Manuel de référence MySQL 5.0


précédentsommairesuivant

8. MySQL Scripts clients et utilitaires

Il y a de nombreux programmes clients de MySQL, qui se connectent au serveur pour accéder aux bases ou effectuer des opérations administratives. D'autres utilitaires sont aussi disponibles. Ils ne communiquent pas avec le serveur, mais effectuent des opérations liées à MySQL.

Ce chapitre fournit un bref aperçu de ces programmes, et vous en dit plus long sur le fonctionnement de chacun. Les descriptions indiquent comment invoquer les programmes, et quelles options ils comprennent. Voyez Chapitre 4, Utiliser les programmes MySQLChapitre 4. Utiliser les programmes MySQL pour des informations plus générales sur les programmes et leurs options.

8-1. Présentation des scripts serveur et utilitaires

Voici une brève liste des scripts et utilitaires pour le serveur.

Chaque programme MySQL accepte différentes options. Mais chaque programme dispose de l'option --help qui vous donne une description complète des options du programme. Par exemple, mysql --help.

Les clients MySQL qui communiquent avec le serveur, utilisent la bibliothèque mysqlclient est les variables d'environnements suivantes :

MYSQL_UNIX_PORT Le fichier de sockets Unix par défaut. Utilisé pour les connexions à localhost.
MYSQL_TCP_PORT Le port par défaut. Utilisé par les connexions TCP/IP.
MYSQL_PWD Le mot de passe par défaut.
MYSQL_DEBUG Les options de débogage.
TMPDIR Le dossier où les tables et fichiers temporaires sont placés.

Utiliser MYSQL_PWD n'est pas sécuritaire, et est fortement déconseillé. Voir Section 5.6.6, « Garder vos mots de passe en lieu sûr »5.6.6. Garder vos mots de passe en lieu sûr.

Vous pouvez remplacer les valeurs par défaut des options en spécifiant les valeurs dans un fichier d'options, ou en ligne de commande. Section 4.3, « Spécifier des options aux programmes »4.3. Spécifier des options aux programmes.

8-2. myisampack, le générateur de tables MySQL compressées en lecture seule

myisampack sert à compresser des tables MyISAM et pack_isam sert à compresser les tables ISAM. Comme les tables ISAM sont obsolètes, nous ne traiterons que de myisampack, mais tout ce qui est dit au sujet de myisampack est aussi vrai pour pack_isam.

myisampack fonctionne en compressant séparément chaque colonne de la table. Les informations nécessaires à la décompression sont lues en mémoire lorsque la table est ouverte. Cela donne de bien meilleures performances lors de l'accès à des lignes individuelles, car vous n'avez qu'à décompresser exactement une des lignes, et non pas un bloc de disque entier. Généralement, myisampack compresse le fichier avec un gain de 40 à 70 %.

MySQL utilise la carte mémoire (mmap()) sur les tables compressées et utilise les outils classiques de lecture et écriture si mmap() ne fonctionne pas.

Notez bien ceci :

  • si mysqld a été appelé avec l'option --skip-external-locking, ce n'est pas une bonne idée que d'appeler myisampack si la table risque d'être mise à jour par le processus principal ;

  • après avoir compressé la table, celle-ci n'est plus accessible qu'en lecture. C'est souvent un état voulu (par exemple, pour être gravée sur un CD). De plus, autoriser les écritures dans une table compressée fait partie de notre liste de tâches, mais avec une très faible priorité ;

  • myisampack peut aussi compresser des colonnes BLOB ou TEXT. L'ancien pack_isam (pour les tables ISAM) ne peut le faire.

myisampack est invoqué comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> myisampack [options] filename ...

Chaque nom de fichier doit être le nom d'un fichier d'index (.MYI). Si vous n'êtes pas dans le dossier de données, vous devez spécifier le chemin complet jusqu'au fichier. Il est toléré que vous omettiez l'extension du fichier .MYI.

myisampack supporte les options suivantes.

  • --help, -?

    Affiche le message d'aide et quitte.

  • --backup, -b

    Fait une sauvegarde de la table sous le nom de tbl_name.OLD.

  • --debug[=debug_options], -# [debug_options]

    Affiche le log de débogage. La chaîne debug_options vaut souvent 'd:t:o,filename'.

  • --force, -f

    Force la compression de la table, même si elle grossit ou si le fichier temporaire existe déjà. myisampack crée un fichier temporaire appelé tbl_name.TMD lors de la compression. Si vous tuez myisampack, le fichier .TMD peut ne pas être effacé. Normalement, myisampack se termine avec une erreur s'il découvre que le fichier tbl_name.TMD existe. Avec --force, myisampack reprendra le travail.

  • --join=big_tbl_name, -j big_tbl_name

    Rassemble toutes les tables indiquées dans la ligne de commande dans une seule table appelée big_tbl_name. Toutes les tables qui seront combinées doivent être identiques (mêmes noms de colonnes, mêmes types, mêmes index, etc.)

  • --packlength=#, -p #

    Spécifie la taille de stockage de la longueur de ligne, en octets. Cette valeur doit être 1, 2, ou 3. (myisampack stocke toutes les lignes avec des pointeurs de lignes de 1, 2 ou 3 octets. Dans les cas normaux, myisampack peut déterminer la taille correcte avant de compresser le fichier, mais il peut aussi se rendre compte durant le processus qu'une autre taille aurait été plus appropriée, ou plus courte. Dans ce cas, myisampack va imprimer une note pour que vous le sachiez lors de la prochaine compression du même fichier.

  • --silent, -s

    Mode silencieux. Seules les erreurs seront affichées.

  • --test, -t

    Ne compresse pas la table, mais teste juste la compression.

  • --tmp_dir=path, -T path

    Utilise le dossier indiqué comme dossier pour les fichiers temporaires.

  • --verbose, -v

    Mode détaillé. Toutes les informations sur la progression de la compression seront affichées.

  • --version, -V

    Affiche la version et quitte.

  • --wait, -w

    Attend et réessaie, si la table était déjà en cours d'utilisation. Si le serveur mysqld a été démarré avec l'option --skip-external-locking, ce n'est pas une bonne idée d'appeler myisampack, car la table risque d'être modifiée durant la compression.

La séquence de commande illustre la session de compression :

 
Sélectionnez
shell> ls -l station.*
-rw-rw-r--   1 monty    my         994128 Apr 17 19:00 station.MYD
-rw-rw-r--   1 monty    my          53248 Apr 17 19:00 station.MYI
-rw-rw-r--   1 monty    my           5767 Apr 17 19:00 station.frm

shell> myisamchk -dvv station

MyISAM file:     station
Isam-version:  2
Creation time: 1996-03-13 10:08:58
Recover time:  1997-02-02  3:06:43
Data records:              1192  Deleted blocks:              0
Datafile: Parts:           1192  Deleted data:                0
Datafile pointer (bytes):     2  Keyfile pointer (bytes):     2
Max datafile length:   54657023  Max keyfile length:   33554431
Recordlength:               834
Record format: Fixed length

table description:
Key Start Len Index   Type                       Root  Blocksize    Rec/key
1   2     4   unique  unsigned long              1024       1024          1
2   32    30  multip. text                      10240       1024          1

Field Start Length Type
1     1     1
2     2     4
3     6     4
4     10    1
5     11    20
6     31    1
7     32    30
8     62    35
9     97    35
10    132   35
11    167   4
12    171   16
13    187   35
14    222   4
15    226   16
16    242   20
17    262   20
18    282   20
19    302   30
20    332   4
21    336   4
22    340   1
23    341   8
24    349   8
25    357   8
26    365   2
27    367   2
28    369   4
29    373   4
30    377   1
31    378   2
32    380   8
33    388   4
34    392   4
35    396   4
36    400   4
37    404   1
38    405   4
39    409   4
40    413   4
41    417   4
42    421   4
43    425   4
44    429   20
45    449   30
46    479   1
47    480   1
48    481   79
49    560   79
50    639   79
51    718   79
52    797   8
53    805   1
54    806   1
55    807   20
56    827   4
57    831   4

shell> myisampack station.MYI
Compressing station.MYI: (1192 records)
- Calculating statistics

normal:     20  empty-space:      16  empty-zero:        12  empty-fill:  11
pre-space:   0  end-space:        12  table-lookups:      5  zero:         7
Original trees:  57  After join: 17
- Compressing file
87.14%

shell> ls -l station.*
-rw-rw-r--   1 monty    my         127874 Apr 17 19:00 station.MYD
-rw-rw-r--   1 monty    my          55296 Apr 17 19:04 station.MYI
-rw-rw-r--   1 monty    my           5767 Apr 17 19:00 station.frm

shell> myisamchk -dvv station

MyISAM file:     station
Isam-version:  2
Creation time: 1996-03-13 10:08:58
Recover time:  1997-04-17 19:04:26
Data records:              1192  Deleted blocks:              0
Datafile: Parts:           1192  Deleted data:                0
Datafilepointer (bytes):      3  Keyfile pointer (bytes):     1
Max datafile length:   16777215  Max keyfile length:     131071
Recordlength:               834
Record format: Compressed

table description:
Key Start Len Index   Type                       Root  Blocksize    Rec/key
1   2     4   unique  unsigned long             10240       1024          1
2   32    30  multip. text                      54272       1024          1

Field Start Length Type                         Huff tree  Bits
1     1     1      constant                             1     0
2     2     4      zerofill(1)                          2     9
3     6     4      no zeros, zerofill(1)                2     9
4     10    1                                           3     9
5     11    20     table-lookup                         4     0
6     31    1                                           3     9
7     32    30     no endspace, not_always              5     9
8     62    35     no endspace, not_always, no empty    6     9
9     97    35     no empty                             7     9
10    132   35     no endspace, not_always, no empty    6     9
11    167   4      zerofill(1)                          2     9
12    171   16     no endspace, not_always, no empty    5     9
13    187   35     no endspace, not_always, no empty    6     9
14    222   4      zerofill(1)                          2     9
15    226   16     no endspace, not_always, no empty    5     9
16    242   20     no endspace, not_always              8     9
17    262   20     no endspace, no empty                8     9
18    282   20     no endspace, no empty                5     9
19    302   30     no endspace, no empty                6     9
20    332   4      always zero                          2     9
21    336   4      always zero                          2     9
22    340   1                                           3     9
23    341   8      table-lookup                         9     0
24    349   8      table-lookup                        10     0
25    357   8      always zero                          2     9
26    365   2                                           2     9
27    367   2      no zeros, zerofill(1)                2     9
28    369   4      no zeros, zerofill(1)                2     9
29    373   4      table-lookup                        11     0
30    377   1                                           3     9
31    378   2      no zeros, zerofill(1)                2     9
32    380   8      no zeros                             2     9
33    388   4      always zero                          2     9
34    392   4      table-lookup                        12     0
35    396   4      no zeros, zerofill(1)               13     9
36    400   4      no zeros, zerofill(1)                2     9
37    404   1                                           2     9
38    405   4      no zeros                             2     9
39    409   4      always zero                          2     9
40    413   4      no zeros                             2     9
41    417   4      always zero                          2     9
42    421   4      no zeros                             2     9
43    425   4      always zero                          2     9
44    429   20     no empty                             3     9
45    449   30     no empty                             3     9
46    479   1                                          14     4
47    480   1                                          14     4
48    481   79     no endspace, no empty               15     9
49    560   79     no empty                             2     9
50    639   79     no empty                             2     9
51    718   79     no endspace                         16     9
52    797   8      no empty                             2     9
53    805   1                                          17     1
54    806   1                                           3     9
55    807   20     no empty                             3     9
56    827   4      no zeros, zerofill(2)                2     9
57    831   4      no zeros, zerofill(1)                2     9

Les informations affichées par myisampack sont décrites ici.

  • normal

    Le nombre de colonnes pour lesquelles aucune compression n'est utilisée.

  • empty-space

    Le nombre de colonnes dont les valeurs ne contiennent que des octets : elles n'occuperont plus qu'un octet.

  • empty-zero

    Le nombre de colonnes dont les valeurs ne contiennent que des zéros : elles n'occuperont plus qu'un octet.

  • empty-fill

    Le nombre de colonnes de type entier qui n'occupent pas la totalité de l'espace de leur type. Elles seront réduites en taille (par exemple, une colonne de type INTEGER sera transformée en MEDIUMINT).

  • pre-space

    Le nombre de colonnes de nombres à virgule flottante qui ont des valeurs stockées avec des espaces initiaux. Dans ce cas, chaque valeur va contenir le nombre d'espaces initial.

  • end-space

    Le nombre de colonnes qui ont de nombreux espaces terminaux. Dans ce cas, chaque valeur va contenir un compte du nombre d'espaces terminaux.

  • table-lookup

    La colonne n'a que quelques valeurs différentes, qui seront converties en une colonne de type ENUM avant une compression de type Huffman.

  • zero

    Le nombre de colonnes pour lesquelles toutes les valeurs sont zéro.

  • Original trees

    Le nombre initial d'arbres Huffman.

  • After join

    Le nombre d'arbres Huffman distincts obtenus après avoir joint les arbres pour économiser de l'espace d'entête.

Après la compression d'une table, myisamchk -dvv affiche des informations supplémentaires pour chaque champ.

  • Type

    Le type de fichier peut contenir les informations suivantes.

    • constant

      Toutes les lignes ont la même valeur.

    • no endspace

      Ne stocke pas les espaces finals.

    • no endspace, not_always

      Ne stocke pas les espaces finals et ne compresse pas les espaces finals pour toutes les valeurs.

    • no endspace, no empty

      Ne stocke pas les espaces finals. Ne stocke pas les valeurs vides.

    • table-lookup

      La colonne a été convertie en ENUM.

    • zerofill(n)

      Les n chiffres significatifs sont toujours 0, et n'ont pas été stockés.

    • no zeros

      Ne stocke pas les zéros.

    • always zero

      Les valeurs 0 sont stockées sur un octet.

  • Huff tree

    L'arbre Huffman associé au champ.

  • Bits

    Le nombre de bits utilisés par l'arbre Huffman.

Après la compression de pack_isam/myisampack vous devez exécuter la commande isamchk/myisamchk pour recréer l'index. À ce moment, vous pouvez aussi trier les blocs d'index et créer des statistiques nécessaires pour l'optimiseur MySQL :

 
Sélectionnez
shell> myisamchk -rq --sort-index --analyze tbl_name.MYI

Une procédure similaire s'applique aux tables ISAM. Après avoir utilisé pack_isam, utilisez isamchk pour recréer les index :

 
Sélectionnez
shell> isamchk -rq --sort-index --analyze tbl_name.ISM

Après avoir installé la table compressée dans un dossier de données MySQL, vous devez exécuter la commande mysqladmin flush-tables pour forcer mysqld à utiliser cette nouvelle table.

Si vous voulez décompresser une table compressée, vous pouvez le faire avec l'option --unpack de la commande isamchk ou myisamchk.

8-3. mysql, l'outil en ligne de commande

mysql est un simple script SQL (qui exploite GNU readline). Il supporte une utilisation interactive et non interactive. Lorsqu'il est utilisé interactivement, les résultats des requêtes sont présentés sous la forme d'une table au format ASCII. Lorsqu'il est utilisé non interactivement, par exemple, comme filtre, le résultat est fourni au format de liste avec séparation par tabulation (le format d'affichage peut être modifié en utilisant les options de ligne de commande).

Si vous avez des problèmes liés à des insuffisances de mémoire avec le client, utilisez l'option --quick! Cela force mysql à utiliser mysql_use_result() plutôt que mysql_store_result() pour lire les résultats.

Utiliser mysql est très simple. Il suffit de le démarrer comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysql db_name

ou :

 
Sélectionnez
shell> mysql --user=user_name --password=your_password db_name

Tapez une commande SQL, puis terminez-la avec ';', '\g' ou '\G', et finissez avec entrée.

Vous pouvez exécuter un script avec :

 
Sélectionnez
shell> mysql db_name < script.sql > output.tab

mysql supporte les options suivantes.

  • --help, -?

    Affiche cette aide et quitte.

  • --batch, _B

    Affiche les résultats avec une tabulation comme résultat, et chaque ligne avec une nouvelle ligne. N'utilise pas l'historique.

  • --character-sets-dir=path

    Le dossier où les jeux de caractères sont créés. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --compress, _C

    Utilise la compression avec le protocole client/serveur.

  • --database=db_name, -D db_name

    La base de données à utiliser. C'est particulièrement pratique dans le fichier d'options my.cnf.

  • --debug[=debug_options], -# [debug_options]

    Génère un log de débogage. La chaîne debug_options vaut souvent 'd:t:o,file_name'. Par défaut, la valeur est 'd:t:o,/tmp/mysql.trace'.

  • --debug-info, -T

    Affiche des informations de débogage lorsque le programme se termine.

  • --default-character-set=charset

    Configure le jeu de caractères par défaut. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --execute=statement, -e statement

    Exécute une commande et quitte. Le résultat est au format de l'option --batch.

  • --force, f

    Continue même si vous recevez une erreur SQL.

  • --host=host_name, -h host_name

    Connexion avec l'hôte indiqué.

  • --html, H

    Produit un résultat au format HTML.

  • --ignore-space, i

    Ignore les espaces après les noms de fonctions. L'effet de cette commande est décrit dans la discussion sur IGNORE_SPACE de la section Section 5.2.2, « Le mode SQL du serveur »5.2.2. Le mode SQL du serveur.

  • --local-infile[={0|1}]

    Active ou désactive la possibilité d'utiliser la commande LOCAL pour LOAD DATA INFILE. Sans valeur, cette option active LOCAL. Elle peut être configurée avec --local-infile=0 ou --local-infile=1 pour explicitement activer ou désactiver LOCAL. Activer LOCAL n'a pas d'effet si le serveur ne le supporte pas de son côté.

  • --named-commands, -G

    Les commandes nommées sont activées. Utilisez la forme \* uniquement, ou utilisez les commandes nommées au début d'une ligne se terminant par un point-virgule (';'). Depuis la version 10.9, le client démarre avec cette option activée par défaut. Avec l'option -g, le format long des commandes va continuer à fonctionner.

  • --no-auto-rehash, -A

    Pas de rehashage automatique. Cette option fait que mysql se lance plus rapidement, mais vous devez utiliser la commande rehash si vous voulez utiliser la complétion de nom de tables.

  • --no-beep, -b

    Ne fait pas de bip, lorsqu'une erreur survient.

  • --no-named-commands, -g

    Les commandes nommées sont désactivées. Utilisez uniquement la forme \* ou bien utilisez les commandes nommées en début de ligne, et terminez-la avec un point-virgule (';'). Depuis MySQL 3.23.22, mysql démarre avec cette option activée par défaut ! Cependant, même avec cette option, les formats de commandes longues fonctionneront sur la première ligne.

  • --no-pager

    Désactive le système de page, et affiche directement dans la sortie standard. Plus de détails dans la section Section 8.3.1, « Commandes mysql »8.3.1. Commandes mysql.

  • --no-tee

    Désactive le fichier de sortie. Voyez l'aide interactive (\h). Plus de détails dans la section Section 8.3.1, « Commandes mysql »8.3.1. Commandes mysql.

  • --one-database, O

    Ne modifie que la base par défaut. C'est pratique pour éviter les modifications dans les autres bases dans le fichier de logs.

  • --pager[=command]

    Type d'affichage. Par défaut, la variable d'environnement ENV vaut PAGER. Les pagineurs valides sont less, more, cat [> filename], etc. Voyez l'aide interactive (\h). Cette option n'est pas fonctionnelle en mode batch. Les pagineurs ne fonctionnent qu'avec Unix. Plus de détails dans la section Section 8.3.1, « Commandes mysql »8.3.1. Commandes mysql.

  • --password[=password], -p[password]

    Le mot de passe utilisé lors de la connexion sur le serveur. S'il n'est pas donné en ligne de commande, il sera demandé interactivement. Notez que si vous utilisez la forme courte -p, vous ne devez pas laisser d'espace entre l'option et le mot de passe.

  • --port=port_num, -P port_num

    Le numéro de port TCP/IP pour la connexion.

  • --prompt=format_str

    Modifie le format de l'invite de commandes (prompt). Par défaut, c'est mysql>. Les séquences spéciales sont présentées dans la section Section 8.3.1, « Commandes mysql »8.3.1. Commandes mysql.

  • --protocol={TCP | SOCKET | PIPE | MEMORY}

    Spécifie le protocole de connexion à utiliser. Nouveau en MySQL version 4.1.

  • --quick, -q

    Ne met pas en cache le résultat, et l'affiche ligne par ligne. C'est plus lent pour le serveur, si le résultat est interrompu. N'utilise pas le fichier d'historique.

  • --raw, -r

    Écrit les valeurs des colonnes sans les conversions de protections. Utilisé en mode --batch

  • --reconnect

    Si la connexion est perdue, essaie de se reconnecter automatiquement au serveur, juste une fois. Pour supprimer la reconnexion automatique, utilisez --skip-reconnect. Nouveau en MySQL 4.1.0.

  • --safe-updates, --i-am-a-dummy, -U

    N'autorise que les commandes UPDATE et DELETE qui utilisent des clés. Voir plus bas pour des informations sur cette option. Vous pouvez annuler cette option si vous l'avez dans le fichier d'option my.cnf en utilisant la syntaxe --safe-updates. Voyez la section Section 8.3.3, « Conseils avec mysql »8.3.3. Conseils avec mysql pour plus d'informations sur cette option.

  • --silent, -s

    Mode très silencieux.

  • ----skip-column-names, -N

    N'écrit pas les noms de colonnes dans les résultats.

  • --skip-line-numbers, -L

    N'écrit pas les numéros de lignes dans les erreurs. Très pratique lorsque vous voulez comparer des résultats qui incluent des messages d'erreur.

  • --socket=path, -S path

    Le fichier de sockets à utiliser pour la connexion.

  • --table, -t

    Affichage au format de table. C'est le mode par défaut pour le mode non batch.

  • --tee=file_name

    Ajoute tout dans le fichier de sortie. Voyez l'aide interactive (\h). Ne fonctionne pas en mode batch. Cette option est détaillée dans Section 8.3.1, « Commandes mysql »8.3.1. Commandes mysql.

  • --unbuffered, -n

    Vide le buffer de requête après chaque requête.

  • --user=user_name, -u user_name

    Nom d'utilisateur pour la connexion, si ce n'est pas l'utilisateur Unix courant.

  • --verbose, -v

    Affichage plus détaillé (-v -v -v indique le format d'affichage de table).

  • --version, -V

    Affiche la version et quitte.

  • --vertical, -E

    Affiche le résultat d'une requête verticalement. Sans cette option, vous pouvez aussi obtenir ce format en terminant votre requête avec \G.

  • --wait, -w

    Attend et retente si la connexion s'interrompt, au lieu de quitter.

  • --xml, -X

    Affiche le résultat au format XML.

Vous pouvez aussi spécifier les variables suivantes avec la syntaxe --var=option.

  • connect_timeout

    Nombre de secondes avant que la connexion n'expire. Valeur par défaut : 0.

  • max_allowed_packet

    Taille maximale du paquet de communication avec le serveur. Valeur par défaut : 16777216.

  • max_join_size

    Limite automatique pour les commandes de jointure avec l'option --i-am-a-dummy. Valeur par défaut : 1 000 000 (un million).

  • net_buffer_length

    Buffer pour les communications TCP/IP et socket. Valeur par défaut : 16 ko.

  • select_limit

    Limite automatique pour les commandes SELECT avec l'option --i-am-a-dummy Valeur par défaut : 1000.

Il est aussi possible de configurer les variables en utilisant --set-variable=var_name=value ou la syntaxe -O var_name=value. Cependant, cette syntaxe est obsolète depuis MySQL 4.0.

Sous Unix, le client mysql écrit l'historique des requêtes dans un fichier. Par défaut, le fichier de requêtes s'appelle .mysql_history, et il est créé dans votre dossier racine. Pour spécifier un fichier différent, modifiez la variable d'environnement MYSQL_HISTFILE.

Si vous ne voulez pas entretenir un fichier d'historiques, supprimez .mysql_history s'il existe, puis utiliser l'une des techniques suivantes.

  • Donnez à MYSQL_HISTFILE la valeur de /dev/null. Pour que cela soit pris en compte à chaque redémarrage, ajoutez cette ligne à votre script de démarrage.

  • Faites un lien symbolique depuis .mysql_histfile vers /dev/null :

     
    Sélectionnez
    shell> ln -s /dev/null $HOME/.mysql_history

    Il suffira de faire cela une seule fois.

8-3-1. Commandes mysql

mysql envoie des requêtes SQL que vous avez saisies au serveur, pour exécution. Il y a aussi des commandes que le client mysql interprète. Si vous tapez 'help' en ligne de commande, mysql va afficher les commandes qu'il supporte :

 
Sélectionnez
mysql> help

MySQL commands:
?         (\h)    Synonym for `help`.
clear     (\c)    Clear command.
connect   (\r)    Reconnect to the server.
                  Optional arguments are db and host.
delimiter (\d)    Set query delimiter.
edit      (\e)    Edit command with $EDITOR.
ego       (\G)    Send command to mysql server,
                  display result vertically.
exit      (\q)    Exit mysql. Same as quit.
go        (\g)    Send command to mysql server.
help      (\h)    Display this help.
nopager   (\n)    Disable pager, print to stdout.
notee     (\t)    Don't write into outfile.
pager     (\P)    Set PAGER [to_pager].
                  Print the query results via PAGER.
print     (\p)    Print current command.
prompt    (\R)    Change your mysql prompt.
quit      (\q)    Quit mysql.
rehash    (\#)    Rebuild completion hash.
source    (\.)    Execute an SQL script file.
                  Takes a file name as an argument.
status    (\s)    Get status information from the server.
system    (\!)    Execute a system shell command.
tee       (\T)    Set outfile [to_outfile].
                  Append everything into given outfile.
use       (\u)    Use another database.
                  Takes database name as argument.

Les commandes edit, nopager, pager et system ne fonctionnent que sous Unix.

La commande status donne des détails sur la connexion et le serveur utilisés. Si vous fonctionnez en mode --safe-updates, status va aussi afficher les valeurs des variables de mysql qui affectent vos requêtes.

Pour enregistrer les requêtes et leur résultat, utilisez la commande tee. Toutes les données affichées à l'écran seront ajoutées à un fichier donné. Cela peut être très pratique pour déboguer. Vous pouvez activer cette fonctionnalité en ligne de commande, avec l'option --tee, ou interactivement avec la commande tee. Le fichier tee peut être désactivé interactivement avec la commande notee. Exécuter tee à nouveau réactive le log. Sans paramètre, le fichier précédent sera utilisé. Notez que tee envoie les requêtes dans le fichier après chaque commande, juste avant que mysql ne l'affiche.

La lecture et la recherche dans les résultats de requêtes en mode interactif est possible en utilisant les programmes Unix less, more, ou tout autre programme similaire, avec l'option --pager. Si vous ne spécifiez pas de valeur d'option, mysql regarde la valeur de la variable d'environnement PAGER, et utilise ce pager. Vous pouvez aussi l'activer interactivement avec la commande pager et la désactiver avec nopager. La commande prend un argument optionnel : s'il est fourni, le programme de pager indiqué sera utilisé. Sinon, le pager sera celui indiqué en ligne de commande, ou stdout si aucun pager n'était indiqué.

La pagination de sortie ne fonctionne que sous Unix, car elle utilise la fonction popen(), qui n'existe pas sous Windows. Pour Windows, la commande tee peut être utilisée pour sauver le résultat, même si ce n'est pas aussi pratique que pager pour naviguer dans le résultat.

Quelques conseils avec la commande pager :

  • vous pouvez l'utiliser pour écrire les résultats dans un fichier :

     
    Sélectionnez
    mysql> pager cat > /tmp/log.txt

    Vous pouvez lui passer les options que la page comprendra :

     
    Sélectionnez
    mysql> pager less -n -i -S
  • dans le précédent exemple, notez l'option -S. Vous la trouverez pratique pour naviguer dans des résultats très larges. Parfois, un résultat très large est difficile à lire à l'écran. L'option -S de less rend le résultat plus lisible, car vous pouvez aussi scroller horizontalement, avec les flèches de droite et de gauche. Vous pouvez aussi utiliser interactivement -S dans less pour activer ou désactiver la navigation horizontale. Pour plus d'informations, voyez le manuel de less :

     
    Sélectionnez
    shell> man less
  • vous pouvez spécifier des commandes de pages très complexes :

     
    Sélectionnez
    mysql> pager cat | tee /dr1/tmp/res.txt \
              | tee /dr2/tmp/res2.txt | less -n -i -S

    Dans cet exemple, la commande va envoyer les résultats de la commande dans deux fichiers différents, dans deux dossiers différents, placés sur deux systèmes de fichiers montés sur /dr1 et /dr2, mais affichera toujours le résultat à l'écran via less.

Vous pouvez aussi combiner les deux fonctions ci-dessus : activer le tee, spécifier le pager 'less' et vous serez capable de naviguer dans les résultats avec le less Unix, tout en enregistrant tous les résultats dans un fichier. La différence entre le tee d'Unix utilisé avec le pager et le tee intégré du client mysql, est que le tee intégré fonctionne même si vous n'avez pas de tee Unix disponible. Le tee enregistre tout ce qui est affiché à l'écran, alors que le tee Unix utilisé avec pager n'en note pas autant. Enfin, le tee interactif est plus facile à activer et désactiver, lorsque vous souhaitez enregistrer un résultat dans un fichier, mais que vous voulez désactiver cette fonctionnalité à d'autres moments.

Depuis MySQL version 4.0.2, il est possible de modifier l'invite de commandes de mysql. La chaîne de définition de l'invite de commandes accepte les séquences suivantes :

Option Description
\v version de mysqld
\d database en cours
\h hôte MySQL
\p port de connexion
\u nom d'utilisateur
\U Identifiant complet username@host
\\ '\'
\n nouvelle ligne
\t tabulation
\ espace
\_ espace
\R heure 24 h (0-23)
\r heure 12 h (1-12)
\m minutes
\y année sur deux chiffres
\Y année sur quatre chiffres
\D format de date complet
\s secondes
\w jour de la semaine en trois lettres (Mon, Tue...)
\P am/pm
\o mois au format numérique
\O mois en trois lettres (Jan, Feb...)
\c compteur du nombre de commandes

'\' suivi de n'importe quelle lettre représente la lettre littéralement.

Si vous spécifiez une commande prompt sans argument, mysql utilisera l'invite de commandes par défaut de mysql>.

Vous pouvez modifier l'invite de commandes comme ceci :

  • utiliser la variable d'environnement MYSQL_PS1, en lui donnant la chaîne d'invite. Par exemple :

     
    Sélectionnez
    shell> export MYSQL_PS1="(\u@\h) [\d]> "
  • utiliser le fichier d'options

    Vous pouvez configurer l'invite de commandes prompt dans le fichier d'options MySQL, comme /etc/my.cnf ou .my.cnf, dans le groupe mysql. Par exemple :

     
    Sélectionnez
    [mysql]
    prompt=(\\u@\\h) [\\d]>\\_

    Dans cet exemple, notez que les antislash sont doublés. Si vous configurez l'invite de commandes prompt dans un fichier d'options, il est recommandé de doubler les antislash, lorsque vous utilisez des options. Il y a des recoupements entre les séquences protégées et les options. Ces séquences sont listées dans Section 4.3.2, « Fichier d'options my.cnf »4.3.2. Fichier d'options my.cnf. Ce recoupement peut vous causer des problèmes avec des antislashs uniques. Par exemple, \s sera interprété comme un espace, plutôt que comme le nombre de secondes. La valeur suivante montre comment définir une invite avec l'heure au format HH:MM:SS> :

     
    Sélectionnez
    [mysql]
    prompt="\\r:\\m:\\s> "
  • utiliser une option de ligne de commande

    Vous pouvez utiliser l'option --prompt dans la commande mysql. Par exemple :

     
    Sélectionnez
    shell> mysql --prompt="(\u@\h) [\d]> "
    (user@host) [database]>
  • interactivement

    Vous pouvez aussi utiliser la commande prompt (ou \R) depuis le client pour modifier interactivement l'invite de commandes. Par exemple :

     
    Sélectionnez
    mysql> prompt (\u@\h) [\d]>\_
    PROMPT set to '(\u@\h) [\d]>\_'
    (user@host) [database]> 
    (user@host) [database]> prompt
    Returning to default PROMPT of mysql> 
    mysql>

8-3-2. Comment exécuter des commandes SQL depuis un fichier texte

Le client mysql peut être utilisé en mode interactif comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysql database

Toutefois, il est aussi possible de rassembler les commandes SQL dans un fichier, et d'indiquer à mysql de lire les commandes dans ce fichier. Pour faire cela, créez un fichier texte fichier_texte qui contient les commandes SQL que vous souhaitez exécuter. Puis, exécutez ce fichier avec mysql comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysql database < fichier_texte

Vous pouvez aussi démarrer votre fichier texte avec la commande USE nom_base. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de spécifier le nom de la base de données dans la ligne de commande :

 
Sélectionnez
shell> mysql < fichier_texte

Si vous avez déjà démarré le client mysql, vous pouvez exécuter un script SQL en utilisant la commande source :

 
Sélectionnez
mysql> source nom_fichier;

Pour plus d'informations sur le mode batch, consultez Section 3.5, « Utilisation de mysql en mode batch »3.5. Utilisation de mysql en mode batch.

8-3-3. Conseils avec mysql

Cette section décrit certaines techniques qui vous aideront à utiliser mysql plus efficacement.

8-3-3-1. Affichage des résultats verticalement

Certaines requêtes sont bien plus lisibles une fois affichées verticalement, au lieu de horizontalement. Par exemple, si la taille du texte est bien plus grande que la largeur de l'écran, ou qu'il y a des retours à la ligne, le format vertical est préférable :

 
Sélectionnez
mysql> SELECT * FROM mails WHERE LENGTH(txt) < 300 LIMIT 300,1\G
*************************** 1. row ***************************
  msg_nro: 3068
     date: 2000-03-01 23:29:50
time_zone: +0200
mail_from: Monty
    reply: monty@no.spam.com
  mail_to: "Thimble Smith" <tim@no.spam.com>
      sbj: UTF-8
      txt: >>>>> "Thimble" == Thimble Smith writes:

Thimble> Hi.  I think this is a good idea.  Is anyone familiar
Thimble> with UTF-8 or Unicode? Otherwise, I'll put this on my
Thimble> TODO list and see what happens.

Yes, please do that.

Regards,
Monty
     file: inbox-jani-1
     hash: 190402944
1 row in set (0.09 sec)

8-3-3-2. Utilisation de l'option --safe-updates

Pour les débutants, une option de démarrage pratique est --safe-updates (ou --i-am-a-dummy, qui a le même effet). Cette option a été introduite en MySQL 3.23.11. Elle est pratique si vous avec émis des commandes DELETE FROM tbl_name, mais que vous avez oublié la clause WHERE. Normalement, une telle commande va effacer toutes les lignes de la table. Avec --safe-updates, vous pouvez effacer uniquement les lignes dont vous spécifiez les valeurs de clé pour les identifier. Cela évite les accidents.

Lorsque vous utilisez l'option --safe-updates, mysql émet l'alerte suivante lorsqu'il se connecte à MySQL :

 
Sélectionnez
SET SQL_SAFE_UPDATES=1,SQL_SELECT_LIMIT=1000,
    SQL_MAX_JOIN_SIZE=1000000;

Voir Section 13.5.2.8, « Syntaxe de SET »13.5.2.8. Syntaxe de SET.

La commande SET a l'effet suivant.

  • Vous n'êtes pas autorisé à exécuter de commandes UPDATE et DELETE à moins que vous ne spécifiiez une contrainte de clé dans la clause WHERE où que vous fournissiez une clause LIMIT, ou les deux. Par exemple :

     
    Sélectionnez
    UPDATE tbl_name SET not_key_column=# WHERE key_column=#;
    
    UPDATE tbl_name SET not_key_column=# LIMIT 1;
  • Tous les résultats importants de SELECT sont automatiquement limités à 1000, à moins que la commande n'inclue la clause LIMIT.

  • Les commandes SELECT multitables qui devront étudier plus d'un million de lignes sont annulées.

Pour spécifier des limites autres que 1000 et 1 000 000, vous pouvez remplacer les maxima avec --select_limit et --max_join_size :

 
Sélectionnez
shell> mysql --safe-updates --select_limit=500 --max_join_size=10000

8-3-3-3. Désactiver la reconnexion automatique de mysql

Si le client mysql perd la connexion au serveur durant l'envoi d'une requête, il va immédiatement et automatiquement essayer de se reconnecter une fois au serveur, puis essayer d'envoyer à nouveau la requête. Toutefois, même si mysql réussit à se reconnecter, l'ancienne connexion a été fermée, et tous les objets temporaires ont été perdus : tables temporaires, configuration en auto_commit, variables utilisateur et de session. Ce comportement peut se révéler dangereux pour vous, comme dans l'exemple suivant, où le serveur est stoppé, puis relancé sans que vous le sachiez :

 
Sélectionnez
mysql> SET @a=1;
Query OK, 0 rows affected (0.05 sec)

mysql> INSERT INTO t VALUES(@a);
ERROR 2006: MySQL server has gone away
No connection. Trying to reconnect...
Connection id:    1
Current database: test

Query OK, 1 row affected (1.30 sec)

mysql> SELECT * FROM t;
+------+
| a    |
+------+
| NULL |
+------+
1 row in set (0.05 sec)

La variable utilisateur @a a été perdue, et lors de la reconnexion, elle est indéfinie. S'il est important que mysql génère une erreur lors de la perte de connexion, vous pouvez lancer le client mysql avec l'option --skip-reconnect.

8-4. mysqladmin, administration d'un serveur MySQL

mysqladmin est un utilitaire pour exécuter des commandes d'administration. Vous pouvez l'utiliser pour vérifier la configuration du serveur, créer et effacer des bases, etc.

La syntaxe de mysqladmin est :

 
Sélectionnez
shell> mysqladmin [OPTIONS] command [command-option] command ...

Le mysqladmin actuel supporte les commandes suivantes.

  • create databasename

    Crée une nouvelle base.

  • drop databasename

    Efface une base et toutes ses tables.

  • extended-status

    Affiche un message de statut du serveur très complet.

  • flush-hosts

    Vide tous les hôtes mis en cache.

  • flush-logs

    Vide de la mémoire tous les logs.

  • flush-privileges

    Recharger les tables de droits (identique à la commande reload).

  • flush-status

    Remet à zéro les variables de statut.

  • flush-tables

    Vide de la mémoire toutes les tables.

  • flush-threads

    Vide les threads de cache. Nouveau en MySQL 3.23.16.

  • kill id,id,...

    Termine un thread MySQL.

  • password new-password

    Spécifie un nouveau mot de passe. Modifie l'ancien mot de passe en new-password pour le compte que vous utilisez lors de la connexion avec mysqladmin.

  • ping

    Vérifie si mysqld fonctionne ou pas.

  • processlist

    Affiche la liste des processus du serveur. Cela revient à la commande SHOW PROCESSLIST. Si --verbose est utilisé, le résultat est le même que SHOW FULL PROCESSLIST.

  • reload

    Recharge les tables de droits.

  • refresh

    Vide de la mémoire toutes les tables, puis ferme et rouvre les fichiers de logs.

  • shutdown

    Éteint le serveur.

  • slave-start

    Démarre l'esclave de réplication.

  • status

    Affiche le message de statut court du serveur.

  • slave-stop

    Éteint l'esclave de réplication.

  • variables

    Affiche les variables disponibles.

  • version

    Affiche la version du serveur.

Toutes les commandes peuvent être réduites à leur préfixe simple. Par exemple :

 
Sélectionnez
shell> mysqladmin proc stat
+----+-------+-----------+----+-------------+------+-------+------+
| Id | User  | Host      | db | Command     | Time | State | Info |
+----+-------+-----------+----+-------------+------+-------+------+
| 6  | monty | localhost |    | Processlist | 0    |       |      |
+----+-------+-----------+----+-------------+------+-------+------+
Uptime: 10077  Threads: 1  Questions: 9  Slow queries: 0
Opens: 6 Flush tables: 1  Open tables: 2
Memory in use: 1092K  Max memory used: 1116K

La commande mysqladmin status liste les colonnes suivantes.

  • Uptime

    Nombre de secondes de vie du serveur MySQL.

  • Threads

    Nombre de threads actifs (clients).

  • Questions

    Nombre de questions reçues des clients depuis le démarrage de mysqld.

  • Slow queries

    Nombre de requêtes qui ont pris plus de long_query_time secondes. Voir Section 5.9.5, « Le log des requêtes lentes »5.9.5. Le log des requêtes lentes.

  • Opens

    Combien de tables sont ouvertes par mysqld.

  • Flush tables

    Nombre de commandes flush ..., refresh et reload.

  • Open tables

    Nombre de tables qui sont ouvertes actuellement.

  • Memory in use

    Mémoire allouée directement par mysqld (uniquement disponible si MySQL a été compilé avec l'option --with-debug=full).

  • Maximum memory used

    Maximum de mémoire allouée directement par mysqld (uniquement disponible si MySQL a été compilé avec l'option --with-debug=full).

Si vous exécutez mysqladmin shutdown en vous connectant à un serveur local, avec un fichier de sockets Unix, mysqladmin va attendre que le fichier de processus du serveur soit supprimé, pour s'assurer que le serveur est bien arrêté.

mysqladmin supporte les options suivantes.

  • --help, -?

    Affiche le message d'aide et quitte.

  • --character-sets-dir=path

    Le dossier où les jeux de caractères sont stockés. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --compress, -C

    Compresse toutes les informations entre le client et le serveur, si les deux le supportent.

  • --count=#, -c #

    Le nombre d'itérations à faire. Cela fonctionne uniquement avec --sleep (-i).

  • --debug[=debug_options], -# [debug_options]

    Écrit un log de débogage. La chaîne debug_options est souvent 'd:t:o,file_name'. La valeur par défaut est 'd:t:o,/tmp/mysqladmin.trace'.

  • --force, -f

    Ne demande pas de confirmation pour la commande drop database. Avec des commandes multiples, continue même si une erreur survient.

  • --host=host_name, -h host_name

    Connexion au serveur MYSQL avec le nom d'hôte donné.

  • --password[=password], -p[password]

    Le mot de passe utilisé lors de la connexion sur le serveur. S'il n'est pas donné en ligne de commande, il sera demandé interactivement. Notez que si vous utilisez la forme courte -p, vous ne devez pas laisser d'espace entre l'option et le mot de passe.

  • --port=port_num, -P port_num

    Le numéro de port TCP/IP pour la connexion.

  • --protocol={TCP | SOCKET | PIPE | MEMORY}

    Spécifie le protocole de connexion à utiliser. Nouveau en MySQL 4.1.

  • --relative, -r

    Affiche la différence entre la valeur courante et la valeur précédente, lorsqu'utilisé avec l'option -i. Actuellement, cette option fonctionne avec la commande extended-status.

  • --silent, -s

    Mode très silencieux.

  • --sleep=delay, -i delay

    Exécute les commandes encore et encore, avec delay secondes entre deux.

  • --socket=path, -S path

    Le fichier de sockets à utiliser pour la connexion.

  • --user=user_name, -u user_name

    Nom d'utilisateur pour la connexion, si ce n'est pas l'utilisateur Unix courant.

  • --verbose, -v

    Affichage plus détaillé (-v -v -v indique le format d'affichage de table).

  • --version, -V

    Affiche la version et quitte.

  • --vertical, -E

    Similaire à --relative, mais effectue un affichage vertical.

  • --wait[=#], -w[#]

    Si la connexion n'a pu être établie, attend et ressaie au lieu d'abandonner. Si une valeur est spécifiée, elle indique le nombre de tentatives. La valeur par défaut est une fois.

Vous pouvez aussi configurer ces options avec la syntaxe --var_name=value.

  • connect_timeout

    Le nombre de secondes avant une expiration de connexion. (Par défaut, 0.)

  • shutdown_timeout

    Le nombre de secondes d'attente de l'extinction. (Par défaut, 0.)

Il est aussi possible de configurer les variables en utilisant --set-variable=var_name=value ou la syntaxe -O var_name=value. Cependant, cette syntaxe est obsolète depuis MySQL 4.0.

8-5. mysqlbinlog, Exécuter des requêtes dans le log binaire

Les fichiers de logs sont écrits dans un format binaire. Vous pouvez examiner le log binaire avec l'utilitaire mysqlbinlog. Il est disponible depuis MySQL 3.23.14.

Appelez mysqlbinlog comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysqlbinlog [options] log-file ...

Par exemple, pour afficher le contenu du fichier de logs binaire binlog.000003, utilisez cette commande :

 
Sélectionnez
shell> mysqlbinlog binlog.0000003

Le résultat est toutes les requêtes contenues dans le fichier de logs binaire binlog.000003, avec différentes informations (durée de la requête, identifiant du thread qui l'a émise, timestamp d'émission, etc.).

Normalement, vous utilisez mysqlbinlog pour lire les fichiers de logs directement, et les envoyer au serveur MySQL local. Il est aussi possible de lire le fichier binaire sur un serveur distant en utilisant l'option --read-from-remote-server. Cependant, c'est une technique abandonnée, car nous préférons rendre plus simple l'utilisation des logs binaires sur un serveur MySQL local.

Lorsque vous lisez des logs binaires distants, les options de connexion peuvent être données pour indiquer comment se connecter au serveur, mais ils sont ignorés à moins que vous ne spécifiiez aussi l'option --read-from-remote-server. Ces options sont --host, --password, --port, --protocol, --socket et --user.

Vous pouvez aussi utiliser mysqlbinlog pour relayer des fichiers de logs écrits par un serveur esclave, dans une architecture de réplication. Les logs de relais sont au même format que le log binaire.

Le log binaire est présenté en détail dans la section Section 5.9.4, « Le log binaire »5.9.4. Le log binaire.

mysqlbinlog supporte les options suivantes.

  • --help, -?

    Affiche cette aide et quitte.

  • --database=db_name, -d db_name

    Limite les lignes à cette base de données (log local uniquement).

  • --force-read, -f

    Continue même si vous obtenez une erreur SQL.

  • --host=host_name, -h host_name

    Lit le log binaire depuis le serveur MySQL distant.

  • --local-load=path, -l path

    Prépare les fichiers temporaires destinés aux commandes LOAD DATA INFILE dans le dossier spécifié.

  • --offset=N, -o N

    Ignore les N premières lignes.

  • --password[=password], -p[password]

    Le mot de passe utilisé lors de la connexion sur le serveur. S'il n'est pas donné en ligne de commande, il sera demandé interactivement. Notez que si vous utilisez la forme courte -p, vous ne devez pas laisser d'espace entre l'option et le mot de passe.

  • --port=port_num, -P port_num

    Le numéro de port TCP/IP pour la connexion.

  • --position=N, -j N

    Commence la lecture dans le log binaire à la position N.

  • --protocol={TCP | SOCKET | PIPE | MEMORY}

    Spécifie le protocole de connexion à utiliser. Nouveau en MySQL version 4.1.

  • --read-from-remote-server, -R

    Lit le fichier de logs binaire depuis un serveur MySQL. Les options de connexion distantes seront ignorées à moins que cette option ne soit donnée. Ces options sont --host, --password, --port, --protocol, --socket et --user.

  • --result-file=name, -r name

    Export direct vers le fichier spécifié.

  • --short-form, -s

    Affiche uniquement les commandes du log, sans les informations supplémentaires.

  • --socket=path, -S path

    Le fichier de sockets à utiliser pour la connexion.

  • --user=user_name, -u user_name

    Le nom d'utilisateur MySQL lors de la connexion à distance.

  • --version, -V

    Affiche la version et quitte.

Vous pouvez aussi configurer les variables suivantes avec l'option --var_name=value.

  • open_files_limit

    Spécifie le nombre de pointeurs de fichier à réserver.

Vous pouvez envoyer le résultat de mysqlbinlog vers un client mysql avec un pipe : c'est une technique pour restaurer le serveur après un crash (voir Section 5.7.1, « Sauvegardes de base de données »5.7.1. Sauvegardes de base de données) :

 
Sélectionnez
shell> mysqlbinlog hostname-bin.000001 | mysql

ou :

 
Sélectionnez
shell> mysqlbinlog hostname-bin.[0-9]* | mysql

Vous pouvez aussi rediriger le résultat de mysqlbinlog dans un fichier texte, modifier ce fichier (supprimer les requêtes qui vous gênent), puis exécuter ces requêtes, depuis le fichier, avec mysql. Après édition du fichier, exécutez les commandes qu'il contient comme d'habitude, avec le programme mysql.

mysqlbinlog dispose de l'option --position qui affiche les requêtes du log binaire à partir de la position spécifiée.

Si vous avez plus d'un fichier de logs binaire à exécuter sur le serveur MySQL, la méthode sûre est de tout faire avec la même connexion MySQL. Voici la méthode dangereuse :

 
Sélectionnez
shell> mysqlbinlog hostname-bin.000001 | mysql # DANGER!!
shell> mysqlbinlog hostname-bin.000002 | mysql # DANGER!!

Cela va causer des problèmes si le premier log contient des commandes de type CREATE TEMPORARY TABLE et que le second contient des requêtes d'utilisation de cette table : lorsque le premier mysql termine son exécution, il va détruire la table, et le second va rencontrer des erreurs « unknown table ».

Pour éviter cela, utilisez une seule connexion, surtout si vous utilisez des tables temporaires. Voici deux méthodes possibles :

 
Sélectionnez
shell> mysqlbinlog hostname-bin.000001 hostname-bin.000002 | mysql

la seconde méthode :

 
Sélectionnez
shell> mysqlbinlog hostname-bin.000001 >  /tmp/statements.sql
shell> mysqlbinlog hostname-bin.000002 >> /tmp/statements.sql
shell> mysql -e "source /tmp/statements.sql"

Depuis MySQL 4.0.14, mysqlbinlog peut préparer des requêtes valides pour mysql, afin d'il utilise la commande LOAD DATA INFILE depuis le log binaire. Comme le log contient les données à charger (c'est vrai depuis MySQL 4.0 ; MySQL 3.23 n'inscrivait pas les données à charger dans le log binaire, et le fichier original était nécessaire pour exécuter le contenu du log binaire), mysqlbinlog va copier ces données dans un fichier temporaire et émettre une commande LOAD DATA INFILE pour que mysql le charge. Le dossier du fichier temporaire est le dossier temporaire par défaut : il peut être modifié avec l'option local-load de mysqlbinlog.

Comme mysqlbinlog convertit les commandes LOAD DATA INFILE en commandes LOAD DATA LOCAL INFILE (c'est-à-dire qu'il ajouteLOCAL), le client et le serveur que vous utilisez pour traiter les commandes doivent être configurés pour autoriser l'option LOCAL. Voir Section 5.4.4, « Problèmes de sécurité avec LOAD DATA LOCAL »5.4.4. Problèmes de sécurité avec LOAD DATA LOCAL.

ATTENTION : lorsque vous exécutez mysqlbinlog sur un fichier binaire, il va créer un fichier temporaire pour chaque commande LOAD DATA INFILE. Ces fichiers ne seront pas automatiquement effacés, car vous en aurez besoin lorsque vous exécuterez les commandes SQL générées. Il faudra les effacer manuellement lorsque vous n'en aurez plus besoin. Les fichiers portent le nom de temporary-dir/original_file_name-#-#.

Dans le futur, nous allons corriger ce problème, en permettant à mysqlbinlog de se connecter directement au serveur mysqld. Dans ce cas, nous pourrons supprimer tranquillement les fichiers de logs, lorsqu'ils auront été utilisés.

Avant MySQL 4.1, mysqlbinlog ne pouvait pas préparer de log SQL pour mysql lorsque le log binaire contenait des requêtes de différents threads, utilisant des tables temporaires de même nom, si les requêtes étaient mélangées. Ceci est corrigé en MySQL 4.1.

8-6. mysqlcc, MySQL Control Center

mysqlcc, MySQL Control Center, est un client portable qui fournit une interface graphique (GUI) au serveur MySQL. Il supporte l'utilisation interactive, y compris la coloration syntaxique et la complétion. Il permet de gérer les tables et bases, et d'administrer le serveur.

Actuellement, mysqlcc fonctionne sur Windows et Linux.

mysqlcc n'est pas inclus avec les distributions MySQL, mais il peut être téléchargé séparément à http://dev.mysql.com/downloads/. Actuellement, mysqlcc fonctionne sur Windows et Linux.

Lancez mysqlcc en double-cliquant sur son icône en environnement graphique. En ligne de commande, utilisez ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysqlcc [options]

mysqlcc supporte les options suivantes.

  • --help, -?

    Affiche cette aide.

  • --blocking_queries, -b

    Utilise les requêtes bloquantes.

  • --compress, -C

    Utilise la compression avec le protocole client/serveur.

  • --connection_name=name, -c name

    Synonyme de --server.

  • --database=db_name, -d db_name

    Base de données à utiliser. C'est généralement utile dans un fichier d'options.

  • --history_size=#, -H #

    Taille de l'historique de la fenêtre de requête.

  • --host=host_name, -h host_name

    Hôte de connexion.

  • --local-infile[={0|1}]

    Active ou désactive les fonctionnalités LOCAL de LOAD DATA INFILE. Sans valeur, cette option active LOCAL. LOCAL peut être spécifié sous la forme --local-infile=0 ou --local-infile=1 pour être désactivée ou activée. Activer LOCAL n'a pas d'effet si le serveur ne le supporte pas.

  • --password[=password], -p[password]

    Le mot de passe lors de la connexion au serveur. Si le mot de passe n'est pas donné en ligne de commande, il vous sera demandé. Notez que si vous utilisez la forme courte -p, vous ne devez pas mettre d'espace entre l'option et le mot de passe.

  • --plugins_path=name, -g name

    Chemin du dossier de module de MySQL Control Center.

  • --port=port_num, -P port_num

    Numéro de port TCP/IP pour la connexion.

  • --query, -q

    Ouvre une fenêtre de requête au démarrage.

  • --register, -r

    Ouvre la fenêtre de dialogue 'Register Server'.

  • --server=name, -s name

    Nom de la connexion de MySQL Control Center.

  • --socket=path, -S path

    Fichier de sockets à utiliser pour la connexion.

  • -y, --syntax

    Active la coloration syntaxique et la complétion.

  • --syntax_file=name, -Y name

    Fichier de syntaxe pour la complétion.

  • --translations_path=name, -T name

    Chemin jusqu'au dossier de traductions de MySQL Control Center.

  • --user=user_name, -u user_name

    Nom d'utilisateur.

  • --version, -V

    Affiche la version.

Vous pouvez spécifier les variables suivantes avec l'option -O ou --set-variable.

  • connect_timeout

    Nombre de secondes avant que la connexion expire (valeur par défaut 0).

  • max_allowed_packet

    Taille maximale des paquets à échanger avec le serveur (valeur par défaut 16777216).

  • max_join_size

    Limite automatique du nombre de lignes dans une jointure avec l'option --safe-updates (valeur par défaut 1 000 000).

  • net_buffer_length

    Buffer de communication TCP/IP (valeur par défaut 16384).

  • select_limit

    Limite automatique pour les commandes SELECT avec l'option --safe-updates (valeur par défaut 1000).

Notez que les syntaxes --set-variable=name=value et -O name=value sont obsolètes depuis MySQL 4.0. Utilisez --name=value.

8-7. Utiliser mysqlcheck pour l'entretien et la réparation

Vous pouvez utiliser mysqlcheck comme outil d'entretien et de réparation pour les tables MyISAM. mysqlcheck est disponible depuis MySQL version 3.23.38.

mysqlcheck est similaire à myisamchk, mais il fonctionne différemment. mysqlcheck doit être utilisé lorsque le serveur mysqld fonctionne, alors que myisamchk doit être utilisé lorsque le serveur ne fonctionne pas. L'intérêt est que vous n'avez plus besoin d'interrompre le serveur pour vérifier ou réparer vos tables.

mysqlcheck utilise les commandes du serveur MySQL CHECK, REPAIR, ANALYZE et OPTIMIZE, d'une manière pratique pour l'utilisateur.

Il y a trois façons différentes d'utiliser mysqlcheck :

 
Sélectionnez
shell> mysqlcheck [options] db_name [tables]
shell> mysqlcheck [options] --databases DB1 [DB2 DB3...]
shell> mysqlcheck [options] --all-databases

Il peut aussi être utilisé comme mysqldump lorsqu'il faut choisir les bases et tables à traiter.

mysqlcheck dispose d'une fonctionnalité spéciale, comparé aux autres clients : le comportement par défaut, c'est-à-dire la vérification des tables, peut être modifiée en renommant le fichier binaire. Si vous voulez avoir un fichier qui répare les tables par défaut, il suffit de copier mysqlcheck sur votre disque, et de l'appeler mysqlrepair, ou bien, de faire un lien symbolique sur l'exécutable et de l'appeler mysqlrepair. Si vous appelez mysqlrepair, il va réparer les tables par défaut.

Les noms que vous pouvez utiliser pour que mysqlcheck réparer automatiquement les tables sont :

mysqlrepair L'option par défaut est --repair
mysqlanalyze L'option par défaut est --analyze
mysqloptimize L'option par défaut est --optimize

Les options disponibles pour mysqlcheck sont listées ici. Vérifiez que votre version les supporte avec la commande mysqlcheck --help.

  • -?, --help

    Affiche ce message d'aide, et termine.

  • --all-databases, -A

    Vérifie toutes les bases. C'est la même chose que --databases dans toutes les bases sélectionnées.

  • --all-in-1, -1

    Au lieu de faire une requête par table, exécute toutes les requêtes dans une requête, séparément pour chaque base. Les noms de tables seront séparés par une virgule.

  • --analyze, -a

    Analyse les tables indiquées.

  • --auto-repair

    Si une table vérifiée est corrompue, la corrige automatiquement. La réparation sera faite après la vérification de toutes les tables, si des tables corrompues ont été découvertes.

  • --character-sets-dir=...

    Dossier contenant le jeu de caractères. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --check, -c

    Vérifie les tables en erreur.

  • --check-only-changed, -C

    Vérifie uniquement les tables qui ont été modifiées depuis la dernière modification, ou qui n'ont pas été correctement fermées.

  • --compress

    Utiliser la compression du protocole client/serveur.

  • --databases, -B

    Pour tester plusieurs bases de données. Notez que la différence d'utilisation : dans ce cas, aucune table n'est précisée. Tous les arguments de noms sont considérés comme des noms de base.

  • --debug[=debug_options], -# [debug_options]

    Affiche le log de débogage. Souvent, la chaîne debug_options vaut 'd:t:o,nom_de_fichier'.

  • --default-character-set=...

    Spécifie le jeu de caractères par défaut. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --extended, -e

    Si vous utilisez cette option avec CHECK TABLE, elle va s'assurer que la table est totalement cohérente, mais prendre un très long temps.

    Si vous utilisez cette option avec REPAIR TABLE, elle va réaliser une réparation exhaustive de la table, qui peut non seulement prendre un temps très long, mais produire de nombreuses lignes erronées.

  • --fast, -F

    Ne vérifie que les tables qui n'ont pas été correctement fermées.

  • --force, -f

    Continue même si on rencontre une erreur SQL.

  • --host=host_name, -h host_name

    Connexion à l'hôte.

  • --medium-check, -m

    Plus rapide que la vérification complète, mais ne trouvera que 99.99 % de toutes les erreurs. Cela devrait être la bonne option pour la plupart des situations.

  • --optimize, -o

    Optimise la table.

  • --password[=password], -p[password]

    Le mot de passe à utiliser lors de la connexion au serveur. Si aucun mot de passe n'est fourni, il sera demandé en ligne de commande. Il ne faut pas laisser d'espace entre l'option -p et le mot de passe.

  • --port=port_num, -P port_num

    Le numéro de port de la connexion.

  • --protocol={TCP | SOCKET | PIPE | MEMORY}

    Pour spécifier le protocole à utiliser pour la connexion. Nouveau en MySQL 4.1.

  • --quick, -q

    Si vous utilisez cette option avec CHECK TABLE, elle va éviter que l'analyse ne traite toutes les lignes pour vérifier les mauvais liens. C'est la méthode d'analyse la plus rapide.

    Si vous utilisez cette option avec REPAIR TABLE, elle va essayer de ne réparer que le fichier d'index. C'est la méthode la plus rapide pour la réparation.

  • --repair, -r

    Peut corriger presque tout, sauf les problèmes de doublons pour les clés uniques.

  • --silent, -s

    Affiche moins de messages d'erreur.

  • --socket=path, -S path

    Nom du fichier de sockets à utiliser pour la connexion.

  • --tables

    Remplace l'option --databases ou -B. Tous les arguments suivants sont considérés comme des noms de tables.

  • --user=user_name, -u user_name

    Nom d'utilisateur pour la connexion, si ce n'est pas l'utilisateur courant.

  • --verbose, -v

    Afficher des informations sur les différentes étapes.

  • --version, -V

    Affiche les informations de version, et termine.

8-8. mysqldump, sauvegarde des structures de tables et les données

Utilitaire qui permet d'exporter une base ou un groupe de bases vers un fichier texte, pour la sauvegarde ou le transfert entre deux serveurs (pas nécessairement entre serveurs MySQL). L'export contiendra les requêtes SQL nécessaires pour créer la table et la remplir.

Si vous faites une sauvegarde du serveur, vous devriez aussi utiliser la commande mysqlhotcopy. Voir Section 8.9, « mysqlhotcopy, copier les bases et tables MySQL »8.9. mysqlhotcopy, copier les bases et tables MySQL.

Il y a plusieurs méthodes pour invoquer mysqldump :

 
Sélectionnez
shell> mysqldump [options] db_name [tables]
shell> mysqldump [options] --databases DB1 [DB2 DB3...]
shell> mysqldump [options] --all-databases

Si vous ne spécifiez pas de table, ou si vous utilisez l'option --databases ou --all-databases, la base de données complète sera exportée.

Vous pouvez obtenir une liste des options valides pour votre version de mysqldump avec la commande mysqldump --help.

Notez que si vous exécutez mysqldump sans l'option --quick ou --opt, mysqldump va charger la totalité du résultat en mémoire, avant de l'écrire. Cette option peut résoudre des problèmes de mémoire si vous exportez de grosses tables.

Notez que si vous utilisez une nouvelle copie du programme mysqldump, et que vous allez faire un export qui sera lu dans une vieille version de MySQL, vous ne devriez pas utiliser les options --opt et -e.

Les valeurs numériques hors des plages de validité comme -inf et inf, ainsi que NaN (not-a-number, pas un nombre) sont exportées par mysqldump comme NULL. Vous pouvez le voir dans la table suivante :

 
Sélectionnez
mysql> CREATE TABLE t (f DOUBLE);
mysql> INSERT INTO t VALUES(1e+111111111111111111111);
mysql> INSERT INTO t VALUES(-1e111111111111111111111);
mysql> SELECT f FROM t;
+------+
| f    |
+------+
|  inf |
| -inf |
+------+

Pour cette table, mysqldump produit l'export suivant :

 
Sélectionnez
--
-- Dumping data for table `t`
--

INSERT INTO t VALUES (NULL);
INSERT INTO t VALUES (NULL);

La signification de ce comportement est que si vous voulez exporter puis restaurer une table, le nouveau contenu sera peut-être différent de l'original. Notez que depuis MySQL 4.1.2 vous ne pouvez pas insérer la valeur inf dans la table, et ce comportement de mysqldump ne sera pertinent qu'avec les anciens serveurs.

mysqldump supporte les options suivantes.

  • --help, -?

    Affiche le message d'aide et quitte.

  • --add-drop-table

    Ajoute une commande drop table avant chaque requête de création de table.

  • --add-locks

    Ajoute une commande LOCK TABLES avant l'export de table et une commande UNLOCK TABLE après (pour accélérer les insertions dans MySQL). Voir Section 7.2.14, « Vitesse des requêtes INSERT »7.2.14. Vitesse des requêtes INSERT.

  • --all-databases, -A

    Exporte toutes les tables. C'est l'équivalent de l'option --databases avec toutes les bases de données sélectionnées.

  • --allow-keywords

    Permet la création de colonnes ayant des noms de mot réservé. Cela fonctionne en préfixant chaque nom de colonne avec le nom de la table.

  • --comments[={0|1}]

    Si cette option prend 0, elle supprime les informations additionnelles (comme les versions de programme, les versions d'hôte) dans les exports. L'option --skip-comments fait la même chose. Par défaut, la valeur de cette option est 1, pour conserver ces informations. Nouveau en MySQL 4.0.17.

  • --compatible=name

    Produit un résultat qui est compatible avec les autres bases de données, ou avec d'anciennes versions de MySQL. Les valeurs possibles de name sont mysql323, mysql40, postgresql, oracle, mssql, db2, sapdb, no_key_options, no_table_options, ou no_field_options. Pour utiliser plusieurs valeurs, séparez-les par des virgules. Ces valeurs ont la même signification que les options correspondantes de configuration du mode SQL. Voir Section 5.2.2, « Le mode SQL du serveur »5.2.2. Le mode SQL du serveur.

    Cette option requiert la version 4.1.0 ou plus récente. Avec les anciens serveurs, cela ne fait rien.

  • --complete-insert, -c

    Utilise des commandes INSERT complètes, avec les noms de colonnes.

  • -C, --compress

    Compresse toutes les informations entre le client et le serveur, les deux supportent la compression.

  • --create-options

    Inclut toutes les options spécifiques MySQL de création de tables dans les commandes CREATE TABLE. Avant MySQL 4.1.2, utilisez --all.

  • --databases, -B

    Pour exporter plusieurs bases de données. Notez la différence d'utilisation. Dans ce cas, aucune table n'est spécifiée. Tous les arguments de nom sont considérés comme des noms de base. Une ligne USE db_name; sera ajoutée dans l'export avant chaque base de données.

  • --debug[=debug_options], -# [debug_options]

    Active l'historique de débogage. La chaîne de format est généralement 'd:t:o,file_name'.

  • --default-character-set=charset

    Configure le jeu de caractères par défaut pour l'export. S'il n'est pas spécifié, mysqldump 10.3 (MySQL-4.1.2) ou plus récent va utiliser utf8. Les versions plus anciennes utiliseront latin1.

  • --delayed

    Les insertions se font avec la commande INSERT DELAYED.

  • --delete-master-logs

    Sur un maître de réplication, efface le log binaire une fois que l'opération d'export est faite. Cette option active automatiquement --first-slave. Elle a été ajoutée en MySQL 3.23.57 (pour MySQL 3.23) et MySQL 4.0.13 (pour MySQL 4.0).

  • --disable-keys, -K

    Pour chaque table, entoure les commandes d'INSERT avec les commandes /*!40000 ALTER TABLE tbl_name DISABLE KEYS */; et /*!40000 ALTER TABLE tbl_name ENABLE KEYS */;. Cela accélère les chargements du fichier d'export pour MySQL 4.0, car les index ne sont créés qu'après l'insertion. Cette option n'est effective que pour les tables MyISAM.

  • --extended-insert, -e

    Utilise la nouvelle syntaxe multiligne INSERT. (Cela donne des insertions plus courtes et plus efficaces).

  • --fields-terminated-by=..., --fields-enclosed-by=..., --fields-optionally-enclosed-by=..., --fields-escaped-by=..., --lines-terminated-by=...

    Ces options sont utilisées avec l'option -T et ont la même signification que les clauses correspondantes de la commande LOAD DATA INFILE. Voir Section 13.1.5, « Syntaxe de LOAD DATA INFILE »13.1.5. Syntaxe de LOAD DATA INFILE.

  • --first-slave, -x

    Verrouille toutes les tables de toutes les bases de données.

  • --flush-logs, -F

    Écrit tout le fichier de logs du serveur avant de commencer l'export. Notez que si vous utilisez cette option avec --all-databases (ou l'option -A), les logs seront vidés pour chaque base de données exportée.

  • -f, --force,

    Continue même si une erreur SQL survient durant l'export.

  • --host=host_name, -h host_name

    Exporte les données depuis le serveur MySQL vers l'hôte indiqué. L'hôte par défaut est localhost.

  • --lock-tables, -l

    Verrouille toutes les tables avant de commencer l'export. Les tables sont verrouillées avec READ LOCAL pour permettre des insertions concurrentes sur les tables MyISAM.

    Notez que lorsque vous exportez des tables de bases différentes, l'option --lock-tables va verrouiller chaque base séparément. Cette option ne vous garantira pas que vos tables seront logiquement cohérentes entre les bases. Des tables de différentes bases pourraient être exportées dans des états très différents.

  • --master-data

    Cette option est similaire à --first-slave, mais produit aussi une commande CHANGE MASTER TO qui fait que le serveur esclave va commencer à la bonne position dans le log du maître, si vous utilisez cette exportation pour configurer initialement l'esclave.

  • --no-create-db, -n

    CREATE DATABASE /*!32312 IF NOT EXISTS*/ db_name; ne sera pas ajouté dans l'export. Sinon, la ligne ci-dessus sera ajoutée, si l'une des options --databases ou --all-databases a été activée.

  • --no-create-info, -t

    N'écrit pas les informations de création de tables (la requête CREATE TABLE).

  • --no-data, -d

    N'écrit aucune ligne d'informations sur la table. C'est très pratique si vous voulez simplement exporter la structure de la table.

  • --opt

    Identique à --quick --add-drop-table --add-locks --extended-insert --lock-tables. Vous obtiendrez l'export le plus rapide à importer dans un serveur MySQL.

  • --password[=password], -p[password]

    Le mot de passe à utiliser lors de la connexion au serveur. Notez que si vous utilisez l'option courte -p, vous ne devez pas laisser d'espace entre l'option et le mot de passe. Si vous spécifiez en omettant la partie '=your_pass', mysqldump vous demandera le mot de passe en ligne de commande.

  • --port=port_num, -P port_num

    Le port TCP/IP à utiliser avec l'hôte.

  • --protocol={TCP | SOCKET | PIPE | MEMORY}

    Pour spécifier le protocole de connexion à utiliser. Nouveau en MySQL 4.1.

  • --quick, -q

    Ne garde pas en buffer les requêtes, mais écrit immédiatement dans la sortie. Utilise mysql_use_result() pour cela.

  • --quote-names, -Q

    Protège les noms des tables et colonnes avec le caractère '`'.

  • --result-file=file, -r file

    Écrit directement dans le fichier indiqué. Cette option doit être utilisé sur MSDOS, car cela évite que la nouvelle ligne '\n' soient converties en '\n\r' (nouvelle ligne et retour chariot).

  • --single-transaction

    Cette option ajoute la commande SQL BEGIN avant d'exporter les données vers le serveur. C'est généralement pratique pour les tables InnoDB et le niveau d'isolation de transaction READ_COMMITTED, car ce mode va exporter l'état de la base au moment de la commande BEGIN sans bloquer les autres applications.

    Lorsque vous utilisez cette option, pensez bien que seules les tables transactionnelles seront exportées dans un état cohérent, c'est-à-dire que les tables MyISAM ou HEAP qui seront exportées avec cette option, pourront changer d'état.

    L'option --single-transaction a été ajoutée en version 4.0.2. Cette option est mutuellement exclusive avec l'option --lock-tables, car LOCK TABLES va valider une transaction interne précédente.

  • --socket=path, -S path

    Le fichier de sockets à utiliser pour les connexions locales (à localhost), qui est l'hôte par défaut.

  • --skip-comments

    Identique à que --comments = 0.

  • --tab=path, -T path

    Crée un fichier table_name.sql, qui contient les commandes SQL CREATE, et un fichier table_name.txt, qui contient les données, pour chaque table. Le format du fichier .txt est celui qui est spécifié par les options --fields-xxx et --lines--xxx. Note : cette option ne fonctionne qui si mysqldump est exécuté sur la même machine que le démon mysqld, et que le nom d'utilisateur et le groupe de mysqld (normalement l'utilisateur mysql, et le groupe mysql) ont des permissions pour créer et écrire un fichier dans le dossier que vous spécifiez.

  • --tables

    Remplace l'option --databases ou -B. Tous les arguments suivant les options sont considérés comme des noms de tables.

  • --user=user_name, -u user_name

    Le nom d'utilisateur MySQL lors de la connexion à un serveur distant.

  • --verbose, -v

    Mode détaillé. Affiche plus d'informations sur les faits et gestes du programme.

  • --version, -V

    Affiche la version du programme et quitte.

  • --where='where-condition', -w 'where-condition'

    Exporte uniquement les lignes sélectionnées. Notez que les guillemets sont obligatoires.

    Exemples :

     
    Sélectionnez
    "--where=user='jimf'"
    "-wuserid>1"
    "-wuserid<1"
  • -X, --xml

    Exporte la base au format XML.

Vous pouvez aussi configurer les variables système suivantes avec la syntaxe --var_name=value.

  • max_allowed_packet

    La taille maximale du buffer pour les communications client/serveur. La valeur de cette variable peut être au maximum de 16 Mo avant MySQL 4.0, et jusqu'à 1 Go depuis MySQL 4.0. Lors de la création de commandes d'insertions multiples (avec l'option --extended-insert ou --opt), mysqldump va créer des lignes ayant une taille maximale de max_allowed_packet octets. Si vous augmentez la valeur de cette variable, assurez-vous que max_allowed_packet est assez grande dans le serveur.

  • net_buffer_length

    La taille initiale du buffer de communication.

Il est aussi possible de configurer les variables en utilisant --set-variable=var_name=value ou -O var_name=value. Mais cette syntaxe est obsolète depuis MySQL 4.0.

L'usage normal de mysqldump est probablement de faire des sauvegardes de bases.

 
Sélectionnez
mysqldump --opt database > backup-file.sql

Vous pouvez importer les données dans la base MySQL avec :

 
Sélectionnez
mysql database < backup-file.sql

ou

 
Sélectionnez
mysql -e "source /patch-to-backup/backup-file.sql" database

Cependant, il est très pratique pour remplir un autre serveur MySQL avec des informations depuis une base :

 
Sélectionnez
mysqldump --opt database | mysql ---host=remote-host -C database

Il est possible d'exporter plusieurs bases de données en une seule commande :

 
Sélectionnez
mysqldump --databases database1 [database2 ...] > my_databases.sql

Si vous souhaitez exporter toutes les bases, vous pouvez utiliser :

 
Sélectionnez
mysqldump --all-databases > all_databases.sql

Pour plus d'informations sur les sauvegardes, voyez Section 5.7.1, « Sauvegardes de base de données »5.7.1. Sauvegardes de base de données.

8-9. mysqlhotcopy, copier les bases et tables MySQL

mysqlhotcopy est un script Perl qui utilise LOCK TABLES, FLUSH TABLES et cp ou scp pour faire rapidement des sauvegardes de bases. C'est la méthode la plus rapide pour faire une sauvegarde. C'est aussi le moyen le plus sûr pour copier des tables et bases, mais il ne peut fonctionner que sur la machine qui contient les fichiers de données. mysqlhotcopy fonctionne uniquement sous Unix, et il ne fonctionne qu'avec les tables de type MyISAM et ISAM.

 
Sélectionnez
shell> mysqlhotcopy db_name [/path/to/new_directory]
 
Sélectionnez
shell> mysqlhotcopy db_name_1 ... db_name_n /path/to/new_directory
 
Sélectionnez
shell> mysqlhotcopy db_name./regex/

mysqlhotcopy supporte les options suivantes.

  • -?, --help

    Affiche un écran d'aide et quitte.

  • --allowold

    Ne pas annuler si la sauvegarde existe déjà (la renomme simplement en _old).

  • --checkpoint=db_name.tbl_name

    Insère un point de contrôle dans la table spécifiée (base.table).

  • --debug

    Active le débogage.

  • --dryrun, -n

    Rapporte les actions réalisées sans les faire.

  • --flushlog

    Vide les logs sur le disque une fois que toutes les tables sont verrouillées.

  • --keepold

    Ne pas effacer une sauvegarde précédente (celle qui a été renommée) lorsque c'est terminé.

  • --method=#

    Méthode de copie (cp ou scp).

  • --noindices

    Ne pas inclure les fichiers d'index complets dans la copie, pour faire des fichiers de sauvegarde plus petits et plus rapides. Les index peuvent toujours être reconstruits plus tard avec myisamchk -rq..

  • -p, --password=#

    Mot de passe utilisé pour la connexion au serveur.

  • --port=port_num, -P port_num

    Port utilisé pour la connexion au serveur.

  • --quiet, -q

    Mode silencieux. N'affiche que les erreurs.

  • --regexp=expr

    Copie toutes les bases dont le nom vérifie un masque d'expression régulière.

  • --socket=path, -S path

    Socket utilisée pour la connexion au serveur.

  • --suffix=str

    Suffixe des noms des bases copiées.

  • --tmpdir=path

    Dossier temporaire (au lieu de /tmp).

  • --user=user_name, -u user_name

    Nom d'utilisateur pour la connexion au serveur.

Vous pouvez essayer perldoc mysqlhotcopy pour avoir plus de documentation sur mysqlhotcopy.

mysqlhotcopy lit les options du groupe [client] et [mysqlhotcopy] dans le fichier d'options.

Pour être capable d'exécuter mysqlhotcopy, vous avez besoin des droits d'écriture dans le dossier de sauvegarde, et le droit de SELECT dans les tables que vous souhaitez copier, ainsi que les droits MySQL de RELOAD (pour utiliser la commande FLUSH TABLES).

 
Sélectionnez
shell> perldoc mysqlhotcopy

8-10. mysqlimport, importer des données depuis des fichiers texte

mysqlimport fournit une interface en ligne de commande à la commande SQL LOAD DATA INFILE. La plupart des options de mysqlimport correspondent directement aux mêmes options de LOAD DATA INFILE. Voir Section 13.1.5, « Syntaxe de LOAD DATA INFILE »13.1.5. Syntaxe de LOAD DATA INFILE.

mysqlimport est appelé comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysqlimport [options] database textfile1 [textfile2 ...]

Pour chaque fichier texte indiqué dans la ligne de commande, mysqlimport supprime toute extension du nom du fichier, et utilise le résultat pour déterminer le nom de la table qui va recevoir le contenu du fichier. Par exemple, pour des fichiers appelés patient.txt, patient.text et patient seront tous importés dans la table patient.

mysqlimport supporte les options suivantes.

  • --help, -?

    Affiche le message d'aide et quitte.

  • --columns=column_list, -c column_list

    Cette option prend une liste de noms de colonnes, séparés par des virgules. Ce champ est utilisé pour créer une commande LOAD DATA INFILE correcte, qui sera alors passée à MySQL.

  • --compress, -C

    Compresse toutes les informations entre le client et le serveur, si c'est possible.

  • --debug[=debug_options], -# [debug_options]

    Active le débogage. la valeur de debug_options est souvent : 'd:t:o,file_name'.

  • --delete, -D

    Vide la table avant d'importer le fichier texte.

  • --fields-terminated-by=..., --fields-enclosed-by=..., --fields-optionally-enclosed-by=..., --fields-escaped-by=..., --lines-terminated-by=...

    Ces options ont la même signification que les clauses correspondantes de LOAD DATA INFILE. Voir Section 13.1.5, « Syntaxe de LOAD DATA INFILE »13.1.5. Syntaxe de LOAD DATA INFILE.

  • --force, -f

    Ignore les erreurs. Par exemple, si une table n'existe pas pour un fichier texte, mysqlimport va continuer de traiter les autres fichiers. Sans --force, mysqlimport se termine dès qu'une erreur survient.

  • --host=host_name, -h host_name

    Importe les données sur le serveur MySQL, avec l'hôte spécifié. La valeur par défaut est localhost.

  • --ignore, -i

    Voir la description de --replace.

  • --ignore-lines=n

    Ignore les n premières lignes du fichier de données.

  • --local, -L

    Lit les fichiers d'entrée dans le client. Par défaut, les fichiers texte sont supposés être lus par le serveur, si vous vous connectez à localhost (qui l'hôte par défaut).

  • --lock-tables, -l

    Verrouille toutes les tables en écriture avant de ne traiter les fichiers texte. Cela assure que toutes les tables sont synchronisées sur le serveur.

  • --password[=password], -p[password]

    Le mot de passe à utiliser lors de la connexion au serveur. Notez que si vous utilisez l'option courte (-p), vous ne pouvez pas laisser d'espace entre l'option est le mot de passe. Si vous ne spécifiez pas le mot de passe avec l'option, mysqlimport va vous demander le mot de passe en ligne.

  • --port=port_num, -P port_num

    Le port TCP/IP utilisé avec l'hôte. Cela sert pour les connexions à des hôtes qui ne sont pas localhost, pour lesquels la socket Unix est utilisée.

  • --protocol={TCP | SOCKET | PIPE | MEMORY}

    Spécifie le protocole à utiliser pour se connecter. Nouveau en MySQL version 4.1.

  • --replace, -r

    Les options --replace et --ignore contrôlent la gestion des lignes lues envers les lignes qui existent déjà sur le serveur. Si vous spécifiez l'option --replace, les nouvelles lignes remplaceront les lignes existantes. Si vous spécifiez --ignore, les lignes qui sont en double dans une table qui dispose d'une colonne de type unique. Si vous ne spécifiez pas ces options, une erreur surviendra lorsqu'une clé en double sera trouvée, et la lecture du reste du fichier sera annulée.

  • --silent, -s

    Mode silencieux. N'affiche que les erreurs qui surviennent.

  • --socket=path, -S path

    Le fichier de sockets à utiliser lors de la connexion à localhost (qui est l'hôte par défaut).

  • --user=user_name, -u user_name

    Le nom de l'utilisateur MySQL à utiliser lors de la connexion au serveur MySQL. La valeur par défaut est celle de votre utilisateur Unix.

  • --verbose, -v

    Mode détaillé. Affiche bien plus d'informations sur les actions du programme.

  • --verbose, -v

    Affiche la version et quitte.

Voici un exemple d'utilisation de mysqlimport :

 
Sélectionnez
$ mysql --version
mysql  Ver 9.33 Distrib 3.22.25, for pc-linux-gnu (i686)
$ uname -a
Linux xxx.com 2.2.5-15 #1 Mon Apr 19 22:21:09 EDT 1999 i586 unknown
$ mysql -e 'CREATE TABLE imptest(id INT, n VARCHAR(30))' test
$ ed
a
100     Max Sydow
101     Count Dracula
.
w imptest.txt
32
q
$ od -c imptest.txt
0000000   1   0   0  \t   M   a   x       S   y   d   o   w  \n   1   0
0000020   1  \t   C   o   u   n   t       D   r   a   c   u   l   a  \n
0000040
$ mysqlimport --local test imptest.txt
test.imptest: Records: 2  Deleted: 0  Skipped: 0  Warnings: 0
$ mysql -e 'SELECT * FROM imptest' test
+------+---------------+
| id   | n             |
+------+---------------+
|  100 | Max Sydow     |
|  101 | Count Dracula |
+------+---------------+

8-11. Afficher les bases, tables et colonnes

mysqlshow peut être utilisé pour lister les bases qui existent, leurs tables et leurs colonnes.

Avec le programme mysql vous pouvez obtenir des informations avec la commande SHOW. Les mêmes informations sont disponibles en utilisant ces commandes directement. Par exemple, vous pouvez utiliser le client mysql. Voir Section 13.5.3, « Syntaxe de SHOW »13.5.3. Syntaxe de SHOW.

mysqlshow est utilisé comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> mysqlshow [OPTIONS] [database [table [column]]]
  • Si aucune base n'est indiquée, toutes les bases de données sont listées.

  • Si aucune table n'est nommée, toutes les tables de la base sont affichées.

  • Si aucune colonne n'est nommée, toutes les colonnes et leur type sont affichés.

Notez que dans les nouvelles versions de MySQL, vous ne verrez que les bases de données, tables et colonnes pour lesquelles vous avez des droits.

Si le dernier argument contient un caractère joker shell ou SQL ('*', '?', '%' ou '_') alors seules les entités qui valident ce masque sont affichées. Si une base contient des caractères soulignés, ils doivent être protégés avec un antislash (certains shell Unix en demande même deux), afin de lister correctement les tables et les colonnes. Les '*' et '?' sont convertis en jokers SQL '%' and '_'. Cela peut causer des confusions lorsque vous essayez d'afficher des colonnes qui contiennent un souligné '_', comme c'est le cas avec mysqlshow qui ne vous affiche que les colonnes qui vérifient le masque. Ceci est facilement corrigé en ajoutant un caractère '%' en plus dans la ligne de commande (comme argument séparé).

mysqlshow supporte les options suivantes.

  • --help, -?

    Affiche cette aide et quitte.

  • --character-sets-dir=path

    Le dossier où les jeux de caractères sont créés. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --compress, -C

    Utilise la compression avec le protocole client/serveur.

  • --debug[=debug_options], -# [debug_options]

    Génère un log de débogage. La chaîne debug_options vaut souvent 'd:t:o,file_name'. Par défaut, la valeur est 'd:t:o,/tmp/mysql.trace'.

  • --default-character-set=charset

    Configure le jeu de caractères par défaut. Voir Section 5.8.1, « Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage »5.8.1. Le jeu de caractères utilisé pour les données et le stockage.

  • --host=host_name, -h host_name

    Connexion avec l'hôte indiqué.

  • --keys, -k

    Affiche les index de la table.

  • --password[=password], -p[password]

    Le mot de passe utilisé lors de la connexion sur le serveur. S'il n'est pas donné en ligne de commande, il sera demandé interactivement. Notez que si vous utilisez la forme courte -p, vous ne devez pas laisser d'espace entre l'option et le mot de passe.

  • --port=port_num, -P port_num

    Le numéro de port TCP/IP pour la connexion.

  • --protocol={TCP | SOCKET | PIPE | MEMORY}

    Spécifie le protocole de connexion à utiliser. Nouveau en MySQL version 4.1.

  • --socket=path, -S path

    Le fichier de sockets à utiliser pour la connexion.

  • --status, -i

    Affiche des informations supplémentaires sur chaque table.

  • --user=user_name, -u user_name

    Nom d'utilisateur pour la connexion, si ce n'est pas l'utilisateur Unix courant.

  • --verbose, -v

    Affichage plus détaillé (-v -v -v indique le format d'affichage de table).

  • --version, -V

    Affiche la version et quitte.

8-12. perror, expliquer les codes d'erreurs

Pour la plupart des erreurs système, MySQL va, en plus d'un message interne, aussi afficher un code d'erreur, dans l'un des styles suivants :

 
Sélectionnez
message ... (errno: #)
message ... (Errcode: #)

Vous pouvez découvrir ce que ce code d'erreur signifie soit en examinant la documentation de votre système, soit en utilisant l'utilitaire perror.

perror affiche une description pour le code d'erreur, ou, pour une erreur du gestionnaire de tables MyISAM/ISAM.

perror est appelé comme ceci :

 
Sélectionnez
shell> perror [options] errorcode ...

Exemple :

 
Sélectionnez
shell> perror 13 64
Error code  13:  Permission denied
Error code  64:  Machine is not on the network

Notez que les messages d'erreur sont dépendants du système. Un message d'erreur peut avoir différentes explications sur différents systèmes.

8-13. L'utilitaire de remplacement de chaînes replace

L'utilitaire replace modifie les chaînes dans des fichiers. Elle utilise une machine à états finis pour rechercher d'abord les plus grandes chaînes. Elle peut être utilisée pour faire des échanges de chaînes, entre les chaînes a et b de deux fichiers file1 et file2:

 
Sélectionnez
shell> replace a b b a -- file1 file2 ...

Utilisez l'option -- pour indiquer où la liste de chaînes de remplacement s'arrête, et où commence la liste de fichiers.

Tout fichier nommé en ligne de commande est modifié directement : il est recommandé de faire des sauvegardes de fichiers originaux.

Si aucun fichier n'est nommé en ligne de commande, replace lit l'entrée standard, et écrit dans la sortie standard. Dans ce cas, aucune option -- n'est nécessaire.

Le programme replace sert à msql2mysql. Voir Section 24.1.1, « msql2mysql, convertit des programmes mSQL vers MySQL »24.1.1. msql2mysql, convertit des programmes mSQL vers MySQL.

replace supporte les options suivantes.

  • -?, -I

    Affiche le message d'aide et quitte.

  • -# debug_options

    Écrit un log de débogage. La chaîne debug_options vaut souvent 'd:t:o,file_name'.

  • -s

    Mode silencieux. Affiche moins d'informations sur les activités du programme.

  • -v

    Mode prolifique. Affiche plus d'informations sur les activités du programme.

  • -V

    Affiche la version, et quitte.


précédentsommairesuivant

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+