de colonne Shutdown_priv, ce qui évite qu'on en ait besoin.

Pour les requêtes exploitant une base de données, comme INSERT, UPDATE, etc., le serveur vérifie d'abord les droits globaux de l'utilisateur (droits de super-utilisateur), en regardant dans la table user. Si la ligne utilisée dans cette table donne droit à cette opération, le droit est donné. Si les droits globaux dans user sont insuffisants, le serveur déterminera les droits spécifiques à la base avec les tables db et host.

  1. Le serveur recherche dans la table db des informations en se basant sur les colonnes Host, Db et User. Les champs Host et User sont comparés avec les valeurs de l'hôte et de l'utilisateur qui sont connectés. Le champ Db est comparé avec le nom de la base de données que l'utilisateur souhaite utiliser. S'il n'existe pas de ligne qui corresponde à Host et User, l'accès est interdit.

  2. S'il existe une ligne dans la table db et que la valeur de la colonne Host n'est pas vide, cette ligne définit les droits de l'utilisateur.

  3. Si dans la ligne de la table db, la colonne Host est vide, cela signifie que la table host spécifie quels hôtes doivent être autorisés dans la base. Dans ce cas, une autre recherche est faite dans la table host pour trouver une ligne avec les colonnes Host et Db. Si aucune ligne de la table host n'est trouvée, l'accès est interdit. S'il y a une ligne, les droits de l'utilisateur sont calculés comme l'intersection (NON PAS l'union !) des droits dans les tables db et host, c'est-à-dire que les droits doivent être marqués 'Y' dans les deux tables (de cette façon, vous pouvez donner des droits généraux dans la table db puis les restreindre sélectivement en fonction des hôtes, en utilisant la table host.

Après avoir déterminé les droits spécifiques à l'utilisateur pour une base grâce aux tables db et host, le serveur les ajoute aux droits globaux, donnés par la table user. Si le résultat autorise la commande demandée, l'accès est donné. Sinon, le serveur vérifie les droits au niveau de la table et de la colonne dans les tables tables_priv et columns_priv, et les ajoute aux droits déjà acquis. Les droits sont alors donnés ou révoqués en fonction de ces résultats.

Exprimée en termes booléens, la description précédente du calcul des droits peut être résumée comme ceci :

 
Sélectionnez
droits globaux
OR (droits de base AND droits d'hôte)
OR droits de table
OR droits de colonne

Il n'est peut-être pas évident pourquoi, si les droits globaux issus de la table user sont initialement insuffisants pour l'opération demandée, le serveur ajoute ces droits à ceux de base, table ou colonne ? La raison est que la requête peut demander l'application de plusieurs droits. Par exemple, si vous exécutez une commande INSERT ... SELECT, vous aurez besoin des droits de INSERT et de SELECT. Vos droits peuvent être tels que la table user donne un droit, mais que la table db en donne un autre. Dans ce cas, vous aurez les droits nécessaires pour faire une opération, mais le serveur ne peut le déduire d'une seule table : les droits de plusieurs tables doivent être combinés pour arriver à la bonne conclusion.

La table host sert à gérer une liste d'hôtes reconnus et sécuritaires.

Chez TcX, la table host contient une liste de toutes les machines du réseau local. Ces machines reçoivent tous les droits.

Vous pouvez aussi utiliser la table host pour spécifier les hôtes qui ne sont pas sécuritaires. Supposons que la machine public.votre.domaine t est placée dans une zone publique que vous considérez comme peu sûre. Vous pouvez autoriser l'accès de toutes les machines, hormis celle-ci, grâce à la table host configurée comme ceci :

 
Sélectionnez
+--------------------+----+-
| Host               | Db | ...
+--------------------+----+-
| public.your.domain | %  | ... (tous les droits à 'N')
| %.your.domain      | %  | ... (tous les droits à 'Y')
+--------------------+----+-

Naturellement, vous devriez toujours tester vos requêtes dans la table de droits, en utilisant l'utilitaire mysqlaccess pour vous assurer que vous disposez des droits nécessaires pour réaliser cette opération.

5-5-7. Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ?

Lorsque mysqld est lancé, toutes les tables de droits sont lues, et sont utilisées.

Les modifications aux tables de droits que vous faites avec GRANT, REVOKE et SET PASSWORD sont immédiatement prises en compte par le serveur.

Si vous modifiez les tables de droits manuellement (avec INSERT, UPDATE, etc.), vous devez exécuter la commande FLUSH PRIVILEGES ou la commande mysqladmin flush-privileges, ou encore mysqladmin reload pour dire au serveur de relire les tables de droits. Sinon, vos modifications n'auront aucun effet jusqu'au redémarrage du serveur. Si vous modifiez les tables de droits manuellement, mais que vous oubliez de recharger les droits, vous vous demanderez sûrement pourquoi vos modifications n'ont pas d'effet.

Lorsque le serveur remarque que les tables de droits ont été modifiées, les connexions existantes avec les clients sont modifiées comme ceci :

  • les droits de tables et colonnes prennent effet à la prochaine requête du client ;

  • les droits de bases prennent effet à la prochaine commande USE nom_de_base ;

  • les droits globaux et les modifications de droits prennent effet lors de la prochaine connexion.

5-5-8. Causes des erreurs Access denied

Si vous rencontrez des erreurs Access denied quand vous essayez de vous connecter au serveur MySQL, la liste suivante indique quelques actions à entreprendre pour corriger le problème.

  • Assurez-vous que le serveur fonctionne. S'il ne fonctionne pas, vous ne pourrez pas vous y connecter. Par exemple, si vous tentez de vous connecter au serveur, et que vous recevez un message comme celui-ci, c'est peut-être que le serveur ne fonctionne pas :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql
    ERROR 2003: Can't connect to MySQL server on 'host_name' (111)
    shell> mysql
    ERROR 2002: Can't connect to local MySQL server through socket
    '/tmp/mysql.sock' (111)

    Il se peut aussi que le serveur fonctionne, mais que vous essayez de vous connecter en utilisant un port TCP/IP, un pipe nommé ou un fichier de socket Unix qui n'est pas celui que le serveur utilise. Pour corriger cela, lorsque vous utilisez un client, spécifiez l'option --port pour indiquer le bon port, et l'option --socket pour indiquer le bon fichier de socket Unix ou le pipe nommé Windows. Pour connaître le port utilisé, et le chemin jusqu'à la socket, vous pouvez utiliser cette commande :

     
    Sélectionnez
    shell> netstat -l | grep mysql
  • Les tables de droits doivent être correctement configurées pour que le serveur les utilise lors de l'identification. Les installations Windows qui utilisent une distribution binaire ou les installations binaires Unix RPM initialisent automatiquement la base mysql contenant les tables de droits. Pour les autres types d'installation, vous devez initialiser les tables de droits manuellement, avec le script mysql_install_db. Pour plus de détails, voyez Section 2.5.2, « Procédures de postinstallation sous Unix »2.5.2. Procédures de postinstallation sous Unix.

    Un moyen de déterminer si vous avez besoin d'initialiser les tables de droits est de regarder dans le dossier mysql dans le dossier de données. Le dossier de données s'appelle data ou var et est situé dans le dossier d'installation de MySQL. Assurez-vous que vous avez un fichier appelé user.MYD dans le dossier mysql. Si vous ne le trouvez pas, exécutez le script mysql_install_db. Après exécution de ce script, et redémarrage du serveur, testez les premiers droits avec la commande :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql -u root test

    Le serveur doit vous laisser vous connecter sans erreur.

  • Après une installation toute fraîche, vous devez vous connecter au serveur et créer les utilisateurs en réglant leurs permissions d'accès :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql -u root mysql

    Le serveur devrait vous laisser vous connecter, car l'utilisateur root de MySQL n'a pas de mot de passe initial. Ceci est aussi une faille de sécurité, et donc, vous devez choisir un mot de passe pour l'utilisateur root en même tant que les autres utilisateurs MySQL. Pour des instructions sur la configuration des mots de passe initiaux, voyez la section Section 2.5.3, « Création des premiers droits MySQL »2.5.3. Création des premiers droits MySQL.

  • Si vous avez mis à jour une version de MySQL avec une nouvelle version, avez-vous utilisé le script mysql_fix_privilege_tables ? Si ce n'est pas le cas, faites-le. La structure des tables de droits change occasionnellement, lorsque de nouvelles fonctionnalités sont ajoutées : après une mise à jour, assurez-vous que vos tables ont la bonne structure. Pour des instructions, voyez Section 2.6.7, « Mise à jour des tables de droits »2.6.7. Mise à jour des tables de droits.

  • Si un programme client reçoit l'erreur suivante lorsqu'il essaie de se connecter, cela signifie que le serveur attend un mot de passe dans un nouveau format, alors que le client fournit un ancien format :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql
    Client does not support authentication protocol requested
    by server; consider upgrading MySQL client

    Pour des informations sur comment traiter ce type de situations, voyez Section 5.5.9, « Hashage de mots de passe en MySQL 4.1 »5.5.9. Hashage de mots de passe en MySQL 4.1 et Section A.2.3, « Erreur Client does not support authentication protocol »A.2.3. Erreur Client does not support authentication protocol.

  • Si vous essayez de vous connecter en tant que root et que vous recevez l'erreur suivante, cela signifie que vous n'avez pas d'entrée dans la table user avec une valeur 'root' dans la colonne User et que mysqld ne peut pas résoudre le nom d'hôte du client :

     
    Sélectionnez
    Access denied for user: ''@'unknown' to database mysql

    Dans ce cas, vous devez relancer le serveur avec l'option --skip-grant-tables, et éditer votre fichier /etc/hosts ou \windows\hosts pour ajouter une ligne vous votre hôte.

  • N'oubliez pas que les clients utilisent les paramètres de connexions placés dans les fichiers d'options ou les variables d'environnement. Si un client semble envoyer des paramètres de connexions invalides, lorsque vous n'en spécifiez aucun, vérifiez votre environnement, et les options appropriées. Par exemple, si vous recevez l'erreur Access denied avec un client utilisé sans option, assurez-vous que vous n'avez pas spécifié un ancien mot de passe dans vos anciens fichiers d'options.

    Vous pouvez supprimer l'utilisation des fichiers d'options d'un client en utilisant l'option --no-defaults. Par exemple :

     
    Sélectionnez
    shell> mysqladmin --no-defaults -u root version

    Le fichier d'options que les clients utilisent est listé dans la section Section 4.3.2, « Fichier d'options my.cnf »4.3.2. Fichier d'options my.cnf. Les variables d'environnement sont listées dans Annexe E, Variables d'environnementAnnexe E. Variables d'environnement.

  • Si vous obtenez une erreur qui ressemble à celle-ci :

     
    Sélectionnez
    shell> mysqladmin -u root -pxxxx ver
    Access denied for user: 'root'@'localhost' (Using password: YES)

    Cela signifie que vous utilisez un mot de passe erroné.

    Si l'erreur précédente survient lorsque vous n'avez pas spécifié de mot de passe, cela signifie que vous n'avez pas spécifié de mot de passe dans un fichier d'options. Essayez l'option --no-defaults telle que décrite ci-dessus.

    Pour des informations sur les changements de mot de passe, voyez Section 5.6.5, « Configurer les mots de passe »5.6.5. Configurer les mots de passe.

    Si vous avez oublié le mot de passe root, vous pouvez redémarrer mysqld avec --skip-grant-tables pour changer le mot de passe. Voir Section A.4.1, « Comment réinitialiser un mot de passe Root oublié »A.4.1. Comment réinitialiser un mot de passe Root oublié.

  • Si vous n'arrivez pas à faire fonctionner votre mot de passe, souvenez-vous que vous devez utiliser la fonction PASSWORD() si vous le changez avec les commandes INSERT, UPDATE, ou SET PASSWORD. L'utilisation de la fonction PASSWORD() n'est pas nécessaire si vous spécifiez le mot de passe en utilisant la commande GRANT ... INDENTIFIED BY ou la commande mysqladmin password. Voir Section 5.6.5, « Configurer les mots de passe »5.6.5. Configurer les mots de passe.

     
    Sélectionnez
    mysql> SET PASSWORD FOR 'abe'@'host_name' = 'eagle';

    À la place, utilisez cette commande :

     
    Sélectionnez
    mysql> SET PASSWORD FOR 'abe'@'host_name' = PASSWORD('eagle');

    La fonction PASSWORD() n'est pas nécessaire si vous spécifiez un mot de passe avec la commande GRANT ou la commande en ligne mysqladmin password, qui utilise automatiquement PASSWORD() pour chiffrer le mot de passe.

  • localhost est un synonyme de votre nom d'hôte local, et est aussi l'hôte par défaut auquel le client essaye de se connecter si vous n'en spécifiez pas un explicitement. Toutefois, les connexions à localhost ne fonctionnent pas si vous utilisez une version antérieure à la 3.23.27 qui utilise les MIT-pthreads.

    Pour contourner ce problème sur de tels systèmes, vous devez utiliser l'option --host pour nommer l'hôte du serveur explicitement. Cela créera une connexion TCP/IP vers le serveur mysqld. Dans ce cas, vous devez avoir votre vrai nom d'hôte dans les entrées de la table user du serveur hôte. (Cela est vrai même si vous utilisez un programme client sur la même machine que le serveur.)

  • Si vous obtenez une erreur Access denied lorsque vous essayez de vous connecter à la base de données avec mysql -u nom_utilisateur nom_base, vous pouvez avoir un problème dans la table user. Vérifiez-le en vous exécutant mysql -u root mysql et entrant la commande SQL suivante :

     
    Sélectionnez
    mysql> SELECT * FROM user;

    Le résultat devrait comprendre une entrée avec les colonnes Host et User correspondante au nom d'hôte de votre ordinateur et votre nom d'utilisateur MySQL.

  • Le message d'erreur Access denied vous dira en tant que qui vous essayez de vous identifier, l'hôte à partir duquel vous voulez le faire, et si vous utilisez ou pas un mot de passe. Normalement, vous devez avoir une entrée dans la table user qui correspond au nom d'hôte et nom d'utilisateur donnés dans le message d'erreur. Par exemple, si vous obtenez une erreur qui contient Using password: NO, cela signifie que vous avez essayé de vous connecter sans mot de passe.

  • Si vous obtenez l'erreur suivante en essayant de vous connecter à partir d'un hôte différent de celui sur lequel est placé le serveur, c'est qu'il n'y a pas d'enregistrement dans la table user qui correspond à cet hôte :

     
    Sélectionnez
    Host ... is not allowed to connect to this MySQL server

    Vous pouvez corriger ce problème en configurant un compte avec la combinaison hôte/nom d'utilisateur que vous utilisez lors de la connexion.

    Si vous ne connaissez ni l'IP ni le nom d'hôte à partir duquel vous essayez de vous connecter, vous devez créer une entrée avec '%' dans la colonne Host dans la table user et redémarrer mysqld avec l'option --log sur la machine serveur. Après avoir essayé à nouveau de vous connecter à partir de la machine cliente, les informations contenues dans le log de MySQL vous apprendront comment vous vous êtes vraiment connecté. (Remplacez alors l'entrée de la table user contenant '%' avec le nom d'hôte qui apparaît dans le log. Sinon, vous aurez un système non sécurisé.)

    Une autre raison pour cette erreur sous Linux est que vous utilisez une version binaire de MySQL qui est compilée avec une version de glibc différente de celle que vous utilisez. Dans ce cas, vous devez soit mettre à jour votre système d'exploitation et sa bibliothèque glibc, soit télécharger les sources de MySQL et les compiler vous-même. Un RPM de sources est normalement facile à compiler et installer, cela ne devrait donc pas vous poser de gros problèmes.

  • Si vous obtenez une erreur où le nom d'hôte est absent ou que celui-ci est une adresse IP alors que vous avez bien entré le nom d'hôte :

     
    Sélectionnez
    shell> mysqladmin -u root -pxxxx -h some-hostname ver
    Access denied for user: 'root@' (Using password: YES)

    Cela signifie que MySQL a rencontré des erreurs lors de la résolution de l'IP du nom d'hôte. Dans ce cas, vous pouvez exécuter mysqladmin flush-hosts pour vider le cache interne des DNS. Voir Section 7.5.6, « Comment MySQL utilise le DNS »7.5.6. Comment MySQL utilise le DNS.

    Les autres solutions sont :

    • essayez de trouver le problème avec votre serveur DNS et corrigez-le ;

    • spécifiez les IP à la place des noms d'hôtes dans les tables de droits de MySQL ;

    • ajoutez une ligne pour le nom de votre machine dans /etc/hosts ;

    • démarrez mysqld avec --skip-name-resolve ;

    • démarrez mysqld avec --skip-host-cache ;

    • sous Unix, si vous utilisez le serveur et le client sur la même machine, connectez-vous à localhost. Les connexions Unix à localhost utilisent un socket Unix plutôt que TCP/IP ;

    • sous Windows, si vous exécutez le serveur et le client sur la même machine, et que le serveur supporte les pipes nommés, connectez-vous à l'hôte . (point). Les connexions à . utilisent les pipes nommés plutôt que TCP/IP ;

  • si mysql -u root test fonctionne, mais que mysql -h votre_hote -u root test provoque une erreur Access denied, il se peut que vous ayez entré de mauvaises informations pour votre nom d'hôte dans la table user. Un problème commun ici est que la valeur Host dans la table user spécifie un nom d'hôte non qualifié, mais que vos routines système de résolution de noms retournent un nom de domaine pleinement qualifié (ou vice-versa). Par exemple, si vous avez une entrée avec l'hôte 'tcx' dans la table user, mais que vos DNS disent à MySQL que votre nom d'hôte est 'tcx.subnet.se', l'entrée ne fonctionnera pas. Essayez d'ajouter une entrée dans la table user qui contient votre adresse IP en tant que valeur de la colonne Host. (Une autre solution est d'ajouter une entrée dans la table user avec une valeur de Host qui contient un caractère spécial, par exemple, 'tcx.%'. Toutefois, l'utilisation des noms d'hôtes se terminant par '%' est non sécurisée et n'est pas recommandée !) ;

  • si mysql -u utilisateur test fonctionne, mais que mysql -u utilisateur autre_base ne fonctionne pas, vous n'avez pas d'entrée pour autre_base listée dans la table db ;

  • si mysql -u utilisateur nom_base fonctionne à partir du serveur, mais que mysql -h nom_hote -u utilisateur nom_base ne fonctionne pas à partir d'une autre machine, cette machine n'est pas listée dans la table user ou db ;

  • si vous n'arrivez pas à trouver pourquoi vous obtenez l'erreur Access denied, effacez toutes les entrées de la table user dont la valeur du champ Host contiennent des caractères spéciaux (entrées contenant '%' ou '_'). Une erreur commune est d'insérer une nouvelle entrée avec Host='%' et User='un utilisateur', en pensant que cela vous permettra de spécifier localhost pour vous connecter à partir de la même machine. La raison pour laquelle cela ne fonctionnera pas est que les droits par défaut incluent une entrée avec Host='localhost' et User=''. Puisque cette entrée possède une valeur de Host égale à 'localhost', qui est plus spécifique que '%', elle est utilisée de préférence à la nouvelle entrée lors de la connexion à partir de localhost ! La procédure correcte est d'insérer une seconde entrée avec Host='localhost' et User='un_utilisateur', ou de supprimer l'entrée avec Host='localhost' et User='' ;

  • si vous avez l'erreur suivante, vous avez peut-être un problème avec la table db ou host :

     
    Sélectionnez
    Access to database denied

    Si l'entrée sélectionnée dans la table db possède un champ Host vide, assurez-vous qu'il y a au moins une entrée correspondante dans la table host spécifiant les hôtes auxquels l'entrée dans la table db s'applique ;

  • si vous obtenez l'erreur lors de l'utilisation des commandes SQL SELECT ... INTO OUTFILE ou LOAD DATA INFILE, votre entrée dans la table user ne possède probablement pas les droits de FILE ;

  • si vous apportez des modifications aux tables de droits directement (en utilisant une requête INSERT ou UPDATE) et que vos changements semblent ignorés, souvenez-vous que vous devez exécuter une requête FLUSH PRIVILEGES ou la commande mysqladmin flush-privileges pour demander au serveur de lire à nouveau les tables de droits. Sinon, vos changements ne seront pris en compte qu'au prochain démarrage du serveur. Souvenez-vous qu'après avoir choisi le mot de passe root avec une commande UPDATE, vous n'aurez pas à le spécifier avant de recharger les privilèges, car le serveur ne sait pas que vous l'avez modifié !

  • si vos droits changent en milieu de session, c'est peut-être qu'un administrateur MySQL a changé les droits. En rechargeant les tables de droits, il a modifié aussi les connexions existantes, comme indiqué dans Section 5.5.7, « Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ? »5.5.7. Quand les modifications de privilèges prennent-elles effet ? ;

  • si vous avez des problèmes d'accès avec un programme Perl, PHP, Python, ou ODBC, essayez de vous connecter au serveur avec mysql -u utilisateur nom_base ou mysql -u utilisateur -pvotre_passe nom_base. Si vous pouvez vous connecter en utilisant le client mysql, c'est que le problème vient de votre programme et non des droits MySQL. (Notez qu'il n'y a pas d'espace entre -p et le mot de passe, vous pouvez aussi utiliser la syntaxe --password=votre_passe pour spécifier le mot de passe. Si vous utilisez l'option -p toute seule, MySQL vous demandera le mot de passe.) ;

  • pour les tests, démarrez le démon mysqld avec l'option --skip-grant-tables. Vous pourrez alors changer les tables de droits MySQL puis utiliser le script mysqlaccess pour vérifier si vos changements ont l'effet désiré. Lorsque vous êtes satisfait de vos modifications, exécutez mysqladmin flush-privileges pour dire au serveur mysqld de commencer à utiliser les nouvelles tables de droits. Recharger les tables de droits écrase l'option --skip-grant-tables. Cela vous permet de dire au serveur de commencer à prendre en considération les droits sans avoir à le couper et le redémarrer ;

  • si rien ne fonctionne, démarrez le démon mysqld avec l'option de débogage (par exemple, --debug=d,general,query). Cela affichera l'hôte et les informations de l'utilisateur pour chaque tentative de connexion. Les informations à propos de chaque commande exécutée seront aussi affichées. Voir Section D.1.2, « Créer un fichier de traçage »D.1.2. Créer un fichier de traçage ;

  • si vous avez d'autres problèmes avec les tables de droits de MySQL et que vous sentez que vous devez envoyer le problème à la liste de diffusion, fournissez toujours le contenu de vos tables de droits. Vous pouvez obtenir les données avec la commande mysqldump mysql. Comme toujours, postez votre problème à l'aide du script mysqlbug. Voir Section 1.4.1.3, « Comment rapporter un bogue ou un problème »1.4.1.3. Comment rapporter un bogue ou un problème. Dans certains cas, vous aurez besoin de redémarrer mysqld avec --skip-grant-tables pour pouvoir exécuter mysqldump.

5-5-9. Hashage de mots de passe en MySQL 4.1

Les comptes utilisateurs de MySQL sont stockés dans la table user de la base mysql. Chaque compte MySQL a un mot de passe, même si ce qui est stocké dans la colonne Password de la table user n'est pas la version texte du mot de passe, mais un hash calculé à partir du mot de passe. La transformation est faite avec la fonction PASSWORD().

MySQL utilise les mots de passe en deux phases, lors de la communication client/serveur :

  • premièrement, lorsqu'un client tente de se connecter au serveur, il y a une identification initiale au cours de laquelle le client doit présenter un mot de passe dont la valeur hashée est la même que celle qui est présente dans la table d'utilisateur, pour le compte que le client veut utiliser ;

  • ensuite, après la connexion du client, il peut modifier ou changer le mot de passe pour les utilisateurs du serveur (s'il a les droits nécessaires pour cela). Le client peut faire cela avec la fonction PASSWORD(), pour générer un autre mot de passe, ou en utilisant les commandes GRANT ou SET PASSWORD.

En d'autres termes, le serveur utilise les valeurs hashées durant la phase d'identification, lorsque le client tente de se connecter. Le serveur génère des valeurs hash, si un client appelle la fonction PASSWORD() ou utilise les commandes GRANT ou SET PASSWORD.

Le mécanisme de modifications des mots de passe a été modifié en MySQL 4.1, pour apporter une sécurité accrue et réduire le risque de vol de mots de passe. Cependant, ce nouveau mécanisme ne peut être compris que de la version 4.1, et des clients MySQL 4.1, ce qui pose des problèmes de compatibilité. Un client 4.1 peut se connecter sur un serveur pré-4.1, car le client comprend les deux méthodes de hashage, ancienne et nouvelle. Cependant, un client pré-4.1 qui tente se de connecter à un serveur 4.1 aura des problèmes. Par exemple, si un client mysql 4.0 essaie de se connecter au serveur 4.1, il va recevoir l'erreur suivante :

 
Sélectionnez
shell> mysql -h localhost -u root
Client does not support authentication protocol requested
by server; consider upgrading MySQL client

La discussion suivante décrit les différences entre les mécanismes de mots de passe, et ce que vous devez faire pour mettre à jour votre serveur en version 4.1, tout en conservant la compatibilité avec les clients pre-4.1.

Note : cette discussion compare les comportements des versions 4.1 avec les versions d'avant (dites pré-4.1), mais le comportement 4.1 ne commence en réalité qu'avec la version 4.1.1. MySQL 4.1.0 est une version « marginale », car elle a un mécanisme légèrement différent de celui qui est implémenté en versions 4.1.1 et plus récentes. Les différences entre les versions 4.1.0 et les versions plus récentes sont décrites ultérieurement.

Avant MySQL 4.1, les hashs calculés par PASSWORD() étaient longs de 16 octets. Des hashs ressemblaient à ceci :

 
Sélectionnez
mysql> SELECT PASSWORD('mypass');
+--------------------+
| PASSWORD('mypass') |
+--------------------+
| 6f8c114b58f2ce9e   |
+--------------------+

La colonne Password de la table user, dans laquelle les hashs de mot de passe sont stockés, faisait 16 octets de long, avant MySQL 4.1.

Depuis MySQL 4.1, la fonction PASSWORD() a été modifiée, pour produire une valeur de 41 octets, comme ceci :

 
Sélectionnez
mysql> SELECT PASSWORD('mypass');
+-----------------------------------------------+
| PASSWORD('mypass')                            |
+-----------------------------------------------+
| *43c8aa34cdc98eddd3de1fe9a9c2c2a9f92bb2098d75 |
+-----------------------------------------------+

La colonne Password de la table user a été agrandie pour faire désormais 41 octets de long.

  • Si vous faites une nouvelle installation de MySQL 4.1, la colonne Password fera automatiquement 41 octets.

  • Si vous mettez à jour une ancienne installation, il est recommandé d'utiliser le script mysql_fix_privilege_tables pour mettre à jour la taille de la colonne Password, de 16 à 41 octets. Le script ne modifie pas les valeurs elles-mêmes, qui restent à 16 octets de long.

Une colonne Password élargie peut stocker les mots de passe dans les deux formats, ancien et nouveau. Le format d'un hash de mot de passe peut être déterminé de deux manières :

  • la différence principale et évidente est la taille : 16 octets et 41 octets ;

  • la seconde différence est que les hashs au nouveau format commencent par le caractère '*', alors que l'ancien format ne le fait pas.

Plus le hash du mot de passe est long, meilleures sont ses caractéristiques de chiffrement, et l'identification des clients, basée sur des hashs longs, est plus sécuritaire que l'ancienne méthode, dont les hashs sont plus courts.

La différence de taille entre les mots de passe est utile lors de l'utilisation des mots de passe, pour l'identification, et lors de la génération des hashs pour la modification des mots de passe, sur le client.

La façon de traiter le hash de mot de passe durant la phase d'identification diffère, en fonction de la taille de la colonne Password :

  • si la colonne est étroite, l'identification par hash court sera utilisée ;

  • si la colonne est large, elle peut contenir des hashs longs ou courts, et le serveur peut utiliser l'un ou l'autre des formats :

    • les clients pré-4.1 peuvent se connecter, car ils connaissent l'ancien mécanisme de hashing, et ils peuvent s'identifier pour les comptes qui ont des mots de passe courts,

    • les clients 4.1 peuvent s'identifier pour les comptes qui ont des hashs longs ou courts.

Pour les comptes à hash court, l'identification est un peu plus sécuritaire pour les clients 4.1 que pour les anciens clients. En termes de sécurité, le gradient de sécurité du plus faible au meilleur est :

  • les clients pré-4.1 s'identifiant avec un hash court ;

  • les clients 4.1 s'identifiant avec un hash court ;

  • les clients 4.1 s'identifiant avec un hash long.

La méthode de génération des hashs de mots de passe pour les clients connectés est aussi affectée par la taille de la colonne Password, et par l'option --old-passwords. Un serveur 4.1 génère des hashs longs sous certaines conditions : La colonne Password doit être assez grande pour accueillir un hash de mot de passe long, et l'option --old-passwords doit être inactive. Ces conditions s'appliquent comme suit.

  • La colonne Password doit être assez grande pour accueillir des hashs de mots de passe longs (41 octets). Si la colonne n'a pas été mise à jour, et qu'elle a toujours la taille de 16 octets, le serveur le remarque, et générera des hashs de mots de passe courts lorsque le client va modifier son mot de passe avec PASSWORD(), GRANT ou SET PASSWORD. Ce comportement survient si vous avez mis à jour le serveur en version 4.1, mais omis d'utiliser le script mysql_fix_privilege_tables pour élargir la colonne Password.

  • Si la colonne Password est suffisamment grande, elle peut stocker un mot de passe long ou court. Dans ce cas, PASSWORD(), GRANT et SET PASSWORD vont générer des hashs longs, à moins que le serveur n'ait été lancé avec l'option --old-passwords. Cette option force le serveur à utiliser les hashs courts.

Le but de l'option --old-passwords est d'assurer la compatibilité ascendante avec les clients pré-4.1 clients dans certaines circonstances où le serveur aurait généré des hashs longs. Cela n'affecte pas l'identification, puisque les clients 4.1 peuvent continuer à utiliser les comptes avec des hashs longs, mais cela empêche la création de hashs longs dans la table user, lors de la modification de mots de passe. Si cela arrive, le compte me pourra plus être utilisé avec les clients pré-4.1. Sans l'option --old-passwords le scénario suivant est possible :

  • un ancien client se connecter sur un compte, avec un hash court ;

  • le client change le mot de passe. Sans l'option --old-passwords, cela conduit à la création d'un hash long ;

  • lors de la prochaine connexion, le client pré-4.1 ne peut plus se connecter, car le compte requiert désormais le nouveau mécanisme d'identification. Une fois que le hash long est dans la table user, seuls les clients 4.1 peuvent l'utiliser, car les clients pré-4.1 ne le comprennent pas.

Ce scénario montre combien il est dangereux d'utiliser un serveur 4.1 sans l'option --old-passwords si vous devez supporter des clients pré-4.1. En utilisant l'option --old-passwords sur le serveur, les opérations de modification de mots de passe ne génèrent pas de hashs longs, et les utilisateurs ne se barreront pas l'accès par inadvertance.

L'inconvénient de l'option --old-passwords est que tous les hashs que vous allez créer seront des hashs courts, même pour les clients 4.1. Par conséquent, vous perdez la sécurité améliorée que les hashs longs apportent. Si vous voulez créer un compte avec un hash long (par exemple, pour un client 4.1), il faudra le faire avec un serveur qui n'utilise pas l'option --old-passwords.

Les scénarios suivants sont possibles avec un serveur 4.1.

Scénario 1 : colonne Password courte dans la table user

  • Seuls, les hashs courts peuvent être stockés dans la colonne Password.

  • Le serveur utilise uniquement les hashs courts pour les identifications.

  • Pour les clients connectés, la génération de mot de passe avec PASSWORD(), GRANT ou SET PASSWORD utilise les mots de passe courts uniquement. Toute modification de compte entraine la création d'un hash court.

  • L'option --old-passwords peut être utilisée, mais est superflue, car la colonne Password courte impose la manipulation de hashs courts de toute manière.

Scénario 2 : colonne Password longue dans la table user, serveur sans l'option --old-passwords

  • les hashs courts et longs peuvent être stockés dans la colonne Password.

  • Les clients 4.1 peuvent s'identifier sur leur compte avec des hashs courts ou longs.

  • Les clients pré-4.1 peuvent s'identifier sur leur compte avec des hashs courts.

  • Pour les clients connectés, la génération de mot de passe avec PASSWORD(), GRANT ou SET PASSWORD utilise les mots de passe longs uniquement. Toute modification de compte entraine la création d'un hash long.

Comme indiqué précédemment, le danger de ce scénario est qu'il est possible que les clients pré-4.1 se voient l'accès au serveur barré. Toutes les modifications du compte avec GRANT, SET PASSWORD et PASSWORD() conduisent à un hash long, qui empêchera les clients pré-4.1 d'utiliser ce compte.

Pour régler ce problème, vous pouvez modifier le mot de passe d'une manière spéciale. Par exemple, normalement, vous pouvez utiliser la commande SET PASSWORD comme ceci pour modifier un mot de passe :

 
Sélectionnez
mysql> SET PASSWORD FOR
    -> 'some_user'@'some_host' = PASSWORD('mypass');

Pour changer le mot de passe avec un hash court, utilisez la fonction OLD_PASSWORD() :

 
Sélectionnez
mysql> SET PASSWORD FOR
    -> 'some_user'@'some_host' = OLD_PASSWORD('mypass');

OLD_PASSWORD() est pratique pour les situations où vous voulez explicitement générer un hash court.

Scénario 3 : colonne Password longue dans la table user, serveur avec l'option --old-passwords

  • les hashs courts et longs peuvent être stockés dans la colonne Password.

  • Les clients 4.1 peuvent s'identifier sur leur compte avec des hashs courts ou longs. Notez qu'il n'est alors possible de créer des hashs longs si le serveur utilise --old-passwords).

  • Les clients pré-4.1 peuvent s'identifier sur leur compte avec des hashs courts.

  • Pour les clients connectés, la génération de mot de passe avec PASSWORD(), GRANT ou SET PASSWORD utilise les mots de passe courts uniquement. Toute modification de compte entraîne la création d'un hash long.

Dans ce scénario, vous ne pouvez plus créer de compte avec un hash long, car --old-passwords l'empêche. De même, si vous créez un compte avec un hash long sur un serveur qui utilise l'option --old-passwords, la modification du mot de passe tant que --old-passwords est active, aura pour effet de réduire la taille du hash, et vous perdrez en sécurité.

Les inconvénients de ces scénarios sont les suivants.

Scénario 1) vous ne pouvez pas tirer parti des hashs longs et de leur sécurité accrue.

Scénario 2) Les comptes avec des mots de passe courts sont inaccessibles aux clients pré-4.1 si vous modifiez leur mot de passe sans utiliser la fonction OLD_PASSWORD().

Scénario 3) --old-passwords empêche les comptes avec des hashs courts d'être barrés, mais les opérations de modifications de mots de passe créeront des hashs courts, et vous ne pourrez pas les modifier tant que à --old-passwords est effective.

5-5-9-1. Implications des modifications de mot de passe pour les applications

Une mise à jour en version MySQL 4.1 peut se révéler un problème de compatibilité pour les applications qui utilisent PASSWORD() pour générer leurs propres mots de passe. Les applications ne devraient pas faire cela, car PASSWORD() doit être réservé pour gérer les mots de passe de MySQL. Mais certaines applications utilisent PASSWORD() pour leurs propres objectifs.

Si vous passez en version 4.1 et lancez le serveur dans certaines conditions, où il va générer des hashs de mots de passe longs, l'application qui utilise PASSWORD() va sûrement planter. Notre recommandation est d'utiliser les fonctions de chiffrement SHA1() ou MD5() pour produire des signatures. Si ce n'est pas possible, vous pouvez utiliser OLD_PASSWORD(), qui est fournie pour générer des hashs courts, dans l'ancien format (mais notez que OLD_PASSWORD() pourrait être abandonné un jour aussi.

Si le serveur fonctionne dans des conditions où il génère des hashs courts, OLD_PASSWORD() est disponible comme alias de PASSWORD().

5-5-9-2. Gestion des mots de passe en MySQL 4.1.0

Le hashing de mot de passe de MySQL 4.1.0 diffère de celui de la version 4.1.1 et plus récentes. Les différences avec la version 4.1.0 sont :

  • les mots de passe sont stockés sur 45 octets plutôt que 41 ;

  • la fonction PASSWORD() n'est pas répétable. C'est-à-dire, à partir du même argument X, des appels successifs à PASSWORD(X) génèreront différents résultats.

Ces différences rendent l'identification de la version 4.1.0 incompatible avec les versions suivantes. Si vous avez mis à jour MySQL 4.1.0, il est recommandé de passer à une version plus récente aussi tôt que possible. Après cela, réassignez les mots de passe de la table user pour qu'ils soient compatibles avec le format 41 octets.

5-6. Gestion des comptes utilisateur de MySQL

Cette section décrit comment configurer des comptes clients pour un serveur MySQL. Elle traite des points suivants :

  • la signification des noms de compte et mots de passe, tels qu'utilisés par MySQL, et quelle différence il y a avec ceux de votre système d'exploitation ;

  • comment configurer de nouveaux comptes ;

  • comment modifier les mots de passe ;

  • des conseils de gestion des mots de passe ;

  • comment configurer des connexions sécurisées avec SSL

5-6-1. Noms d'utilisateurs MySQL et mots de passe

Il y a de nombreuses différences entre les utilisations des noms et mots de passe sous MySQL, et celles qui sont faites sous Unix ou Windows.

  • Les noms d'utilisateurs, tels qu'utilisés pour le processus d'identification sous MySQL, n'ont rien à voir avec les noms d'utilisateurs Unix ou Windows. La plupart des clients utilisent par défaut leur mot de passe Unix, mais c'est surtout parce que c'est pratique. Les programmes clients permettent d'utiliser des noms d'utilisateurs différents avec les options -u et --user. Cela signifie que vous ne pouvez pas rendre une base de données sécuritaire sans donner de mots de passe à tous les clients. Tout le monde peut essayer de se connecter au serveur sous n'importe quel nom, et il sera possible de se connecter si un nom d'utilisateur n'a pas de mot de passe.

  • Les noms d'utilisateurs MySQL peuvent avoir jusqu'à 16 caractères ; les noms d'utilisateurs Unix sont généralement limités à 8 caractères.

  • Les mots de passe MySQL n'ont aucun rapport avec le passeport Unix. Il n'y a pas nécessairement de connexion entre le mot de passe que vous utilisez pour vous connecter sur la machine Unix et celui que vous utilisez pour accéder au serveur MySQL.

  • MySQL chiffre les mots de passe avec un algorithme différent de celui qui est utilisé par Unix. Reportez-vous aux descriptions des fonctions PASSWORD() et ENCRYPT() dans Section 12.8.2, « Fonctions de chiffrements »12.8.2. Fonctions de chiffrements. Notez que même si le mot de passe est enregistré « brouillé », connaître votre mot de passe « brouillé » est suffisant pour se connecter au serveur MySQL.

Lorsque vous installez MySQL, la table de droits contient quelques comptes initiaux. Ces comptes ont des noms et droits qui sont décrits dans Section 2.5.3, « Création des premiers droits MySQL »2.5.3. Création des premiers droits MySQL, qui montre aussi comment donner des mots de passe. Après cela, vous pouvez créer, modifier ou supprimer normalement des comptes MySQL avec les commandes GRANT et REVOKE. Voir Section 13.5.1.3, « Syntaxe de GRANT et REVOKE »13.5.1.3. Syntaxe de GRANT et REVOKE.

Lorsque vous vous connectez à un serveur MySQL avec un client en ligne de commande, vous devez spécifier le mot de passe avec l'option --password=mot-de-passe. Voir Section 5.5.4, « Se connecter au serveur MySQL »5.5.4. Se connecter au serveur MySQL.

 
Sélectionnez
mysql --user=monty --password=devine nom_base

ou la version courte :

 
Sélectionnez
shell> mysql -u monty -pdevine nom_base

Il ne doit pas y avoir d'espace entre l'option -p et le mot de passe suivant.

Les commandes incluent la valeur d'un mot de passe en ligne de commande, ce qui n'est pas sécuritaire. Voir Section 5.6.6, « Garder vos mots de passe en lieu sûr »5.6.6. Garder vos mots de passe en lieu sûr.

Pour éviter cela, spécifiez l'option --password ou -p sans aucune valeur :

 
Sélectionnez
shell> mysql --user=monty --password nom_base
shell> mysql -u monty -p nom_base

Le client va alors afficher une invite, et vous demander d'y saisir le mot de passe. Dans les exemples, nom_base n'est pas interprété comme un mot de passe, car il est séparé de l'option précédente par un espace.

Sur certains systèmes, l'appel que MySQL utilise pour demander le mot de passe va limiter automatiquement le mot de passe à 8 caractères. C'est un problème avec la bibliothèque système, et non pas avec MySQL. En interne, MySQL n'a pas de limite pour la taille du mot de passe. Pour contourner le problème, modifiez la taille du mot de passe pour qu'il fasse 8 caractères ou moins, ou placez votre mot de passe dans un fichier d'options.

5-6-2. Ajouter de nouveaux utilisateurs à MySQL

Vous pouvez ajouter des utilisateurs de deux façons différentes :

  • en utilisant la commande GRANT ;

  • manipulant la table des droits de MySQL directement.

La méthode préférée consiste à utiliser la commande GRANT, car elle est plus concise et qu'il y a moins de risques d'erreur. Sa syntaxe est présentée dans la section Section 13.5.1.3, « Syntaxe de GRANT et REVOKE »13.5.1.3. Syntaxe de GRANT et REVOKE.

Il y a aussi beaucoup de programmes utilitaires comme phpmyadmin qui peuvent être utilisés pour créer et administrer les utilisateurs.

Les exemples suivants montrent comment utiliser le client mysql pour créer de nouveaux utilisateurs. Ces exemples supposent que les privilèges sont attribués en accord avec les valeurs par défaut discutées dans la section Section 2.5.3, « Création des premiers droits MySQL »2.5.3. Création des premiers droits MySQL. Cela signifie que pour effectuer des changements, vous devez être sur la même machine où mysqld tourne, vous devez vous connecter en tant qu'utilisateur MySQL root, et l'utilisateur root doit avoir le droit INSERT sur la base mysql et le droit d'administration RELOAD. Si vous avez changé le mot de passe de l'utilisateur root, vous devez le spécifier dans les commandes mysql ci-dessous.

D'abord, utilisez le programme client mysql pour vous connecter au serveur MySQL en tant qu'utilisateur root :

 
Sélectionnez
shell> mysql --user=root mysql

Vous pouvez ajouter de nouveaux utilisateurs en utilisant des commandes GRANT :

 
Sélectionnez
mysql> GRANT ALL PRIVILEGES ON *.* TO 'monty'@'localhost'
    ->     IDENTIFIED BY 'un_mot_de_passe' WITH GRANT OPTION;
mysql> GRANT ALL PRIVILEGES ON *.* TO 'monty'@'%'
    ->     IDENTIFIED BY 'un_mot_de_passe' WITH GRANT OPTION;
mysql> GRANT RELOAD,PROCESS ON *.* TO 'admin'@'localhost';
mysql> GRANT USAGE ON *.* TO 'dummy'@'localhost';

Ces commandes GRANT ajoutent trois nouveaux utilisateurs :

  • deux comptes de super-utilisateur qui utilisent le mot de passe 'un_mot_de_passe'. Les deux comptes ont tous les droits sur le serveur. Un des comptes, 'monty'@'localhost', peut être utilisé depuis la machine locale. L'autre depuis n'importe quel autre serveur : 'monty'@'%'. Notez que nous devons exécuter une commande GRANT pour 'monty'@'localhost' et 'monty'@'%'. Si nous n'ajoutons pas l'entrée avec localhost, l'entrée concernant l'utilisateur anonyme pour localhost qui est créée par mysql_install_db prendra précédence lors de la connexion à partir de l'hôte local, car elle a une entrée plus spécifique pour la valeur du champ Host et de plus, elle vient en premier dans l'ordre de tri de la table user. Les tris de la table user sont présentés dans la section Section 5.5.5, « Contrôle d'accès, étape 1 : Vérification de la connexion »5.5.5. Contrôle d'accès, étape 1 : Vérification de la connexion ;

  • un utilisateur admin qui peut se connecter depuis localhost sans mot de passe et qui a les droits administratifs RELOAD et PROCESS. Cela permet à cet utilisateur d'exécuter les commandes mysqladmin reload, mysqladmin refresh, et mysqladmin flush-*, ainsi que mysqladmin processlist. Aucun droit lié aux bases de données n'est donné. Ils peuvent l'être plus tard en utilisant d'autres instructions GRANT ;

  • un utilisateur dummy qui peut se connecter sans mot de passe, mais seulement à partir de l'hôte local. Les droits globaux sont tous à 'N' : le type de droit USAGE vous permet de créer un utilisateur démuni de privilège. Il est supposé que vous lui assignerez les droits spécifiques aux bases de données plus tard.

Vous pouvez ajouter les mêmes droits d'accès aux utilisateurs en utilisant directement des requêtes INSERT puis en demandant au serveur de recharger les tables de droits :

 
Sélectionnez
shell> mysql --user=root mysql
mysql> INSERT INTO user VALUES('localhost','monty',PASSWORD('un_mot_de_passe'),
    ->          'Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y');
mysql> INSERT INTO user VALUES('%','monty',PASSWORD('un_mot_de_passe'),
    ->          'Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y','Y');
mysql> INSERT INTO user SET Host='localhost',User='admin',
    ->           Reload_priv='Y', Process_priv='Y';
mysql> INSERT INTO user (Host,User,Password)
    ->                  VALUES('localhost','dummy','');
mysql> FLUSH PRIVILEGES;

Selon votre version de MySQL, vous pouvez avoir un nombre différent de valeurs 'Y' plus haut (les versions antérieures à la 3.22.11 possèdent moins de colonnes de privilèges). Pour l'utilisateur admin, la syntaxe d'INSERT étendue la plus lisible disponible depuis la version 3.22.11 est utilisée.

Notez que pour ajouter un super-utilisateur, vous avez juste besoin de créer une entrée dans la table user avec tous les champs de droits à 'Y'. Aucune entrée n'est requise dans les tables db et host.

Les colonnes de privilèges de la table user n'étaient pas renseignées explicitement dans la dernière requête INSERT (pour l'utilisateur dummy), ses colonnes prennent donc la valeur par défaut, 'N'. C'est la même chose que ce que fait GRANT USAGE.

L'exemple suivant ajoute un utilisateur custom qui peut se connecter à partir des hôtes localhost, server.domain, et whitehouse.gov. Il ne pourra accéder à la base de données bankaccount qu'à partir de localhost, à la base expenses qu'à partir de whitehouse.gov, et à la base customer à partir des trois hôtes. Il utilisera le mot de passe stupid pour les trois hôtes.

Pour configurer les privilèges de cet utilisateur en utilisant des commandes GRANT, exécutez ce qui suit :

 
Sélectionnez
shell> mysql --user=root mysql
mysql> GRANT SELECT,INSERT,UPDATE,DELETE,CREATE,DROP
    ->     ON bankaccount.*
    ->     TO custom@localhost
    ->     IDENTIFIED BY 'stupid';
mysql> GRANT SELECT,INSERT,UPDATE,DELETE,CREATE,DROP
    ->     ON expenses.*
    ->     TO custom@whitehouse.gov
    ->     IDENTIFIED BY 'stupid';
mysql> GRANT SELECT,INSERT,UPDATE,DELETE,CREATE,DROP
    ->     ON customer.*
    ->     TO custom@'%'
    ->     IDENTIFIED BY 'stupid';

Les trois comptes peuvent être utilisés comme suit :

  • le premier compte a accès à la base bankaccount, mais uniquement depuis l'hôte local ;

  • le second compte peut accéder à la base expenses, mais uniquement depuis l'hôte whitehouse.gov ;

  • le troisième compte peut accéder à la base customer, mais uniquement depuis l'hôte server.domain.

Pour régler les permissions d'accès en modifiant directement les tables de droits, exécutez ces commandes (notez l'appel à FLUSH PRIVILEGES à la fin) :

 
Sélectionnez
shell> mysql --user=root mysql
mysql> INSERT INTO user (Host,User,Password)
    -> VALUES('localhost','custom',PASSWORD('stupid'));
mysql> INSERT INTO user (Host,User,Password)
    -> VALUES('server.domain','custom',PASSWORD('stupid'));
mysql> INSERT INTO user (Host,User,Password)
    -> VALUES('whitehouse.gov','custom',PASSWORD('stupid'));
mysql> INSERT INTO db
    -> (Host,Db,User,Select_priv,Insert_priv,Update_priv,Delete_priv,
    ->  Create_priv,Drop_priv)
    -> VALUES
    -> ('localhost','bankaccount','custom','Y','Y','Y','Y','Y','Y');
mysql> INSERT INTO db
    -> (Host,Db,User,Select_priv,Insert_priv,Update_priv,Delete_priv,
    ->  Create_priv,Drop_priv)
    -> VALUES
    -> ('whitehouse.gov','expenses','custom','Y','Y','Y','Y','Y','Y');
mysql> INSERT INTO db
    -> (Host,Db,User,Select_priv,Insert_priv,Update_priv,Delete_priv,
    ->  Create_priv,Drop_priv)
    -> VALUES('%','customer','custom','Y','Y','Y','Y','Y','Y');
mysql> FLUSH PRIVILEGES;

Les trois premières requêtes INSERT ajoutent les entrées dans la table user qui permettent l'utilisateur custom à se connecter à partir de plusieurs hôtes avec le mot de passe donné, mais ne lui donnent aucun droit (tous les droits sont mis à la valeur par défaut qui est 'N'). Les trois requêtes INSERT suivantes ajoutent des entrées dans la table db qui autorisent custom à utiliser les bases de données bankaccount, expenses, et customer, mais seulement s'il y accède à partir de l'hôte spécifié. Comme d'habitude, lorsque les tables de droits sont modifiées directement, on doit demander au serveur de les recharger (avec FLUSH PRIVILEGES) pour que les changements soient pris en compte.

Si vous voulez donner un accès spécifique à un utilisateur à partir de n'importe quelle machine d'un domaine donné, vous pouvez utiliser la commande GRANT, en utilisant '%' comme joker dans le nom de l'hôte :

 
Sélectionnez
mysql> GRANT ...
    ->     ON *.*
    ->     TO monutilisateur@"%.mondomaine.com"
    ->     IDENTIFIED BY 'monmotdepasse';

Pour faire la même chose en modifiant directement la table de droits, faites :

 
Sélectionnez
mysql> INSERT INTO user VALUES ('%.mondomaine.com', 'monutilisateur',
    ->             PASSWORD('monmotdepasse'),...);
mysql> FLUSH PRIVILEGES;

5-6-3. Supprimer un compte utilisateur de MySQL

Pour supprimer un compte, utilisez la commande DROP USER, qui a été ajoutée en MySQL 4.1.1. Pour les anciennes versions de MySQL, utilisez la commande DELETE. La suppression de compte est décrite dans la section Section 13.5.1.2, « Effacer des utilisateurs MySQL »13.5.1.2. Effacer des utilisateurs MySQL.

5-6-4. Limiter les ressources utilisateur

Jusqu'à la version 4.0.2, la seule méthode possible pour limiter l'utilisation des ressources serveur MySQL était de configurer la variable de démarrage max_user_connections avec une valeur non nulle. De même, le nombre de connexions simultanées pouvait être limité pour un compte, mais pas les opérations réalisables, une fois l'utilisateur connecté. Ces deux types de contrôles sont importants pour les administrateurs système et les fournisseurs de services.

Depuis MySQL 4.0.2, il est possible de limiter certaines ressources accessibles à un utilisateur possible :

  • nombre de requêtes par heure : toutes les commandes qu'un utilisateur peut exécuter ;

  • nombre de modifications par heure : toute commande qui implique la modification d'une table ou d'une base ;

  • nombre de connexions réalisées par heure : le nombre de nouvelles connexions par heure.

Toute commande que le client émet compte pour la limite de requêtes. Seules les commandes qui modifient les tables ou bases comptant pour la limite de modifications.

Pour utiliser cette fonctionnalité, la table user de la base mysql doit contenir les colonnes nécessaires pour stocker les limites. Les limites doivent être stockées dans les colonnes max_questions, max_updates et max_connections. Si votre table user ne dispose pas de ces colonnes, elle doit être mise à jour. Voyez Section 2.6.7, « Mise à jour des tables de droits »2.6.7. Mise à jour des tables de droits.

Par défaut, les utilisateurs ne sont pas limités dans l'utilisation des ressources ci-dessus, à moins que des limites ne leur soient imposées. Ces limites peuvent être configurées uniquement via la commande GRANT (*.*), avec cette syntaxe :

pour spécifier des limites de ressources avec la commande GRANT
utilisez la clause WITH pour chaque ressource que vous voulez limiter. Par exemple, pour créer un nouveau compte avec un accès à la base customer, mais sans abuser, utilisez ceci :

 
Sélectionnez
mysql> GRANT ALL ON customer.* TO 'francis'@'localhost'
    ->     IDENTIFIED BY 'frank'
    ->     WITH MAX_QUERIES_PER_HOUR 20
    ->          MAX_UPDATES_PER_HOUR 10
    ->          MAX_CONNECTIONS_PER_HOUR 5;

Les types de limites n'ont pas besoin d'être tous appelés avec WITH, mais ils peuvent être appelés dans n'importe quel ordre. La valeur de chaque limite doit être un entier représentant le nombre autorisé par heure. Si la commande GRANT n'a pas de clause WITH, les limites valent alors 0, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de limite ;

pour configurer et changer les limites d'un compte existant
utilisez la commande GRANT USAGE au niveau global, avec ON *.*. La commande suivante modifie la limite de requêtes du compte francis à 100 :

 
Sélectionnez
mysql> GRANT USAGE ON *.* TO 'francis'@'localhost'
    ->     WITH MAX_QUERIES_PER_HOUR 100;

Cette commande ne touche pas aux droits du compte : elle ne modifie que les valeurs des limites ;

pour supprimer une limite existante
donnez-lui la valeur de 0. Par exemple, pour supprimer la limite de connexions de francis, utilisez cette commande :

 
Sélectionnez
mysql> GRANT USAGE ON *.* TO 'francis'@'localhost'
    ->     WITH MAX_CONNECTIONS_PER_HOUR 0;

Le compteur d'utilisation des ressources se met en marche dès que la limite n'est pas nulle.

Durant le fonctionnement du serveur, les ressources utilisées sont comptées. Si le compte atteint la limite de connexions dans un intervalle d'une heure, les connexions suivantes sont rejetées, jusqu'à la fin de l'heure. Similairement, si le compte atteint la limite de requête dans un intervalle d'une heure, les requêtes suivantes sont rejetées, jusqu'à la fin de l'heure. Dans tous les cas, un message approprié est affiché.

Le compte de ressource est fait par compte, et non pas client. Par exemple, si votre compte a une limite de requêtes de 50, vous ne pouvez pas augmenter votre limite à 100 en vous connectant deux fois. Les requêtes issues des deux connexions seront alors comptées ensemble.

Le compte courant d'utilisation peut être remis à zéro, globalement, ou individuellement.

  • Pour remettre à zéro les compteurs pour tous les comptes, faites un FLUSH USER_RESOURCES. Les comptes sont remis à zéro au moment du rechargement des tables de droits : par exemple, avec la commande FLUSH PRIVILEGES ou la commande mysqladmin reload.

  • Les comptes individuels peuvent être remis à zéro en donnant de nouvelles limites ou en changeant les droits. Pour cela, utilisez GRANT USAGE tel que décrit précédemment, en donnant la même limite que celle qui est configurée.

5-6-5. Configurer les mots de passe

Les mots de passe peuvent être assignés en ligne de commande avec l'utilitaire mysqladmin :

 
Sélectionnez
shell> mysqladmin -u user_name -h host_name password "newpwd"

Le compte qui est remis à zéro par cette commande est celui pour lequel une ligne de la table user qui correspond à la valeur user_name dans la colonne User et l'hôte client d'où vous vous connectez dans la colonne Host.

Un autre moyen pour assigner un mot de passe à un compte est d'utiliser la commande SET PASSWORD :

 
Sélectionnez
mysql> SET PASSWORD FOR 'jeffrey'@'%' = PASSWORD('biscuit');

Seuls les utilisateurs root ayant des accès en écriture à la base mysql peuvent changer les mots de passe des autres utilisateurs. Si vous n'êtes pas connectés en tant qu'utilisateur anonyme, vous pouvez modifier votre propre mot de passe en omettant la clause FOR :

 
Sélectionnez
mysql> SET PASSWORD = PASSWORD('biscuit');

Vous pouvez aussi utiliser la commande GRANT USAGE au niveau global (ON *.*) pour assigner un mot de passe sans affecter les droits du compte :

 
Sélectionnez
mysql> GRANT USAGE ON *.* TO 'jeffrey'@'%' IDENTIFIED BY 'biscuit';

Même s'il est généralement préférable d'assigner un mot de passe en utilisant une des méthodes précédentes, vous pouvez aussi modifier la table user directement.

  • Pour établir un mot de passe lors de la création d'un compte, fournissez une valeur à la colonne Password :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql -u root mysql
    mysql> INSERT INTO user (Host,User,Password)
        -> VALUES('%','jeffrey','biscuit');
    mysql> FLUSH PRIVILEGES;
  • Pour changer le mot de passe d'un compte existant, utilisez la commande UPDATE pour modifier la valeur de la colonne Password :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql -u root mysql
    mysql> UPDATE user SET Password = PASSWORD('bagel')
        -> WHERE Host = '%' AND User = 'francis';
    mysql> FLUSH PRIVILEGES;

Lorsque vous assignez un mot de passe à un compte avec SET PASSWORD, INSERT, ou UPDATE, vous devez utiliser la fonction PASSWORD() pour le chiffrer. La seule exception est que vous n'avez pas besoin d'utiliser PASSWORD() si le mot de passe est vide. PASSWORD() est nécessaire, car la table user stocke les mots de passe sous forme chiffrée, et non en texte clair. Si vous oubliez cela, vous risquez d'avoir des mots de passe de la forme :

 
Sélectionnez
shell> mysql -u root mysql
mysql> INSERT INTO user (Host,User,Password)
    -> VALUES('%','jeffrey','biscuit');
mysql> FLUSH PRIVILEGES;

Le résultat est que la valeur 'biscuit' est stockée dans la colonne de mot de passe de la table user. Lorsque l'utilisateur jeffrey tente de se connecter au serveur avec ce mot de passe, le client mysql compare ce mot de passe chiffré avec sa version en clair stockée dans la table user. Cependant, la version stockée est la valeur littérale de 'biscuit', et la comparaison échoue, le serveur rejette la connexion :

 
Sélectionnez
shell> mysql -u jeffrey -pbiscuit test
Access denied

Si vous modifiez les mots de passe en utilisant la commande GRANT ... IDENTIFIED BY ou la commande mysqladmin password, la fonction PASSWORD() n'est pas nécessaire. Ces commandes assureront le chiffrement de votre mot de passe pour vous, ce qui vous permet de spécifier le mot de passe de 'biscuit' comme ceci :

Note : PASSWORD() n'effectue pas le chiffrement du mot de passe de la même façon qu'Unix. Voir Section 5.6.1, « Nom d'utilisateurs MySQL et mots de passe »5.6.1. Nom d'utilisateurs MySQL et mots de passe.

5-6-6. Garder vos mots de passe en lieu sûr

Il est recommandé de ne pas placer votre mot de passe là où il risque d'être découvert par d'autres personnes. Les méthodes que vous utiliserez pour spécifier votre mot de passe lors de la connexion avec le client sont listées ici, avec les risques liés à chaque méthode.

  • Utilisez l'option -p ou --password (sans la valeur du mot de passe). Dans ce cas, le programme client va solliciter la saisie du mot de passe depuis le terminal :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql -u user_name -p
    Enter password: ********

    Cette méthode est pratique, mais peu sûre, car le mot de passe est visible par les programmes système tels que ps qui peuvent être appelés par les autres utilisateurs. Les clients MySQL remplacent généralement les arguments de la ligne de commande par des zéros durant leur initialisation, mais il y a un court instant où la valeur est visible.

  • Utilisez les options -p ou --password sans valeur de mot de passe. Dans ce cas, le client va solliciter explicitement le mot de passe du terminal :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql -u francis
    Enter password: ********

    Les caractères '*' représentent votre mot de passe. Le mot de passe n'est pas affiché en clair lors de votre saisie.

    Cette méthode est bien plus sûre pour saisir votre mot de passe qu'en le spécifiant directement en ligne de commande, car il n'est pas visible des autres utilisateurs. Cependant, cette méthode n'est possible qu'avec les programmes que vous utilisez en mode interactif. Si vous voulez invoquer le client depuis un script qui s'exécute de manière non interactive, il n'y aura pas d'opportunité pour saisir ce mot de passe dans le terminal. Sur certains systèmes, vous pourriez même voir la première ligne de votre script lue et interprétée comme votre mot de passe, incorrectement.

  • Stockez votre mot de passe dans le fichier de configuration. Par exemple, vous pouvez lister votre mot de passe dans la section [client] du fichier .my.cnf dans votre dossier personnel :

     
    Sélectionnez
    [client]
    password=mot_de_passe

    Si vous stockez ce mot de passe dans le fichier .my.cnf, le fichier ne doit pas être lisible par le groupe ou par les autres utilisateurs, ou encore accessible en écriture : seul le propriétaire de ce fichier doit avoir ces droits. Assurez-vous que les droits d'accès au fichier soient 400 ou 600. Par exemple :

     
    Sélectionnez
    shell> chmod 600 .my.cnf

    Section 4.3.2, « Fichier d'options my.cnf »4.3.2. Fichier d'options my.cnf présente les options pour plus de détails.

  • Vous pouvez stocker votre mot de passe dans la variable d'environnement MYSQL_PWD, mais cette méthode doit être considérée comme extrêmement peu sûre, et doit être évitée autant que possible. Certaines versions de la commande en ligne ps incluent une option pour afficher les variables d'environnement des processus : votre mot de passe sera alors facilement accessible, et en texte clair, si vous configurez la commande MYSQL_PWD. Même sur les systèmes sans une telle version de la commande ps, il est peu recommandé de supposer que les variables d'environnement sont inaccessibles par une méthode quelconque. Voir Annexe E, Variables d'environnementAnnexe E. Variables d'environnement.

En conclusion, la méthode la plus sûre est encore de laisser le client vous demander le mot de passe, ou de le spécifier dans le fichier de configuration.

5-6-7. Utilisation des connexions sécurisées

5-6-7-1. Introduction aux connexions sécurisées

Disponible depuis la version 4.0.0, MySQL supporte les connexions sécurisées. Pour comprendre comment MySQL utilise SSL, il est nécessaire de comprendre les concepts SSL et X509 de base. Ceux qui les connaissent peuvent aisément sauter ce chapitre.

Par défaut, MySQL utilise une connexion en clair entre le client et le serveur. Cela signifie qu'une personne peut surveiller votre trafic, et lire les données échangées. Cette personne pourrait aussi modifier les données qui transitent entre le client et le serveur. Parfois, vous aurez besoin d'échanger des informations sur un réseau public, mais en sécurisant ces informations. Dans ce cas, utiliser une connexion sans protection est inacceptable.

SSL est un protocole qui utilise différents algorithmes de chiffrement pour s'assurer que les données qui transitent par un réseau public peuvent être considérées comme fiables. Ce protocole dispose de méthodes pour s'assurer que les données n'ont pas été modifiées, que ce soit par une altération, une perte ou une répétition des données. SSL inclut aussi des algorithmes pour reconnaître et fournit des outils de vérifications d'identité, pris en charge par le standard X509.

Le chiffrement est une méthode pour rendre des données illisibles. En fait, les pratiques actuelles requièrent d'autres éléments de sécurité issus des algorithmes de chiffrement. Ils doivent savoir résister à de nombreux types d'attaques, comme la modification de l'ordre des messages ou les répétitions inopinées.

X509 est un standard qui rend possible l'identification d'une personne sur l'Internet. Il est particulièrement utilisé pour les applications e-commerce. En termes simples, il doit y avoir une entreprise (appelée l'« autorité de certification ») qui assigne un certificat électronique à toute personne qui en a besoin. Ces certificats utilisent un chiffrement asymétrique qui exploite deux clés de chiffrement, une clé publique et une clé privée. Le propriétaire d'un certificat peut prouver son identité en montrant son certificat à l'autre partie. Un certificat est constitué de la clé publique du propriétaire. Toute donnée qui est chiffrée avec cette clé publique doit être déchiffrée avec la clé secrète correspondante, qui est détenue par le propriétaire du certificat.

MySQL n'utilise pas les connexions chiffrées par défaut, car cela ralentit considérablement le protocole de communication. Toute fonctionnalité supplémentaire requiert du travail supplémentaire de la part du serveur, et chiffrer des données est une tâche particulièrement coûteuse, qui peut ralentir considérablement les tâches principales de MySQL. Par défaut, MySQL est paramétré pour être aussi rapide que possible.

Si vous avez besoin de plus d'informations sur SSL, X509 ou le chiffrement, utilisez votre moteur de recherche préféré sur Internet, et utilisez ces mots clés pour avoir plus de détails.

5-6-7-2. Prérequis aux connexions sécurisées

Pour utiliser les connexions SSL entre le serveur MySQL et les clients, vous devez avoir le support de OpenSSL et votre version de MySQL doit être 4.0.0 ou plus récente.

Pour faire fonctionner les connexions sécurisées avec MySQL, vous devez disposer de ceci :

  1. Installation de la bibliothèque d'OpenSSL. Nous avons testé MySQL avec OpenSSL 0.9.6. http://www.openssl.org/ ;

  2. Lorsque vous configurez MySQL, utilisez le script configure avec les options --with-vio et --with-openssl ;

  3. Assurez-vous que vous avez une version de la table mysql.user à jour. Ceci est nécessaire si vos tables de droits proviennent d'une version de MySQL antérieure à la version 4.0.0. La procédure de mise à jour est décrite dans Section 2.6.7, « Mise à jour des tables de droits »2.6.7. Mise à jour des tables de droits ;

  4. Vous pouvez vérifier que vous possédez un serveur mysqld qui supporte OpenSSL en examinant le résultat de la commande SHOW VARIABLES LIKE 'have_openssl' :

     
    Sélectionnez
    mysql> SHOW VARIABLES LIKE 'have_openssl';
    +---------------+-------+
    | Variable_name | Value |
    +---------------+-------+
    | have_openssl  | YES   |
    +---------------+-------+

    elle doit retourner YES.

5-6-7-3. Configurer les certificats SSL pour MySQL

Voici un exemple de configuration de certificats SSL pour MySQL :

 
Sélectionnez
DIR=`pwd`/openssl
PRIV=$DIR/private

mkdir $DIR $PRIV $DIR/newcerts
cp /usr/share/ssl/openssl.cnf $DIR
replace ./demoCA $DIR -- $DIR/openssl.cnf

# Créez les dossiers nécessaires : $database, $serial et $new_certs_dir 
# optionnel

touch $DIR/index.txt
echo "01" > $DIR/serial

#
# Génération du certificat d'autorité (CA)
#

openssl req -new -x509 -keyout $PRIV/cakey.pem -out $DIR/cacert.pem \
    -config $DIR/openssl.cnf

# Exemple de résultat :
# Using configuration from /home/monty/openssl/openssl.cnf
# Generating a 1024 bit RSA private key
# ................++++++
# .........++++++
# writing new private key to '/home/monty/openssl/private/cakey.pem'
# Enter PEM pass phrase:
# Verifying password - Enter PEM pass phrase:
# -----
# You are about to be asked to enter information that will be incorporated
# into your certificate request.
# What you are about to enter is what is called a Distinguished Name or a DN.
# There are quite a few fields but you can leave some blank
# For some fields there will be a default value,
# If you enter '.', the field will be left blank.
# -----
# Country Name (2 letter code) [AU]:FI
# State or Province Name (full name) [Some-State]:.
# Locality Name (eg, city) []:
# Organization Name (eg, company) [Internet Widgits Pty Ltd]:MySQL AB
# Organizational Unit Name (eg, section) []:
# Common Name (eg, YOUR name) []:MySQL admin
# Email Address []:

#
# Création des clés et requêtes serveur
#
openssl req -new -keyout $DIR/server-key.pem -out \
    $DIR/server-req.pem -days 3600 -config $DIR/openssl.cnf

# Exemple de résultat :
# Using configuration from /home/monty/openssl/openssl.cnf
# Generating a 1024 bit RSA private key
# ..++++++
# ..........++++++
# writing new private key to '/home/monty/openssl/server-key.pem'
# Enter PEM pass phrase:
# Verifying password - Enter PEM pass phrase:
# -----
# You are about to be asked to enter information that will be incorporated
# into your certificate request.
# What you are about to enter is what is called a Distinguished Name or a DN.
# There are quite a few fields but you can leave some blank
# For some fields there will be a default value,
# If you enter '.', the field will be left blank.
# -----
# Country Name (2 letter code) [AU]:FI
# State or Province Name (full name) [Some-State]:.
# Locality Name (eg, city) []:
# Organization Name (eg, company) [Internet Widgits Pty Ltd]:MySQL AB
# Organizational Unit Name (eg, section) []:
# Common Name (eg, YOUR name) []:MySQL server
# Email Address []:
# 
# Please enter the following 'extra' attributes
# to be sent with your certificate request
# A challenge password []:
# An optional company name []:

#
# Supprimez la passe-phrase de la clé (optionnel)
#

openssl rsa -in $DIR/server-key.pem -out $DIR/server-key.pem

#
# Signez le certificat serveur
#
openssl ca  -policy policy_anything -out $DIR/server-cert.pem \
    -config $DIR/openssl.cnf -infiles $DIR/server-req.pem

# Exemple de résultat :
# Using configuration from /home/monty/openssl/openssl.cnf
# Enter PEM pass phrase:
# Check that the request matches the signature
# Signature ok
# The Subjects Distinguished Name is as follows
# countryName           :PRINTABLE:'FI'
# organizationName      :PRINTABLE:'MySQL AB'
# commonName            :PRINTABLE:'MySQL admin'
# Certificate is to be certified until Sep 13 14:22:46 2003 GMT (365 days)
# Sign the certificate? [y/n]:y
# 
# 
# 1 out of 1 certificate requests certified, commit? [y/n]y
# Write out database with 1 new entries
# Data Base Updated

#
# Créez les clés et requêtes client
#
openssl req -new -keyout $DIR/client-key.pem -out \
    $DIR/client-req.pem -days 3600 -config $DIR/openssl.cnf

# Exemple de résultat :
# Using configuration from /home/monty/openssl/openssl.cnf
# Generating a 1024 bit RSA private key
# .....................................++++++
# .............................................++++++
# writing new private key to '/home/monty/openssl/client-key.pem'
# Enter PEM pass phrase:
# Verifying password - Enter PEM pass phrase:
# -----
# You are about to be asked to enter information that will be incorporated
# into your certificate request.
# What you are about to enter is what is called a Distinguished Name or a DN.
# There are quite a few fields but you can leave some blank
# For some fields there will be a default value,
# If you enter '.', the field will be left blank.
# -----
# Country Name (2 letter code) [AU]:FI
# State or Province Name (full name) [Some-State]:.
# Locality Name (eg, city) []:
# Organization Name (eg, company) [Internet Widgits Pty Ltd]:MySQL AB
# Organizational Unit Name (eg, section) []:
# Common Name (eg, YOUR name) []:MySQL user
# Email Address []:
# 
# Please enter the following 'extra' attributes
# to be sent with your certificate request
# A challenge password []:
# An optional company name []:

#
# Supprimez la passe-phrase de la clé (optionnel)
#
openssl rsa -in $DIR/client-key.pem -out $DIR/client-key.pem

#
# Signez le certificat client
#

openssl ca  -policy policy_anything -out $DIR/client-cert.pem \
    -config $DIR/openssl.cnf -infiles $DIR/client-req.pem

# Exemple de résultat :
# Using configuration from /home/monty/openssl/openssl.cnf
# Enter PEM pass phrase:
# Check that the request matches the signature
# Signature ok
# The Subjects Distinguished Name is as follows
# countryName           :PRINTABLE:'FI'
# organizationName      :PRINTABLE:'MySQL AB'
# commonName            :PRINTABLE:'MySQL user'
# Certificate is to be certified until Sep 13 16:45:17 2003 GMT (365 days)
# Sign the certificate? [y/n]:y
# 
# 
# 1 out of 1 certificate requests certified, commit? [y/n]y
# Write out database with 1 new entries
# Data Base Updated

#
# Créez le fichier my.cnf que vous pourrez utiliser pour tester les différents certificats
#

cnf=""
cnf="$cnf [client]"
cnf="$cnf ssl-ca=$DIR/cacert.pem"
cnf="$cnf ssl-cert=$DIR/client-cert.pem"
cnf="$cnf ssl-key=$DIR/client-key.pem"
cnf="$cnf [mysqld]"
cnf="$cnf ssl-ca=$DIR/cacert.pem"
cnf="$cnf ssl-cert=$DIR/server-cert.pem"
cnf="$cnf ssl-key=$DIR/server-key.pem"
echo $cnf | replace " " '
' > $DIR/my.cnf

#
# To test MySQL

mysqld --defaults-file=$DIR/my.cnf &

mysql --defaults-file=$DIR/my.cnf

Pour tester les connexions SSL, lancez le serveur comme ceci, où $DIR est le dossier où le fichier de configuration my.cnf est situé :

 
Sélectionnez
shell> mysqld --defaults-file=$DIR/my.cnf &

Puis, lancez le programme client en utilisant le même fichier d'options :

 
Sélectionnez
shell> mysql --defaults-file=$DIR/my.cnf

Si vous avez une distribution source MySQL, vous pouvez aussi tester votre configuration en modifiant le fichier my.cnf précédent, pour utiliser les certificats et fichiers de clés SSL de la distribution.

5-6-7-4. Options de GRANT avec SSL

MySQL peut vérifier les certificats X509 en plus de la combinaison habituelle de nom d'utilisateur et mot de passe. Toutes les options habituelles sont toujours nécessaires (nom d'utilisateur, masque d'adresse IP, nom de base de données, nom de table). Voir Section 13.5.1.3, « Syntaxe de GRANT et REVOKE »13.5.1.3. Syntaxe de GRANT et REVOKE.

Voici différentes possibilités pour limiter les connexions.

  • Sans aucune option SSL ou X509, toutes les connexions chiffrées ou non chiffrées sont autorisées si le nom d'utilisateur et le mot de passe sont valides.

  • L'option REQUIRE SSL requiert que les connexions soient chiffrées avec SSL. Notez que cette option peut être omise s'il n'y a pas de ligne ACL qui autorise une connexion sans SSL.

     
    Sélectionnez
    mysql> GRANT ALL PRIVILEGES ON test.* TO root@localhost
        -> IDENTIFIED BY "goodsecret" REQUIRE SSL;
  • REQUIRE X509 impose au client d'avoir un certificat valide, mais le certificat lui-même est de peu d'importance. La seule restriction est qu'il doit être possible de vérifier la signature avec une des autorités de certification.

     
    Sélectionnez
    mysql> GRANT ALL PRIVILEGES ON test.* TO root@localhost
        -> IDENTIFIED BY "goodsecret" REQUIRE X509;
  • REQUIRE ISSUER "issuer" restreint les tentatives de connexion : le client doit se présenter avec un certificat X509 valide, émis par l'autorité de certification "issuer". Utiliser un certificat X509 implique obligatoirement des chiffrements, donc l'option SSL est sous-entendue.

     
    Sélectionnez
    mysql> GRANT ALL PRIVILEGES ON test.* TO root@localhost
        -> IDENTIFIED BY "goodsecret"
        -> REQUIRE ISSUER "C=FI, ST=Some-State, L=Helsinki,
        "> O=MySQL Finland AB, CN=Tonu Samuel/Email=tonu@mysql.com";
  • REQUIRE SUBJECT "subject" impose au client d'avoir un certificat X509 valide, avec le sujet "subject". Si le client présente un certificat valide, mais que le "subject" est différent, la connexion est refusée.

     
    Sélectionnez
    mysql> GRANT ALL PRIVILEGES ON test.* TO root@localhost
        -> IDENTIFIED BY "goodsecret"
        -> REQUIRE SUBJECT "C=EE, ST=Some-State, L=Tallinn,
        "> O=MySQL demo client certificate,
        "> CN=Tonu Samuel/Email=tonu@mysql.com";
  • REQUIRE CIPHER "cipher" est utilisé pour s'assurer que les chiffrements sont suffisamment robustes, et que la bonne longueur de clé est utilisée. SSL lui-même peut être faible si des algorithmes sont utilisés avec des clés courtes. En utilisant cette option, il est possible d'imposer la méthode de chiffrement avec la connexion.

     
    Sélectionnez
    mysql> GRANT ALL PRIVILEGES ON test.* TO root@localhost
        -> IDENTIFIED BY "goodsecret"
        -> REQUIRE CIPHER "EDH-RSA-DES-CBC3-SHA";

    Les options SUBJECT, ISSUER et CIPHER peuvent être combinées avec la clause REQUIRE comme ceci :

     
    Sélectionnez
    mysql> GRANT ALL PRIVILEGES ON test.* TO root@localhost
        -> IDENTIFIED BY "goodsecret"
        -> REQUIRE SUBJECT "C=EE, ST=Some-State, L=Tallinn,
        "> O=MySQL demo client certificate,
        "> CN=Tonu Samuel/Email=tonu@mysql.com"
        -> AND ISSUER "C=FI, ST=Some-State, L=Helsinki,
        "> O=MySQL Finland AB, CN=Tonu Samuel/Email=tonu@mysql.com"
        -> AND CIPHER "EDH-RSA-DES-CBC3-SHA";

    Depuis MySQL 4.0.4, le mot clé AND est optionnel, entre les options REQUIRE.

    L'ordre de ces options n'a pas d'importance, mais aucune option ne peut être spécifiée deux fois.

5-6-7-5. Options SSL en ligne de commande

La table suivante liste les différentes options que vous pouvez utiliser avec SSL, les fichiers de certificats et de clés. Ces options sont disponibles depuis MySQL 4.0. Elles peuvent être spécifiées en ligne de commande ou bien dans le fichier d'options.

  • --ssl

    Pour le serveur, indique que le serveur autorise les connexions SSL. Pour le client, permet au logiciel de se connecter au serveur en utilisant le protocole SSL. Cette option seule n'est pas suffisante pour que la connexion soit sécurisée par SSL. Vous devez aussi spécifier les options --ssl-ca, --ssl-cert et --ssl-key.

    Cette option est plus souvent utilisée que sa forme contraire, pour indiquer que SSL ne doit pas être utilisé. Pour cela, spécifiez l'option sous la forme --skip-ssl ou --ssl=0.

    Notez que cette option ne requiert pas de connexion SSL. Par exemple, si le serveur ou le client sont compilés sans le support SSL, une connexion sans chiffrement sera utilisée.

    Une méthode pour s'assurer que la connexion sera bien sécurisée par SSL est de créer un compte sur le serveur, avec l'option REQUIRE SSL dans la commande GRANT. Utilisez alors ce compte pour vous connecter au serveur, avec le serveur et le client qui disposent du support SSL.

    Vous pouvez utiliser cette option pour indiquer que la connexion ne doit pas être SSL. Pour faire cela, spécifiez l'option --skip-ssl ou --ssl=0.

  • --ssl-ca=file_name

    Le chemin jusqu'au fichier avec une liste des autorités de certifications SSL connues.

  • --ssl-capath=directory_name

    Le chemin jusqu'au dossier qui contient les certificats SSL au format PEM.

  • --ssl-cert=file_name

    Le nom du fichier de certificat SSL à utiliser pour établir une connexion sécurisée.

  • --ssl-cipher=cipher_list

    Une liste de chiffrements autorisés, à utiliser avec SSL. cipher_list a le même format que la commande openssl ciphers.

    Exemple : --ssl-cipher=ALL:-AES:-EXP

  • --ssl-key=file_name

    Le nom du fichier de la clé SSL à utiliser pour établir une connexion sécurisée.

5-6-7-6. Connexion à MySQL à distance avec Windows et SSH

Voici une note pour connecter un serveur MySQL avec une connexion sécurisée grâce à SSH (de David Carlson <>).

  • Installez un client SSH pour votre machine Windows. En tant qu'utilisateur, le meilleur que je connaisse est celui de SecureCRT de http://www.vandyke.com/. Une autre option est f-secure de http://www.f-secure.com/. Vous pouvez aussi en trouver d'autres gratuits avec Google à http://directory.google.com/Top/Computers/Security/Products_and_Tools/Cryptography/SSH/Clients/Windows/.

  • Démarrez votre client SSH Windows. Spécifiez Host_Name = yourmysqlserver_URL_or_IP. Spécifiez userid=your_userid pour vous loger dans votre serveur (probablement avec un mot de passe et un nom d'utilisateur différent).

  • Configurez le forward de port. Faites soit un forward distant (spécifiez local_port: 3306, remote_host: yourmysqlservername_or_ip, remote_port: 3306 ) soit un forward local (spécifiez port: 3306, host: localhost, remote port: 3306).

  • Sauvez le tout, sinon vous devrez le refaire la prochaine fois.

  • Connectez-vous à votre serveur avec la session SSH que vous venez de créer.

  • Sous votre machine Windows, démarrez une application ODBC (comme Access).

  • Créez un nouveau fichier dans Windows et reliez-le avec MySQL en utilisant le pilote ODBC de la même façon que vous le feriez habituellement, hormis le fait que vous devrez taper localhost comme hôte serveur au lieu de yourmysqlservername.

Vous avez maintenant une connexion ODBC avec un serveur MySQL distant, et sécurisée avec SSH.

5-7. Prévention des désastres et restauration

Cette section présente comment créer une sauvegarde de base de données, et comment assurer la maintenance des tables. La syntaxe des commandes SQL est décrite dans la section Section 13.5, « Référence de langage d'administration de la base de données »13.5. Référence de langage d'administration de la base de données.

5-7-1. Sauvegardes de base de données

Comme les tables MySQL sont stockées sous forme de fichiers, il est facile d'en faire une sauvegarde. Pour avoir une sauvegarde consistante, faites un LOCK TABLES sur les tables concernées suivi d'un FLUSH TABLES pour celles-ci. Voyez Section 13.4.5, « Syntaxe de LOCK TABLES/UNLOCK TABLES »13.4.5. Syntaxe de LOCK TABLES/UNLOCK TABLES et Section 13.5.4.2, « Syntaxe de FLUSH »13.5.4.2. Syntaxe de FLUSH. Vous n'avez besoin que d'un verrou en lecture, cela permet aux autres threads de continuer à effectuer des requêtes sur les tables dont vous faites la copie des fichiers dans le dossier des bases de données. FLUSH TABLE est requise pour s'assurer que toutes les pages d'index actifs soient écrits sur le disque avant de commencer la sauvegarde.

Si vous voulez faire une sauvegarde d'une table avec SQL, vous pouvez utiliser SELECT INTO OUTFILE ou BACKUP TABLE. Voyez Section 13.1.7, « Syntaxe de SELECT »13.1.7. Syntaxe de SELECT et Section 13.5.2.2, « Syntaxe de BACKUP TABLE »13.5.2.2. Syntaxe de BACKUP TABLE.

Une autre façon de sauvegarder une base de données est d'utiliser l'utilitaire mysqldump ou le script mysqlhotcopy. Voyez Section 8.8, « mysqldump, sauvegarde des structures de tables et les données »8.8. mysqldump, sauvegarde des structures de tables et les données et Section 8.9, « mysqlhotcopy, copier les bases et tables MySQL »8.9. mysqlhotcopy, copier les bases et tables MySQL.

  1. Effectuez une sauvegarde complète de votre base de données :

     
    Sélectionnez
    shell> mysqldump --tab=/chemin/vers/un/dossier --opt --all

    ou

     
    Sélectionnez
    shell> mysqlhotcopy base /chemin/vers/un/dossier

    Vous pouvez aussi copier tout simplement tous les fichiers de tables (les fichiers *.frm, *.MYD, et *.MYI) du moment que le serveur ne met rien à jour. Le script mysqlhotcopy utilise cette méthode.

  2. Arrêtez mysqld si il est en marche, puis démarrez-le avec l'option --log-update[=nom_fichier]. Voir Section 5.9.3, « Le log de modification »5.9.3. Le log de modification. Le ou les fichiers de log fournissent les informations dont vous avez besoin pour répliquer les modifications de la base de données qui sont subséquentes au moment où vous avez exécuté mysqldump.

Si votre serveur MySQL est un esclave, quelle que soit la sauvegarde que vous utilisez, lorsque vous sauvez vos données sur votre esclave, vous devez aussi sauver les fichiers master.info et relay-log.info, qui sont nécessaires pour relancer la réplication après la restauration des données de l'esclave. Si votre esclave doit traiter des commandes LOAD DATA INFILE, vous devez aussi sauver les fichiers nommés SQL_LOAD-*, qui sont dans le dossier spécifié par --slave-load-tmpdir. Ce dossier vaut par défaut la valeur de la variable tmpdir, si elle n'est pas spécifiée. L'esclave aura besoin de ces fichiers pour relancer la réplication d'une opération LOAD DATA INFILE interrompue.

Si vous avez besoin de restaurer quelque chose, essayez d'abord de restaurer vos tables avec REPAIR TABLE ou myisamchk -r en premier. Cela devrait fonctionner dans 99.9 % des cas. Si myisamchk ne réussit pas, essayez la procédure suivante (cela ne fonctionnera que si vous avez démarré MySQL avec --log-update, Section 5.9.4, « Le log binaire »5.9.4. Le log binaire) :

  1. Restaurez la sauvegarde originale de mysqldump ;

  2. Exécutez la commande suivante pour remettre en marche les mises à jour dans le log binaire :

     
    Sélectionnez
    shell> mysqlbinlog hostname-bin.[0-9]* | mysql

    Dans votre cas, vous voudrez peut-être n'exécuter que certains logs binaires, depuis certaines positions : par exemple, depuis la date de la sauvegarde que vous avez restaurée, hormis quelques requêtes problématiques. Voyez Section 8.5, « mysqlbinlog, Exécuter des requêtes dans le log binaire »8.5. mysqlbinlog, Exécuter des requêtes dans le log binaire pour plus d'informations sur l'utilitaire mysqlbinlog, et comment l'utiliser.

    Si vous utilisez le journal des mises à jour (qui a été supprimé en MySQL 5.0.0) vous pouvez utiliser :

     
    Sélectionnez
    shell> ls -1 -t -r hostname.[0-9]* | xargs cat | mysql

ls est utilisée pour avoir tous les fichiers de mise à jour dans le bon ordre.

Vous pouvez aussi faire des sauvegardes sélectives de fichiers individuels :

  • exportez la table avec SELECT * INTO OUTFILE 'nom_fichier' FROM nom_de_table ;

  • restaurez avec LOAD DATA INFILE 'nom_fichier' REPLACE .... Pour éviter les lignes dupliquées, vous aurez besoin d'une PRIMARY KEY ou une clé UNIQUE dans la table. Le mot clé REPLACE fait que les anciens enregistrements sont remplacés par les nouveaux lorsque l'un d'eux duplique un ancien sur une valeur de clé unique.

Si vous obtenez des problèmes de performances sur votre système, vous pouvez les contourner en mettant en place une réplication et faisant les copies sur l'esclave au lieu du maître. Voir Section 6.1, « Introduction à la réplication »6.1. Introduction à la réplication.

Si vous utilisez un système de fichiers Veritas, vous pourrez faire :

  1. À partir d'un client (ou de Perl), exécutez : FLUSH TABLES WITH READ LOCK ;

  2. À partir d'un autre Shell, exécutez : mount vxfs snapshot ;

  3. Depuis le premier client, exécutez : UNLOCK TABLES ;

  4. Copiez les fichiers à partir de la sauvegarde ;

  5. Démontez snapshot.

5-7-2. Exemples de stratégie de sauvegarde et restauration

Cette section présente une procédure pour effectuer des sauvegardes qui vous permettent de retrouver vos données après différents types de problèmes :

  • arrêt du système d'exploitation ;

  • problème d'alimentation électrique ;

  • problème du système de fichiers ;

  • problème matériel : disque dur, carte mère, etc.

Les instructions suivantes requièrent l'utilisation de la version minimale de MySQL 4.1.8, car certaines options de mysqldump utilisées ici ne sont pas disponibles dans les précédentes versions.

Les commandes d'exemples n'incluent pas les options telles que --user et --password avec les utilitaires mysqldump et mysql. Il vous faudra les ajouter en fonction des besoins, pour que MySQL puisse se connecter au serveur.

Nous considèrerons les données stockées dans une table de moteur InnoDB, qui supporte les transactions et la restauration automatique. Nous supposerons que le serveur MySQL est en charge au moment de la panne. Si ce n'est pas le cas, aucune restauration ne sera nécessaire.

Dans les cas de panne du système d'exploitation ou de l'alimentation électrique, on peut supposer que les disques de données MySQL sont toujours disponibles après un redémarrage. Les fichiers de données InnoDB sont analysés, et à partir des logs, on peut retrouver la liste des transactions archivées et non archivées, qui n'ont pas encore été écrites sur le disque. Le moteur de tables va alors annuler automatiquement les transactions qui n'ont pas été terminées. Le détail des opérations du processus de restauration est fourni à l'administrateur dans le fichier de logs d'erreurs de MySQL. Voici un extrait :

 
Sélectionnez
InnoDB: Database was not shut down normally.
InnoDB: Starting recovery from log files...
InnoDB: Starting log scan based on checkpoint at
InnoDB: log sequence number 0 13674004
InnoDB: Doing recovery: scanned up to log sequence number 0 13739520
InnoDB: Doing recovery: scanned up to log sequence number 0 13805056
InnoDB: Doing recovery: scanned up to log sequence number 0 13870592
InnoDB: Doing recovery: scanned up to log sequence number 0 13936128
...
InnoDB: Doing recovery: scanned up to log sequence number 0 20555264
InnoDB: Doing recovery: scanned up to log sequence number 0 20620800
InnoDB: Doing recovery: scanned up to log sequence number 0 20664692
InnoDB: 1 uncommitted transaction(s) which must be rolled back
InnoDB: Starting rollback of uncommitted transactions
InnoDB: Rolling back trx no 16745
InnoDB: Rolling back of trx no 16745 completed
InnoDB: Rollback of uncommitted transactions completed
InnoDB: Starting an apply batch of log records to the database...
InnoDB: Apply batch completed
InnoDB: Started
mysqld: ready for connections

Dans le cas d'une panne du système de fichiers ou du matériel, nous pouvons supposer que les données MySQL ne sont plus disponibles après le redémarrage. Cela signifie que MySQL ne pourra pas démarrer correctement, car certains blocs de données ne seront plus lisibles. Dans ce cas, il est nécessaire de formater le disque, d'en installer un nouveau ou bien de corriger le problème sous-jacent. Puis, il faut restaurer les données à partir des sauvegardes : cela signifie que nous devons avoir déjà fait des sauvegardes. Pour s'assurer que c'est le cas, voyons comment se déroule un processus de sauvegarde.

5-7-2-1. Politique de sauvegarde

Nous savons tous que les sauvegardes doivent être programmées périodiquement. Les sauvegardes complètes, celles qui prélèvent toutes les données des bases, peuvent être réalisées avec plusieurs outils MySQL. Par exemple, InnoDB Hot Backup fournit un utilitaire de sauvegarde en ligne et non bloquant pour les fichiers InnoDB, et mysqldump fournit un outil de sauvegarde logique. Cette section utilise mysqldump.

Supposons que nous souhaitons réaliser une sauvegarde le dimanche, à une heure du matin, lorsque la charge sur le serveur est au plus bas. La commande suivante va faire une sauvegarde de toutes nos tables InnoDB, dans toutes les bases :

 
Sélectionnez
shell> mysqldump --single-transaction --all-databases > backup_sunday_1_PM.sql

C'est un outil de sauvegarde en ligne, non bloquant, qui ne perturbe pas les opérations sur les tables. Nous avons supposé plus haut que nos tables utilisent le moteur InnoDB : l'option --single-transaction utilise une lecture cohérente, et garantit la stabilité des données prélevées par mysqldump. Les modifications peuvent être faites par d'autres clients sur les tables InnoDB sans que la commande mysqldump ne le perçoive. Si nous avons d'autres types de tables, nous devons aussi supposer qu'elles ne changeront pas durant la sauvegarde. Par exemple, pour une table MyISAM dans la base mysql, nous devons supposer qu'aucun administrateur ne fera de modification aux comptes MySQL durant la sauvegarde.

Le fichier .sql résultant, produit par mysqldump contient les commandes SQL INSERT qui peuvent être utilisées pour recharger les tables ultérieurement.

Les sauvegardes complètes sont nécessaires, mais elles ne sont pas toujours pratiques. Elles produisent de très grands fichiers de données, et prennent du temps à s'exécuter. Elles ne sont pas optimales, car chaque sauvegarde inclut toutes les données, même celles qui n'ont pas évolué entre deux sauvegardes. Une fois qu'une sauvegarde initiale a été faite, les sauvegardes incrémentales sont bien plus optimales : elles génèrent des fichiers plus petits, et sont plus rapides à réaliser. L'inconvénient est que cette sauvegarde ne vous permettra pas de restaurer toutes vos données à partir de la sauvegarde complète : il vous faudra utiliser les sauvegardes incrémentales pour restaurer totalement votre base.

Pour réaliser des sauvegardes incrémentales, vous devez sauver les modifications incrémentales. Le serveur MySQL doit être lancé avec l'option --log-bin pour qu'il puisse stocker ces modifications au fur et à mesure des modifications des données. Cette option active le log binaire, ce qui fait que chaque commande qui modifie les données est enregistrée dans un fichier appelé le log binaire. Voyons le dossier de données de MySQL, une fois qu'il a été lancé avec l'option --log-bin. Nous y trouverons les fichiers suivants :

 
Sélectionnez
-rw-rw---- 1 guilhem  guilhem   1277324 Nov 10 23:59 gbichot2-bin.000001
-rw-rw---- 1 guilhem  guilhem         4 Nov 10 23:59 gbichot2-bin.000002
-rw-rw---- 1 guilhem  guilhem        79 Nov 11 11:06 gbichot2-bin.000003
-rw-rw---- 1 guilhem  guilhem       508 Nov 11 11:08 gbichot2-bin.000004
-rw-rw---- 1 guilhem  guilhem 220047446 Nov 12 16:47 gbichot2-bin.000005
-rw-rw---- 1 guilhem  guilhem    998412 Nov 14 10:08 gbichot2-bin.000006
-rw-rw---- 1 guilhem  guilhem       361 Nov 14 10:07 gbichot2-bin.index

À chaque fois que le serveur redémarre, MySQL crée un nouveau fichier de logs binaire, en utilisant le numéro de séquence suivant. Lorsque le serveur fonctionne, vous pouvez aussi lui dire de clore le fichier de logs, et d'en ouvrir un nouveau avec la commande SQL FLUSH LOGS ou bien avec la commande en ligne mysqladmin flush-logs. La commande mysqldump dispose aussi d'une option pour clore les fichiers de logs. Le fichier .index contient la liste de tous les fichiers de logs binaire du dossier de données. Ce fichier est utilisé durant les opérations de réplication.

Les fichiers de log binaire MySQL sont importants lors de restauration, car ils représentent des sauvegardes incrémentales. Si vous vous assurez de bien refermer les fichiers de log binaire lorsque vous réalisez une sauvegarde complète, alors les fichiers de logs binaire qui ont été créés après votre sauvegarde représentent les modifications incrémentales de vos données. Maintenant, modifions la commande mysqldump pour qu'elle referme les logs binaires lors de sauvegarde complète, et que le fichier de sauvegarde contienne les noms des nouveaux fichiers de logs :

 
Sélectionnez
shell> mysqldump --single-transaction --flush-logs --master-data=2
           --all-databases > backup_sunday_1_PM.sql

Après avoir exécuté cette commande, le dossier de données contient un nouveau fichier de logs binaire, gbichot2-bin.000007. Le fichier .sql résultant contient les lignes suivantes :

 
Sélectionnez
-- Position to start replication or point-in-time recovery from
-- CHANGE MASTER TO MASTER_LOG_FILE='gbichot2-bin.000007',MASTER_LOG_POS=4;

Comme la commande mysqldump a fait une sauvegarde complète, ces lignes signifient deux choses :

  • le fichier .sql contient toutes les modifications effectuées sur les données avant le fichier appelé gbichot2-bin.000007, ou plus récent ;

  • toutes les modifications des données effectuées après la sauvegarde ne sont pas enregistrées dans le fichier .sql, mais sont présentes dans le fichier de logs binaire gbichot2-bin.000007.

Le lundi, à une heure du matin, nous pouvons créer une sauvegarde incrémentale en refermant les fichiers de log binaire, et en créant un nouveau fichier de logs. Par exemple, la commande mysqladmin flush-logs crée un fichier gbichot2-bin.000008. Toutes les modifications qui ont eu lieu entre dimanche, 1 heure et lundi, 1 heure sont stockées dans le fichier gbichot2-bin.000007. Cette sauvegarde incrémentale est importante, et il est recommandé de la stocker dans un endroit sûr. Par exemple, copiez-la sur une cassette ou un DVD, ou même sur une autre machine. Le mardi, à 1 heure, vous pouvez exécuter à nouveau la commande mysqladmin flush-logs. Toutes les opérations effectuées entre lundi, 1 heure et mardi, 1 heure sont dans le fichier gbichot2-bin.000008, qui doit être mis en sécurité.

Les logs binaires MySQL occupent de l'espace disque sur le serveur. Pour récupérer cet espace, supprimez-le de temps en temps. Pour le faire en toute sécurité, supprimez simplement les fichiers qui ne servent plus à rien, c'est-à-dire ceux qui sont antérieurs à la dernière sauvegarde complète :

 
Sélectionnez
shell> mysqldump --single-transaction --flush-logs --master-data=2
           --all-databases --delete-master-logs > backup_sunday_1_PM.sql

Note : effacer les logs binaires avec la commande mysqldump --delete-master-logs peut être dangereux, car si le serveur est un maître de réplication, les esclaves pourraient ne pas avoir traité en totalité le contenu des logs binaires.

La description de la commande PURGE MASTER LOGS explique ce qui doit être vérifié avant d'effacer un fichier de logs binaire. Voir Section 13.6.1.1, « PURGE MASTER LOGS »13.6.1.1. PURGE MASTER LOGS.

5-7-2-2. Utiliser les sauvegardes pour la restauration

Supposons maintenant qu'un crash catastrophique survienne le mercredi à 8 heures du matin, et qu'il faille utiliser les sauvegardes pour restaurer la base de données. Pour cela, il faut commencer par utiliser la première sauvegarde complète que nous avons : c'est celle de samedi, à 1 heure. Cette sauvegarde est un ensemble de commandes SQL : la restauration est très simple :

 
Sélectionnez
shell> mysql < backup_sunday_1_PM.sql

Après cela, les données sont celles que nous avions dimanche, à 1 heure. Pour appliquer les modifications qui ont eu lieu depuis cette date, nous devons utiliser les sauvegardes incrémentales, c'est-à-dire les fichiers de log binaire gbichot2-bin.000007 et gbichot2-bin.000008. Retrouvez-les dans vos documents de sauvegarde, puis, exécutez-les de cette manière :

 
Sélectionnez
shell> mysqlbinlog gbichot2-bin.000007 gbichot2-bin.000008 | mysql

Nous avons maintenant retrouvé les données dans leur état de mardi, à 1 heure, mais il manque encore les données entre cette date et le crash. Pour ne pas les avoir perdues, il faut que les logs aient été sauvés dans un volume sécurisé (disque RAID, SAN...), sur un serveur différent de celui qui a crashé : tout cela pour que le serveur n'ait pas détruit les logs durant le crash. Pour cela, nous pouvons lancer le serveur avec l'option --log-bin, et spécifier un chemin sur un volume physique séparé. De cette manière, les logs ne seront pas perdus, même si le dossier contenant les données est perdu. Si nous pouvons retrouver ces fichiers de log, nous aurons un fichier appelé gbichot2-bin.000009 et nous pouvons l'appliquer aux données pour obtenir l'état le plus proche du moment du crash.

5-7-2-3. Résumé des stratégies de sauvegarde

Dans le cas d'un arrêt du système d'exploitation ou d'une panne de courant, InnoDB se charge lui-même du travail de restauration des données. Mais pour vous assurer un sommeil sans cauchemar, nous vous recommandons de suivre ces instructions :

  • utilisez toujours MySQL avec l'option --log-bin, ou même avec --log-bin=log_name, où le fichier est placé sur un média sécuritaire, différent de celui sur lequel fonctionne le dossier de données. SI vous avez un tel lieu de stockage, c'est aussi bon pour l'équilibrage de la charge du disque, ce qui conduit a des améliorations de performances ;

  • faites des sauvegardes périodiques, en utilisant la commande mysqldump pour réaliser des sauvegardes non bloquantes ;

  • faites des sauvegardes incrémentales périodiques, en vidant les logs sur le disque, avec la commande SQL FLUSH LOGS ou la commande en ligne mysqladmin flush-logs.

5-7-3. Utilisation de myisamchk pour la maintenance des tables et leur recouvrement

La section suivante discute de l'utilisation de myisamchk pour vérifier et réparer les tables MyISAM (les tables avec les fichiers .MYI et .MYD). Les mêmes concepts s'appliquent à isamchk pour vérifier et réparer les tables ISAM (les tables avec les fichiers .ISM et .ISD). Voir Chapitre 14, Moteurs de tables MySQL et types de tableChapitre 14. Moteurs de tables MySQL et types de table.

Vous pouvez utiliser myisamchk pour obtenir des informations sur les tables de votre base de données, pour analyser, réparer ou optimiser ces tables. Les sections suivantes décrivent comment appeler myisamchk (y compris les options), comment mettre en place une politique d'entretien, et comment utiliser myisamchk pour effectuer différentes opérations.

Même si la réparation d'une table avec myisamchk est sécuritaire, il est toujours préférable de faire une sauvegarde avant la réparation, ou toute autre opération de maintenance qui pourrait faire de nombreuses modifications dans la table.

Les opérations myisamchk qui affectent les index peuvent causer la recompilation des index FULLTEXT avec des paramètres qui ne sont pas les paramètres courants du serveur. Pour éviter cela, voyez la section Section 5.7.3.2, « Options générales de myisamchk »5.7.3.2. Options générales de myisamchk.

Dans de nombreux cas, vous pouvez trouver plus simple de faire l'entretien des tables avec des requêtes SQL qu'avec myisamchk :

  • pour vérifier ou réparer les tables MyISAM, utilisez CHECK TABLE ou REPAIR TABLE ;

  • pour optimiser les tables MyISAM, utilisez OPTIMIZE TABLE ;

  • pour analyser les tables MyISAM, utilisez ANALYZE TABLE.

Ces commandes ont été ajoutées dans différentes versions, mais sont toutes disponibles depuis MySQL 3.23.14. Voyez Section 13.5.2.1, « Syntaxe de ANALYZE TABLE »13.5.2.1. Syntaxe de ANALYZE TABLE, Section 13.5.2.3, « Syntaxe de CHECK TABLE »13.5.2.3. Syntaxe de CHECK TABLE, Section 13.5.2.5, « Syntaxe de OPTIMIZE TABLE »13.5.2.5. Syntaxe de OPTIMIZE TABLE, et Section 13.5.2.6, « Syntaxe de REPAIR TABLE »13.5.2.6. Syntaxe de REPAIR TABLE.

Les commandes peuvent être utilisées directement, ou via le client mysqlcheck, qui fournit une interface en ligne de commande.

Un avantage de ces commandes par rapport à myisamchk est que le serveur se charge de tout. Avec myisamchk, vous devez vous assurer que le serveur ne va pas utiliser les tables en même temps que vous. Sinon, il va y avoir des interférences entre myisamchk et le serveur.

5-7-3-1. Syntaxe de l'utilitaire myisamchk

myisamchk s'exécute avec une commande de la forme :

 
Sélectionnez
shell> myisamchk [options] tbl_name

Les options spécifient ce que vous voulez que myisamchk fasse. Elles sont décrites dans ce chapitre. Vous pouvez aussi obtenir une liste d'options en invoquant le programme avec myisamchk --help. Sans option, myisamchk va simplement vérifier les tables. Pour obtenir plus d'informations ou pour demander à myisamchk de prendre des mesures correctives, il faut ajouter l'une des options listées ici.

tbl_name est la table que vous voulez réparer ou vérifier. Si vous exécutez myisamchk autre part que dans le dossier de données, vous devez spécifier le chemin jusqu'au fichier, car sinon, myisamchk n'aura aucune idée d'où chercher les données dans votre base. En fait, myisamchk ne se préoccupe pas du fait que le fichier que vous utilisez est dans le dossier de base ou pas : vous pouvez copier le fichier à réparer dans un autre dossier, et y faire les opérations d'entretien.

Vous pouvez spécifier plusieurs noms de tables à myisamchk si vous le voulez. Vous pouvez aussi spécifier un nom sous la forme d'un fichier d'index (avec l'option .MYI), qui vous permettra de spécifier toutes les tables dans un dossier en utilisant le schéma *.MYI. Par exemple, si vous êtes dans le dossier de données, vous pouvez spécifier toutes les tables dans le dossier comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> myisamchk *.MYI

Si vous n'êtes pas dans le dossier de données, et que vous souhaitez vérifier toutes les tables, vous devez ajouter le chemin jusqu'au dossier :

 
Sélectionnez
shell> myisamchk /path/to/database_dir/*.MYI

Vous pouvez même vérifier toutes les tables de toutes les bases avec le chemin suivant :

 
Sélectionnez
shell> myisamchk /path/to/datadir/*/*.MYI

La méthode recommandée pour vérifier rapidement toutes les tables est :

 
Sélectionnez
myisamchk --silent --fast /path/to/datadir/*/*.MYI
isamchk --silent /path/to/datadir/*/*.ISM

Si vous voulez vérifier toutes les tables et réparer celles qui sont corrompues, vous pouvez utiliser la ligne suivante :

 
Sélectionnez
myisamchk --silent --force --fast --update-state -O key_buffer=64M \
          -O sort_buffer=64M -O read_buffer=1M -O write_buffer=1M \
          /path/to/datadir/*/*.MYI
isamchk --silent --force -O key_buffer=64M -O sort_buffer=64M \
        -O read_buffer=1M -O write_buffer=1M /path/to/datadir/*/*.ISM

Ces commandes ci-dessus supposent que vous avez plus de 64 Mo de libres. Pour plus d'informations sur l'allocation de mémoire avec myisamchk, voyez la section Section 5.7.3.6, « Utilisation de la mémoire par myisamchk »5.7.3.6. Utilisation de la mémoire par myisamchk.

Notez que si vous obtenez une erreur comme celle-ci :

 
Sélectionnez
myisamchk: warning: 1 clients is using or hasn't closed the table properly

Cela signifie que vous essayez de vérifier une table qui a été modifiée par un autre programme (comme le serveur mysqld) qui n'a pas encore refermé le fichier de table, ou que le fichier n'a pas été correctement refermé.

Si mysqld fonctionne, vous devez forcer la fermeture correcte des fichiers de tables avec la commande FLUSH TABLES, et vous assurer que personne n'utilise les tables durant vos opérations avec myisamchk. En MySQL version 3.23, la meilleure méthode pour éviter ce problème est d'utiliser la commande CHECK TABLE au lieu de myisamchk pour vérifier les tables.

5-7-3-2. Options générales de myisamchk

Les options décrites dans cette section peuvent être utilisées pour toutes les maintenances de tables effectuées myisamchk. Les sections suivant celles-ci décrivent les options spécifiques à certaines opérations, comme la vérification et la réparation.

myisamchk supporte les options suivantes.

  • --help, -?

    Affiche le message d'aide, et termine le programme.

  • --debug=debug_options, -# debug_options

    Affiche le log de débogage. La chaîne debug_options vaut souvent : 'd:t:o,filename'.

  • --silent, -s

    Mode silencieux. Affiche uniquement les erreurs. Vous pouvez utiliser deux fois -s (-ss) pour que myisamchk soit très silencieux.

  • --verbose, -v

    Mode détaillé. Affiche plus d'informations. Vous pouvez combiner ce mode avec les options -d et -e. Utilisez -v plusieurs fois, (-vv, -vvv) pour plus de détails encore.

  • --version, -V

    Affiche la version et quitte.

  • --wait, -w

    Au lieu de s'arrêter avec une erreur si la table est verrouillée, le programme attend que la table soit libérée avant de continuer. Notez que si vous utilisez mysqld avec l'option --skip-external-locking, la table peut ne peut être verrouillée que par une autre commande myisamchk.

Vous pouvez aussi configurer les variables suivantes avec la syntaxe --var_name=value :

Variable Valeur par défaut
decode_bits 9
ft_max_word_len dépend de la version
ft_min_word_len 4
ft_stopword_file liste par défaut
key_buffer_size 523264
myisam_block_size 1024
read_buffer_size 262136
sort_buffer_size 2097144
sort_key_blocks 16
write_buffer_size 262136

Il est aussi possible de configurer les variables avec les syntaxes --set-variable=var_name=value et -O var_name=value. Toutefois, cette syntaxe est obsolète depuis MySQL 4.0.

Les variables myisamchk possibles et leur valeur par défaut sont affichées par myisamchk --help :

sort_buffer_size sert lors de la réparation des index par tri des clés, qui est le mode utilisé par l'option --recover.

key_buffer_size sert lorsque vous vérifiez une table avec l'option --extend-check ou lorsque les clés sont réparées par insertion de lignes dans la table (comme lors des insertions normales). La réparation par buffer de clés est utilisée dans ces situations :

  • vous utilisez l'option --safe-recover ;

  • les fichiers temporaires utilisés pour trier les clés seraient deux fois plus gros que lors de la création directe du fichier. C'est souvent le cas lorsque vous avez de grandes clés pour les colonnes CHAR, VARCHAR et TEXT, car l'opération de tri a besoin de stocker la clé complète. Si vous avez beaucoup d'espace temporaire, vous pouvez forcer myisamchk à réparer en triant, en utilisant l'option --sort-recover.

La répartition par buffer de clés prend beaucoup moins d'espace disque, mais est bien plus lente.

Si vous voulez une réparation plus rapide, donnez à key_buffer_size et sort_buffer_size des valeurs représentant 25 % de votre mémoire. Vous pouvez leur donner de grandes valeurs, car une seule des deux variables est utilisée.

myisam_block_size est la taille des blocs d'index. Elle est disponible depuis MySQL 4.0.0.

Les variables ft_min_word_len et ft_max_word_len sont disponibles depuis MySQL 4.0.0. ft_stopword_file est disponible depuis MySQL 4.0.19.

ft_min_word_len et ft_max_word_len indiquent la taille minimum et maximum pour les index FULLTEXT. ft_stopword_file est le nom du fichier de mots ignorés. Ils doivent toujours être configurés.

Si vous utilisez myisamchk pour faire une opération qui modifie les index de tables (comme la répartition ou l'analyse), les index FULLTEXT sont reconstruits en utilisant les valeurs par défaut pour les tailles minimales et maximales, et pour le fichier de mots ignorés. Cela peut conduire à l'échec de requêtes.

Le problème survient lorsque ces paramètres ne sont connus que par le serveur. Elles ne sont pas stockées dans le fichier d'index MyISAM. Pour éviter ce problème si vous avez modifié la taille des mots ou le fichier de mots ignorés dans le serveur, pensez à spécifier les mêmes valeurs avec les options ft_min_word_len, ft_max_word_len et ft_stopword_file de myisamchk. Par exemple, si vous avez configuré une taille minimale de 3, vous pourrez réparer la table avec myisamchk comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> myisamchk --recover --ft_min_word_len=3 tbl_name.MYI

Pour vous assurer que myisamchk et le serveur utilisent les mêmes valeurs pour les paramètres des index en texte plein, vous pouvez placer ces valeurs dans les groupes [mysqld] et [myisamchk] du fichier d'options :

 
Sélectionnez
[mysqld]
ft_min_word_len=3

[myisamchk]
ft_min_word_len=3

Un substitut à l'utilisation de myisamchk est les commandes REPAIR TABLE, ANALYZE TABLE, OPTIMIZE TABLE et ALTER TABLE. Ces commandes sont effectuées par le serveur, qui sait comment traiter les paramétrages des index.

5-7-3-3. Options de vérifications pour myisamchk

  • -c, --check

    Vérifie les erreurs d'une table. Ceci est l'opération par défaut de myisamchk si vous ne lui donnez aucune autre option.

  • -e, --extend-check

    Vérifie la table minutieusement (ce qui est un peu lent si vous avez des index). Cette option ne doit être utilisée que pour les cas extrêmes. Normalement, myisamchk ou myisamchk --medium-check devraient, dans la plupart des cas, être capables de trouver s'il y a des erreurs dans la table.

    Si vous utilisez --extended-check et que vous avez beaucoup de mémoire, vous devez augmenter de beaucoup la valeur de key_buffer_size !

  • -F, --fast

    Ne vérifie que les tables qui n'ont pas été fermées proprement.

  • -C, --check-only-changed

    Ne vérifie que les tables qui ont changé depuis la dernière vérification.

  • -f, --force

    Redémarrez myisamchk avec -r (répare) sur la table, si myisamchk trouve une erreur dans la table.

  • -i, --information

    Affiche des statistiques à propos de la table vérifiée.

  • -m, --medium-check

    Plus rapide que --extended-check, mais ne trouve que 99.99 % des erreurs. Devrait, cependant, être bon pour la plupart des cas.

  • -U, --update-state

    Enregistre le fichier .MYI lorsque la table à été vérifiée ou a été corrompue. Cela devrait être utilisé pour tirer tous les avantages de l'option --check-only-changed, mais vous ne devez pas utiliser cette option si le serveur mysqld utilise cette table et que vous utilisez mysqld avec --skip-external-locking.

  • -T, --read-only

    Ne marque pas la table comme vérifiée. C'est pratique si vous utilisez myisamchk pour vérifier une table issue d'une autre application qui n'utilise pas les verrous. (Comme mysqld --skip-external-locking.)

5-7-3-4. Options de réparation de myisamchk

Les options suivantes sont utilisées avec myisamchk et l'option de réparation -r ou -o.

  • --backup, -B

    Fait une sauvegarde du fichier .MYD, sous le nom filename-time.BAK.

  • --character-sets-dir=path

    Dossier qui contient les jeux de caractères. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --correct-checksum

    Somme de contrôle correcte pour la table.

  • --data-file-length=#, -D #

    Taille maximale du fichier de données (lors de la recréation du fichier de données, et qu'il est complet).

  • --extend-check, -e

    Essaie de retrouver toutes les lignes possibles du fichier de données. Normalement, cette option va aussi découvrir beaucoup de lignes erronées. N'utilisez pas cette option si vous n'êtes pas totalement désespérés.

  • --force, -f

    Écrase les anciens fichiers temporaires (table_name.TMD) au lieu d'annuler.

  • --keys-used=#, -k #

    Si vous utilisez les tables ISAM, indique au gestionnaire de tables ISAM qu'il doit uniquement modifier les # premiers index. Si vous utilisez le gestionnaire de tables MyISAM, cette option indique quelles clés utiliser, et chaque bit binaire représente une clé (la première clé est le bit 0). Cela permet de réaliser des insertions plus rapides. Les index désactivés pourront être réactivés avec l'option myisamchk -r.

  • --no-symlinks, -l

    Ne pas suivre les lignes symboliques. Normalement, myisamchk répare les tables qu'un lien symbolique représente. Cette option n'existe pas en MySQL 4.0, car MySQL 4.0 ne va pas supprimer les liens symboliques durant la réparation.

  • --parallel-recover, -p

    Utilise la même technique que -r et -n, mais crée les clés avec des threads différents, en parallèle. Cette option a été ajoutée en MySQL 4.0.2. Ceci est du code alpha. Utilisez-le à vos risques et périls !

  • --quick, -q

    Réparation rapide, sans modifier le fichier de données. Il est possible d'ajouter l'option -q pour forcer myisamchk à modifier le fichier original en cas de clés doublons.

  • --recover, -r

    Peut réparer presque tout, sauf les clés uniques qui ne le sont plus (ce qui est extrêmement rare avec les tables ISAM/MyISAM). Si vous voulez restaurer une table, c'est l'option à utiliser en premier. Si myisamchk indique que la table ne peut pas être corrigée avec l'option -r, vous pouvez alors passer à l'option -o. Notez que dans le cas rarissime où -r, le fichier de données est toujours intact. Si vous avez beaucoup de mémoire, vous pouvez augmenter la taille du buffer sort_buffer_size !

  • --safe-recover, -o

    Utilise une ancienne méthode de restauration (lit toutes les lignes dans l'ordre, et modifie l'arbre d'index conformément pour les lignes trouvées). C'est une méthode qui est beaucoup plus lente que l'option -r, mais elle est capable de traiter certaines situations exceptionnelles que -r ne pourrait pas traiter. Cette méthode utilise aussi moins d'espace disque que -r. Normalement, vous devriez commencer à réparer avec l'option -r, et uniquement sur l'échec de cette option, passer à -o.

    Si vous avez beaucoup de mémoire, vous devriez augmenter la taille du buffer de clés ! key_buffer_size !

  • --set-character-set=name

    Change le jeu de caractères utilisé par l'index.

  • --sort-recover, -n

    Force myisamchk à utiliser le tri pour résoudre les clés, même si le fichier temporaire doit être énorme.

  • --tmpdir=path, -t path

    Chemin pour stocker les fichiers temporaires. Si cette option n'est pas fournie, myisamchk va utiliser la variable d'environnement TMPDIR pour cela. Depuis MySQL 4.1, tmpdir peut prendre une liste de chemins différents, qui seront utilisés successivement, pour les fichiers temporaires. Le caractère de séparation des différents chemins est le deux-points sous Unix (':') et le point-virgule (';') sous Windows, NetWare et OS/2.

  • --unpack, -u

    Décompresse des données compressées avec myisampack.

5-7-3-5. Autres options de myisamchk

Les autres actions que myisamchk peut réaliser, en dehors de vérifier et réparer une table sont mentionnées ci-après.

  • -a, --analyze

    Analyser la distribution des clés. Cela améliore les performances des jointures en permettant à l'optimiseur de jointures de mieux choisir l'ordre d'utilisation des clés. myisamchk --describe --verbose table_name' ou SHOW KEYS dans MySQL.

  • -d, --description

    Affiche des informations sur la table.

  • -A, --set-auto-increment[=value]

    Force AUTO_INCREMENT à commencer avec une valeur supérieure. Si aucune valeur n'est fournie, la prochaine valeur de la colonne AUTO_INCREMENT sera la plus grande valeur de la colonne +1.

  • -S, --sort-index

    Trie les blocs de l'arbre d'index dans l'ordre haut/bas. Cela va optimiser les recherches, et les scans de tables par clés.

  • -R, --sort-records=#

    Trie les lignes en fonction de l'index. Cela rassemble vos données, et peut accélérer les lectures de lignes par intervalle avec SELECT et ORDER BY sur cet index (ce tri peut être très lent la première fois). Pour connaître les numéros d'index de tables, utilisez la commande SHOW INDEX, qui affiche les index dans le même ordre que myisamchk ne les voit. Les index sont numérotés à partir de 1.

5-7-3-6. Utilisation de la mémoire par myisamchk

L'espace mémoire est très important quand vous utilisez myisamchk. myisamchk n'utilise pas plus de mémoire que ce que vous spécifiez avec les options -O. Si vous pensez utiliser myisamchk sur des fichiers très grands, vous devez d'abord décider la quantité de mémoire que vous souhaitez utiliser. Avec des valeurs plus grandes, vous pouvez accélérer myisamchk. Par exemple, si vous avez plus de 32 Mo de RAM, vous pourriez utiliser les options suivantes (en plus des autres options que vous pourriez spécifier) :

 
Sélectionnez
shell> myisamchk -O sort=16M -O key=16M -O read=1M -O write=1M ...

Utiliser -O sort=16M sera probablement suffisant pour la plupart des cas.

Soyez conscient que myisamchk utilise des fichiers temporaires dans le dossier TMPDIR. Si TMPDIR est un fichier en mémoire, vous pourriez facilement rencontrer des erreurs de mémoire. Si cela arrive, choisissez une autre valeur pour TMPDIR, avec plus d'espace disque, et redémarrez myisamchk.

Lors de la réparation, myisamchk va aussi avoir besoin d'espace disque :

  • doublez la taille du fichier de données (l'original plus une copie). Cet espace n'est pas nécessaire si vous faites des réparations de type --quick, car dans ce cas, seul le fichier d'index sera recréé. Cet espace est nécessaire sur le même disque que l'original !

  • de l'espace pour le nouveau fichier d'index qui remplacera l'ancien. L'ancien fichier d'index est réduit dès le démarrage, ce qui vous permet généralement d'ignorer cet espace. Cet espace est nécessaire sur le même disque que l'original !

  • lorsque vous utilisez les options --recover ou --sort-recover (mais pas lorsque vous utilisez --safe-recover), vous aurez besoin d'espace pour le buffer de tri :

     
    Sélectionnez
    (plus_grande_cle + taille_du_pointeur_de_ligne)*nombre_de_lignes * 2

    Vous pouvez vérifier la taille des clés et la taille du pointeur de ligne avec la commande myisamchk -dv table. Cet espace est alloué sur le disque temporaire (spécifié par TMPDIR ou --tmpdir=#).

Si vous avez des problèmes avec l'espace disque durant la réparation, vous pouvez utiliser l'option --safe-recover au lieu de --recover.

5-7-3-7. Utiliser myisamchk pour restaurer une table

Si vous utilisez mysqld avec l'option --skip-external-locking (qui est la configuration par défaut pour certains systèmes, comme Linux), vous ne pouvez pas utiliser myisamchk pour vérifier une table, lorsque mysqld utilise aussi la table. Si vous pouvez être sûr que personne n'utilise cette table via mysqld lorsque vous utilisez myisamchk, vous n'aurez qu'à utiliser la commande mysqladmin flush-tables avant de commencer à vérifier les tables. Si vous ne pouvez pas garantir cette condition, vous devez alors éteindre le serveur mysqld pour vérifier les tables. Si vous exécutez myisamchk alors que mysqld modifie la table, vous pourriez obtenir un diagnostic de corruption de la table, alors que ce n'est pas le cas.

Si vous n'utilisez pas l'option --skip-external-locking, vous pouvez vous servir de myisamchk pour vérifier les tables à tout moment. Pendant que vous le faites, les autres clients qui tentent de modifier la table devront attendre que myisamchk ait fini.

Si vous utilisez myisamchk pour réparer ou optimiser les tables, vous devez toujours vous assurer que mysqld n'utilise pas cette table (ce qui s'applique aussi si vous utilisez --skip-external-locking). Si vous n'éteignez pas le serveur mysqld, vous devez au moins utiliser mysqladmin flush-tables avant de lancer myisamchk. Vos tables peuvent être corrompues si le serveur et myisamchk travaillent dans une même table simultanément.

Ce chapitre décrit comment vérifier et gérer les corruptions de données dans les bases MySQL. Si vos tables sont fréquemment corrompues, vous devriez commencer par en rechercher la raison ! Voir Section A.4.2, « Que faire si MySQL plante constamment ? »A.4.2. Que faire si MySQL plante constamment ?.

La section sur les tables MyISAM contient différentes raisons pour lesquelles une table peut être corrompue. Voir Section 14.1.4, « Problèmes avec les tables MyISAM »14.1.4. Problèmes avec les tables MyISAM.

Lorsque vous effectuez une restauration de table, il est important que chaque table tbl_name dans une base corresponde aux trois fichiers dans le dossier de base, du dossier de données :

Fichier Utilisation
tbl_name.frm Définition de la table
tbl_name.MYD Fichier de données
tbl_name.MYI Fichier d'index

Chacun de ces trois fichiers est sujet à des corruptions diverses, mais les problèmes surviennent généralement dans les fichiers de données ou d'index.

myisamchk fonctionne en créant une copie du fichier .MYD (les données), ligne par ligne. Il termine sa réparation en supprimant l'ancien fichier .MYD et en renommant le nouveau à la place de l'ancien. Si vous utilisez l'option --quick, myisamchk ne crée pas de fichier temporaire .MYD mais suppose plutôt que le fichier .MYD est correct et il génère simplement un nouveau fichier d'index sans toucher au fichier .MYD. C'est une méthode sécuritaire, car myisamchk va automatiquement détecter si le fichier .MYD est corrompu, et annulera alors la réparation si c'est le cas. Vous pouvez aussi ajouter deux options --quick à myisamchk. Dans ce cas, myisamchk ne s'interrompt pas sur certaines erreurs (comme des clés doublons), et essaie de résoudre ce problème en modifiant le fichier .MYD. Normalement, l'utilisation de deux options --quick n'est utile que si vous n'avez pas trop d'espace disque pour réaliser la réparation. Dans ce cas, vous devez au moins faire une copie de sauvegarde avant d'utiliser myisamchk.

5-7-3-8. Comment vérifier la cohérence d'une table

Pour vérifier les tables de type MyISAM, utilisez les commandes suivantes.

  • myisamchk nom_de_table

    Cette commande trouvera 99.99 % de toutes les erreurs. Ce qu'elle ne peut pas découvrir comme erreurs sont celles qui impliquent uniquement le fichier de données (ce qui est très inhabituel). Si vous voulez vérifier une table, vous devriez utiliser l'utilitaire myisamchk sans les options ou avec les options -s ou --silent.

  • myisamchk -m nom_de_table

    Cette commande trouvera 99.999 % de toutes les erreurs. Elle vérifie toutes les entrées dans le fichier d'index, puis lit toutes les lignes. Elle calcule une somme de contrôle pour toutes les clés et les lignes, et vérifie que les deux se correspondent dans l'arbre d'index.

  • myisamchk -e nom_de_table

    Cette commande fait une vérification complète et exhaustive de toutes les données (-e signifie « extended check »). Elle fait une lecture de contrôle de chaque ligne, pour vérifier qu'elle correspond bien aux index. Cette commande va prendre un long moment sur les grosses tables. myisamchk va normalement s'arrêter dès qu'il trouve une erreur. Si vous voulez obtenir plus d'informations sur cette erreur, vous pouvez utiliser l'option --verbose (ou -v). Cela fera que myisamchk va continuer à travailler et accumuler jusqu'à 20 erreurs. En utilisation normale, l'utilisation de cet utilitaire sans options est suffisante.

  • myisamchk -e -i nom_de_table

    Comme les commandes précédentes, mais l'option -i indique à myisamchk qu'il doit afficher des informations statistiques.

5-7-3-9. Comment réparer des tables

Dans la section présente, nous allons uniquement parler de l'utilitaire myisamchk sur les tables MyISAM (extensions .MYI et .MYD). Si vous utilisez les tables ISAM (extensions .ISM et .ISD), vous devriez vous servir de isamchk à la place.

Depuis MySQL version 3.23.14, vous pouvez réparer les tables MyISAM avec la commande SQL REPAIR TABLE. Voir Section 13.5.2.6, « Syntaxe de REPAIR TABLE »13.5.2.6. Syntaxe de REPAIR TABLE.

Les symptômes de corruption de tables sont des requêtes qui s'interrompent inopinément :

  • tbl_name.frm locked against change : tbl_name.frm est verrouillée en écriture

  • Can't find file tbl_name.MYI (Errcode: ###) : Impossible de trouver le fichier tbl_name.MYI (Errcode: ###)

  • Unexpected end of file : Fin de fichier inattendue

  • Record file is crashed : Fichier de données crashé

  • Got error ### from table handler : Reception de l'erreur ### de la part du gestionnaire de tables

    Pour obtenir plus d'informations sur l'erreur, vous pouvez exécuter la commande perror ###. Voici les erreurs les plus courantes :

     
    Sélectionnez
    shell> perror 126 127 132 134 135 136 141 144 145
    126 = Index file is crashed / Wrong file format : le fichier d'index est corrompu / le format du fichier est incorrect.
    127 = Record-file is crashed : le fichier de données est corrompu.
    132 = Old database file / ce fichier provient d'une vieille base de données.
    134 = Record was already deleted (or record file crashed) / La ligne était déjà effacée.
    135 = No more room in record file / Plus de place dans le fichier de données.
    136 = No more room in index file / Plus de place dans le fichier d'index.
    141 = Duplicate unique key or constraint on write or update / Doublon pour une clé unique trouvé durant la lecture ou l'écriture.
    144 = Table is crashed and last repair failed / la table est corrompue et la dernière réparation a échoué.
    145 = Table was marked as crashed and should be repaired / La table a été marquée comme corrompue et doit être réparée.

    Notez que l'erreur 135, « no more room in record file », n'est pas une erreur qui sera facile à corriger. Dans ce cas, vous devez utiliser la commande suivante :

     
    Sélectionnez
    ALTER TABLE table MAX_ROWS=xxx AVG_ROW_LENGTH=yyy;

Dans d'autres cas, vous devrez réparer vos tables. myisamchk peut généralement détecter et corriger la plupart des erreurs.

Le processus de réparation se déroule en 4 étapes décrites ici. Avant de vous lancer, vous devriez vous placer dans le dossier de données et vérifier les permissions des fichiers de données. Assurez-vous qu'ils sont bien lisibles par l'utilisateur Unix que MySQL utilise (et à vous aussi, car vous aurez besoin d'accéder à ces fichiers durant la vérification. Si vous devez corriger ces fichiers, vous aurez aussi besoin des droits d'écriture.

Si vous utilisez MySQL version 3.23.16 et plus récent, vous pouvez (et vous devriez) utiliser les commandes CHECK et REPAIR pour réparer vos tables MyISAM. Voyez Section 13.5.2.3, « Syntaxe de CHECK TABLE »13.5.2.3. Syntaxe de CHECK TABLE et Section 13.5.2.6, « Syntaxe de REPAIR TABLE »13.5.2.6. Syntaxe de REPAIR TABLE.

La section du manuel sur l'entretien des tables inclut la présentation des options des utilitaires isamchk/myisamchk : Section 5.7.3, « Utilisation de myisamchk pour la maintenance des tables et leur recouvrement »5.7.3. Utilisation de myisamchk pour la maintenance des tables et leur recouvrement.

La section suivante est destinée aux cas où les commandes ci-dessus ont échoué ou que vous voulez exploiter les fonctionnalités avancées que isamchk/myisamchk proposent.

Si vous allez réparer une table en ligne de commande, il est recommandé d'arrêter le serveur mysqld. Notez que lorsque vous exécutez une commande mysqladmin shutdown sur un serveur distant, le serveur mysqld sera encore opérationnel pendant un instant après que mysqladmin ait terminé, jusqu'à ce que toutes les requêtes et toutes les clés aient été écrites sur le disque.

Étape 1 : vérifier vos tables

Exécutez la commande myisamchk *.MYI ou myisamchk -e *.MYI si vous avez plus de temps. Utilisez -s (silencieux) pour supprimer les informations peu pertinentes.

Si le serveur mysqld a terminé, vous devriez utiliser l'option --update pour indiquer à myisamchk d'enregistrer la vérification des tables ('checked').

Vous n'aurez à réparer que les tables pour lesquelles myisamchk vous annonce une erreur. Pour de telles tables, passez à l'étape 2.

Si vous obtenez des erreurs étranges lors de la vérification, (comme, l'erreur out of memory), ou si myisamchk crashe, passez à l'étape 3.

Étape 2 : réparations simples et faciles

Note : si vous voulez réparer très rapidement, vous devriez ajouter -O sort_buffer=# -O key_buffer=# (où # vaut environ le quart de la mémoire du serveur), à toutes les commandes isamchk/myisamchk.

Premièrement, essayez myisamchk -r -q tbl_name (-r -q signifie « mode de réparation rapide »). Cette commande va tenter de réparer le fichier d'index sans toucher au fichier de données. Si le fichier de données contient toutes les données qu'il est censé contenir, et que les points d'ancrage pour les effacements sont corrects, cette commande doit réussir, et la table sera alors réparée. Passez alors à la table suivante. Sinon, suivez la procédure suivante :

  1. Faites une copie de sauvegarde de votre fichier de données ;

  2. Utilisez la commande myisamchk -r tbl_name (-r signifie « mode de réparation »). Cette commande va supprimer les lignes invalides et effacer ces lignes du fichier de données, puis reconstruire le fichier d'index ;

  3. Si l'instruction précédente a échoué, utilisez myisamchk --safe-recover tbl_name. Le mode restauration sécuritaire utilise une vieille méthode de réparation qui peut gérer certains cas rares, mais elle est bien plus lente.

Si vous obtenez des erreurs étranges lors de la réparation (comme des erreurs de type out of memory), ou si myisamchk crashe, passez à l'étape 3.

Étape 3 : réparations difficiles

Vous ne devriez atteindre cette étape que si les 16 premiers ko du fichier d'index sont détruits, qu'il contient des données erronées, ou si le fichier d'index manque. Dans ce cas, il est nécessaire de créer un nouveau fichier d'index. Faites ceci :

  1. Déplacez le fichier de données dans une archive sûre ;

  2. Utilisez le fichier description de la table pour créer de nouveaux fichiers de données et d'index vides.

     
    Sélectionnez
    shell> mysql db_name
    mysql> SET AUTOCOMMIT=1;
    mysql> TRUNCATE TABLE table_name;
    mysql> quit

    Si votre version SQL ne dispose pas de TRUNCATE TABLE, utilisez la commande DELETE FROM table_name.

  3. Copiez l'ancien fichier de données à la place du nouveau fichier de données (ne faites pas un simple déplacement de fichier. Utilisez une copie, au cas où un problème surviendrait).

Retournez à l'étape 2. myisamchk -r -q doit alors fonctionner (et ceci ne doit pas être une boucle infinie).

Depuis MySQL 4.0.2, vous pouvez aussi utiliser REPAIR ... USE_FRM qui effectue toute cette opération automatiquement.

Étape 4 : réparations très difficiles

Vous ne devriez atteindre cette étape que si votre fichier de description .frm a aussi crashé. Cela ne devrait jamais arriver, car le fichier de description n'est jamais modifié une fois que la table est créée.

  1. Restaurez le fichier de description avec une sauvegarde, et retournez à l'étape 3. Vous pouvez aussi restaurer le fichier d'index et retourner à l'étape 2. Dans ce dernier cas, vous pouvez démarrer avec l'option myisamchk -r.

  2. Si vous n'avez pas de sauvegarde, mais que vous savez exactement comment la table a été créée, vous pouvez créer une telle table dans une autre base. Supprimez alors le nouveau fichier de données, puis déplacez les fichiers de description .frm et d'index .MYI dans votre base de données crashée. Cela vous donnera un nouveau fichier d'index et de description, mais laisse intact le fichier de données .MYD. Retournez à l'étape 2 et essayez de reconstruire le fichier d'index.

5-7-3-10. Optimisation de table

Pour réorganiser les lignes fragmentées et éliminer l'espace perdu par les effacements et les modifications de lignes, vous pouvez exécuter l'utilitaire myisamchk en mode de restauration :

 
Sélectionnez
shell> myisamchk -r tbl_name

Vous pouvez optimiser une table de la même façon que vous le faites avec la commande SQL OPTIMIZE TABLE. OPTIMIZE TABLE effectue une réparation de la table, et une analyse des index, puis trie l'arbre d'index pour accélérer les recherches de clés. L'utilisation de la commande réduit aussi les interférences entre le serveur et l'utilitaire, car c'est le serveur lui-même qui fait le travail. Voir Section 13.5.2.5, « Syntaxe de OPTIMIZE TABLE »13.5.2.5. Syntaxe de OPTIMIZE TABLE.

myisamchk dispose aussi d'un grand nombre d'options que vous pouvez utiliser pour améliorer les performances de la table :

  • -S, --sort-index ;

  • -R index_num, --sort-records=index_num ;

  • -a, --analyze.

Pour une description complète de ces options, voyez Section 5.7.3.1, « Syntaxe de l'utilitaire myisamchk »5.7.3.1. Syntaxe de l'utilitaire myisamchk.

5-7-4. Mettre en place un régime d'entretien de MySQL

C'est une bonne idée que d'effectuer des vérifications des tables régulièrement, plutôt que d'attendre qu'un problème survienne. Pour faire ces vérifications, vous pouvez utiliser la commande myisamchk -s. L'option -s (raccourci pour --silent) fait que myisamchk s'exécute en mode silencieux, et n'affiche que les messages d'erreurs. Voyez les sections Section 13.5.2.3, « Syntaxe de CHECK TABLE »13.5.2.3. Syntaxe de CHECK TABLE et Section 13.5.2.6, « Syntaxe de REPAIR TABLE »13.5.2.6. Syntaxe de REPAIR TABLE.

C'est aussi une bonne idée que de vérifier les tables lorsque le serveur démarre. Par exemple, à chaque fois qu'une machine redémarre au milieu d'une modification de table, vous devrez faire une vérification de toutes les tables qui pourraient être affectées : c'est une « table supposément corrompue ». Vous pouvez ajouter un test à safe_mysqld pour qu'il exécute myisamchk, afin de vérifier toutes les tables qui ont été modifiées dans les 24 dernières heures, s'il reste un vieux fichier .pid (identifiant de processus) après un redémarrage : le fichier .pid est créé par le serveur mysqld lorsqu'il démarre, et il est supprimé lorsque le serveur s'arrête dans des conditions normales. La présence d'un fichier .pid au démarrage indique que le serveur s'est arrêté anormalement.

Un test encore meilleur serait de vérifier toutes les tables dont la date de modification est plus récente que celle du fichier .pid.

Vous devriez aussi vérifier vos tables régulièrement durant les opérations normales. Chez MySQL AB, nous utilisons une tâche en cron pour vérifier toutes nos tables importantes au moins une fois par semaine, avec une ligne comme celle-ci dans le fichier crontab :

 
Sélectionnez
35 0 * * 0 /path/to/myisamchk --fast --silent /path/to/datadir/*/*.MYI

Cela nous affiche les informations sur les tables qui ont été corrompues, de façon à ce que nous puissions les examiner et les réparer.

Comme nous n'avons jamais eu de table qui se soit corrompue inopinément (des tables qui se corrompent pour d'autres raisons que des problèmes matériels) depuis quelques années (ce qui est véridique), une fois par semaine est un bon rythme pour nous.

Nous recommandons que vous commenciez par exécuter la commande myisamchk -s chaque nuit, sur toutes les tables qui ont été modifiées dans les 24 dernières heures, jusqu'à ce que vous preniez confiance en MySQL.

Normalement, vous n'avez pas à maintenir autant les tables MySQL. Si vous changez les tables avec un format de ligne dynamique (les tables avec des colonnes VARCHAR, BLOB ou TEXT) ou que vous avez des tables avec de nombreuses lignes effacées, vous pouvez envisager de faire des défragmentations du fichier, pour récupérer cet espace. Une fois par mois est un bon rythme.

Vous pouvez faire cela avec la commande SQL OPTIMIZE TABLE sur les tables en question, ou bien, si vous avez éteint le serveur mysqld, faites :

 
Sélectionnez
shell> myisamchk -r -s --sort-index -O sort_buffer_size=16M */*.MYI

Pour les tables ISAM, la commande est similaire à :

 
Sélectionnez
shell> isamchk -r -s --sort-index -O sort_buffer_size=16M */*.MYI

5-7-5. Obtenir des informations sur une table

Pour obtenir la description d'une table ou des statistiques à son sujet, utiliser les commandes affichées ici. Nous allons expliquer certains de leurs détails ultérieurement.

  • myisamchk -d nom_de_table Exécute myisamchk en « mode description » pour produire une description de votre table. Si vous démarrez le serveur MySQL en utilisant l'option --skip-external-locking, myisamchk va rapporter une erreur si la table est modifiée durant l'exécution de la commande. Cependant, comme myisamchk ne modifie pas les tables, durant le mode description, il n'y a pas de risque de perte de données.

  • myisamchk -d -v nom_de_table Pour produire plus d'informations durant l'exécution de myisamchk, ajoutez l'option -v pour indiquer qu'elle doit fonctionner en mode détaillé.

  • myisamchk -eis nom_de_table Affiche les informations les plus importantes pour une table. C'est une commande lente, car elle doit lire toute la table.

  • myisamchk -eiv nom_de_table C'est l'équivalent de -eis, mais qui vous indique ce qui se passe.

Exemple d'affichage résultant de myisamchk -d :

 
Sélectionnez
MyISAM file:     company.MYI
Record format:   Fixed length
Data records:    1403698  Deleted blocks:         0
Recordlength:    226

table description:
Key Start Len Index   Type
1   2     8   unique  double
2   15    10  multip. text packed stripped
3   219   8   multip. double
4   63    10  multip. text packed stripped
5   167   2   multip. unsigned short
6   177   4   multip. unsigned long
7   155   4   multip. text
8   138   4   multip. unsigned long
9   177   4   multip. unsigned long
    193   1           text

Exemple d'affichage résultant de myisamchk -d -v :

 
Sélectionnez
MyISAM file:         company
Record format:       Fixed length
File-version:        1
Creation time:       1999-10-30 12:12:51
Recover time:        1999-10-31 19:13:01
Status:              checked
Data records:           1403698  Deleted blocks:              0
Datafile parts:         1403698  Deleted data:                0
Datafilepointer (bytes):      3  Keyfile pointer (bytes):     3
Max datafile length: 3791650815  Max keyfile length: 4294967294
Recordlength:               226

table description:
Key Start Len Index   Type                  Rec/key     Root Blocksize
1   2     8   unique  double                      1 15845376      1024
2   15    10  multip. text packed stripped        2 25062400      1024
3   219   8   multip. double                     73 40907776      1024
4   63    10  multip. text packed stripped        5 48097280      1024
5   167   2   multip. unsigned short           4840 55200768      1024
6   177   4   multip. unsigned long            1346 65145856      1024
7   155   4   multip. text                     4995 75090944      1024
8   138   4   multip. unsigned long              87 85036032      1024
9   177   4   multip. unsigned long             178 96481280      1024
    193   1           text

Exemple d'affichage résultant de myisamchk -eis :

 
Sélectionnez
Checking MyISAM file: company
Key:  1:  Keyblocks used:  97%  Packed:    0%  Max levels:  4
Key:  2:  Keyblocks used:  98%  Packed:   50%  Max levels:  4
Key:  3:  Keyblocks used:  97%  Packed:    0%  Max levels:  4
Key:  4:  Keyblocks used:  99%  Packed:   60%  Max levels:  3
Key:  5:  Keyblocks used:  99%  Packed:    0%  Max levels:  3
Key:  6:  Keyblocks used:  99%  Packed:    0%  Max levels:  3
Key:  7:  Keyblocks used:  99%  Packed:    0%  Max levels:  3
Key:  8:  Keyblocks used:  99%  Packed:    0%  Max levels:  3
Key:  9:  Keyblocks used:  98%  Packed:    0%  Max levels:  4
Total:    Keyblocks used:  98%  Packed:   17%

Records:          1403698    M.recordlength:     226
Packed:             0%
Recordspace used:     100%   Empty space:          0%
Blocks/Record:   1.00
Record blocks:    1403698    Delete blocks:        0
Recorddata:     317235748    Deleted data:         0
Lost space:             0    Linkdata:             0

User time 1626.51, System time 232.36
Maximum resident set size 0, Integral resident set size 0
Non physical pagefaults 0, Physical pagefaults 627, Swaps 0
Blocks in 0 out 0, Messages in 0 out 0, Signals 0
Voluntary context switches 639, Involuntary context switches 28966

Exemple d'affichage résultant de myisamchk -eiv :

 
Sélectionnez
Checking MyISAM file: company
Data records: 1403698   Deleted blocks:       0
- check file-size
- check delete-chain
block_size 1024:
index  1:
index  2:
index  3:
index  4:
index  5:
index  6:
index  7:
index  8:
index  9:
No recordlinks
- check index reference
- check data record references index: 1
Key:  1:  Keyblocks used:  97%  Packed:    0%  Max levels:  4
- check data record references index: 2
Key:  2:  Keyblocks used:  98%  Packed:   50%  Max levels:  4
- check data record references index: 3
Key:  3:  Keyblocks used:  97%  Packed:    0%  Max levels:  4
- check data record references index: 4
Key:  4:  Keyblocks used:  99%  Packed:   60%  Max levels:  3
- check data record references index: 5
Key:  5:  Keyblocks used:  99%  Packed:    0%  Max levels:  3
- check data record references index: 6
Key:  6:  Keyblocks used:  99%  Packed:    0%  Max levels:  3
- check data record references index: 7
Key:  7:  Keyblocks used:  99%  Packed:    0%  Max levels:  3
- check data record references index: 8
Key:  8:  Keyblocks used:  99%  Packed:    0%  Max levels:  3
- check data record references index: 9
Key:  9:  Keyblocks used:  98%  Packed:    0%  Max levels:  4
Total:    Keyblocks used:   9%  Packed:   17%

- check records and index references
[LOTS OF ROW NUMBERS DELETED]

Records:          1403698    M.recordlength:     226   Packed:             0%
Recordspace used:     100%   Empty space:          0%  Blocks/Record:   1.00
Record blocks:    1403698    Delete blocks:        0
Recorddata:     317235748    Deleted data:         0
Lost space:             0    Linkdata:             0

User time 1639.63, System time 251.61
Maximum resident set size 0, Integral resident set size 0
Non physical pagefaults 0, Physical pagefaults 10580, Swaps 0
Blocks in 4 out 0, Messages in 0 out 0, Signals 0
Voluntary context switches 10604, Involuntary context switches 122798

Voici les tailles des fichiers de données et d'index utilisés dans les tables précédentes :

 
Sélectionnez
-rw-rw-r--   1 monty    tcx     317235748 Jan 12 17:30 company.MYD
-rw-rw-r--   1 davida   tcx      96482304 Jan 12 18:35 company.MYM

Des détails sur les types d'informations retournés par myisamchk sont listés ici. Le « keyfile » est le fichier d'index. « Record » et « row » sont synonymes de ligne :

  • ISAM file Nom du fichier d'index ISAM ;

  • Isam-version Version du format ISAM. Actuellement, c'est toujours 2 ;

  • Creation time Date de création du fichier de données ;

  • Recover time Date de dernière reconstruction du fichier de données ou d'index ;

  • Data records Combien de lignes sont stockées dans la table ;

  • Deleted blocks Combien de blocs effacés occupent toujours de l'espace. Vous pouvez optimiser la table pour récupérer cet espace. Voir Section 5.7.3.10, « Optimisation de table »5.7.3.10. Optimisation de table.

  • Data file: Parts Pour les tables au format de ligne dynamique, ceci indique combien de blocs de données sont présents. Pour une table optimisée sans ligne fragmentée, la valeur doit être égale à Data records ;

  • Deleted data Combien d'octets de données effacées et non réutilisés sont présents dans la table. Vous pouvez optimiser la table pour récupérer cet espace. Voir Section 5.7.3.10, « Optimisation de table »5.7.3.10. Optimisation de table ;

  • Data file pointer La taille du pointeur de fichier de données, en octets. C'est généralement 2, 3, 4, ou 5 octets. La plupart des tables peuvent se gérer avec 2 octets, mais ceci ne peut être contrôlé par MySQL actuellement. Pour les tables à format de ligne fixe, c'est une adresse de ligne. Pour les tables dynamiques, c'est une adresse d'octet ;

  • Keyfile pointer La taille du pointeur de fichier d'index, en octets. C'est généralement 1, 2 ou 3 octets. La plupart des tables supportent 2 octets, mais cela est calculé automatiquement par MySQL. C'est toujours une adresse de bloc ;

  • Max datafile length Taille maximale du fichier de données, en octets ;

  • Max keyfile length Taille maximale du fichier d'index, en octets ;

  • Recordlength Taille occupée par chaque ligne, en octets ;

  • Record format Le format utilisé pour stocker les lignes de la table. Les exemples ci-dessus utilisaient Fixed length. Les autres valeurs possibles sont Compressed et Packed ;

  • table description Une liste de toutes les clés de la table. Pour chaque clé, des informations de bas niveau sont présentées :

    • Key Le numéro d'index ;

    • Start Où, dans la ligne, l'index débute ;

    • Len Taille de cette partie d'index. Pour les nombres compactés, c'est toujours la taille maximale de la colonne. Pour les chaînes, c'est plus petit que la taille maximale de la colonne index, car vous pouvez indexer un préfixe de la chaîne ;

    • Index unique et multip. (multiple). Indique si une valeur peut exister plusieurs fois dans cet index ;

    • Type De quel type de données cet index est. C'est un type de données ISAM avec les options packed, stripped ou empty ;

    • Root Adresse du premier bloc d'index ;

    • Blocksize La taille de chaque bloc d'index. Par défaut, c'est 1024, mais cette valeur peut être modifiée lors de la compilation ;

    • Rec/key C'est une valeur statistique, utilisée par l'optimiseur. Il indique combien de lignes sont disponibles par valeur de cette clé. Une clé unique aura toujours une valeur de 1. Cela peut être modifié une fois que la table est chargée (ou modifiée de façon majeure), avec la commande myisamchk -a. Si ce n'est pas mis à jour, une valeur par défaut de 30 est utilisée.

    Dans le premier exemple ci-dessus, la neuvième clé est une clé multipartie, avec deux parties :

  • Keyblocks used Quel pourcentage des blocs de clés est utilisé. Comme les tables utilisées dans les exemples ont tout juste été réorganisées avec myisamchk, ces valeurs sont très grandes (très proches du maximum théorique) ;

  • Packed MySQL essaie de compacter les clés ayant un préfixe commun. Cela ne peut être utilisé que pour les colonnes de type CHAR/VARCHAR/DECIMAL. Pour les longues chaînes comme des noms, cette technique va significativement réduire l'espace utilisé. Dans le troisième exemple ci-dessus, la quatrième clé fait 10 caractères de long et a une réduction de 60 % dans l'espace utilisé effectivement ;

  • Max levels La profondeur du B-tree. Les grandes tables avec de longues clés peuvent obtenir de grandes valeurs ;

  • Records Combien de lignes sont enregistrées dans la table ;

  • M.recordlength La taille moyenne d'une ligne. Pour les tables avec un format de ligne statique, c'est la taille de chaque ligne ;

  • Packed MySQL efface les espaces à la fin des chaînes. Packed indique le pourcentage d'économie d'espace réalisé ;

  • Recordspace used Quel est le pourcentage d'utilisation du fichier de données ;

  • Empty space Quel est le pourcentage d'utilisation du fichier d'index ;

  • Blocks/Record Le nombre moyen de blocs par enregistrements (c'est-à-dire, de combien de liens une ligne fragmentée est constituée). C'est toujours 1.0 pour les tables à format de ligne statique. Cette valeur doit être aussi proche que possible de 1.0. Si elle grossit trop, vous pouvez réorganiser la table avec myisamchk. Voir Section 5.7.3.10, « Optimisation de table »5.7.3.10. Optimisation de table ;

  • Recordblocks Combien de blocs sont utilisés. Pour les tables à format de ligne fixe, c'est le même nombre que le nombre de lignes ;

  • Deleteblocks Combien de blocs (liens) sont effacés ;

  • Recorddata Combien d'octets sont utilisés dans le fichier ;

  • Deleted data Combien d'octets dans le fichier de données sont effacés (inutilisés) ;

  • Lost space Si une ligne est modifiée, et réduite en taille, de l'espace est perdu. Ce chiffre est la somme de ces espaces perdus, en octets ;

  • Linkdata Lorsque le format de ligne dynamique est utilisé, les fragments de lignes sont liés avec des pointeurs de (4 à 7 octets chacun). Linkdata est la somme du stockage utilisé par ces pointeurs.

Si une table a été compressée avec myisampack, myisamchk -d affiche des informations supplémentaires à propos de chaque colonne. Voir Section 8.2, « myisampack, le générateur de tables MySQL compressées en lecture seule »8.2. myisampack, le générateur de tables MySQL compressées en lecture seule, pour un exemple de ces informations, et une description de leur signification.

5-8. Localisation MySQL et utilisation internationale

5-8-1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage

Par défaut, MySQL utilise le jeu de caractères ISO-8859-1 (Latin1) avec tri en accord au suédois/finnois. C'est le jeu de caractères le mieux adapté pour les USA et l'Europe de l'Ouest.

Tous les binaires standard MySQL sont compilés avec --with-extra-charsets=complex. Cela ajoutera du code à tous les programmes standard pour qu'ils puissent gérer latin1 et tous les jeux de caractères multioctets compris dans le binaire. Les autres jeux de caractères seront chargés à partir d'un fichier de définition de jeu si besoin.

Le jeu de caractères détermine quels caractères sont autorisés dans les noms et comment s'effectuent les tris dans les clauses ORDER BY et GROUP BY de la commande SELECT.

Vous pouvez changer le jeu de caractères avec l'option de démarrage du serveur --default-character-set. Les jeux de caractères disponibles dépendent des options --with-charset=charset et --with-extra-charsets= list-of-charset | complex | all de configure, et des fichiers de configuration de jeux de caractères situés dans SHAREDIR/charsets/Index. Voir Section 2.4.2, « Options habituelles de configure »2.4.2. Options habituelles de configure.

Depuis MySQL 4.1.1, vous pouvez aussi changer la collation du jeu de caractères avec l'option --default-collation lorsque le serveur démarre. La collation doit être valide pour le jeu de caractères par défaut. Utilisez la commande SHOW COLLATION pour déterminer quelles collations sont disponibles pour chaque jeu de caractères. Voir Section 2.4.2, « Options habituelles de configure »2.4.2. Options habituelles de configure.

Si vous changez le jeu de caractères lors de l'utilisation de MySQL (ce qui pourra aussi changer l'ordre de tri), vous devez exécuter myisamchk -r -q --set-character-set=charset sur toutes les tables. Sinon, vos index pourront ne pas être ordonnés correctement.

Lorsqu'un client se connecte à un serveur MySQL, le serveur envoie le jeu de caractères utilisé par défaut au client. Le client changera de jeu de caractères pour cette connexion.

Vous devez utiliser mysql_real_escape_string() pour protéger les chaînes pour une requête SQL. mysql_real_escape_string() est identique à l'ancienne fonction mysql_escape_string(), excepté qu'elle prend le gestionnaire de connexion MYSQL en tant que premier paramètre.

Si le client est compilé avec d'autres chemins que ceux où le serveur est installé et que la personne qui a configuré MySQL n'a pas inclus tous les jeux de caractères dans le binaire MySQL, vous devez indiquer au client où il peut trouver les jeux de caractères additionnels dont il aura besoin si le serveur utilise un autre jeu de caractères que le client.

On peut le spécifier en plaçant dans un fichier d'options MySQL :

 
Sélectionnez
[client]
character-sets-dir=/usr/local/mysql/share/mysql/charsets

où le chemin pointe vers le répertoire où les jeux de caractères dynamiques de MySQL sont stockés.

On peut forcer le client à utiliser un jeu de caractères spécifique en précisant :

 
Sélectionnez
[client]
default-character-set=character-set-name

mais on n'en a normalement jamais besoin.

5-8-1-1. Jeu de caractères allemand

Pour obtenir l'ordre de tri allemand, vous devez démarrer mysqld avec --default-character-set=latin1_de. Cela vous donnera les caractéristiques différentes.

  • Lors du tri et de la comparaison des chaînes, les remplacements suivants sont faits dans la chaîne avant d'effectuer la comparaison :

     
    Sélectionnez
    ä  ->  ae
    ö  ->  oe
    ü  ->  ue
    ß  ->  ss
  • Tous les caractères accentués sont convertis en leur majuscule non accentuée. Toutes les lettres sont transformées en majuscules.

  • Lors de la comparaison des chaînes de caractères avec LIKE, la conversion un vers deux caractères n'est pas effectuée. Toutes les lettres sont transformées en majuscules. Les accents sont supprimés de toutes les lettres, à l'exception de : Ü, ü, Ö, ö, Ä et ä.

5-8-2. Langue des messages d'erreurs

mysqld peut émettre des messages d'erreurs dans les langues suivantes : tchèque, danois, néerlandais, anglais (par défaut), estonien, français, allemand, grec, hongrois, italien, japonais, coréen, norvégien, norwegian-ny, polonais, portugais, roumain, russe, slovaque, espagnol et suédois.

Pour démarrer mysqld avec une langue particulière, utilisez soit l'option --language=lang, soit -L lang. Par exemple :

 
Sélectionnez
shell> mysqld --language=french

ou :

 
Sélectionnez
shell> mysqld --language=/usr/local/share/french

Notez que tous les noms de langue sont spécifiés en minuscules.

Les fichiers de langue sont situés (par défaut) dans share/LANGUAGE/.

Pour modifier le fichier de messages d'erreurs, vous devez éditer le fichier errmsg.txt et exécuter la commande suivante pour générer le fichier errmsg.sys :

 
Sélectionnez
shell> comp_err errmsg.txt errmsg.sys

Si vous changez de version de MySQL, pensez à modifier le nouveau fichier errmsg.txt.

5-8-3. Ajouter un nouveau jeu de caractères

Cette section présente la procédure à suivre pour ajouter un autre jeu de caractères à MySQL. Vous devez avoir une distribution source pour suivre ces instructions.

Pour choisir la procédure adaptée, il faut savoir si le jeu de caractères est simple ou complexe :

  • si le jeu de caractères n'a pas besoin d'utiliser des routines de collations de chaînes spéciales pour le tri et n'a pas besoin du support des jeux de caractères multioctets, il est simple ;

  • s'il a besoin de l'une de ces deux fonctionnalités, il est complexe.

Par exemple, latin1 et danish sont des jeux de caractères simples tandis que big5 et czech sont complexes.

Dans la section suivante, nous supposons que vous nommez votre jeu de caractères MONJEU.

Pour un jeu de caractères simple, effectuez ce qui suit :

  1. Ajoutez MONJEU à la fin du fichier sql/share/charsets/Index Assignez-lui un nombre unique ;

  2. Créez le fichier sql/share/charsets/MONJEU.conf. (Vous pouvez vous inspirer de sql/share/charsets/latin1.conf.)

    La syntaxe pour le fichier est très simple :

    • les commentaires commencent avec le caractère '#' et se terminent à la fin de la ligne,

    • les mots sont séparés par un nombre changeant d'espaces blancs,

    • lors de la définition d'un jeu de caractères, chaque mot doit être un nombre au format hexadécimal,

    • Le tableau ctype prend les 257 premiers mots. Les tableaux to_lower[], to_upper[] et sort_order[] prennent chacun 256 mots après cela.

    Voir Section 5.8.4, « Le tableau de définition des caractères »5.8.4. Le tableau de définition des caractères ;

  3. Ajoutez le nom du jeu de caractères aux listes CHARSETS_AVAILABLE et COMPILED_CHARSETS dans configure.in ;

  4. Reconfigurez, recompilez et testez.

Pour un jeu de caractères complexe faites ce qui suit :

  1. Créez le fichier strings/ctype-MONJEU.c dans la distribution des sources MySQL ;

  2. Ajoutez MONJEU à la fin du fichier sql/share/charsets/Index. Assignez-lui un nombre unique ;

  3. Regardez un des fichiers ctype-*.c existant pour voir ce qui doit être défini, par exemple, strings/ctype-big5.c. Notez que les tableaux dans votre fichier doivent avoir des noms tels que ctype_MONJEU, to_lower_MONJEU, etc. Cela correspond aux tableaux dans les jeux de caractères simples. Voir Section 5.8.4, « Le tableau de définition des caractères »5.8.4. Le tableau de définition des caractères. Pour un jeu de caractères complexes ;

  4. Au début du fichier, placez un commentaire spécial comme celui-ci :

     
    Sélectionnez
    /*
     * This comment is parsed by configure to create ctype.c,
     * so don't change it unless you know what you are doing.
     *
     * .configure. number_MONJEU=MYNUMBER
     * .configure. strxfrm_multiply_MONJEU=N
     * .configure. mbmaxlen_MONJEU=N
     */

    Le programme configure utilise ce commentaire pour inclure automatiquement le jeu de caractères dans la bibliothèque MySQL.

    Les lignes strxfrm_multiply et mbmaxlen seront expliquées dans les sections suivantes. Ne les incluez que si vous avez besoin des fonctions d'assemblage des chaînes ou des fonctions de jeu de caractères multioctets, respectivement ;

  5. Vous devez alors créer les fonctions suivantes :

    • my_strncoll_MONJEU(),

    • my_strcoll_MONJEU(),

    • my_strxfrm_MONJEU(),

    • my_like_range_MONJEU().

    Voir Section 5.8.5, « Support d'assemblage des chaînes »5.8.5. Support d'assemblage des chaînes ;

  6. Ajoutez le nom du jeu de caractères aux listes CHARSETS_AVAILABLE et COMPILED_CHARSETS dans configure.in ;

  7. Reconfigurez, recompilez et testez.

Le fichier sql/share/charsets/README fournit plus d'instructions.

Si vous voulez qu'un jeu de caractères soit ajouté dans la distribution MySQL, envoyez un patch aux listes internes. Voir Section 1.4.1.1, « Les listes de diffusion de MySQL »1.4.1.1. Les listes de diffusion de MySQL.

5-8-4. Le tableau de définition des caractères

to_lower[] et to_upper[] sont de simples tableaux qui contiennent les caractères minuscules et majuscules correspondant à chaque membre du jeu de caractères. Par exemple :

 
Sélectionnez
to_lower['A'] doit contenir 'a'
to_upper['a'] doit contenir 'A'

sort_order[] est une carte indiquant comment les caractères doivent être ordonnés pour les comparaisons et les tris. Pour beaucoup de jeux de caractères, c'est la même chose que to_upper[] (ce qui signifie que le tri sera insensible à la casse). MySQL triera les caractères en se basant sur la valeur de sort_order[caractère]. Pour des règles de tri plus compliquées, voyez la discussion suivante sur l'assemblage des chaînes. Voir Section 5.8.5, « Support d'assemblage des chaînes »5.8.5. Support d'assemblage des chaînes.

ctype[] est un tableau de valeurs de bit, avec un élément par caractère. (Notez que to_lower[], to_upper[], et sort_order[] sont indexés par la valeur du caractère, mais que ctype[] est indexé par la valeur du caractère + 1. C'est une vieille habitude pour pouvoir gérer EOF.)

Vous pouvez trouver les définitions de bitmask suivantes dans m_ctype.h :

 
Sélectionnez
#define _U      01      /* Majuscule */
#define _L      02      /* Minuscule */
#define _N      04      /* Numérique (nombre) */
#define _S      010     /* Caractère d'espacement */
#define _P      020     /* Ponctuation */
#define _C      040     /* Caractère de contrôle */
#define _B      0100    /* Blanc */
#define _X      0200    /* nombre hexadecimal */

L'entrée ctype[] de chaque caractère doit être l'union des valeurs de masque de bits qui décrivent le caractère. Par exemple, 'A' est un caractère majuscule (_U) autant qu'une valeur hexadécimale (_X), et donc ctype['A'+1] doit contenir la valeur :

 
Sélectionnez
_U + _X = 01 + 0200 = 0201

5-8-5. Support d'assemblage des chaînes

Si les règles de tri de votre langue sont trop complexes pour être gérées par le simple tableau sort_order[], vous devez utiliser les fonctions d'assemblage de chaînes.

Jusqu'à présent, la meilleure documentation traitant de ce sujet est présente dans les jeux de caractères implémentés eux-mêmes. Regardez les jeux de caractères big5, czech, gbk, sjis, et tis160 pour des exemples.

Vous devez spécifier la valeur de strxfrm_multiply_MYSET=N dans le commentaire spécial au début du fichier. N doit être le rationnel maximal vers lequel la chaîne pourra croître durant my_strxfrm_MYSET (cela doit être un entier positif).

5-8-6. Support des caractères multioctets

Si vous voulez ajouter le support de jeu de caractères incluant des caractères multioctets, vous devez utiliser les fonctions de caractères multioctets.

Jusqu'à présent, la meilleure documentation traitant de ce sujet est présente dans les jeux de caractères implémentés eux-mêmes. Regardez les jeux de caractères euc_kr, gb2312, gbk, sjis, et ujis pour des exemples. Ils sont implémentés dans les fichiers ctype-'charset'.c dans le dossier strings.

Vous devez spécifier la valeur de mbmaxlen_MYSET=N dans le commentaire spécial en haut du fichier source. N doit être la taille en octets du caractère le plus large dans le jeu.

5-8-7. Problèmes avec les jeux de caractères

Si vous essayez d'utiliser un jeu de caractères qui n'est pas compilé dans votre exécutable, vous pouvez rencontrer différents problèmes.

  • Votre programme a un chemin faux en ce qui concerne l'endroit où sont stockés les jeux de caractères. (Par défaut /usr/local/mysql/share/mysql/charsets). Cela peut être réparé en utilisant l'option --character-sets-dir du programme en question.

  • Le jeu de caractères est un jeu de caractères multioctets qui ne peut être chargé dynamiquement. Dans ce cas, vous devez recompiler le programme en incluant le support du jeu de caractères.

  • Le jeu de caractères est un jeu de caractères dynamique, mais vous n'avez pas de fichier de configuration lui étant associé. Dans ce cas, vous devez installer le fichier de configuration du jeu de caractères à partir d'une nouvelle distribution MySQL.

  • Votre fichier Index ne contient pas le nom du jeu de caractères.

     
    Sélectionnez
    ERROR 1105: File '/usr/local/share/mysql/charsets/?.conf' not found
    (Errcode: 2)

    Dans ce cas, vous devez soit obtenir un nouveau fichier Index ou ajouter à la main le nom du jeu de caractères manquant.

Pour les tables MyISAM, vous pouvez vérifier le nom du jeu de caractères et son nombre associé d'une table avec myisamchk -dvv nom_de_table.

5-8-8. Support des fuseaux horaires avec MySQL

Avant MySQL version 4.1.3, vous pouviez modifier le fuseau horaire du serveur avec l'option --timezone=timezone_name de mysqld_safe. Vous pouvez aussi le modifier avec la variable d'environnement TZ avant de lancer mysqld.

Les valeurs autorisées pour --timezone et TZ dépendent du système d'exploitation. Consultez la documentation de votre système d'exploitation pour connaître ces valeurs.

Depuis MySQL 4.1.3, le serveur entretien différentes configurations de fuseau horaire.

  • Le fuseau horaire du système. Lorsque le serveur se lance, il tente de déterminer le fuseau horaire de la machine serveur, et l'utilise dans la variable système system_time_zone.

  • Le fuseau horaire courant. La variable système globale time_zone indique le fuseau horaire courant du serveur. La valeur initiale est 'SYSTEM', qui indique que le serveur est dans le même fuseau horaire que le serveur. La valeur initiale peut être spécifiée explicitement avec l'option --default-time-zone=timezone. Si vous avez les droits de SUPER, vous pouvez modifier la valeur de cette variable durant l'exécution du serveur, avec cette commande :

     
    Sélectionnez
    mysql> SET GLOBAL time_zone = timezone;
  • Fuseau horaire de connexion. Chaque client qui se connecte peut disposer de sa propre configuration de fuseau horaire, grâce à la variable de session time_zone. Initialement, elle prend la valeur de time_zone, mais peut être redéfinie avec la commande suivante :

     
    Sélectionnez
    mysql> SET time_zone = timezone;

La valeur courante du fuseau horaire global et de session est accessible avec cette commande :

 
Sélectionnez
mysql> SELECT @@global.time_zone, @@session.time_zone;

Les valeurs de timezone peuvent être fournies sous forme de chaînes de caractères, indiquant un décalage par rapport au temps UTC, comme '+10:00' ou '-6:00'. Si la table de fuseau horaire de la base mysql a été créée et remplie, vous pouvez aussi utiliser les noms de fuseaux, comme 'Europe/Paris' ou 'Canada/Eastern', ou 'MET'. La valeur 'SYSTEM' indique le fuseau horaire du système. Les noms de fuseau horaire sont insensibles à la casse.

La procédure d'installation de MySQL crée la table des fuseaux horaires, mais ne la remplit pas. Vous devez le faire manuellement. Si vous passez en MySQL version 4.1.3 ou plus récent depuis une version plus récente, il est important de créer ces tables en mettant à jour la base mysql. Utilisez les instructions de Section 2.6.7, « Mise à jour des tables de droits »2.6.7. Mise à jour des tables de droits.)

Note : actuellement, la table des fuseaux horaires peut être remplie uniquement sous Unix. Le problème sera bientôt réglé pour Windows.

Le programme mysql_tzinfo_to_sql sert à charger la table des fuseaux horaires. Vous devez connaître le nom du dossier dans lequel votre système d'exploitation enregistre les fuseaux horaires. Typiquement, c'est /usr/share/zoneinfo. Indiquez cette valeur au programme en ligne de commande mysql_tzinfo_to_sql, et passez le résultat du programme au client mysql. Par exemple :

 
Sélectionnez
shell> mysql_tzinfo_to_sql /usr/share/zoneinfo | mysql -u root mysql

mysql_tzinfo_to_sql lit les fichiers de fuseaux horaires de votre système et génère des requêtes SQL. Le client mysql traite ces commandes et les charge dans la base de données.

mysql_tzinfo_to_sql peut aussi charger un fichier de fuseaux horaires, et générer les secondes additionnelles.

Pour charger un fichier de fuseaux horaires tz_file qui correspond au fuseau appelé tz_name, appelez le programme mysql_tzinfo_to_sql comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysql_tzinfo_to_sql tz_file tz_name | mysql -u root mysql

Si votre système doit prendre en compte les secondes additionnelles, initialisez les informations de secondes additionnelles comme ceci, où tz_file est le nom de votre fichier de fuseaux :

 
Sélectionnez
shell> mysql_tzinfo_to_sql --leap tz_file | mysql -u root mysql

5-9. Les fichiers de log de MySQL

MySQL a plusieurs fichiers de log qui peuvent vous aider à savoir ce qui se passe à l'intérieur de mysqld:

Fichier Description
Le log d'erreurs Problèmes rencontrés lors du démarrage, de l'exécution ou de l'arrêt de mysqld.
Le log ISAM Garde une trace des changements liés aux tables ISAM. Utilisé uniquement pour déboguer le code ISAM.
Le log de requêtes Connexions établies et requêtes exécutées.
Le log de mises à jour Désapprouvé : enregistre toutes les commandes qui changent les données.
Le log binaire Enregistre toutes les commandes qui changent quelque chose. Utilisé pour la réplication.
Le log des requêtes lentes Enregistre toutes les requêtes qui ont pris plus de long_query_time à s'exécuter ou celles qui n'ont pas utilisé d'index.

Par défaut, tous les fichiers de log peuvent être trouvés dans le dossier de données de mysqld. Vous pouvez forcer mysqld à rouvrir les fichiers de log (ou dans quelques cas à passer à un nouveau log) en exécutant FLUSH LOGS. Voir Section 13.5.4.2, « Syntaxe de FLUSH »13.5.4.2. Syntaxe de FLUSH.

Si vous utilisez les fonctionnalités de réplication de MySQL, les serveurs esclaves entretiennent un fichier de logs supplémentaire, appelé log de relais. Chapitre 6, Réplication de MySQLChapitre 6. Réplication de MySQL.

5-9-1. Le log d'erreurs

Le fichier d'erreurs contient les informations indiquant quand mysqld a été lancé et arrêté, ainsi que les erreurs critiques qui sont survenues lorsque le serveur fonctionnait.

Si mysqld s'arrête inopinément, et que mysqld_safe doit le relancer, mysqld_safe va écrire un message restarted mysqld dans le log d'erreurs. Si mysqld remarque qu'une table a besoin d'être réparée ou analysée, il écrit aussi un message dans le log d'erreurs.

Sur certains systèmes d'exploitation, le log d'erreurs contient automatiquement une pile de trace si mysqld. La trace peut être utilisée pour déterminer quand mysqld. Voir Section D.1.4, « Utilisation d'un traçage de pile mémoire »D.1.4. Utilisation d'un traçage de pile mémoire.

Depuis MySQL 4.0.10, vous pouvez spécifier où mysqld stocke le fichier d'erreurs avec l'option --log-error[=file_name]. Si aucune valeur file_name n'est donnée, mysqld utilise le nom host_name.err et écrit le fichier dans le dossier de données. (Avant MySQL 4.0.10, le nom de fichier d'erreurs Windows était mysql.err.) Si vous exécutez FLUSH LOGS, le log d'erreurs est renommé avec le suffixe -old et mysqld crée un nouveau fichier de logs vide.

Dans les anciennes versions de MySQL sous Unix, le log d'erreurs était géré par mysqld_safe qui redirigeait les erreurs vers host_name.err. Vous pouvez modifier le nom du fichier en spécifiant l'option --err-log=filename de mysqld_safe.

Si vous ne spécifiez pas --log-error, ou, sous Windows, si vous utilisez l'option --console, les erreurs sont écrites dans la sortie standard stderr. C'est généralement le terminal qui a lancé MySQL.

Sous Windows, les erreurs sont toujours écrites dans le fichier .err si --console n'est pas donné.

5-9-2. Le log général de requêtes

Si vous voulez savoir ce qui se passe à l'intérieur de mysqld, vous devez le démarrer avec --log[=fichier]. Cela aura pour effet d'écrire toutes les connexions et les requêtes dans le fichier de logs (pas défaut nommé 'hostname'.log). Ce log peut être très utile quand vous suspectez une erreur dans un client et voulez savoir exactement ce que mysqld pense que le client lui a envoyé.

Les anciennes versions du script mysql.server (de MySQL 3.23.4 à 3.23.8) passent à safe_mysqld une option --log (active le log général de requêtes). Si vous avez besoin de meilleures performances lorsque vous démarrez MySQL dans un environnement de production, vous pouvez supprimer l'option --log de mysql.server ou la changer en --log-bin. Voir Section 5.9.4, « Le log binaire »5.9.4. Le log binaire.

mysqld écrit les commandes dans le log de requêtes, dans l'ordre où il les reçoit. Cela peut être différent de l'ordre dans lequel elles sont exécutées. Cela est différent du log de modifications et du log binaire, qui sont toujours écrits après exécution, mais avant la libération des verrous.

Les redémarrages de serveur et les écritures de logs ne génèrent pas un nouveau fichier de logs de requêtes (même si l'écriture des logs ferme puis ouvre à nouveau le fichier). Sous Unix, vous pouvez renommer le fichier et en créer un nouveau avec les commandes suivantes :

 
Sélectionnez
shell> mv hostname.log hostname-old.log
shell> mysqladmin flush-logs
shell> cp hostname-old.log to-backup-directory
shell> rm hostname-old.log

Sous Windows, vous ne pouvez pas renommer le fichier de logs, alors que le serveur l'a ouvert. Vous devez arrêter le serveur, puis renommer le log. Puis, redémarrez le serveur pour créer un nouveau log.

5-9-3. Le log de modifications

Note : le log de modifications a été remplacé par le log binaire. Voir Section 5.9.4, « Le log binaire »5.9.4. Le log binaire. Avec ce nouveau log, vous pouvez faire tout ce que vous faisiez avec le log de modifications. Le log de modifications n'est plus disponible depuis MySQL 5.0.0.

Lors l'option --log-update[=file_name] est utilisée au démarrage, mysqld écrit un fichier de logs contenant toutes les commandes SQL qui modifient les données. Si aucun fichier n'est spécifié, il prendra la valeur par défaut du nom de l'hôte. Si un fichier est spécifié, mais qu'aucun chemin n'est indiqué, le fichier sera écrit dans le dossier de données. Si le fichier file_name n'a pas d'extension, mysqld va créer un fichier de logs avec ce nom : file_name.###, où ### est un nombre qui s'incrémente à chaque fois que vous exécutez la commande mysqladmin refresh, mysqladmin flush-logs, FLUSH LOGS ou que vous redémarrez le serveur.

Note : pour que la technique ci-dessus fonctionne, vous ne devez pas créer de fichiers avec le nom du fichier de logs + une extension, qui pourrait être considérée comme un nombre, dans le dossier qui contient les logs de modifications.

L'enregistrement dans le log de modification est fait juste après l'achèvement de la requête, mais avant la levée des verrous, et les validations. Cela garantit que la requête sera enregistrée.

Si vous voulez modifier une base grâce aux fichiers de log de modifications, vous pouvez utiliser la commande suivante (en supposant que vos fichiers de log de modifications portent le nom de file_name.###) :

 
Sélectionnez
shell> ls -1 -t -r file_name.[0-9]* | xargs cat | mysql

ls est utilisé pour obtenir toute la liste des fichiers de logs du dossier.

Ceci peut être utile si vous devez repartir d'un fichier de sauvegarde après un crash, et que vous souhaitez réexécuter les modifications qui ont eu lieu depuis la sauvegarde.

5-9-4. Le log binaire

Le log binaire a remplacé l'ancien log de modifications, qui ne sera plus disponible à partir de MySQL version 5.0. Le log binaire contient toutes les informations du log de modifications, dans un format plus efficace, et compatible avec les transactions.

Le log binaire, comme le log de modifications, contient toutes les requêtes qui modifient les données. Ainsi, une commande UPDATE ou DELETE avec une clause WHERE qui ne trouve aucune ligne ne sera pas écrite dans le log. Les commandes UPDATE qui donnent à une colonne sa valeur courante sont même évitées.

Le log binaire contient aussi des informations sur le temps d'exécution de la requête dans la base. Il ne contient que des commandes qui modifient des données. Si vous voulez avoir toutes les commandes (par exemple, si vous identifiez un problème de requête, vous devez utiliser le log de requêtes général. Voir Section 5.9.2, « Le log général de requêtes »5.9.2. Le log général de requêtes.

Le but principal de ce log est de pouvoir reprendre les modifications de la base durant les opérations de restaurations, car le log binaire contiendra les requêtes qui ont eu lieu après une sauvegarde.

Le log binaire est aussi utilisé lorsque de la réplication d'un maître par un esclave. Voir Chapitre 6, Réplication de MySQLChapitre 6. Réplication de MySQL.

L'utilisation du log binaire ralentit le serveur d'environ 1 %. Cependant, les avantages du log binaire durant les opérations de restauration et pour la réplication sont généralement plus intéressants.

Lorsque l'option de démarrage --log-bin[=file_name] est utilisée, mysqld écrit un fichier de logs contenant toutes les commandes SQL qui modifient les données. Si aucun nom de fichier n'est donné, le nom de la machine hôte est utilisé, suivi de -bin. Si un nom est donné, mais qu'il ne contient pas de chemin, le fichier sera écrit dans le dossier de données.

Si vous fournissez une extension à --log-bin=filename.extension, l'extension sera automatiquement supprimée.

mysqld va ajouter une extension au nom du fichier de logs binaire qui est un nombre automatiquement incrémenté chaque fois que vous exécutez mysqladmin refresh, mysqladmin flush-logs, FLUSH LOGS ou redémarrez le serveur. Un nouveau fichier de logs sera automatiquement créé lorsque le fichier en cours atteint la taille de max_binlog_size. Un fichier de logs binaire peut être plus grand que max_binlog_size si vous utilisez de grandes transactions : une transaction est écrite dans le log binaire d'un seul coup, et n'est jamais répartie entre plusieurs fichiers.

Pour être capable de faire la différence entre les fichiers de log binaire utilisés, mysqld crée aussi un fichier d'index de logs, qui porte le même nom que le fichier de logs, mais avec l'extension '.index'. Vous pouvez changer le nom du fichier de logs avec l'option --log-bin-index=[file_name]. N'éditez pas manuellement ce fichier durant l'exécution de mysqld ; cela va induire mysqld en erreur.

Vous pouvez effacer tous les fichiers de log avec la commande RESET MASTER, ou seulement certains d'entre eux avec PURGE MASTER LOGS. Voyez Section 13.5.4.5, « Syntaxe de la commande RESET »13.5.4.5. Syntaxe de la commande RESET et Section 13.6.1, « Requêtes SQL pour contrôler les maîtres de réplication »13.6.1. Requêtes SQL pour contrôler les maîtres de réplication.

Vous pouvez utiliser les options suivantes avec mysqld pour modifier ce qui est enregistré dans le fichier de logs :

  • binlog-do-db=database_name

    Indique au maître qu'il doit enregistrer les modifications si la base courante (c'est-à-dire, celle qui est sélectionnée par USE) est db_name. Toutes les autres bases de données qui ne sont pas explicitement mentionnées sont ignorées. Si vous utilisez cette option, assurez-vous que vous ne faites des modifications que dans la base courante.

    Un exemple qui ne fonctionnera pas comme on pourrait l'attendre : si le serveur est lancé avec l'option binlog-do-db=sales, et que vous utilisez USE prices; UPDATE sales.january SET amount=amount+1000;, cette commande ne sera pas écrite dans le fichier de logs binaire.

  • binlog-ignore-db=database_name

    Indique au maître qu'il ne doit pas enregistrer les modifications si la base courante (c'est-à-dire, celle qui est sélectionnée par USE) est db_name. Si vous utilisez cette option, assurez-vous que vous ne faites des modifications que dans la base courante.

    Un exemple qui ne fonctionnera pas comme on pourrait l'attendre : si le serveur est lancé avec l'option binlog-ignore-db=sales, et que vous utilisez USE prices; UPDATE sales.january SET amount=amount+1000;, cette commande sera écrite dans le fichier de logs binaire.

Pour ignorer ou forcer plusieurs bases, spécifiez l'option plusieurs fois, une fois par base.

Les règles suivantes sont utilisées dans l'ordre suivant, pour décider si la requête doit aller dans le log binaire ou pas.

  1. Y a-t-il des règles binlog-do-db ou binlog-ignore-db ?

    • Non : écrit la requête dans le log binaire, et quitte.

    • Oui : aller à l'étape suivante.

  2. Il y a des règles (binlog-do-db ou binlog-ignore-db ou les deux). Y a-t-il une base de données courante (une base sélectionnée avec la commande USE) ?

    • Non : N'écrit pas la requête, et quitte.

    • Oui : aller à l'étape suivante.

  3. Il y a une base de données courante. Y a-t-il des règles binlog-do-db ?

    • Oui : Est-ce que la base de données courante vérifie une des règles binlog-do-db ?

      • Oui : écrit la requête dans le log binaire, et quitte.

      • Non : n'écrit pas la requête, et quitte.

    • Non : aller à l'étape suivante.

  4. Il y a des règles binlog-ignore-db. Est-ce que la base de données courante vérifie une des règles binlog-ignore-db ?

    • Oui : n'écrit pas la requête, et quitte.

    • Non : écrit la requête dans le log binaire, et quitte.

Par exemple, un esclave qui fonctionne avec l'option binlog-do-db=sales ne va pas écrire dans le log binaire les commandes qui concernent d'autres bases que sales (en d'autres termes, l'option binlog-do-db peut être considéré comme « ignore les autres bases »).

Si vous utilisez la réplication, vous ne devez pas effacer les anciens logs binaires jusqu'à ce que vous soyez sûr que les esclaves n'en auront plus besoin. Une façon de faire cela est d'utiliser la commande mysqladmin flush-logs une fois par jour, et d'effacer les fichiers de log qui ont plus de trois jours. Vous pouvez les supprimer manuellement, ou utilisez de préférence la commande PURGE MASTER LOGS TO (Voir Section 13.6, « Commandes de réplication »13.6. Commandes de réplication) qui va aussi modifier le fichier de logs binaire pour vous depuis MySQL 4.1.

Un client avec le droit de SUPER peut désactiver le log binaire pour ses commandes avec SET SQL_LOG_BIN=0. Voir Section 13.5.2.8, « Syntaxe de SET »13.5.2.8. Syntaxe de SET.

Vous pouvez examiner le fichier de logs binaire avec la commande mysqlbinlog. Par exemple, vous pouvez mettre à jour le serveur MySQL depuis la ligne de commande comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysqlbinlog log-file | mysql -h server_name

Vous pouvez aussi utiliser le programme Section 8.5, « mysqlbinlog, Exécuter des requêtes dans le log binaire »8.5. mysqlbinlog, Exécuter des requêtes dans le log binaire pour lire le fichier de logs binaire directement dans le serveur MySQL.

Si vous utilisez les transactions, vous devez utiliser le fichier de logs binaire pour les sauvegardes, plutôt que le vieux fichier de logs de modifications.

L'enregistrement dans le fichier de logs binaire est fait immédiatement après l'achèvement de la requête, mais avant la libération des verrous ou la validation de la requête. Cela garantit que les requêtes seront enregistrées dans l'ordre d'exécution.

Les modifications dans les tables non transactionnelles sont enregistrées dans le fichier de logs binaire immédiatement après exécution. Pour les tables transactionnelles comme BDB ou InnoDB, toutes les modifications (UPDATE, DELETE ou INSERT) qui modifient les tables sont mises en cache jusqu'à ce qu'une commande COMMIT ne les envoie au serveur. À ce moment, mysqld écrit la totalité de la transaction dans le log binaire, avant d'appliquer la commande COMMIT. Tous les threads vont, au démarrage, allouer un buffer de la taille de binlog_cache_size octets pour enregistrer les requêtes. Si la requête est plus grande que ce buffer, le thread va ouvrir un fichier temporaire pour écrire la transaction. Le fichier temporaire sera supprimé dès que le thread se termine.

L'option max_binlog_cache_size (par défaut 4 Go) peut être utilisée pour limiter la taille utilisée pour mettre en cache une transaction multirequête. Si la transaction est plus grande que cette taille, elle sera annulée.

Si vous utilisez le log de modifications ou binaire, les insertions concurrentes seront converties en insertions normales lors de l'utilisation de CREATE ... SELECT ou INSERT ... SELECT. Cela garantit que vous pourrez recréer une copie exacte de la table en appliquant les mêmes commandes sauvegardées.

Le format de log binaire est différent entre les versions 3.23, 4.0 et 5.0.0. Ces changements de formats sont nécessaires pour améliorer la réplication. MySQL 4.1 a le même format de log binaire que 4.0. Voir Section 6.5, « Compatibilité de la réplication entre les versions de MySQL »6.5. Compatibilité de la réplication entre les versions de MySQL.

5-9-5. Le log des requêtes lentes

Lorsqu'il est démarré avec l'option --log-slow-queries[=file_name], mysqld va écrire dans un fichier les requêtes SQL qui vont mettre plus de long_query_time secondes à s'exécuter. Le temps d'acquisition d'un verrou n'est pas compté.

Les requêtes lentes sont enregistrées après l'achèvement de l'exécution de la requête, et libération du verrou. Cela peut être différent de l'ordre dans lequel les commandes sont exécutées.

Si aucun nom de fichier n'est donné, le fichier de logs prendra par défaut le nom de la machine, suffixé avec -slow.log. Si un nom de fichier est donné, mais qu'il manque le chemin, le fichier sera écrit dans le dossier de données.

Le log de requêtes lentes peut être utilisé pour repérer les requêtes qui prennent longtemps à s'exécuter, et donc, qui sont candidates à l'optimisation. Avec un grand fichier de logs, cela peut devenir difficile. Vous pouvez alors passer le fichier de logs à mysqldumpslow pour obtenir un sommaire des requêtes dans ce fichier.

Si vous utilisez l'option --log-long-format alors les requêtes qui n'utilisent pas d'index sont aussi enregistrées. Voir Section 4.3.1, « Options de ligne de commande de mysqld »4.3.1. Options de ligne de commande de mysqld.

5-9-6. Entretien des fichiers de log

Le serveur MySQL peut créer un grand nombre de fichiers de log différents, qui permettent de suivre ce qui se passe. Voir Section 5.9, « Les fichiers de log de MySQL »5.9. Les fichiers de log de MySQL. Vous devez toutefois nettoyer régulièrement ces fichiers, pour être sûr que les logs ne prennent pas tout le disque de la machine.

Lorsque vous utilisez MySQL avec des fichiers de log, vous voudrez, de temps en temps, supprimer ou sauvegarder les fichiers, et demander à MySQL d'utiliser de nouveaux fichiers. Voir Section 5.7.1, « Sauvegardes de base de données »5.7.1. Sauvegardes de base de données.

Sous une installation Linux (Redhat), vous pouvez utiliser le script mysql-log-rotate pour cela. Si vous avez installé MySQL depuis une distribution RPM, le script doit avoir été installé automatiquement. Notez que vous devez être prudent avec cette commande si vous utilisez les logs pour la réplication.

Sur d'autres systèmes, vous devez installer un court script par vous-même, qui sera exécuté via le démon cron.

Vous pouvez forcer MySQL à utiliser de nouveaux fichiers de log en utilisant la commande mysqladmin flush-logs ou avec la commande SQL FLUSH LOGS. Si vous utilisez MySQL version 3.21, vous devez utiliser mysqladmin refresh.

Les commandes ci-dessus effectuent les tâches mentionnées ci-après :

  • Si le log standard (--log) ou le log de requêtes lentes (--log-slow-queries) est utilisé, la commande ferme et rouvre le fichier de logs (mysql.log et `hostname`-slow.log par défaut).

  • Si le log de modifications est utilisé (--log-update), la commande ferme le log de modifications et ouvre un nouveau fichier, avec un nouveau numéro de séquence plus grand.

Si vous utilisez uniquement le log de modifications, vous pouvez simplement vider les logs sur le disque, et sauver l'ancien fichier de modifications dans une sauvegarde. Si vous utilisez le log normal, vous pouvez faire ceci :

 
Sélectionnez
shell> cd mysql-data-directory
shell> mv mysql.log mysql.old
shell> mysqladmin flush-logs

puis faire une sauvegarde du fichier, et le supprimer (mysql.old).

5-10. Faire fonctionner plusieurs serveurs MySQL sur la même machine

Il y a des situations où vous souhaiterez avoir plusieurs serveurs MySQL sur la même machine. Par exemple, si vous voulez tester une nouvelle version du serveur avec votre configuration de production sans perturber votre installation de production. Ou bien, vous êtes un fournisseur de services Internet, et vous voulez fournir des installations distinctes pour des clients différents.

Si vous voulez exécuter plusieurs serveurs MySQL, le plus simple et de compiler les serveurs avec différents ports TCP/IP et fichiers de sockets pour qu'ils ne soient pas tous à l'écoute du même port ou de la même socket. Voir Section 4.3.1, « Options de ligne de commande de mysqld »4.3.1. Options de ligne de commande de mysqld et Section 4.3.2, « Fichier d'options my.cnf »4.3.2. Fichier d'options my.cnf.

Au minimum, les options suivantes doivent être différentes sur chaque serveur.

  • --port=port_num

    --port contrôle le numéro de port des connexions TCP/IP.

  • --socket=path

    --socket contrôle le chemin de la socket sous Unix, et le nom du pipe nommé sous Windows. Sous Windows, il est nécessaire de spécifier un pipe distinct pour les serveurs qui supportent les connexions par pipes nommés.

  • --shared-memory-base-name=name

    Cette option ne sert actuellement que sous Windows. Elle désigne la portion de mémoire partagée, utilisée par Windows pour permettre aux clients de se connecter via la mémoire partagée. Cette option est nouvelle en MySQL 4.1.

  • --pid-file=path

    Cette option ne sert que sous Unix. Elle indique le nom du fichier dans lequel le serveur écrit l'identifiant de processus.

--port contrôle le numéro de port des connexions TCP/IP. --socket contrôle le chemin du fichier de socket sous Unix et le nom du pipe sous Windows. Il est nécessaire d'indiquer des noms de pipe différents sous Windows, uniquement si le serveur supporte les pipes nommés. --shared-memory-base-name désigne le nom du segment de mémoire partagée utilisé par un serveur Windows pour permettre à ses clients de se connecter via la mémoire partagée. --pid-file indique le nom du fichier sur lequel le serveur Unix écrit le numéro de processus.

Si vous utilisez les options suivantes, elles doivent être différentes sur chaque serveur :

  • --log=path

  • --log-bin=path

  • --log-update=path

  • --log-error=path

  • --log-isam=path

  • --bdb-logdir=path

Si vous voulez plus de performances, vous pouvez aussi spécifier les options suivantes différemment pour chaque serveur, pour répartir la charge entre plusieurs disques physiques :

  • --tmpdir=path

  • --bdb-tmpdir=path

Avoir plusieurs dossiers temporaires comme ci-dessus est aussi recommandé, car il est plus facile pour vous de savoir quel serveur MySQL aura créé quel fichier temporaire.

Généralement, chaque serveur doit aussi utiliser des options différentes pour les dossiers de données, qui est spécifié avec l'option --datadir=path.

Attention : normalement, vous ne devez pas avoir deux serveurs qui modifient en même temps les données dans les mêmes bases. Si votre OS ne supporte pas le verrouillage sans échec, cela peut vous mener à de déplaisantes surprises !

Cette mise en garde contre le partage de données entre deux serveurs s'applique aussi aux environnements NFS. Permettre à plusieurs serveurs MYSQL d'accéder aux mêmes données via NFS est une mauvaise idée !

  • Le problème principal est que NFS devient rapidement une limitation en termes de vitesse. Il n'a pas été conçu pour cela.

  • Un autre risque avec NFS est que vous devez vous assurer que deux serveurs n'interfèrent pas les uns avec les autres. Généralement, le verrouillage de fichier NFS est fait avec lockd, mais pour le moment, aucune plate-forme ne sera 100 % fiable avec cette technique.

Simplifiez-vous la vie : évitez de partager le même dossier de données entre plusieurs serveurs, via NFS. Une solution plus intelligente est d'avoir un serveur avec plusieurs processeurs, et un système d'exploitation bien optimisé pour les threads.

Si vous avez plusieurs installations de serveurs MySQL a plusieurs endroits, vous pouvez spécifier le dossier de données pour chaque serveur avec l'option --basedir=path, pour que chaque serveur utilise des données différentes, des fichiers de log différents et un PID différent. Les valeurs par défaut de ces options sont relatives au dossier d'installation. Dans ce cas, la seule chose qui reste à adapter est la socket --socket et le --port. Par exemple, supposons que vous installez différentes versions de MySQL en utilisant la distribution binaire .tar. Elles vont être installées en différents dossiers, et vous pouvez lancer le serveur à chaque fois, avec le script ./bin/mysqld_safe de chaque dossier respectif. mysqld_safe va déterminer la bonne option --basedir à passer à mysqld, et vous devrez spécifier --socket et --port à mysqld_safe.

Comme présenté dans les prochaines sections, il est possible de démarrer d'autres serveurs en modifiant des variables d'environnement ou en spécifiant les bonnes options de ligne de commande. Cependant, si vous devez lancer des serveurs de manière récurrente, il sera plus pratique de stocker ces valeurs dans le fichier de configuration.

5-10-1. Utiliser plusieurs serveurs MySQL un serveur Windows

Vous pouvez utiliser plusieurs serveurs MySQL sur Windows, en lançant manuellement chacun d'entre eux en ligne de commande, avec ses paramètres de fonctionnement appropriés. Sur les systèmes Windows NT, vous pouvez aussi installer plusieurs serveurs comme services Windows, et les faire fonctionner de cette façon. Des instructions générales pour exécuter MySQL depuis la ligne de commande ou comme services sont données dans la section Section 2.2.1, « Installer MySQL sous Windows »2.2.1. Installer MySQL sous Windows. Cette section décrit comment lancer chaque serveur, avec différentes valeurs de démarrage, qui doivent être uniques pour chaque serveur, à commencer par le dossier de données. Ces options sont décrites dans la section Section 5.10, « Faire fonctionner plusieurs serveurs MySQL sur la même machine »5.10. Faire fonctionner plusieurs serveurs MySQL sur la même machine.

5-10-1-1. Lancer plusieurs serveurs depuis la console

Pour lancer plusieurs serveurs manuellement depuis la ligne de commande, vous pouvez spécifier les options appropriées en ligne de commande, ou dans un fichier d'options. Il est plus pratique de le faire dans un fichier d'options, mais il est nécessaire que chaque serveur utilise bien un fichier d'options différent. Pour cela, créez un fichier pour chaque serveur, et donnez le nom du fichier au serveur avec l'option --defaults-file.

Supposez que vous voulez utiliser mysqld sur le port 3307 avec un dossier de données situé dans C:\mydata1, et mysqld-max sur le port 3308 avec un dossier de données situé dans C:\mydata2. Pour cela, créez deux fichiers d'options. Par exemple créez un fichier appelé C:\my-opts1.cnf qui ressemble à celui-ci :

 
Sélectionnez
[mysqld]
datadir = C:/mydata1
port = 3307

Créez un fichier appelé C:\my-opts2.cnf qui ressemble à celui-ci :

 
Sélectionnez
[mysqld]
datadir = C:/mydata2
port = 3308

Puis, lancez chaque serveur avec ses propres options :

 
Sélectionnez
shell> mysqld --defaults-file=C:\my-opts1.cnf
shell> mysqld-max --defaults-file=C:\my-opts2.cnf

(Sur NT, les serveurs vont se lancer en tâche de fond, et vous devrez ouvrir deux consoles pour lancer les deux commandes séparées.)

Pour éteindre ces deux serveurs, vous devez vos connecter au bon numéro de port :

 
Sélectionnez
shell> mysqladmin --port=3307 shutdown
shell> mysqladmin --port=3308 shutdown

Les serveurs configurés comme décrits ci-dessus permettent aux clients de se connecter via un réseau TCP/IP. Si vous voulez aussi utiliser les pipes nommés, utilisez les serveurs mysqld-nt ou mysqld-max-nt et spécifiez les options qui permettent d'activer les pipes nommés et leur nom. Chaque serveur qui supporte les pipes nommés doit avoir un nom de pipe unique. Par exemple, le fichier C:\my-opts1.cnf peut être écrit comme ceci :

 
Sélectionnez
[mysqld]
datadir = C:/mydata1
port = 3307
enable-named-pipe
socket = mypipe1

Puis, lancez le serveur comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysqld-nt --defaults-file=C:\my-opts1.cnf

C:\my-opts2.cnf doit être modifié similairement pour l'utiliser avec le second serveur.

5-10-1-2. Lancer plusieurs serveurs comme services Windows

Sur les systèmes NT, MySQL peut fonctionner comme un service Windows. Les procédures pour installer, contrôler et supprimer un service MySQL sont décrites dans la section Section 2.2.9.1, « Lancer MySQL comme un service Windows »2.2.9.1. Lancer MySQL comme un service Windows.

Depuis MySQL 4.0.2, vous pouvez installer plusieurs serveurs sous forme de plusieurs services. Dans ce cas, vous devez vous assurer que chaque serveur utilise un nom de service différent, en plus de tous les autres paramètres qui doivent être uniques pour chaque instance.

Pour les instructions suivantes, supposez que vous voulez utiliser le serveur mysqld-nt avec différentes versions de MySQL, qui sont installées dans les dossiers C:\mysql-4.0.8 et C:\mysql-4.0.17, respectivement. Cela peut être le cas si vous utilisez la version 4.0.8 comme serveur de production, mais que vous voulez tester la version 4.0.17 avant de l'utiliser.

Les règles suivantes sont applicables lors de l'installation d'un service MYSQL avec l'option --install.

  • Si vous ne spécifiez aucun nom de service, le serveur utilise le nom de service par défaut de MySQL et le serveur lit les options dans le groupe [mysqld], du groupe de fichiers d'options standard.

  • Si vous spécifiez un nom de service après l'option --install, le serveur va ignorer le group d'options [mysqld] et lire les options dans le groupe qui a le même nom que le service. Les options seront lues dans le fichier d'options standard.

  • Si vous spécifiez --defaults-file après un nom de service, le serveur va ignorer le fichier d'options standard, et lire les options dans le groupe [mysqld] du fichier ainsi nommé.

Note : avant MySQL 4.0.17, seul le serveur utilisant le nom de service par défaut (MySQL) ou un service installé explicitement avec le nom de mysqld lira le groupe d'options [mysqld] dans le fichier d'options. Depuis 4.0.17, tous les serveurs lisent le groupe [mysqld] s'ils lisent dans le fichier d'options standard, même s'ils ont été installés avec un autre nom de service. Cela permet d'utiliser le groupe [mysqld] pour des options qui doivent être utilisées par tous les services MySQL, et un groupe d'options pour chaque service sera utilisé individuellement par chaque service.

En se basant sur les informations précédentes, vous avez plusieurs moyens pour installer des services Windows multiples. Les instructions suivantes décrivent certaines situations. Avant de toutes les essayer, assurez-vous de bien éteindre et supprimer tous les services MySQL existants.

  • Approche 1 : spécifiez les options de tous les services dans un fichier d'options. Pour cela, utilisez différents noms de services pour chaque serveur. Supposons que vous vouliez utiliser mysqld-nt 4.0.8 sous le nom de mysqld1 et le mysqld-nt 4.0.17 sous le nom de mysqld2. Dans ce cas, vous pouvez utiliser le groupe [mysqld1] pour le serveur version 4.0.8 et le groupe [mysqld2] pour le serveur version 4.0.17. Par exemple, vous pourriez configurer votre fichier d'options C:\my.cnf ainsi :

     
    Sélectionnez
    # options for mysqld1 service
    [mysqld1]
    basedir = C:/mysql-4.0.8
    port = 3307
    enable-named-pipe
    socket = mypipe1
    
    # options for mysqld2 service
    [mysqld2]
    basedir = C:/mysql-4.0.17
    port = 3308
    enable-named-pipe
    socket = mypipe2

    Installez les services comme ceci, en utilisant les noms de chemin complet pour vous assurer que Windows trouve les bons programmes pour chaque service :

     
    Sélectionnez
    shell> C:\mysql-4.0.8\bin\mysqld-nt --install mysqld1
    shell> C:\mysql-4.0.17\bin\mysqld-nt --install mysqld2

    Pour lancer les services, utilisez le gestionnaire de services, ou bien utilisez la commande NET START avec les bons noms de services :

     
    Sélectionnez
    shell> NET START mysqld1
    shell> NET START mysqld2

    Pour lancer les services, utilisez le gestionnaire de services, ou bien utilisez la commande NET STOP avec les bons noms de services :

     
    Sélectionnez
    shell> NET STOP mysqld1
    shell> NET STOP mysqld2
  • Approche 2 : spécifiez les options de chaque serveur dans un fichier séparé, et utilisez l'option --defaults-file lorsque vous installez le service pour dire au serveur quel fichier utiliser. Dans ce cas, chaque fichier doit contenir les options du groupe [mysqld].

    Avec cette approche, pour spécifier les options du serveur mysqld-nt 4.0.8, il faut créer un fichier C:\my-opts1.cnf qui ressemble à ceci :

     
    Sélectionnez
    [mysqld]
    basedir = C:/mysql-4.0.8
    port = 3307
    enable-named-pipe
    socket = mypipe1

    Pour la version 4.0.17 de mysqld-nt, créez un fichier C:\my-opts2.cnf qui ressemble à ceci :

     
    Sélectionnez
    [mysqld]
    basedir = C:/mysql-4.0.17
    port = 3308
    enable-named-pipe
    socket = mypipe2

    Installez les services comme suit (entrez chaque commande comme une seule ligne) :

     
    Sélectionnez
    shell> C:\mysql-4.0.8\bin\mysqld-nt --install mysqld1
               --defaults-file=C:\my-opts1.cnf
    shell> C:\mysql-4.0.17\bin\mysqld-nt --install mysqld2
               --defaults-file=C:\my-opts2.cnf

    Pour utiliser l'option --defaults-file lors de l'installation du serveur MySQL comme service, vous devez la faire précéder du nom de service.

    Après avoir installé les services, lancez et arrêtez les services de la même façon que dans l'exemple précédent.

Pour supprimer plusieurs services, utilisez la commande mysqld --remove pour chacun d'entre eux, en spécifiant le nom du service, suivi de l'option --remove si le service a un nom qui n'est pas le nom par défaut.

5-10-2. Utiliser plusieurs serveurs sous Unix

Le plus simple pour utiliser plusieurs serveurs sous Unix, est de le compiler avec différents ports TCP/IP et sockets pour que chacun puisse utiliser une interface réseau différente. De plus, en compilant le serveur dans différents dossiers de base, cela conduit automatiquement à la configuration de différents dossiers de données, fichiers de logs, et PID pour chaque serveur.

Supposons que le serveur existant est configuré avec le numéro de port (3306) et le fichier de sockets par défaut (/tmp/mysql.sock). Pour configurer un nouveau serveur en ayant des paramètres opératoires différents, vous pouvez utiliser le script de configuration configure avec les options suivantes :

 
Sélectionnez
shell> ./configure --with-tcp-port=port_number \
             --with-unix-socket-path=file_name \
             --prefix=/usr/local/mysql-4.0.17

Ici, port_number et file_name doivent être différents des valeurs par défaut de numéro de port et de chemin. La valeur --prefix doit spécifier un dossier d'installation différent de celui dans lequel le serveur existant est installé.

Si vous avez un serveur MySQL qui écoute sur un port donné, vous pouvez utiliser la commande suivante pour connaître ses caractéristiques, y compris son dossier de base et son fichier de sockets :

 
Sélectionnez
shell> mysqladmin --host=host_name --port=port_number variables

Avec les informations affichées par la commande, vous pouvez savoir quelles valeurs ne doivent pas être utilisées lors de la configuration du nouveau serveur.

Notez que si vous spécifiez « localhost » comme nom d'hôte, mysqladmin va utiliser par défaut une socket Unix plutôt que TCP/IP. En MySQL 4.1, vous pouvez explicitement spécifier le protocole de connexion avec l'option --protocol={TCP | SOCKET | PIPE | MEMORY}.

Vous n'avez pas à compiler un nouveau serveur MySQL pour le lancer avec un numéro de port et un socket différent. Il est aussi possible de spécifier ces valeurs au moment du démarrage. Une méthode pour faire cela est d'utiliser les options de ligne de commande :

 
Sélectionnez
shell> /path/to/mysqld_safe --socket=file_name --port=port_number

Pour utiliser un dossier de données différent, utilisez l'option --datadir=path à mysqld_safe.

Un autre moyen pour arriver au même résultat est d'utiliser les variables d'environnement pour spécifier le nom de la socket et le numéro de port.

 
Sélectionnez
shell> MYSQL_UNIX_PORT=/tmp/mysqld-new.sock
shell> MYSQL_TCP_PORT=3307
shell> export MYSQL_UNIX_PORT MYSQL_TCP_PORT
shell> scripts/mysql_install_db
shell> bin/mysqld_safe &

C'est une méthode rapide pour lancer un second serveur pour le tester. Le plus agréable de cette méthode est que les variables d'environnement vont être adoptées par les logiciels clients que vous invoquerez avec le même Shell. Par conséquent, les connexions seront automatiquement dirigées vers le nouveau serveur.

Annexe E, Variables d'environnementAnnexe E. Variables d'environnement inclut une liste des variables d'environnement que vous pouvez utiliser pour affecter mysqld.

Pour les scripts de lancement automatique, votre script de démarrage qui est exécuté au démarrage doit utiliser la commande suivante avec les options appropriées pour chaque serveur :

 
Sélectionnez
mysqld_safe --defaults-file=path-to-option-file

Chaque fichier d'options doit contenir les valeurs spécifiques du serveur.

Sous Unix, le script mysqld_multi est une autre méthode pour lancer plusieurs serveurs. Voir Section 5.1.5, « mysqld_multi, un programme pour gérer plusieurs serveurs MySQL »5.1.5. mysqld_multi, un programme pour gérer plusieurs serveurs MySQL.

5-10-3. Utiliser les clients dans un environnement multiserveur

Lorsque vous voulez connecter un client à un serveur MySQL qui écoute sur différentes interfaces réseau que celles que vous utilisez sur votre client, vous devez utiliser les méthodes suivantes.

  • Lancez le client avec les options --host=host_name --port=port_number pour vous connecter via TCP/IP sur un hôte distant, ou avec --host=localhost --socket=file_name pour vous connecter localement, via les sockets Unix, ou un pipe nommé Windows.

  • Depuis MySQL 4.1, lancez le programme avec l'option --protocol=tcp pour vous connecter via TCP/IP, --protocol=socket pour vous connecter via les sockets Unix, --protocol=pipe pour vous connecter via un pipe nommé, ou --protocol=memory pour vous connecter via la mémoire partagée. Pour TCP/IP, vous aurez peut-être besoin d'indiquer les options d'hôte --host et de port --port. Pour les autres types de connexion, vous aurez peut-être besoin de spécifier l'option --socket pour indiquer la socket ou le pipe nommé, ou encore --shared-memory-base-name pour spécifier la mémoire partagée.

  • Sous Unix, configurez les variables d'environnement MYSQL_UNIX_PORT et MYSQL_TCP_PORT pour qu'elles pointent sur la socket Unix et le port TCP/IP que vous voulez, avant de lancer le client. Si vous utilisez normalement une socket ou un port spécifique, vous pouvez placer des commandes pour configurer ces variables dans votre script .login, afin que vous les ayez à chaque connexion. Voir Annexe E, Variables d'environnementAnnexe E. Variables d'environnement.

  • Spécifiez la socket par défaut et le port TCP/IP dans le groupe d'options [client] du fichier d'options. Par exemple, vous pouvez utiliser C:\my.cnf sur Windows, ou .my.cnf dans votre dossier racine sous Unix. Voir Section 4.3.2, « Fichier d'options my.cnf »4.3.2. Fichier d'options my.cnf.

  • Dans un programme C, vous pouvez spécifier le port ou la socket dans l'appel à mysql_real_connect(). Vous pouvez aussi faire que le programme lise des fichiers d'options en utilisant la fonction mysql_options(). Voir Section 24.2.3, « Description des fonctions de l'API C »24.2.3. Description des fonctions de l'API C.

  • Si vous utilisez le module DBD::mysql, vous pourrez lire les options dans les fichiers d'options MySQL. Par exemple :

     
    Sélectionnez
    $dsn = "DBI:mysql:test;mysql_read_default_group=client;"
            . "mysql_read_default_file=/usr/local/mysql/data/my.cnf";
    $dbh = DBI->connect($dsn, $user, $password);

    Voir Section 24.4, « API Perl pour MySQL »24.4. API Perl pour MySQL.

5-11. Cache de requêtes MySQL

Depuis la version 4.0.1, le MySQL server bénéficie d'un cache de requêtes. En fait, le cache sauvegarde le texte d'une requête SELECT avec le résultat qui a été envoyé au client. Si une requête identique est appelée par la suite, le serveur retournera le résultat à partir du cache plutôt que d'analyser puis exécuter la requête à nouveau.

Le cache de requêtes est extrêmement utile dans un environnement où les tables ne changent pas souvent, et que vous avez de nombreuses requêtes identiques. C'est la situation classique des serveurs Web, qui génèrent beaucoup de pages dynamiques à partir du même contenu.

Note : le cache de requêtes ne retourne pas de données périmées. À chaque fois que les données sont modifiées, les entrées correspondantes dans le cache sont effacées.

Voici quelques performances du cache de requêtes. (Ces résultats ont été générés en utilisant la suite benchmark MySQL sur un Linux Alpha 2 x 500 MHz avec 2 GB RAM et un cache de requêtes de 64 MB) :

  • si toutes les requêtes que vous effectuez sont simples (comme sélectionner un champ d'une table n'en contenant qu'un) mais diffèrent d'une manière que toutes les requêtes ne peuvent être mises en cache, le gain lors de l'utilisation du cache est de 13 %. Cela peut être considéré comme le meilleur des cas. En réalité, les requêtes sont plus compliquées que notre exemple le gain est donc plus petit ;

  • les recherches sur une colonne dans une table n'en contenant qu'une sont 238 % plus rapides. Cela peut être considéré comme le gain minimal à attendre pour une requête cachée.

Si vous ne voulez pas utiliser le cache de requêtes paramétrez query_cache_size à zéro. En désactivant le cache de requêtes, il n'y a aucune surcharge apparente. (Le cache de requêtes peut être désactivé à l'aide de l'option de configuration --without-query-cache.)

5-11-1. Comment fonctionne le cache de requêtes

Cette section décrit le fonctionnement du cache de requêtes lorsque ce dernier est opérationnel. La section Section 5.11.3, « Configuration du cache de requêtes »5.11.3. Configuration du cache de requêtes décrit comment contrôler ce cache, qu'il soit opérationnel ou pas.

Les requêtes sont comparées avant analyse, alors les deux requêtes suivantes seront considérées comme différentes pour le cache de requêtes :

 
Sélectionnez
SELECT * FROM tbl_name
Select * from tbl_name

Les requêtes doivent être les mêmes (caractère à caractère) pour être considérées comme identiques. Les requêtes qui utilisent différentes bases de données, différents protocoles ou différents jeux de caractères sont alors considérées comme différentes, et mises en cache différemment.

Si un résultat de requête a été retourné depuis le cache de requêtes, alors la variable Com_select ne sera pas incrémentée, mais Qcache_hits le sera. Voir Section 5.11.4, « Statut du cache de requêtes et maintenance »5.11.4. Statut du cache de requêtes et maintenance.

Si une table change (INSERT, UPDATE, DELETE, TRUNCATE, ALTER ou DROP TABLE|DATABASE), alors toutes les requêtes mises en cache qui utilisaient cette table deviennent obsolètes et en sont retirées.

Les tables transactionnelles InnoDB qui ont été modifiées seront rendues obsolètes lorsqu'un COMMIT sera exécuté.

En MySQL 4.0, le cache de requêtes est désactivé dans les transactions : elles ne retournent pas le résultat. Depuis MySQL 4.1.1, le cache de requêtes fonctionne aussi dans les transactions avec les tables InnoDB : le serveur utilise le numéro de version de table pour détecter si le contenu est à jour ou non.

Avant MySQL 5.0, une requête qui commence avec un commentaire peut être mise en cache, mais ne sera jamais lue depuis le cache. Ce problème est résolu en MySQL 5.0.

Le cache de requêtes fonctionne pour les requêtes SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS ... et SELECT FOUND_ROWS(). Les requêtes FOUND_ROWS() retournent la valeur correcte même si la requête précédente a aussi été lue dans le cache, car le nombre de lignes lues est conservé dans le cache.

Une requête ne peut être mise en cache si elle contient l'une des fonctions suivantes :

BENCHMARK() CONNECTION_ID() CURDATE()
CURRENT_DATE() CURRENT_TIME() CURRENT_TIMESTAMP()
CURTIME() DATABASE() ENCRYPT() avec un paramètre
FOUND_ROWS() GET_LOCK() LAST_INSERT_ID()
LOAD_FILE() MASTER_POS_WAIT() NOW()
RAND() RELEASE_LOCK() SYSDATE()
UNIX_TIMESTAMP() sans paramètre USER()  

Une requête ne sera pas mise en cache dans ces conditions :

  • elle contient des fonctions définies par l'utilisateur : UDF ;

  • elle contient des variables utilisateur ;

  • elle fait référence à des tables de la base mysql ;

  • elle est de l'une des formes suivantes :

     
    Sélectionnez
    SELECT ... IN SHARE MODE
    SELECT ... INTO OUTFILE ...
    SELECT ... INTO DUMPFILE ...
    SELECT * FROM ... WHERE autoincrement_col IS NULL

    La dernière forme n'est pas mise en cache, car elle est utilisée comme palliatif pour ODBC, afin d'obtenir la dernière valeur insérée. Voir Section 25.1.14.1, « Comment obtenir la valeur d'une colonne AUTO_INCREMENT avec ODBC »25.1.14.1. Comment obtenir la valeur d'une colonne AUTO_INCREMENT avec ODBC ;

  • Elle utilise une table TEMPORARY ;
  • Elle n'utilise pas de table ;
  • L'utilisateur a un droit de niveau colonne pour l'une des tables impliquées ;
  • Avant la lecture de la requête dans le cache de requêtes, MySQL vérifie que l'utilisateur a les droits SELECT pour toutes les bases de données impliquées. Si ce n'est pas le cas, le résultat n'est pas utilisé.

5-11-2. Options relatives au cache de requêtes dans un SELECT

Il y a deux options relatives au cache de requêtes qui peuvent être utilisées dans une requête SELECT.

  • SQL_CACHE

    Le résultat de la requête est en cache si la valeur de la variable système query_cache_type est à ON ou DEMAND.

  • SQL_NO_CACHE

    Le résultat de la requête n'est pas mis en cache.

Exemples :

 
Sélectionnez
SELECT SQL_CACHE id, name FROM customer;
SELECT SQL_NO_CACHE id, name FROM customer;

5-11-3. Configuration du cache de requêtes

La variable système serveur have_query_cache indique si le cache est actif :

 
Sélectionnez
mysql> SHOW VARIABLES LIKE 'have_query_cache';
+------------------+-------+
| Variable_name    | Value |
+------------------+-------+
| have_query_cache | YES   |
+------------------+-------+

Le cache de requêtes ajoute plusieurs variables système MySQL liées à mysqld qui peuvent être spécifiées dans un fichier de configuration, en ligne de commande lors du démarrage de mysqld. Les variables système liées au cache sont toutes préfixées avec query_cache_. Elles sont décrites brièvement dans la section Section 5.2.3, « Variables serveur système »5.2.3. Variables serveur système, avec des informations complémentaires.

Pour configurer la taille du cache de requêtes, modifiez la variable système query_cache_size. En lui donnant la valeur de 0, vous le désactivez. La taille par défaut du cache est de 0 : le cache est désactivé par défaut.

Si le cache de requêtes est actif, la variable query_cache_type modifie son comportement. Cette variable peut prendre les valeurs suivantes.

  • La valeur de 0 ou OFF empêche la mise en cache ou la lecture de résultats en cache.

  • La valeur de 1 ou ON permet le cache, sauf pour les commandes qui commencent par SELECT SQL_NO_CACHE.

  • La valeur de 2 ou DEMAND impose la mise en cache de toutes les requêtes, même celles qui commencent par SELECT SQL_CACHE.

Modifier la valeur GLOBAL de query_cache_type détermine le comportement du cache pour tous les clients qui se connecteront après la modification. Les clients individuels peuvent modifier le comportement du cache pour leur connexion avec l'option SESSION de query_cache_type. Par exemple, un client peut désactiver le cache de requêtes pour ses propres requêtes avec :

 
Sélectionnez
mysql> SET SESSION query_cache_type = OFF;

Pour contrôler la taille maximale des résultats de requêtes qui peuvent être mis en cache, il faut modifier la valeur de la variable query_cache_limit. La valeur par défaut de 1 Mo.

Le résultat d'une requête (les données envoyées au client) est stocké dans le cache durant la lecture. Par conséquent, les données ne sont pas manipulées en un seul gros morceau. Le cache de requête  alloue des blocs à la demande, pour stocker les données, et dès qu'un bloc est rempli, un autre est alloué. Comme l'allocation de mémoire est une opération coûteuse (en temps), le cache de requêtes crée des blocs avec une taille minimale de query_cache_min_res_unit, jusqu'à la taille des données à mettre en cache. Suivant le type de requêtes exécutées, vous pourrez adapter la valeur de la variable query_cache_min_res_unit :

  • la valeur par défaut de query_cache_min_res_unit est 4 Ko. Cela doit être adapté la plupart des situations ;

  • si vous avez beaucoup de requêtes avec de petits résultats, la taille par défaut sera un peu grande, et conduit à une fragmentation inutile de la mémoire, indiquée par un grand nombre de blocs libres. La fragmentation va forcer le cache à effacer d'anciennes requêtes pour libérer de la place. Dans ce cas, réduisez la valeur de query_cache_min_res_unit. Le nombre de blocs libres et de requêtes supprimées pour libérer de la place est stocké dans les variables Qcache_free_blocks et Qcache_lowmem_prunes ;

  • si la plupart de vos requêtes ont de grands résultats (vérifiez les variables Qcache_total_blocks et Qcache_queries_in_cache), vous pouvez augmenter la valeur de query_cache_min_res_unit. Cependant, soyez prudent de ne pas agrandir trop la valeur (voir point précédent).

query_cache_min_res_unit a été ajoutée en MySQL 4.1.

5-11-4. Statut du cache de requêtes et maintenance

Vous pouvez vérifier que vous avez le cache de requêtes sur MySQL avec la commande suivante :

 
Sélectionnez
mysql> SHOW VARIABLES LIKE 'have_query_cache';
+------------------+-------+
| Variable_name    | Value |
+------------------+-------+
| have_query_cache | YES   |
+------------------+-------+
1 row in set (0.00 sec)

Avec la commande FLUSH QUERY CACHE, vous pouvez défragmenter le cache de requêtes pour mieux en utiliser la mémoire. Cette commande n'effacera aucune requête du cache.

La commande RESET QUERY CACHE efface tous les résultats de requêtes du cache. FLUSH TABLES aussi.

Vous pouvez visualiser les performances du cache de requêtes avec SHOW STATUS:

 
Sélectionnez
mysql> SHOW STATUS LIKE 'Qcache%';
+-------------------------+--------+
| Variable_name           | Value  |
+-------------------------+--------+
| Qcache_free_blocks      | 36     |
| Qcache_free_memory      | 138488 |
| Qcache_hits             | 79570  |
| Qcache_inserts          | 27087  |
| Qcache_lowmem_prunes    | 3114   |
| Qcache_not_cached       | 22989  |
| Qcache_queries_in_cache | 415    |
| Qcache_total_blocks     | 912    |
+-------------------------+--------+

La description de chaque variable est présentée dans la section Section 5.2.4, « Variables de statut du serveur  »5.2.4. Variables de statut du serveur . Certaines utilisations sont présentées ici.

Le nombre total de commandes SELECT vaut :

 
Sélectionnez
  Com_select
+ Qcache_hits
+ requêtes avec une erreur

La valeur de Com_select est :